Vient de paraitre: Tania Murray Li – Agir pour les autres

Vient de paraitre: Agir pour les autres: Gouvernementalité, développement, et pratique du politique

Tania Murray Li 

Paris, APAD-Karthala, 2020

Cet ouvrage propose un remarquable récit du développement en action, centré sur une série de tentatives visant à améliorer les paysages et les modes de vie. L’auteur y expose, en détail tant les pratiques qui permettent aux experts de diagnostiquer les problèmes et de concevoir des interventions, que la capacité d’action des personnes dont les conduites sont visées par les réformes. Combinant très efficacement théorie, ethnographie et histoire, il est mis en lumière le travail d’agents de développement ayant opéré à différentes époques : fonctionnaires et missionnaires coloniaux ; spécialistes de l’agriculture, de l’hygiène et du crédit ; activistes politiques ayant créé leurs propres modèles devant guider les villageois vers des vies meilleures. L’auteur décrit et analyse des opérations visant, sur financements extérieurs, à intégrer des objectifs de conservation de la nature et de développement via la participation des communautés, ainsi qu’un programme gigantesque, d’un milliard de dollars US, conçu par la Banque mondiale pour réactiver ou réinventer la communauté villageoise, inculquer de nouveaux comportements basés sur la compétition et le choix, et reconstruire la société « par le bas ».

Démontrant que la volonté d’« agir pour les autres » a une longue et complexe histoire, souvent troublée, Tania Murray Li identifie des récurrences fortes allant de la période coloniale jusqu’à l’époque actuelle. Attentive aux spécificités du développement dans les hautes terres de Sulawesi, en Indonésie, elle montre comment une série d’interventions se sont succédées et aussi imbriquées les unes dans les autres, et elle piste leurs effets contrastés, entre bien-être et famine, suivisme et mobilisation politique, solidarités nouvelles, résistance identitaire et action violente.

Tania Murray Li est professeur d’anthropologie à l’université de Toronto. Membre de l’Académie royale du Canada, elle a écrit plusieurs ouvrages primés, dont Land’s end : Capitalist relations on an indigenous frontier (Duke University Press, 2014) et de nombreux articles sur la terre, le travail, les classes sociales, le capitalisme, le développement, les ressources et l’autochtonie, avec un accent particulier sur l’Indonésie.
 
29,00 € TTC

Détails

ISBN 9782811127350
Nombre de pages 348
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2020
Date de publication 09/07/2020

Appel à candidatures Université d’été du LASDEL 2020

Appel à candidatures

Université dété du LASDEL 2020

(9ème session) 

Les méthodes qualitatives face aux grands enjeux sociaux et politiques de l’Afrique contemporaines

(sécurité, mobilités, services publics, collectivités locales)

Niamey, du 5 au 18 octobre 2020

Cliquez ici pour lire et télécharger l’appel à candidatures:

Public ciblé

25 étudiants en sciences sociales (sociologie, anthropologie, histoire, géographie humaine, science politique, psychologie sociale, sciences de l’éducation, santé publique) de pays d’Afrique sub-saharienne (plus 5 d’Europe) titulaires d’un mastère ou d’un DEA, ou inscrits en thèse. Maîtrise dufrançais nécessaire.

Prise en charge

Les 25meilleures candidatures seront sélectionnées. Les 15 premiers seront entièrement pris en charge (voyage, séjour, frais pédagogiques). Si le LASDEL ne dispose pas des financements nécessaires, les 10suivantsdevront trouver leurs propres financements pour les voyages (les séjours et les frais pédagogiques seront pris en charge par le Lasdel).

Sélection

Fournir un CV (2 pages maximum), une lettre de motivation (1 page maximum), et un projet de recherche nettement circonscrit, impliquant une enquête de terrain, et ayant un lien direct avec le thème de la session(5 pages maximum). Il s’agit de privilégier une approche empirique (fondée sur l’enquête de terrain qualitative) portant sur un quelconque enjeu de société de l’Afrique contemporaine, appréhendé dans un contexte particulier limité dans l’espace et dans le temps. Ce dossier est à envoyer par mail au LASDEL au plus tard le 30avril2020. La sélection sera opérée par le comité pédagogique.

Mail: universitedete@lasdel.net

The Cambridge Journal of Anthropology is seeking proposals for the Spring 2021 Special Issue

The Cambridge Journal of Anthropology is seeking proposals for the Spring 2021 Special I ssue . Submissions are invited that use original research to challenge existing understandings of human social life, and aspire to engage a wide readership. Submissions are encouraged from all theoretical, methodological and political traditions. The maximum length for a Special I ssue is 6 0 , 000 words, inclusive of all notes, references, introductions and afterwords. Individual research articles should ordinarily be 8, 000 words in length. No more than 50% of authors named in the proposal should be affiliated to the same institution. Proposals should be sent to the editor ( as2672@cam.ac.uk ) by no later than November 15th 2019 . Proposals should be 2000 – 2500 words in length and include the following: The name (s) , contact details and position (s) of the guest editor (s) and all authors; the proposed title of the Special Issue ; an abstract of 750 – 1000 words that outlines the con text, rationale, coherence and contribution of the Special Issue ; titles, 125 – 150 word abstracts and word counts for each individual contribution; an indication of whether drafts of each contribution are complete at the date of proposal. Two shortlisted proposal s will be announced in mid – December 2019 , and their editors invited to submit a full manuscript for peer review by March 13 th 2020 . The successful issue will be a nnounced in June 2020 and published in June 20 2 1 The Cambridge Journal of Anthropology Editor: Andrew Sanchez www.berghahnjournals.com/cja

 

Appel à communications colloque APAD 2020 —Les circulations dans le Sud global : ethnographies des échanges mondialisés

Les circulations dans le Sud global :
ethnographies des échanges mondialisés

Colloque international de l’APAD

Lomé, 23-26 juin 2020

 

Appel à contributions

Après le colloque de Roskilde, en 2018, consacré aux mobilités et aux migrations, l’Association pour l’Anthropologie du Changement Social et du Développement (APAD) propose pour l’édition 2020 de ses colloques internationaux, co-organisée avec le Département d’Anthropologie et d’Études Africaines de la Faculté des sciences de l’homme et de la société (FSHS) de l’Université de Lomé (Togo), de centrer ses travaux sur les multiples formes de circulation à grande échelle de marchandises, idées, techniques, informations, modèles qui traversent de manière croissante les pays du Sud et les relient au reste du monde. Des communications s’intéressant à des circulations à échelle plus limitée, régionale ou entre pays voisins, ou montrant des effets de changement d’échelle dans les circulations, sont aussi bienvenues.

Voir le texte complet de la problématique du colloque : https://apad-association.org/wp-content/uploads/2019/10/apad-association.org-cfp-apad-2020-fr-nouvelle-deadline-1.pdf

Après la première phase qui a permis de constituer 21 panels thématiques, nous lançons maintenant l’appel à contributions.

La participation au colloque peut se faire selon deux modalités :

  • De préférence, soumettre une proposition de communication dans le cadre de l’un des panels (cf. liste des panels en pièce jointe)
  • Soumettre une proposition de communication « hors panels » mais se rattachant aux axes de réflexion principaux du colloque (cf. liste des axes de réflexion en pièce jointe)

Nous invitons également les anthropologues visuels et les cinéastes à soumettre des films pour des projections publiques.

Calendrier

Une page web dédiée au colloque est ouverte sur le site web de l’APAD : http://apad-association.org/colloque-2020/. Le détail des panels et le formulaire de dépôt des résumés seront mis en ligne le 23 janvier au plus tard.

Les résumés de communication, de 600 mots maximum, doivent être enregistrés en ligne à partir de la page Web du colloque : https://apad-association.org/colloques/colloque-2020/ au plus tard le 20 février 2020.

Les proposants seront informés des résultats de la sélection le 5 mars 2020.

Le texte complet des communications est attendu pour le 15 mai 2020, pour inclusion sur le site internet du colloque.

 

Informations pratiques

Les langues de travail sont le français et l’anglais.

Le colloque se déroulera à l’Université de Lomé du 23 au 26 juin 2020. Lomé est un hub aérien, facilitant l’arrivée des participants. Une liste d’hôtels à des tarifs préférentiels pour le colloque sera affichée à l’avance pour les réservations.

Les frais d’inscription au colloque incluent la documentation, les pauses-café, les repas de midi à la cafétéria de l’Université, la soirée de gala et l’adhésion à l’APAD pour l’année 2020. Celle-ci donne droit à la réception des news de l’association et aux numéros de la revue Anthropologie & développement édités pendant l’année d’adhésion.

  • Le tarif normal est de 120€ (78 000FCFA) = 70€ (45 000 FCFA) de frais d’inscription au colloque + 50€ (33 000 FCFA) de cotisation à l’APAD.

Deux tarifs réduits sont possibles :

  • 95 € (62 000FCFA) = 70 € de frais d’inscription au colloque + 25 € de cotisation à l’APAD pour les personnes ayant un revenu moyen inférieur à 1000€ (660 000 FCFA) /mois.
  • 70 € (45 000 FCFA) = pour les membres de l’APAD à jour de leur cotisation 2020.

Quelques bourses seront disponibles pour des jeunes chercheurs ou des doctorants qui ne pourraient pas financer leur venue. L’acceptation d’une candidature supposera une communication acceptée au panel et la fourniture, à l’avance, du texte de la communication. Les modalités seront précisées sur le site du colloque.

A la suite du colloque, l’APAD organisera un atelier d’écriture à destination des jeunes chercheurs africains, sur la base d’une sélection des communications reçues.

 

Comité scientifique

Adjamagbo Agnès, IRD, France
Ayimpam Sylvie, Aix-Marseille Université, France
Baxerres Carine, IRD, France
Blundo Giorgio, EHESS/IRD, France/Togo
Chalfin Brenda, University of Florida, USA
Choplin Armelle, Global Studies Institute, Université de Genève, Suisse
Goéh-Akoué Michel, Université de Lomé, Togo
Guézéré Asogba, Université de Kara, Togo
Kibora Ludovic Ouhonyioué, CNRST/INSS, Burkina Faso
Kossi-Titrikou Komi Emmanuel, Université de Lomé, Togo
Lesourd Céline, CNRS, Marseille, France
Maizi Pascale, SUPAGRO, Montpellier, France
Muñoz José Maria, Center for African Studies, Université d’Edinburgh, Grande Bretagne
Nugent Paul, Center for African Studies, Université d’Edinburgh, Grande Bretagne
Ouattara Fatoumata, IRD, France/Togo
Petric Boris, CNRS, Marseille, France
Stanziani Alessandro, EHESS, France
Storeng Katerini, University of Oslo, Norvège
Sylvanus Nina, Northeastern University, Boston, USA
Tidjani Alou Mahaman, Université de Niamey, LASDEL, Niger

DEUXIEME CONFERENCE INTERNATIONALE sur la FRANCOPHONIE ECONOMIQUE

DEUXIEME CONFERENCE INTERNATIONALE sur la FRANCOPHONIE

ECONOMIQUE

L’Observatoire de la Francophonie économique (OFE) de l’Université de Montréal a le plaisir d’annoncer l’organisation de sa deuxième conférence internationale sur la Francophonie économique en collaboration avec le Centre Interdisciplinaire de Recherche en Performance et Compétitivité (CIRPEC) de l’Université Mohammed V de Rabat (UM5). Cette conférence aura lieu à l’UM5 du 2 au 4 mars 2020 et aura pour thème central «L’entrepreneuriat et l’insertion professionnelle des jeunes et des femmes en Afrique francophone ». L’objectif est de faire la lumière sur les défis que doit relever l’Afrique francophone – une région importante pour l’avenir de la francophonie et du monde – pour libérer le potentiel entrepreneurial de ses jeunes et de ses femmes, et pour faire de l’entrepreneuriat un moteur de croissance économique et d’inclusion sociale et professionnelle.

Il s’agit d’un événement d’envergure qui coïncide avec le 50e anniversaire de la création de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et qui constitue une belle occasion pour aborder les questions et alimenter les réflexions inscrites au coeur des préoccupations des acteurs de la Francophonie.

La première journée comprendra des plénières et des activités spéciales sur des sujets en lien avec le thème central de la conférence. Les deuxième et troisième journées seront consacrées à des sessions de communications libres ouvertes aux personnes des milieux universitaire, gouvernemental, privé et associatif partout dans le monde qui souhaitent partager les résultats de leurs travaux de recherche ou leurs pratiques et initiatives. Tous les sujets qui touchent les économies francophones ou susceptibles d’être d’intérêt pour ces économies seront considérés pour les communications libres. Voici, à titre indicatif, quelques exemples de domaines d’intérêt :

• Éducation, formation professionnelle et formation continue

• Emploi et conditions de travail

• Entrepreneuriat et environnement des affaires

• Entrepreneuriat féminin

• Économie de la santé – Économie numérique

• Commerce international

• Politiques monétaires

• Intégration régionale

• Enjeux environnementaux

• Infrastructures et énergie

Les personnes qui désirent participer à une session de communications libres ou organiser une activité dans le cadre de la conférence doivent soumettre une proposition en français en vue de son évaluation par le comité scientifique de la conférence. Les propositions seront acceptées jusqu’au 17 novembre 2019.

Formulaire de soumission en ligne : https://ofe.umontreal.ca/activites/proposition-formulaire/Il est également possible d’acheminer les propositions de communication ou d’activité en

format PDF ou Word par courriel à l’adresse suivante : ofe@umontreal.ca. Dans ce cas, elles doivent inclure les éléments suivants :

1. Titre de la présentation

2. Nom, prénom, fonction et affiliations du conférencier

3. Adresse courriel du conférencier

4. Nom, prénom, affiliation, fonction et adresse courriel de chacun des coauteurs

5. Résumé détaillé de la communication en français (max. 1000 mots)

6. Texte intégral de la communication si disponible

Vous recevrez une confirmation de la réception de votre proposition dans un délai de 48h

après son envoi. Sinon, veuillez contacter les organisateurs par courriel à :

ofe@umontreal.ca.

Les soumissions seront examinées par le comité scientifique de la conférence et les décisions seront rendues avant le 15 décembre 2019.

Vous recevrez une confirmation de la réception de votre proposition dans un délai de 48h

après son envoi. Sinon, veuillez contacter les organisateurs par courriel à :

ofe@umontreal.ca.

Les soumissions seront examinées par le comité scientifique de la conférence et les décisions seront rendues avant le 15 décembre 2019. Les conférenciers acceptés devront obligatoirement soumettre le texte intégral de leur communication (entre 3000 et 7000 mots) et s’inscrire à la conférence au plus tard le 15 février 2020, sinon leur communication ne sera pas considérée dans le programme. Les frais d’inscription sont de 20 $ US pour les étudiants et de 50 $ US pour les autres conférenciers.

Le lien pour s’inscrire sera fourni en temps opportun.

Par ailleurs, les conférenciers et les participants seront tenus d’assumer leurs frais de déplacement et de séjour à Rabat. Les organisateurs offriront les pauses-café et les repas du midi durant les trois jours de la conférence. Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur la conférence, prière d’écrire à

ofe@umontreal.ca.

Vient de paraitre: Comprendre la trajectoire des interventions de développement

Vient de paraitre: Comprendre la trajectoire des interventions de développement

Processus et réseaux d’acteurs dans trois projets d’eau potable (Burkina Faso, Haïti, Ghana)

Jean-Pierre JACOB
Philippe LAVIGNE DELVILLE

Voir sur le site AFD 

La question de la durabilité apparaît comme un problème majeur dans la qualité des projets de développement. C’est aussi le cas des interventions de l’Agence française de développement (AFD) : dans le bilan des évaluations décentralisées de projets financés par l’AFD pour la période 2011-2012, soit couvrant 56 projets (d’un montant total de 799 millions d’euros), évalués 6 à 18 mois après leur achèvement, 93 % de ces projets sont jugés satisfaisants en termes de pertinence, 83 % au niveau de l’efficacité et 87 % en termes d’impact sur le développement (Brillon, 2013 : 1504).

pdf: 1.68 Mo
auteur(s):
Jean-Pierre JACOB
Philippe LAVIGNE DELVILLE
isbn:
978-2-37902-012-4
issn:
2492-8313
pages:
190
disponible aussi en:fr
1.68 Mo(pdf)
téléchargé184fois
 

Événement à l’occasion de la parution de l’ouvrage « Appartenances in-désirables »

Événement à l’occasion de la parution de l’ouvrage 
« Appartenances in-désirables. Le religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation »

Invitation au lancement de l’ouvrage Appartenances in-désirables. Le religieux au prisme de l’ethnicisation et de la racisation aux éditions Pétra dans la collection IntersectionS. 

L’évènement aura lieu à Paris le 20 septembre de 14h à 18h30 à la Maison des Métallos http://www.maisondesmetallos.paris/

L’ouvrage sera introduit et discuté par Chantal Crenn, Elise Palomares, Mahamet Timéra et Anne Raulin, en présence des auteur.rice.s et de la directrice de collection Claire Cossée.  L’évènement se conclura par un moment convivial à la Maison des Métallos. 

Dirigé par Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory et Marie-Claire Willems, cet ouvrage collectif réunit 16 sociologues, anthropologues et historien.ne.s qui, à partir de perspectives différentes, ont tenté de saisir l’articulation entre appartenances ethnicoraciales et appartenances religieuses dans leurs situations d’enquête respectives.

Vous trouverez ci-dessous et en pièce jointe la présentation du livre ainsi que le sommaire. 

 
Vous êtes tou.te.s chaleureusement convié.e.s.
 
Bien cordialement,
 
Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory, Marie-Claire Willems.
 
 
PRESENTATION DE L’OUVRAGE
 
Comment penser ensemble les appartenances ethnicoraciales et les appartenances religieuses ? De quelles manières saisir le religieux pour qu’il ne soit ni un masque, ni un succédané d’autres faits sociaux qui sembleraient plus importants ou plus réels ? Ce livre démontre combien il est aujourd’hui nécessaire de réfléchir à l’articulation des trois dimensions que sont le religieux, la race et l’ethnicité. En présentant les résultats d’enquêtes menées dans de nombreuses régions du monde, auprès de religions aussi diverses que le christianisme (catholicisme, évangélisme, mormonisme, pentecôtisme, protestantisme), le culte de l’umbanda, l’islam (chiisme, culte mouride, sunnisme), le judaïsme comme les religions asiatiques, les chapitres de ce livre analysent une imbrication toujours complexe.
Le croisement des approches disciplinaires, mais aussi l’attention accordée aux cadres sociohistoriques et aux temporalités permettent de saisir combien les processus de racisation, d’ethnicisation et de confessionnalisation se travaillent mutuellement. En affrontant l’enjeu politique inhérent à l’interrelation entre religieux, race et ethnicité, cette étude collective met en lumière une triangulation bonne à penser. Seize chercheuses et chercheurs ont affronté des questions parfois hautement polémiques dans l’espace public – français en particulier. Elles et ils proposent différents points de vue sur la manière d’appréhender cette relation triangulaire. Elles et ils l’observent dans les assignations et les catégorisations, les mobilisations, les marques désirables et indésirables, tout en restant réceptifs à saisir cette triangulation là où l’on s’y attendrait moins. Cette réflexion collective appelle donc à penser la fluidité entre des appartenances qui se co-construisent, s’incluent et parfois s’excluent, au sein des rapports sociaux de domination. Elle témoigne de l’émergence d’un champ scientifique en construction.
 
 
TABLE DES MATIÈRES
 
Introduction générale
Religieux, race, ethnicité. Au croisement des marques in-désirables
Simona Tersigni, Claire Vincent-Mory, Marie-Claire Willems
 
Articulations historiques du religieux, dela race et de l’ethnicité
Évitements et entrecroisements épistémologiques. À propos des relations entre le religieux et les relations interethniques dans les sciences humaines et sociales
Simona Tersigni et Claire Vincent-Mory
Les religions monothéistes confrontées à la « race » (XVe-XXIe siècle). Quelques pistes de réflexion et de recherche
Vincent Vilmain
Recomposition idéal-typique des modalités ethnicité/race et religion. Soninké, noir, musulman. Entre imbrication et totalisation
Mahamet Timera
Racialiser la religion, Séculariser l’Empire. Sécularisme, conversion et citoyenneté en Algérie coloniale
Mohamed Amer Meziane
Ethnicisation de l’islam et racialisation des musulmans dans le répertoire islamophobe d’Oriana Fallaci
Bruno Cousin
 
Minorisation et médiations religieuses dans les arènes publiques
Religiosités entre étatisation et réappropriation populaire. Les cérémonies de Âshurâ en Iran
Sepideh Parsapajouh
La construction du prestige parmi les églises pentecôtistes gitanes en Espagne
Manuela Cantón Delgado
La spectacularisation des appartenances, entre ethnicisation et racisation du religieux
Monika Salzbrunn
La construction de l’altérité portugaise entre religion et ethnicité. Ethnographie d’un pèlerinage catholique
Guillaume Étienne
Plus qu’une religion ? Des rapports du mormonisme aux concepts de race, d’ethnie et de culture
Chrystal Vanel
 
Logiques ordinaires et rituelles de la (dés)ethnicisation et de la (dé)racisation
La diversité culturelle au sein du protestantisme français. Enjeux de pouvoir et jeux de catégorisation ethnico-religieuse.
Gwendoline Malogne-Fer 
Convertir l’Europe : des effets contrastés de la race dans le discours évangélique afro-français
Sarah Demart 
Comprendre la racialisation du religieux. Les convertis blancs à l’islam en France et aux États-Unis comme cas d’étude atypique
Juliette Galonnier 
Cesser d’être musulman.e.s. Décompositions et recompositions en jeu
Marie-Claire Willems
Nouvelles images de pretos-velhos. Significations et enjeux contemporains de la racialisation de l’umbanda
Marina Rougeon
 
Postface
Anne Raulin

IOB Antwerpen: Invitation graduation ceremony and prize for development cooperation 

Invitation graduation ceremony and prize for development cooperation 
 
Institute of Development Policy (UAntwerp) 
 
28 août à 17:05« 
 

 

Opening Event 2019: Graduation | Prize for Development Cooperation

 
The Institute of Development Studies (IOB) at UAntwerp warmly invites you to its annual Opening Event, which includes the graduation ceremony of academic year 2018-2019 and the Prizes for Development Cooperation of the Province of Antwerp on Monday 16 September 2019.

Programme  (correction)
  • 15:30: Welcome, registration and coffee
  • 16:00: Introduction and presentation of the Prize winners by Linde Roels, head of staff service for the provincial Development and Education Department
  • Awarding of the Prizes for Development Cooperation of the Province of Antwerp by Luk Lemmens, deputy for the Province of Antwerp
  • Keynote speaker: Daniel Agramont (IOB Alumnus) “The growing Chinese presence in Latin America and its (Geo)political implications”
  • Opening of IOB’s 2019-2020 academic year by Herman Van Goethem, rector of the University of Antwerp
  • Public announcement of the results of IOB’s 2018-2019 graduating students by Stef Vandeginste, programme director
  • Speech by an IOB student representative
  • 18.00: Reception

Prizes for Development Cooperation
Since 1996 the Province of Antwerp has been awarding its Prizes for Development Cooperation on an annual basis. The prizes are intended to promote development studies in economic, political, social, legal, cultural and environmental fields, and in the field of public health and human and animal medicine. All students enrolled in the master (after master) programmes at the University of Antwerp or at the Institute of Tropical Medicine are eligible. The deputation selects a jury which evaluates the submitted theses according to a number of criteria. Each of the winners receives a cash prize of 850 euro.

Venue
Aula Rector Dhanis Stadscampus – building K
Kleine Kauwenberg 14-22
2000 Antwerpen
 
Register for the graduation ceremony
 
 

Appel à contributions-Revue Civilisations 2020: Les espaces publics en Asie orientale

Appel à contributions – Revue Civilisations 2020.

Les espaces publics en Asie orientale. Visualité, performativité et interactions en contextes socialistes.

Date-limite: 30 septembre 2019.

Les espaces publics des différents contextes socialistes d’Asie orientale (limitée ici à la Chine, au Vietnam, et au Laos) connaissent une série de mutations que les sciences sociales n’ont guère explorées dans leur complexité et leurs intrications. Les pratiques et les imaginaires qui leur sont associés ont été profondément affectés par les processus qui, dès les années 1980, ont transformé le projet socialiste révolutionnaire, au premier rang desquels l’avènement d’un capitalisme sous contrôle et d’une société de consommation ouverts partiellement aux flux internationaux. Depuis, la mobilité motorisée, devenue accessible à la majorité des citadins, a métamorphosé les pratiques de circulation (Qian 2015); des projets immobiliers ont radicalement transformé le tissu urbain (Harms 2016) ; les nouvelles formes de consommation – de la classe moyenne et d’une jeunesse devenue plus autonome – ont suscité la création d’espaces dévolus à ces nouvelles attentes ; la patrimonialisation des haut-lieux de l’histoire a redessiné la carte des saillances symboliques ; les migrations, le tourisme interne et international ont hybridé le public des usagers ; la surveillance politique et policière a adopté de nouvelles technologies de contrôle ; enfin, Internet a créé un espace qui dédouble et influence les pratiques associées aux espaces physiques.
Si les espaces publics en contextes socialistes d’Asie Orientale ont fait l’objet d’études se limitant au cas d’un seul Etat ou d’une région (Gaubatz 2019 ; Gibert 2014 ; Kim 2015 ; J. Qian 2018 ; Kurfürst 2012), ce dossier propose un regard transversal inédit sur des sociétés dont les convergences ont depuis longtemps été soulignées (McGee 2009). Nous aborderons les transformations des espaces publics en restant constamment attentifs à leur qualité d’espace physique, visuel, interactionnel, ceci par contraste avec l’approche d’Habermas (1978 [1962]) qui les envisage essentiellement à travers la figure du débat sur les enjeux politiques ou de société. Nous définirons plutôt l’espace public par son accessibilité, théoriquement offerte à tous ; par la visibilité de ce qui s’y déroule; ainsi que par un certain type de sociabilité qui va au-delà des « interactions minimales » du trafic en milieu urbain décrites par Hannerz (1980). Visualité, performativité, interactions sont ainsi au cœur des enjeux conceptuels que ce dossier entend mettre à l’honneur.

Lire l’appel intégral sur Academia.edu

Les propositions d’articles, en français ou en anglais britannique (un titre et un résumé de 300 mots), sont à envoyer avant le 30 septembre 2019 au secrétariat de la revue
 

A paraitre bientôt: Puzzle de sortie de la violence urbaine à Kinshasa

A paraitre bientôt:

Puzzle de sortie de la violence urbaine à Kinshasa

Sara Liwerant et Raoul Kienge-Kienge

A Kinshasa, le terme Kuluna, désigne à la fois une forme récente de la violence urbaine et des jeunes impliqués dans ces actes violents. La construction progressive de la figure du Kuluna devient une autre voie pour dénoncer les difficultés économiques quotidiennes, ou encore, les obstacles au développement du pays. Pour  certains jeunes, c’est une profession : celles de Kulunaire qui créent et développent leurs propres opportunités économiques. L’exercice de ce « boulot » fait apparaître la construction d’un réseau professionnel établi à partir de la multiplicité de leurs liens sociaux, y compris avec les partis politiques. L’ouvrage analyse ainsi les sociabilités des jeunes, tel un puzzle dont les acteurs visibles et invisibles peuvent constituer de véritables leviers pour une sortie de violence.

Avec la participation de Catherine Mambiko, Everett Nionzi, Hilaire Omalete, Félicien Kayombo, Victor Tene, Olivier Mazianda

Louvain-la-Neuve, Editions Academia, 2019

Collection: Publications du Centre de Criminologie n°3

 

Appel à contributions – BIT « Ecrire sur l’informalité »— OIT  » Writing on Informality »

Global Knowledge-Sharing Forum: Transition to Formal Economy

3rd edition

Appel à contributions – BIT « Ecrire sur l’informalité »
 
Call for Papers OIT  » Writing on Informality »
 
Le Département de la politique de l’emploi et ITCILO organisent la troisième édition du Forum mondial de partage des connaissances sur la transition vers l’économie formelle, qui se tiendra à Turin du 25 au 29 novembre 2019. Le Forum mondial sur le partage des connaissances est organisé tous les deux ans par l’OIT et constitue une plate-forme de discussion ouverte et interactive entre les décideurs publics, les partenaires sociaux et les partenaires institutionnels sur ce qui a fonctionné ou non sur les processus de transition aux niveaux national, régional et mondial. ; ainsi que d’identifier les principaux problèmes et défis liés à l’amélioration de la mise en œuvre de la recommandation de l’OIT sur la transition vers la formalité (R204). Pour cette édition, le BIT lance un appel à contributions «Ecrire sur l’informalité» sur les politiques de formalisation fondées sur des données factuelles afin d’encourager la publication de publications de qualité sur la sortie de l’informalité. Les documents devraient être axés sur des moyens novateurs de lier les cadres politiques, la transformation structurelle et la transition vers la formalité; sept domaines de recherche sont suggérés:

1. Transition vers la formalité et la transformation structurelle inclusive: le rôle des politiques sectorielles
2. Productivité accrue des entreprises et des travailleurs qu’elles ont employés: quelles mesures, conditions et quels résultats?
3. Formulation et coordination des politiques pour la transition vers la formalité: qu’est-ce qui fonctionne?
4. Pratiques et institutions des acteurs de l’économie informelle: défis et opportunités pour les politiques publiques
5. Développement des compétences et apprentissage tout au long de la vie: que font les travailleurs de l’économie informelle?
6. Extension de la couverture de la sécurité sociale à ceux de l’économie informelle: parcours et expériences
7. Organisation et représentation des travailleurs de l’économie informelle et des unités économiques: actions et outils innovants
 
Les documents sélectionnés seront présentés lors de sessions thématiques lors du Forum mondial et seront publiés par le BIT dans un livre collectif en 2020. Les personnes intéressées doivent soumettre un document au plus tard le 20 septembre 2019, par courrier électronique à l’adresse suivante: informeleconomy@itcilo.org. Il faut soumettre un document complet et rédigé et non pas une proposition, car les propositions ne seront pas acceptées. Veuillez diffuser largement cet appel à contributions dans vos réseaux universitaires / sociaux. Merci Département de la politique de l’emploi Organisation Internationale du Travail Genève, Suisse
 

Dear friends and colleagues,

The Employment Policy Department and ITCILO are organizing the third edition of the Global Knowledge Sharing Forum on Transition to formal economy in Turin from 25-29 November  2019.

The Global Knowledge Sharing Forum is organised every two years by the ILO and is a platform for open and interactive discussion between public decision-makers, social partners and institutional partners on what has worked or  not  on the transition processes at national, regional and global levels; as well as to identify key issues and challenges relating to enhancing the operationalization of the ILO’s recommendation on transition to formality (R204).

For this edition, the ILO is launching a call for papers “Writing on informality” on evidence-based policies on formalisation to encourage good quality publications on the way out of informality.

The papers should focus on innovative ways to link policy frameworks, structural transformation and transition to formality; seven areas of research are suggested:

1.       Transition to formality and inclusive structural transformation:  the role of sectoral policies

2.       Increased productivity of enterprises and workers they employed: what measures, conditions and what results?

3.       Policy formulation and coordination for transition to formality: What works?

4.       Informal economy actors’ practices and institutions: Challenges and opportunities for public policies

5.       Skills development and lifelong learning: What now for informal economy workers?

6.       Extending social security coverage to those in the informal economy: Paths and experiences  

7.       Organization and representation of informal economy workers and economic units: Innovative actions and tools 

The selected papers will be presented in thematic sessions during the Global Forum and will be published by the ILO in a collective book in 2020.

Those interested should submit a paper (proposals will not be accepted) by September 20, 2019, through the following email: informaleconomy@itcilo.org.

Please circulate widely this call for papers in your academic/social networks. Thanks

Employment Policy Department

International Labour Organization

Geneva, Switzerland

 

 

Appel à contributions- Université des Nations Unies

Appel à contributions –

La dynamique du travail des femmes: voies de l’autonomisation économique et sociale

Demande des propositions de recherche

La dynamique du travail des femmes: voies de l’autonomisation économique et sociale

L’Institut mondial pour la recherche en économie du développement de l’Université des Nations Unies (UNU-WIDER) sollicite des propositions de documents de recherche sur la dynamique du travail des femmes afin d’améliorer la compréhension des liens entre le travail des femmes et leur autonomisation économique et sociale. Les propositions retenues feront partie du corpus de données du projet UNU-WIDER intitulé: Le travail des femmes – voies vers l’autonomisation économique et sociale.

Date limite de soumission: 31 août 2019, 23h59 UTC + 3 Bref fond

Les progrès récents dans la réduction des disparités entre les sexes dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la représentation politique n’ont pas été accompagnés d’améliorations similaires des résultats sur le marché du travail des femmes, ou plus généralement de leur autonomisation économique. Les données mondiales montrent qu’il n’y a pas eu d’augmentation de la participation des femmes à la population active ni de réduction de l’écart entre hommes et femmes. Les femmes occupent généralement les emplois les moins bien payés avec le moins de protection, et les attitudes envers le genre entravent souvent l’accès à de meilleures opportunités.

Le travail des femmes diffère de celui des hommes, car elles risquent davantage d’être non rémunérées dans des entreprises familiales et sont principalement responsables des tâches ménagères et des tâches ménagères. Ces responsabilités combinées de contribuer aux entreprises familiales, de gagner un revenu dans des emplois généralement mal rémunérés et de prendre soin du ménage peuvent nuire au bien-être physique et mental des femmes.

Pour que les femmes soient autonomes sur les plans économique et social, il est nécessaire d’accroître le nombre et la qualité des emplois des femmes et de lever les obstacles liés à l’égalité des sexes pour accéder aux possibilités d’emploi et à la ségrégation sur les marchés du travail. En outre, la réalisation de l’égalité des sexes sur le marché du travail dépend essentiellement de l’adoption de politiques tenant compte du «double fardeau» auquel les femmes à faible revenu, en particulier, gagnent un revenu pour la famille et s’occupent des autres membres du ménage. Projet UNU-WIDER Le travail des femmes portera sur trois grands domaines de recherche, à savoir la ségrégation, les transitions et la mesure. Cet appel est à propositions de communications sur les questions clés liées aux transitions. Lisez l’annonce complète pour plus d’informations.

Offre et attentes:

UNU-WIDER sollicite des propositions de chercheurs qualifiés pour des communications basées sur l’une des questions / problèmes énumérés ci-dessus ou sur différentes questions liées à la dynamique du travail des femmes. L’objectif est que ces articles aboutissent sous forme d’articles dans un numéro spécial d’une revue. Les propositions émanant d’individus (ou de groupes d’individus) ainsi que des organisations à but non lucratif sont les bienvenues. Les candidatures de femmes dûment qualifiées et des chercheurs de pays en développement sont particulièrement encouragées. Les candidatures des groupes composés d’au moins 50% de femmes auront la préférence sur les groupes ayant un quota de femmes inférieur. Les propositions peuvent aborder une ou plusieurs des questions de recherche. Veuillez lire attentivement la note conceptuelle derrière le projet avant de soumettre une proposition. Le document de travail sera examiné pour publication dans la série de documents de travail WIDER. Le document de travail doit être rédigé en anglais et limité à 10 000 mots ou moins, car il s’agit probablement du nombre maximal de mots d’un article de revue si le document est accepté pour publication ultérieure dans une collection. UNU-WIDER ne commande que des recherches originales qui n’ont pas été publiées ailleurs. Pour garantir la qualité et l’originalité de la recherche, toutes les études soumises sont analysées à l’aide du logiciel iThenticate dès le premier stade de réalisation et à nouveau avant la publication.

Tous les candidats retenus devraient participer à un atelier d’une à deux journées en 2020 (date et lieu à déterminer) où les travaux en cours seront présentés à d’autres chercheurs sous contrat.

Lisez l’annonce complète pour plus d’informations.

Calendrier des principaux rendez-vous

1er juillet 2019: Annonce publiée

30 juillet 2019: dernière opportunité de poser des questions sur la demande de propositions de recherche

31 août 2019:  Date limite d’envoi des propositions

15 octobre 2019: date butoire pour informer des décisions finales

15 décembre 2019: date butoire pour l’achèvement des procédures administratives nécessaires

1er mai 2020: date limite pour la soumission du premier projet de documents

juin-juillet 2020: Fenêtre cible pour l’atelier de travail en cours

30 septembre 2020 date limite pour la soumission des communications finales

31 octobre 2020 date cible pour la publication des documents de travail

30 novembre 2020: les articles entrent dans le processus d’évaluation par les pairs

Détails de soumission de proposition

La soumission des propositions se fait électroniquement en utilisant un formulaire sur la page d’annonce du PRRP. Il y a trois formes à choisir; un pour les individus, un autre pour les groupes d’individus et un troisième pour les organisations à but non lucratif. Les détails (tels que l’adresse, le sexe, la nationalité, la date de naissance) de tous les chercheurs impliqués devront être entrés dans le formulaire et la page de couverture, la proposition et un court CV (cinq pages ou moins) du / des chercheur (s) téléchargé (s). Veuillez vous familiariser avec le formulaire à l’avance.

Toute question sur le processus de proposition doit être envoyée à researchproposal5@wider.unu.edu avant le 30 juillet 2019.

Toutes les questions et réponses seront publiées sur la page d’annonce du PRPF. Les réponses sélectionnées seront mises à jour sur une base continue.

Appel à contributions Bamako 23-27 novembre 2019: Politique, conflits et résolutions en Afrique

 

 

 

Appel à contributions : Bamako 2019

L’État et le développement durable en Afrique : Comment les règles du politique informent les conflits et leurs résolutions en Afrique

L’Institut MIASA, un organisme de recherche en sciences humaines et sociales, situé sur le magnifique campus de l’Université du Ghana à Legon (Accra), dont la problématique centrale est la « Gouvernance durable », lance un appel à contributions pour une conférence qui se tiendra à Bamako, en novembre 2019, sur les conflits et leurs résolutions en Afrique.

L’analyse du politique et de l’État en Afrique est souvent marquée par une trop forte tendance à l’essentialisation de ceux-ci. L’État apparaît lui comme une sorte de « léviatan » tropicalinscrit sous le registre de l’inadaptation puisque l’État est obligatoirement un produit importé,un outil de gouvernement mal maîtrisé par des indigènes peu habitués aux règles degouvernance modernes. Cette perspective tend à séparer arbitrairement l’institution étatiquede la dynamique historique générale puisque l’ensemble des instances politiques africaines,rétives à la modernité, reste irrémédiablement attaché à un ordre passé. Les conflits sont souvent considérés comme la preuve de la défaillance de l’État. Comme les conflits sont souvent endémiques en Afrique, ils posent d’importantes questions théoriques et méthodologiques sur la meilleure façon de réfléchir à la nature et au rôle des règles dans l’établissement d’arrangements politiques durables.

L’objectif de la conférence est d’intégrer le concept de développement durable (sustainability/Nachhaltigkeit) dans la relation entre l’émergence de l’État en tant que réseausocial et les règles par lesquelles ce réseau se gouverne dans la durée. Il s’agit à la fois d’observer la cristallisation sociale des configurations en tant qu’institutions garantissant lagestion du bien public et d’examiner la mise en œuvre technique de ce bien public. Cet intérêtmet en évidence des dimensions importantes du concept de développement durable, car il aide à focaliser l’attention sur la constitution du politique dans la longue durée.

Comment le concept de développement durable peut-il nous aider à comprendre la constitution de l’espace politique en Afrique et aux règles qui le régissent ? Le développement durable est devenue un élément essentiel du discours politique contemporain. Comprendre ce concept nécessite d’étudier sa trajectoire politique, ce qui, dans le contexte africain, nous permet de débattre des modalités de la production du savoir. S’intéresser à la recherche de la relation entre le développement durable et l’État en Afrique est une façon de contribuer au débat scientifique. En ce sens, la pertinence du concept de développement durable dans l’analyse des processus politiques est fonction de notre capacité à accepter que seule une étude complexe des sens historiques et des fractures actuelles permet de dévoiler les logiques qui provoquent la manifestation des relations sociales violentes. La constitution des groupes,hiérarchiques et oppositionnels, et l’apparition des conflits sociaux au sein de l’l’État se manifestent en même temps qu’est mise en jeu la capacité des groupes qui le contrôlent à conserver le contrôle effectif des instruments de concurrence et d’accumulation légitimes.

Le développement durable en tant que notion ou doctrine a une histoire et une présence discursives particulières qui se prêtent à une analyse plus approfondie du rôle des règles. Ils’agit non seulement de la généalogie d’un discours, mais aussi du moment crucial où celui-ci se drape du manteau d’une « doctrine ». Se pose alors la question des chevauchements, desparallèles ou des tensions liées à l’existence d’autres manifestations discursives connexes.Enfin, il touche aux fondements idéologiques du discours sur la durabilité, qu’un certain penchant anthropologique pourrait qualifier d' »idéologie de l’harmonie » (Nader) où règne l’espoir général d’un état d’équilibre.

En gardant ces développements à l’esprit, nous invitons les contributeurs à aborder les thèmes suivants :

1. Les organes législatifs et les moyens étatiques d’exercer la violence comme objets et sujets dans les luttes sociales pour l’appropriation des biens : quels sont les aspects du discours sur le développement durable qui sont évoqués afin de garantir le droit à la propriété ?

2. La remise en cause de l’État et des formes de violence qui l’impliquent, autrement dit la remise en cause de la dynamique de constitution des valeurs sociales et de la définition des moyens légitimes de lutte : quelles valeurs sous-tendent la quête d’ordres sociaux durables ?

3. Les débats sur le déclin de l’État : quelles visions de l’avenir éclairent la construction de l’État en tant qu’invention institutionnelle collective inscrite dans la longue durée ?

4. La capacité de l’État, en tant qu’expression d’une configuration centrale, et la nécessaire adhésion référentielle de tous les individus, de tous les citoyens aux normes collectives : Quels sont les objectifs ultimes qui se prêtent à une intervention au nom du développement durable ?

5. La vie sociale du développement durable dans le domaine politique : Comment la « doctrine du développement durable » se traduit-il en pratiques, objets et configurations institutionnelles concrètes ?

Les propositions (en anglais ou en français) doivent comprendre :- un titre de la communication
– le nom et l’adresse électronique de l’auteur
– un court résumé de <300 caractères

– long résumé de moins de 300 mots
Tous les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par MIASA.Date limite : 15.09.2019

Veuillez envoyer votre proposition au Dr Marko Scholze, scholze@em.uni-frankfurt.de et Prof. Mamadou Diawara, m.diawara@em.uni-frankfurt.de

 

 

 

 

Vient de paraitre: Comprendre les sociétés multinationales

Vient de paraitre: Comprendre les sociétés multinationales

Willy Molenga Lingoto

Editions L’Harmattan, Paris

Collection: Géopolitique Mondiale 

Conception graphique : Julien Denieuil

Comprendre les sociétés multinationales

Le présent ouvrage dont le contenu gravite autour de l’intelligibilité des sociétés multinationales, soulève les problèmes qui portent sur l’image qu’elles présentaient aux yeux des États en développement : une menace sinon un danger pour leur souveraineté. Mais avec le temps, à l’avènement de la mondialisation, cette image on ne peut plus négative s’est muée en bien dans la mesure où les multinationales sont actuellement considérées comme les seuls acteurs incontournables de la vie économique, voire politique, sur la planète de par leur savoir-faire technologique et managérial. Et que donc par ces temps qui courent, les États, jadis méfiants, cherchent plutôt à les attirer par des appâts tels qu’un train de règlementations incitatives, pour ne citer que cet exemple.

Willy Molenga Lingoto est Docteur en Sciences politiques et administratives de l’Université de Lubumbashi depuis l’année 2012. Actuellement Professeur dans la même Université, il est de la chaire de Politique de Développement.

Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales

Revue en ligne SociologieS

Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales

Discussion de l’ouvrage de Jacques Hamel, Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2019
 
Sylvie Ayimpam
 

Notes de la rédaction

Le Grand résumé est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11708 et la discussion par Vincent Dubois à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11714

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre, l’ouvrage de Jacques Hamel Savoir écrire en sociologie n’est pas un manuel destiné à livrer des « recettes » d’écriture scientifique en sociologie aux jeunes chercheurs. Il s’agit en revanche d’une réflexion sur ce que représente l’acte d’écrire en sociologie et sur le rôle que joue le langage dans la formulation de la connaissance sociologique. Le travail de Jacques Hamel est une remarquable contribution épistémologique à la fois riche et dense, à la question de la relation entre écriture et langage en sociologie. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, je partirai de quelques éléments abordés dans le grand résumé de son ouvrage pour tenter d’élargir le propos à partir de l’assertion de Jean-Claude Passeron selon laquelle « Sociologie, anthropologie et histoire partagent une seule et même épistémologie » (Passeron, 1991). Pour commencer, j’introduirai mon propos en présentant rapidement les éléments qui, me semble-t-il, permettent d’élargir la réflexion sur l’écriture à l’ensemble des sciences sociales. Ensuite, je discuterai le rôle que Jacques Hamel attribue à l’écriture et au langage dans le processus de production de la connaissance scientifique, en abordant plus particulièrement la question de la conceptualisation et de la production des données empiriques dans ce processus. Enfin, je réagirai à la question du rôle des logiciels d’analyse qualitative dans l’écriture et la connaissance scientifique. Je conclurai mon propos en évoquant la diffusion des écrits des chercheurs en sciences sociales à l’ère d’Internet.

Écriture en sociologie ou écriture en sciences sociales : de l’unité épistémologique des sciences sociales

Bien que l’affirmation de l’unité et de la spécificité épistémologique des sciences sociales ne soit pas nouvelle, Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008, pp. 13-15) observe que c’est incontestablement dans l’œuvre épistémologique remarquable de Jean-Claude Passeron qu’elle trouve son expression contemporaine la plus systématique et la plus rigoureuse, œuvre qui reste sans équivalent à ce jour. Jean-Claude Passeron s’est en effet attaché à souligner l’unité épistémologique de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire, en montrant que ces disciplines partagent un espace épistémologique commun fondé sur l’historicité des phénomènes sociaux et sur la prédominance du langage naturel utilisé pour les décrire et les interpréter. Ce faisant, Jean-Claude Passeron réussit à renvoyer dos-à-dos d’une part, les excès positivistes ne voyant de science que dans l’expérimentation et dans la formalisation et d’autre part, les excès herméneutiques rejetant la dimension empirique et comparative des sciences sociales (…).

Lire la suite de cet article dans la revue SociologieS 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search