Appel à contribution Revue Méthode – Collègues, auxiliaires ou serviteurs :  le statut épistémologique des assistants de recherche de terrain 

Appel à contribution

Collègues, auxiliaires ou serviteurs : le statut épistémologique des assistants de recherche de terrain 

Editeurs: Lyn Schumaker, Université de Manchester, Grande Bretagne; Jean-Bernard Ouédraogo, CNRS-EHESS, Paris, France 

Sur fond de marginalisation de l’ethnographie, collecteur direct et souvent anonyme des « faits », l’écriture de l’histoire des sciences sociales de terrain privilégie les individus et les écoles intervenant au bout de la chaîne de valorisation du travail scientifique. On s’imagine le chercheur solitaire, bardé du savoir des grands Anciens, collectant et déchiffrant des faits issus des systèmes sociaux étranges, inconnus. Le « terrain », « là où poussent les faits » (Dachet 1985 : 191) fut pendant longtemps une expérience lointaine, subalterne et de laquelle ne sera appliqué que le critère de vérité, d’authenticité des faits retenus. Le mot de Frazer, « Le terrain, Dieu m’en préserve », exprime bien cette dévalorisation de ce travail sans gloire de la collecte directe des faits. Rares sont les historiens de sciences sociales à se pencher sur l’intervention des acteurs locaux dans la production des savoirs scientifiques. Certes, les réflexions sur les conditions de l’enquête de terrain sont anciennes (Srinis et al. 1979; Studies in Anthropology Methods, 1960; Maget 1953) et le courant réflexif actuel souligne tout l’intérêt épistémologique de l’engagement du chercheur pris dans les réalités complexes de son « terrain », cette épreuve qui confère désormais la gloire au praticien, mais qui malheureusement reste limitée à l’exploration des expériences individuelles. En effet, la célébration récente du travail de terrain a quasiment occulté le rôle central des assistants et des informateurs dans l’élaboration des savoirs qui fondent l’identité sociale des principales disciplines des sciences sociales. 

L’importance accordée aux cercles des pairs qui constituent l’espace de validation, même dans la controverse, tend à minimiser voire même nier la contribution des assistants et des informateurs dans une phase décisive, celle de la collecte sur le terrain des éléments indispensables aux formalisations théoriques. Or, ainsi que L. Schumaker (2001) l’a magistralement montré dans le cas de la célèbre école anthropologique dite de Manchester, l’environnement social de la Rhodes Livingstone Institut, en termes de circulation locale des hommes et des idées, a influencé grandement la construction des savoirs anthropologiques. Mais l’anthropologie n’est pas seule en cause ici. Cette interpellation méthodologique devrait légitimement être élargie à l’enquête sociologique voire au-delà, car, à des échelles diverses, toutes les disciplines des sciences sociales recourant au « terrain » sont tenues d’inscrire leur action dans un contexte historique peuplé d’acteurs divers. De même, les spécialisations géographiques sont peu pertinentes, car de la sociologie, science des sociétés occidentales, à l’anthropologie, science des sociétés non occidentales, l’implication de collaborateurs subalternes, indigènes est une pratique courante. Le principe même qui consiste à investir un lieu non familier suppose que le chercheur étranger puisse y trouver des connivences, des facilitateurs, des collaborateurs ou assistants agissant comme des passerelles vers ce monde insolite, souvent rétif aux regards scrutateurs de personnes venues d’ailleurs. L’action de ce « collaborateur », cet « étranger de l’intérieur » (Rabinow 1987), lorsqu’elle est efficace sert alors à réduire, sans les annuler, les indispensables différences sociales (classe, ethnie, religion, langue, sexe), ces altérités tenues qui peuvent obérer radicalement l’exploration scientifique de ces réalités autres. Que ce rôle soit nié sur le mode « je ne travaille pas avec des informateurs » ou assumé sur celui de « l’ethnologie paresseuse » (Christian Pelras) du « tout le monde est informateur » sur le terrain, nous voulons dans ce numéro attirer l’attention sur la contribution, souvent décisive mais pouvant être positive ou négative, des collaborateurs subalternes (indigènes ou pas) dans la production d’une science des sociétés. Il est possible d’élargir la catégorie de ces « secondes mains » du travail scientifique à tous les « faiseurs d’enquête » subalternes (y compris les traitements post-terrains) jalonnant le cours de la production des savoirs en sciences sociales. 

L’historiographie retient le rôle de ces hommes et femmes rencontrés sur le chemin de l’exploration obstinée de ces « terrains », de ces sociétés étrangères comme celui d’une simple assistance, d’un outil humain auxiliaire (souvent fabriqué par le chercheur lui-même) chargé d’en assurer l’authenticité ou de faciliter la collecte des informations sur les sociétés avec lesquelles ils ont plus de familiarité que le chercheur étranger. Nombre d’entre eux sont célébrés pour leur efficacité dans ce rôle important d’intermédiaire et dans certains cas de réels liens forts ont été établis entre collaborateur et chercheur. Certains comptes-rendus d’enquête de terrain mentionnent l’importance de leurs contributions sans pour autant les ériger en égal du chercheur. Il est plus courant de dépeindre ces « collaborateurs » comme des colporteurs passifs de savoirs gnoséologiques, de l’intérieur indigène, destinés à un traitement sophistiqué par le savant allogène seul capable de trier, d’ordonner et de placer ces morceaux d’évènements locaux dans le contexte historique des controverses de la discipline d’appartenance, d’en assurer une « montée en généralité » dans l’espace savant occidental. Le présent numéro de Méthod(e)s a pour objectif de revenir sur la contribution des assistants de terrain dans l’élaboration des savoirs scientifiques constitués. Il s’agira d’explorer les différents aspects de cette collaboration, plus ou moins reconnus, afin d’y voir ses fonctions heuristiques dans la fabrication des connaissances en sciences sociales. En effet, il ne s’agit pas de simplement rendre justice à des « ouvriers » subalternes injustement méconnus de l’histoire de la production des connaissances, mais de chercher à établir, de manière critique, leurs statuts épistémologiques dans le but de reconnaître les modalités de leurs contributions dans la fabrication des théories, des concepts et des outils d’investigation inscrits dans le patrimoine commun des sciences sociales contemporaines. En suivant le cours du procès de production des savoirs en sciences sociales, nous serons alors en mesure d’identifier les moments importants pendant lesquels se réalisent des interactions heuristiques sources d’apports scientifiques. 

Dans cette division du travail scientifique, la phase importante de collecte des données fut longtemps inscrite dans un paradoxe : tenue pour être la clé de voûte de la production scientifique, moment par excellence d’exercice de la rigueur méthodologique, elle ne confère que peu de considération scientifique à ses principaux acteurs. Or, ce moment manifeste les contradictions de l’exercice du métier de chercheur en sciences sociales. Dans ce « travail en commun », le chercheur et l’informateur (souvent inscrits dans des trajectoires sociales différentes) s’inscrivent dans une tension dans laquelle se construisent un territoire d’investigation, une unité d’observation 

Ce retour critique vers cette collaboration conduit à percevoir les prémisses voire l’amorce réelle d’une science sociale locale jamais reconnue comme telle, mais qui n’en demeure pas moins manifeste au miroir d’une demande savante exogène. Cependant, un tel « point de vue » peut-il porter le qualificatif de « collectif » ou demeure-t-il une élaboration à tâtons d’une stratégie de succès individuel d’un bonimenteur local? Quel rapport entretient-il avec les instances locales de production de savoir? En abordant le phénomène sur ses deux versants principaux, celui de l’espace d’origine de l’anthropologue et celui de la société de l’informateur, la question du statut scientifique de l’informateur se pose paradoxalement de façon similaire : en quoi sa double connivence lui accorde-t-elle une identité savante réelle ? 

Il nous paraît en effet important de comprendre les différentes façons dont ces « intercesseurs » de la société étudiée constituent leurs « corpus » ethnographiques. De quelle manière récoltent-ils leurs données ? Sur quelle base les destinent-ils au chercheur étranger ? Sur ce terrain de la production des savoirs, le chercheur étranger et son collaborateur local divergent-ils ou convergent-ils ? 

Du côté du chercheur, l’intérêt de cette collaboration se pose. Outre le fait qu’à travers ce personnage se pose la question importante du rapport à l’Autre, le « négoce » dans lequel le chercheur engage sa recherche amène à poser le problème du crédit heuristique des « éléments de terrain » récoltés dans de telles conditions. Interroger le statut du « collaborateur » peut nous renvoyer à étudier la trajectoire de chercheurs ou de collaborateurs particuliers ou celle d’écoles ou de disciplines. Il nous faudrait répondre à une question importante : ces assistants de recherche sur le terrain sont-ils des collègues, des assistants, des serviteurs ou encore des « maîtres cachés » ? 

Enfin, plus globalement, il est possible de suivre la circulation des connaissances depuis leur cueillette par un ou des informateurs jusqu’à leur participation à une élaboration conceptuelle sophistiquée. Chaque étape ici pouvant avoir une importance propre. 

Dans ce numéro, nous souhaitons voir s’exprimer les différents aspects manifestant le phénomène de l’assistance indigène dans la recherche de terrain. En effet, toutes les rubriques de la revue Méthod(e)s sont d’excellentes occasions pour mettre en lumière les types d’expression de ce phénomène important de l’histoire des sciences sociales. 

Le Dossier thématique accueille les articles analytiques traitant de cette question d’hégémonie en suivant les multiples dimensions que nous venons d’exposer (70,000 caractères, espaces inclus). 

Les Questions de terrain permettront de revisiter ou d’exposer sur un espace de recherche précis une expérience propre d’interaction entre chercheur et assistants de recherche (50,000 caractères, espaces inclus). 

La rubrique Varia reste ouverte aux textes de fond proposant un point de vue original en matière de méthodologie et d’épistémologie des sciences sociales (40,000 caractères, espaces inclus). 

La rubrique Guest Papers mettra en débat un texte classique présentant une proposition originale en matière de méthodologie et d’épistémologie du Sud Global. Le texte central sera discuté dans de courts textes par des collègues issus d’horizons géographiques, politiques et intellectuels différents (40,000 caractères, espaces inclus). 

La Note critique proposera un ou deux articles qui examinent un ou plusieurs travaux importants sur la méthode en relation au thème de ce numéro. Ces critiques devront mettre en évidence l’importance des questions soulevées dans l’ouvrage considéré (40,000 caractères, espaces inclus). 

Dans la rubrique Compte-rendu, les collègues sont invités à écrire des commentaires critiques de publications récentes dans le cadre des débats en cours (15,000 caractères, espaces inclus). 

Les correspondances sont à adresser à : contact.methodes@gmail.com 

Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in development or Emergency contexts

 Introduction: Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in Development or Emergency contexts

APAD 40_41epreuve_couverture_16:9 4

Sylvie Ayimpam, Magali Chelpi-den Hamer, Jacky Bouju

Published in Anthropologie et Développement n°40-41 (2014), pp. 21-41« Les terrains du développement et de l’humanitaire: convergences et renouveau réflexif »

Long Abstract

The bygone figure of the lonesome ethnologist settled for a long time in an exotic distant village is fading away. New generations of social anthropologists stay out of office for much shorter fieldwork periods in order to investigate issues concerning close or distant places or people. They pay special attention to the diversity of local stakes and interests, to the multiplicity of opinions and understandings, to the complexity of other’s world. They do worry about the intercultural encounter and the ethics of communication with research assistants and informers. All in all, social anthropologists are very reflexive about their field practice.

On their part, anthropologists of development have also contributed to the renewal of the discipline. They were the first to explore new ways of practicing ethnography in short term development programs. Anthropologists involved in emergency humanitarian relief programs took their path and relied heavily on ideas and concepts stemming from development anthropology (intervention capture and manipulation ‘from the top’ or ‘from the bottom’, the degree of embedding in the immediate project environment, actors’ games and power strategies, etc.) But, last decades conflict and post-conflict situations tagged with collective atrocities and repeated violation of human rights have increased. Such a context has strongly impacted fieldwork exposing it to new difficulties, risks and hazards unknown before. Today, anthropology of emergency and development is fully involved in actual disciplinary stakes. New researches are centred on Aid organizations’s internal logics and stakes arouse discussions and debates about the methodological innovations springing from urgency and development actions stand in good place amid these new researches. Some of them following the reflexive turn cogitate on personal involvement in aid programs. Yet, apart from the milestone book of Florence Bouillon, Marion Frésia and Virginie Tallio (2005), the French speaking anthropology of development and urgency kept uninvolved in this reflexive trend. Therefore, the aim of this issue is to start filling the gap. But, in doing so, we shall not follow the existing literature main stream which is mainly concerned with ethical and methodological problems stemming from doing fieldwork in very dangerous contexts or war situations (Nordstrom & Robben 1995, Nilan 2002, Sriram et al. 2009). Indeed, all the papers gathered here deal with ‘moderately’ hazardous fieldworks.

Moderately hazardous fieldworks are interesting because they create a global atmosphere of faint insecurity. The researcher accepting to engage fieldwork in such context knows well that he (she) will find himself (or herself) caught in awkward and worrisome situations, some of them being more difficult to cope with than others. In this case, the right perception of risks is central and it depends of a fine and accurate understanding of what is at stakes for all parties interacting. In turn, this depends of the researcher s’ personal involvement in people’s problems and how he has negotiated the various identities assigned to him. It also depends of the previous roles he has played locally and of the new roles he is ready to take upon himself.

In moderately risky situations, hazards stem from research topics that may be politically ‘sensitive’, socially ‘illegitimate’ or religiously ‘taboo’. The specific difficulty of such topics is that they are characterized by conceptual clashes that make them ‘elusive’ and ‘soaked’ with antagonistic meanings that mistreat most of the basic methodology requirements (neutrality, cross control validation, etc.) This is made clear in Ramatou Ouedraogo and Hadiza Moussa’s papers. They describe lengthily how they have been involved into tensed local antagonisms, concerning on one side abortion in an hostile and stigmatizing community context and on the other side, excision in a social context religiously explosive. Hazards may also originate in the authoritarian context surrounding fieldwork as shown in Molly Sundberg and Mikaela Le Meur’s papers. In a situation filled with extreme political tension or religious hatred violence is likely to burst out at any moment. This has been Sylvain Batianga’s experience in Central African Republic where he found himself caught in a local situation undermined by rampant suspicion against all ‘humanitarian’ fieldworkers.

Then, well informed about a risky fieldwork situation, knowing how much access to the research site may be hazardous, the researcher may cancel is leaving to the field. This is what happened to Sten Hagberg and Gabriella Körling. With the burst out of the Malian civil war, access to their research site became impossible. To cope with the situation, they engaged in a kind of ‘distant survey’, a methodological adaptive option that tends to be more and more used to circumvent field access difficulties. Today, extended fieldwork is threatened in several ways. On one side because of the generalization of insecurity problems that may cause hazards to the researcher, his assistants or his informers, and on the other side because of a continuous shrinking of institutional funding of anthropological field research. As a result, field research practice is becoming more and more complicated to implement. Therefore, many anthropologists explore ways and means adapting the classical participant observation method to these pressures. Sten Hagberg and Gabriella Körling’s contribution gives a good idea of the many ways to take ‘notes and queries’ from afar that can be experimented nowadays.

Each paper in this issue illustrates a different way to question the ethical problems met when coping with risks on the field. They may be summed up in four main questions:

  • How is fieldwork method knocked up and tinkered in authoritarian contexts where investigation is not welcomed and interviewing kept under surveillance?
  • What particular ethical and methodological issues rise when fieldworking in sites becoming hazardous in pre or post-conflict situations?
  • Is it possible to investigate any research topic whatever its sensibility?
  • Finally, how much is direct fieldwork interaction necessary? What are the ethical and methodological limits of distant anthropological survey?