Date à retenir-mardi 23 octobre-vernissage Kinshasa chroniques

Date à retenir-mardi 23 octobre-vernissage Kinshasa chroniques

Exposition 

Kinshasa chroniques Sète du 24 octobre 2018 au 10 mars 2019

Hors les murs – Musée international des arts modestes

Soixante- dix créateurs — individus, binômes, collectifs — sont invités à dire Kinshasa, par la plastique, par le verbe, par le son, telle qu’ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent ou la contestent, mettant radicalement à mal clichés et images faciles. Troisième ville d’Afrique, avec plus de douze millions d’habitants, 90 % de sa surface étant auto-planifiée et autoconstruite, Kinshasa peut être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville.

  • Musée international des Arts Modestes à Sète
  • Du 23 octobre au 10 mars 2018
  • L’exposition, qui sera présentée en avril 2020 à la Cité de l’architecture & du patrimoine, propose une approche de la capitale congolaise née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain : photographes, vidéastes, BDistes, peintres, performeurs, slameurs, rappeurs…, pour la plupart nés après 1985.

Appel à contribution « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation » / Call for Papers « Extending the field of Fair Trade »

Appel à contribution « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation » / Call for Papers « Extending the field of Fair Trade »

La Revue internationale des études du développementa le plaisir de lancer un Appel à contributions pour son Dossier spécial : « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation », à paraître en novembre 2019.

 Contextualisation 

Le commerce équitable (CE) constitue un champ de recherche complexe et encore jeune qui alimente des controverses en matière de développement politique, économique, social et environnemental. 

Les évolutions rapides dans les pratiques des différents acteurs du mouvement du CE ne cessent de questionner le sens de la notion d’équitable, le périmètre du CE ainsi que les méthodologies à même de rendre compte de son impact. 

Ce dossier a précisément pour objectif d’actualiser les débats sur la signification, les frontières et l’impact du CE à partir d’études de cas portant sur des filières ou des labels peu étudiés jusqu’à présent, des méthodologies d’étude d’impact originales ou encore sur la titularisation des lieux. 

Un secteur dynamique et (auto-)légitimé 

Le CE a été conçu initialement comme un partenariat Nord-Sud, dans lequel les consommateurs du Nord sont sensibilisés aux conditions de vie des producteurs du Sud et acceptent en conséquence de payer les produits à un prix plus élevé pour permettre à ces derniers de s’organiser collectivement, d’avoir les moyens de vivre de leur métier et de décider de leur avenir. 

Les réseaux qui ont développé cette forme d’échange se sont historiquement concentrés sur l’artisanat, puis se sont largement focalisés sur les produits agricoles tels que le café, le cacao, le thé, les bananes, etc. 

Cette forme d’échange a connu un certain succès ces vingt dernières années (Boonman et al., 2011; Krier, 2008 ; Raynolds and Greenfield, 2015). 

Les processus d’identification, de certification et de labellisation de ces produits ont d’ores et déjà fait l’objet de nombreux débats (Balineau et Dufeu, 2010 ; Getz et Shreck, 2006 ; Renard, 2005). 

Les études d’impact se sont également fortement développées, avec une concentration sur les coopératives de produits primaires en Amérique latine et en Afrique, laissant de côté certaines régions du monde et certaines activités telles que les activités artisanales (Vagneron et Roquigny, 2010 ; Nelson, 2017). 

Entre rééquilibrage partenarial et renégociation du partage de la valeur 

Le CE s’est constitué, de facto, à rebours du système néo-colonial de drainage des ressources au profit de la satisfaction des besoins naissants ou nouveaux des sociétés de consommation au Nord. Il entend en effet modifier peu à peu les formes de partage inégal de la valeur au sein des chaînes alimentaires transnationales et internationales. Ainsi, les projets de production et de commerce équitables entrent fortement en résonance avec les mobilisations de type agrariennes, visant à renforcer le niveau de maitrise des systèmes agro-alimentaires, avec parfois, selon les pays concernés aux Suds, des accents souverainistes ou nationalistes. 

Par le biais du commerce équitable, ce sont des questions de bien-être, de participation des catégories oubliées (femmes, jeunes, vieux, pauvres,…), de lutte contre les inégalités et pour la dignité qui émergent. Au-delà de l’histoire des produits, des groupes et des entreprises qui les construisent, avec leurs succès francs, partiels ou leurs échecs, ce sont bien ces tensions et ces éventuels rééquilibrages que le Dossier entend aborder. 

Au coeur des activités liées au commerce équitable, comment s’organisent et évoluent les rapports de travail entre les différents acteurs impliqués ? Quelles formes prennent les partenariats avec les producteurs indépendants comme avec les entreprises et leurs salariés ? Quel est le niveau d’implication des producteurs locaux (montage de projets, publics visés, stratégies privilégiées, etc.) ? Entre partenariat, collaboration et sous-traitance, comment se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des systèmes de production et d’échange marchand ? 

La proposition comprend : 

– Le titre : de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre) 

– Un résumé de l’article détaillant la question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats 

– Des références bibliographiques (hors du décompte des signes) 

Calendrier de production 

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 22 octobre 2018 à ladresse courriel : 

  • • de la rédaction : revdev@univ-paris1.fr 
  • • des trois co-porteuses de ce numéro spécial : o aurelie.carimentrand@cirad.fr 
  • o zcb99@yahoo.com 
  • o emilie_sarrazin@yahoo.fr 

Les auteur.e.s présélectionné.e.s par les coordinateurs et le comité de rédaction seront prévenu.e.s par l’équipe de la revue la semaine du 5 novembre 2018. 

Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteurs de la revue, seront envoyées par les auteurs aux trois courriels précités avant le 24 janvier 2019

Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article – anonyme – sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité : le sommaire définitif de ce numéro thématique sera rendu le 6 juin 2019. 

Parution : la sortie en librairie de ce n°240 2019-4 est prévue pour fin novembre 2019

Appel à contribution Revue Méthode – Collègues, auxiliaires ou serviteurs :  le statut épistémologique des assistants de recherche de terrain 

Appel à contribution

Collègues, auxiliaires ou serviteurs : le statut épistémologique des assistants de recherche de terrain 

Editeurs: Lyn Schumaker, Université de Manchester, Grande Bretagne; Jean-Bernard Ouédraogo, CNRS-EHESS, Paris, France 

Sur fond de marginalisation de l’ethnographie, collecteur direct et souvent anonyme des « faits », l’écriture de l’histoire des sciences sociales de terrain privilégie les individus et les écoles intervenant au bout de la chaîne de valorisation du travail scientifique. On s’imagine le chercheur solitaire, bardé du savoir des grands Anciens, collectant et déchiffrant des faits issus des systèmes sociaux étranges, inconnus. Le « terrain », « là où poussent les faits » (Dachet 1985 : 191) fut pendant longtemps une expérience lointaine, subalterne et de laquelle ne sera appliqué que le critère de vérité, d’authenticité des faits retenus. Le mot de Frazer, « Le terrain, Dieu m’en préserve », exprime bien cette dévalorisation de ce travail sans gloire de la collecte directe des faits. Rares sont les historiens de sciences sociales à se pencher sur l’intervention des acteurs locaux dans la production des savoirs scientifiques. Certes, les réflexions sur les conditions de l’enquête de terrain sont anciennes (Srinis et al. 1979; Studies in Anthropology Methods, 1960; Maget 1953) et le courant réflexif actuel souligne tout l’intérêt épistémologique de l’engagement du chercheur pris dans les réalités complexes de son « terrain », cette épreuve qui confère désormais la gloire au praticien, mais qui malheureusement reste limitée à l’exploration des expériences individuelles. En effet, la célébration récente du travail de terrain a quasiment occulté le rôle central des assistants et des informateurs dans l’élaboration des savoirs qui fondent l’identité sociale des principales disciplines des sciences sociales. 

L’importance accordée aux cercles des pairs qui constituent l’espace de validation, même dans la controverse, tend à minimiser voire même nier la contribution des assistants et des informateurs dans une phase décisive, celle de la collecte sur le terrain des éléments indispensables aux formalisations théoriques. Or, ainsi que L. Schumaker (2001) l’a magistralement montré dans le cas de la célèbre école anthropologique dite de Manchester, l’environnement social de la Rhodes Livingstone Institut, en termes de circulation locale des hommes et des idées, a influencé grandement la construction des savoirs anthropologiques. Mais l’anthropologie n’est pas seule en cause ici. Cette interpellation méthodologique devrait légitimement être élargie à l’enquête sociologique voire au-delà, car, à des échelles diverses, toutes les disciplines des sciences sociales recourant au « terrain » sont tenues d’inscrire leur action dans un contexte historique peuplé d’acteurs divers. De même, les spécialisations géographiques sont peu pertinentes, car de la sociologie, science des sociétés occidentales, à l’anthropologie, science des sociétés non occidentales, l’implication de collaborateurs subalternes, indigènes est une pratique courante. Le principe même qui consiste à investir un lieu non familier suppose que le chercheur étranger puisse y trouver des connivences, des facilitateurs, des collaborateurs ou assistants agissant comme des passerelles vers ce monde insolite, souvent rétif aux regards scrutateurs de personnes venues d’ailleurs. L’action de ce « collaborateur », cet « étranger de l’intérieur » (Rabinow 1987), lorsqu’elle est efficace sert alors à réduire, sans les annuler, les indispensables différences sociales (classe, ethnie, religion, langue, sexe), ces altérités tenues qui peuvent obérer radicalement l’exploration scientifique de ces réalités autres. Que ce rôle soit nié sur le mode « je ne travaille pas avec des informateurs » ou assumé sur celui de « l’ethnologie paresseuse » (Christian Pelras) du « tout le monde est informateur » sur le terrain, nous voulons dans ce numéro attirer l’attention sur la contribution, souvent décisive mais pouvant être positive ou négative, des collaborateurs subalternes (indigènes ou pas) dans la production d’une science des sociétés. Il est possible d’élargir la catégorie de ces « secondes mains » du travail scientifique à tous les « faiseurs d’enquête » subalternes (y compris les traitements post-terrains) jalonnant le cours de la production des savoirs en sciences sociales. 

L’historiographie retient le rôle de ces hommes et femmes rencontrés sur le chemin de l’exploration obstinée de ces « terrains », de ces sociétés étrangères comme celui d’une simple assistance, d’un outil humain auxiliaire (souvent fabriqué par le chercheur lui-même) chargé d’en assurer l’authenticité ou de faciliter la collecte des informations sur les sociétés avec lesquelles ils ont plus de familiarité que le chercheur étranger. Nombre d’entre eux sont célébrés pour leur efficacité dans ce rôle important d’intermédiaire et dans certains cas de réels liens forts ont été établis entre collaborateur et chercheur. Certains comptes-rendus d’enquête de terrain mentionnent l’importance de leurs contributions sans pour autant les ériger en égal du chercheur. Il est plus courant de dépeindre ces « collaborateurs » comme des colporteurs passifs de savoirs gnoséologiques, de l’intérieur indigène, destinés à un traitement sophistiqué par le savant allogène seul capable de trier, d’ordonner et de placer ces morceaux d’évènements locaux dans le contexte historique des controverses de la discipline d’appartenance, d’en assurer une « montée en généralité » dans l’espace savant occidental. Le présent numéro de Méthod(e)s a pour objectif de revenir sur la contribution des assistants de terrain dans l’élaboration des savoirs scientifiques constitués. Il s’agira d’explorer les différents aspects de cette collaboration, plus ou moins reconnus, afin d’y voir ses fonctions heuristiques dans la fabrication des connaissances en sciences sociales. En effet, il ne s’agit pas de simplement rendre justice à des « ouvriers » subalternes injustement méconnus de l’histoire de la production des connaissances, mais de chercher à établir, de manière critique, leurs statuts épistémologiques dans le but de reconnaître les modalités de leurs contributions dans la fabrication des théories, des concepts et des outils d’investigation inscrits dans le patrimoine commun des sciences sociales contemporaines. En suivant le cours du procès de production des savoirs en sciences sociales, nous serons alors en mesure d’identifier les moments importants pendant lesquels se réalisent des interactions heuristiques sources d’apports scientifiques. 

Dans cette division du travail scientifique, la phase importante de collecte des données fut longtemps inscrite dans un paradoxe : tenue pour être la clé de voûte de la production scientifique, moment par excellence d’exercice de la rigueur méthodologique, elle ne confère que peu de considération scientifique à ses principaux acteurs. Or, ce moment manifeste les contradictions de l’exercice du métier de chercheur en sciences sociales. Dans ce « travail en commun », le chercheur et l’informateur (souvent inscrits dans des trajectoires sociales différentes) s’inscrivent dans une tension dans laquelle se construisent un territoire d’investigation, une unité d’observation 

Ce retour critique vers cette collaboration conduit à percevoir les prémisses voire l’amorce réelle d’une science sociale locale jamais reconnue comme telle, mais qui n’en demeure pas moins manifeste au miroir d’une demande savante exogène. Cependant, un tel « point de vue » peut-il porter le qualificatif de « collectif » ou demeure-t-il une élaboration à tâtons d’une stratégie de succès individuel d’un bonimenteur local? Quel rapport entretient-il avec les instances locales de production de savoir? En abordant le phénomène sur ses deux versants principaux, celui de l’espace d’origine de l’anthropologue et celui de la société de l’informateur, la question du statut scientifique de l’informateur se pose paradoxalement de façon similaire : en quoi sa double connivence lui accorde-t-elle une identité savante réelle ? 

Il nous paraît en effet important de comprendre les différentes façons dont ces « intercesseurs » de la société étudiée constituent leurs « corpus » ethnographiques. De quelle manière récoltent-ils leurs données ? Sur quelle base les destinent-ils au chercheur étranger ? Sur ce terrain de la production des savoirs, le chercheur étranger et son collaborateur local divergent-ils ou convergent-ils ? 

Du côté du chercheur, l’intérêt de cette collaboration se pose. Outre le fait qu’à travers ce personnage se pose la question importante du rapport à l’Autre, le « négoce » dans lequel le chercheur engage sa recherche amène à poser le problème du crédit heuristique des « éléments de terrain » récoltés dans de telles conditions. Interroger le statut du « collaborateur » peut nous renvoyer à étudier la trajectoire de chercheurs ou de collaborateurs particuliers ou celle d’écoles ou de disciplines. Il nous faudrait répondre à une question importante : ces assistants de recherche sur le terrain sont-ils des collègues, des assistants, des serviteurs ou encore des « maîtres cachés » ? 

Enfin, plus globalement, il est possible de suivre la circulation des connaissances depuis leur cueillette par un ou des informateurs jusqu’à leur participation à une élaboration conceptuelle sophistiquée. Chaque étape ici pouvant avoir une importance propre. 

Dans ce numéro, nous souhaitons voir s’exprimer les différents aspects manifestant le phénomène de l’assistance indigène dans la recherche de terrain. En effet, toutes les rubriques de la revue Méthod(e)s sont d’excellentes occasions pour mettre en lumière les types d’expression de ce phénomène important de l’histoire des sciences sociales. 

Le Dossier thématique accueille les articles analytiques traitant de cette question d’hégémonie en suivant les multiples dimensions que nous venons d’exposer (70,000 caractères, espaces inclus). 

Les Questions de terrain permettront de revisiter ou d’exposer sur un espace de recherche précis une expérience propre d’interaction entre chercheur et assistants de recherche (50,000 caractères, espaces inclus). 

La rubrique Varia reste ouverte aux textes de fond proposant un point de vue original en matière de méthodologie et d’épistémologie des sciences sociales (40,000 caractères, espaces inclus). 

La rubrique Guest Papers mettra en débat un texte classique présentant une proposition originale en matière de méthodologie et d’épistémologie du Sud Global. Le texte central sera discuté dans de courts textes par des collègues issus d’horizons géographiques, politiques et intellectuels différents (40,000 caractères, espaces inclus). 

La Note critique proposera un ou deux articles qui examinent un ou plusieurs travaux importants sur la méthode en relation au thème de ce numéro. Ces critiques devront mettre en évidence l’importance des questions soulevées dans l’ouvrage considéré (40,000 caractères, espaces inclus). 

Dans la rubrique Compte-rendu, les collègues sont invités à écrire des commentaires critiques de publications récentes dans le cadre des débats en cours (15,000 caractères, espaces inclus). 

Les correspondances sont à adresser à : contact.methodes@gmail.com 

Vient de paraitre: Au coeur du monde de l’aide internationale

Vient de paraitre:

Au coeur du monde de l’aide internationale

Marion Fresia et Philippe Lavigne Delville

Comment pensent et agissent, au quotidien, les professionnels de l’aide internationale et les agents des organisations nationales qui vivent de l’aide ? Comment se jouent les rapports entre organisations dans les chaînes complexes d’acteurs qui relient les conseils d’administrations des grandes institutions internationales aux populations dites « bénéficiaires » ? Quels modes de gouvernance globalisée l’aide internationale dessine-t-elle dans les pays où ses essources, ses normes et ses institutions sont fortement présentes ?

  A la croisée de la socio-anthropologie du développement et de l’anthropologie des organisations internationales, cet ouvrage permet de mieux comprendre les logiques politiques et institutionnelles des institutions de l’aide, la fabrique de leurs politiques et les modalités de leurs actions. Issu d’enquêtes de terrain approfondies menées au cœur des mondes de l’aide, il dévoile l’hétérogénéité des organisations qui la définissent et la mettent en œuvre, leurs frontières floues et leurs interdépendances, leurs tensions et contradictions mais aussi leur fragilité et leur recherche permanente de légitimité.

En même temps qu’elles restituent des résultats de recherche, les contributions réunies ouvrent la boîte noire de la pratique ethnographique dans les institutions. Dans une logique réflexive, chaque auteur décrit le déroulement de sa recherche, explicite son positionnement de chercheur et son rapport politique et moral au système de l’aide, analyse la façon dont il a géré les relations d’enquête. Entre participation observante et observation externe, l’ouvrage met en lumière une large gamme de positionnements et en discute les atouts et les limites. Il constitue ainsi une contribution importante, tant à l’ethnographie de l’aide et ses institutions, qu’à la réflexion épistémologique et méthodologique sur l’anthropologie des organisations.

De l’habitat à la pratique : habiter ?

 Vendredi 13 avril 2018

De l’habitat à la pratique : habiter ?

Créé en 2008 par Frédéric Saumade, Professeur à l’Université Aix-Marseille et membre de l’IDEMEC, le séminaire inter-laboratoires d’anthropologie Aix-Marseille regroupe, deux journées par an, les cinq équipes de recherches de l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC), de l’Institut des Mondes Africains (IMAF), du Centre Norbert Élias (CNE), du Centre de Recherches et de Documentation sur l’Océanie (CREDO), et de l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia). Autour d’un thème annuel, une équipe de doctorants issus de chacun des laboratoires organise collégialement ces deux journées.

2è séance du séminaire inter-laboratoires d’anthropologie 2018, organisé par le collectif de doctorants SILAAM

Quand :
Le vendredi 13 avril 2018
9h à 17h

Où :
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH),
Amphithéâtre,
Aix en Provence

Argumentaire_SILAAM
Argumentaire_SILAAM

Vient de paraitre – Transitions économiques – En finir avec les alternatives dérisoires

Vient de paraitre: Transitions économiques

En finir avec les alternatives dérisoires

Philippe de Leener & Marc Totté

Editions du croquant

Peut être commandé dès maintenant sur le site de l’éditeur : cliquer ici

Prix du livre papier : 20 €
Pour la version électronique (PDF) : 15 €

320 pages

Par Philippe De Leener et Marc Totté

N’avons-nous pas le sentiment que nous n’en nissons pas de reproduire l’économie que nous croyons combattre ? Que notre créativité, nos audaces, nos sacri ces ne cessent paradoxalement de redonner vigueur et jeunesse à cette économie qui nous domine ? Qu’elle nous enferme dans des luttes sans n et des inégalités de plus en plus blessantes ? Comment éviter que sa domination en vienne à se perpétuer aussi grâce à « nos alternatives » ? Quelle transition engager vers une tout autre économie et comment la mener ?

Les auteurs décortiquent d’abord les logiques et pratiques qui nous épuisent dans le « non-changement ». Ensuite ils prennent position : seules les luttes concrètes qui s’attaquent délibérément aux fondements de l’économie dominante échappent à la dérision et ouvrent véritablement une nouvelle ère. Ce faisant, ils explorent la perspective d’une économie qui vise l’utilité pour la société et généralise la « prévenance ». Ils remettent ainsi l’économie au cœur du champ politique.

L’ouvrage ne propose ni recette ni modèle ni prophétie et s’émancipe du clivage gauche-droite. Il met à la portée de tous des questions concrètes, directes et claires qui font le pari de l’intelligence collective.

Philippe De Leener est professeur d’économie politique à l’Université Catholique de Louvain (UCL) et co-président d’une fédération belge d’entreprises d’économie sociale (SAW-B). Marc Totté, géographe, est depuis plus de 10 ans consultant-chercheur au sein d’Inter-Mondes Belgique, une association spécialisée dans l’accompagnement de processus de transformation des sociétés contemporaines.

Sommaire

Avant-Propos : Une boussole économique pour refonder le sens de nos alternatives
Introduction

PARTIE 1 : Quelles alternatives économiques, pour quoi ?

Chapitre 1 : Transitions économiques. Vue d’ensemble Chapitre 2 : Émanciper sa pensée économique

2.1. Fondements impensés de l’économie
2.2. Des croyances qui nous empêchent d’imaginer une autre économie
2.3. Développer une pensée économique propre, première clef pour toute transition économique

PARTIE 2 : Cinq chantiers

Chapitre 3 : Valeur, monnaie, argent
3.1. Se réapproprier la valeur des choses
3.2. Rendre le contrôle de la monnaie aux citoyens, la réinscrire dans des ter- ritoires
3.3. L’argent, un mal nécessaire ?
3.4. L’argent miroir au cœur de nos vies
3.5. Un chantier urgent à investir profondément

Chapitre 4 : Raison spéculative, dette et intérêt 4.1. Dette et spéculation
4.2. Traces de la raison spéculative dans l’histoire 4.3. Trois leçons

Chapitre 5 : Propriété privée, accès commun et « culture du commun » 5.1. Les tendances lourdes en matière de propriété privée
5.2. Huit impensés, huit impasses : comment la propriété privée nous empêche de penser autrement ou à autre chose

5.3. Une autre « grammaire » de la propriété 5.4. Les communs, une alternative ?
5.5. Poursuivre l’expérimentation

Chapitre 6 : Régulation et maîtrise des règles du jeu
6.1. Paysage de l’économie criminelle contemporaine en huit tendances 6.2. Des transformations majeures en ligne de mire
6.3. Deux scénarios
6.4. La régulation profonde, condition de toute transition de rupture 6.5. Reprendre la main sur ce qui régule nos alternatives

Chapitre 7 : Transition économique, transition subjective
7.1. L’autonomie en question
7.2. Première transformation : vers une montée en puissance du sensible ? 7.3. Seconde transformation : vers l’extraversion généralisée et le repli d’autrui dans les consciences ?

7.4. Troisième transformation : vers un e ondrement de la durée et la dispari- tion du temps ?
7.5. Retour de l’hétéronomie par l’écrasement du temps ?
7.6. Vers une transition subjective ?

7.7. La même transition subjective pour tous ?

PARTIE 3 : Agir alternatif

Chapitre 8 : Combattre le capitalisme en soi. Devenir un acteur politique, c’est refuser de devenir soi-même ce que l’on combat

8.1. Le capitalisme, c’est-à-dire ?
8.2. Pourquoi rien ne change ? Parce que nous sommes ce que nous combat- tons !
8.3. Comment le capitalisme se reproduit en nous et par nos soins, comment fait-il de nous des « collabos » si e caces ?
8.4. La critique du système capitaliste est souvent son principal adjuvant8.5. La social-démocratie en question
8.6. Vingt stratégies par lesquelles le capitalisme nous asservit avec notre com- plicité imaginative
8.7. Lutter contre le capitalisme

Chapitre 9 : Collaborer, partager : une voie prometteuse ? Les économies dites collaboratives et de partage sur la sellette

9.1. L’économie dite de partage, un miroir aux alouettes ?
9.2. La consommation collaborative, une alternative à quoi ?
9.3. Premières leçons et autant de questions
9.4. L’économie collaborative sur le versant de la production
9.5. Ampli er le potentiel alternatif des initiatives collaboratives
9.6. Économie collaborative ou… collaboration économique ? Vers une écono- mie de la bienveillance généralisée

Chapitre 10 : Coopérer
10.1. Ce que « coopérer » signi e et implique
10.2. Jean-Baptiste André Godin, une expérience originale qui donne à repen- ser
10.3. Action sur la société, engagement dans la société

Chapitre 11 : Transiter vers une économie de bienveillance généralisée 11.1. Transition et prévenance, deux concepts fédérateurs
11.2. Transition, bienveillance, oui mais en pratique ?
11.3. Plus concrètement encore : quoi économiquement, et donc quoi politi- quement ?

Les sciences sociales face aux défis du monde à venir – Achille Mbembe

Achille Mbembe

LES SCIENCES SOCIALES FACE AUX DEFIS DU MONDE A VENIR

23 – 24 octobre 2017 – 5e colloque de l’institut iacchos ferme du biéreau – Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain

Inscription

l’inscription à ces événements est obligatoire. Elle doit être effectuée à l’adresse suivante : https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/iacchos/ inscription.html

Conditions d’accès

PARTICIPATION AU COLLOQUE

  • >  étudiants/doctorants/chômeurs : gratuitMerci d’adresser une attestation à stephanie.lorent@uclouvain.be ou de venir avec le jour même.
  • Membres ucl et public extérieur : 15 € en prévente – 20 € sur place

Les sciences sociales face aux défis du monde à venir

De De la postcolonie (Kartala, 2000) à Critique de la raison nègre (La Découverte, 2013) ou Politique de l’inimitié (La Découverte, 2016), Achille Mbembe est l’auteur d’une œuvre majeure, qui a renouvelé la réflexion dans de nombreuses disciplines des sciences sociales. Alors que les tendances au repli sur soi se multiplient de toutes parts, il reprend le flambeau dressé autrefois par ses prédécesseurs et milite infatigablement contre toutes les formes de colonialisme qui sous- tendent, aujourd’hui encore, les relations internationales. Mais il demande également à chaque région du monde – à l’Afrique notamment – d’assumer sa propre histoire, d’être à elle-même son propre centre. À l’heure de l’économie-monde, il plaide pour la formation d’un nouvel humanisme global, au-delà des frontières héritées. Il invite les sciences sociales à se saisir des dé s du monde à venir.

Le mardi 24 octobre à 18h, la cérémonie de remise du doctorat honoris causa (DHC) à Achille Mbembe commencera par une représentation du Monde d’hier, de Stefan Zweig, jouée par jérôme kircher en exclusivité pour l’UCL. Dans ce texte écrit en 1942, peu avant de se donner la mort, Stefan Zweig ra- conte ce que fut l’Europe du début du XXe siècle, tout particulièrement dans la Vienne des années 1900 : un berceau de l’ouverture au monde, un foyer de l’humanisme critique, prêt à toutes les audaces intellec- tuelles et culturelles. Mais il raconte aussi son effondrement dans les décennies qui vont suivre. Cette pièce a connu un grand succès à Paris : Jérôme Kircher donne au texte de l’écrivain viennois une couleur et une densité rares. Cette soirée sera l’occasion non seulement de souligner les qualités d’un académique « passeur de frontières », mais aussi de faire résonner ensemble le passé et l’avenir, l’Europe et l’Afrique, « l’envers et l’endroit », comme disait Albert Camus.

lundi 23 octobre

9h15 introduction
Accueil, par le Pr Jean-Christophe Renauld, pro-recteur à la recherche (UCL)

Achille Mbembe. Une biographie intellectuelle,
par le Pr Thierry Amougou (CriDIS/DVLP)

10h00 Pause café

10h30 Panel 1 – Post-colonie

Sous la responsabilité du Pr Thierry Amougou (CriDIS-DVLP) et
Aymar Nyenyezi (DVLP), avec Fiona Nziza (Louvain Coopération) et l’AGL

1.1. De quoi l’anthropologie, l’histoire et les études du développement sont-elles le nom… dans les post-colonies subsahariennes ?

  • Un Occidental peut-il encore parler de l’Afrique après AchilleMbembe ? par Pr Pierre-Joseph Laurent (anthropologue, LAAP)
  • Etudes postcoloniales et étudesdudéveloppement:ambiguïtés etquestionnements, par Pr Jean-Philippe Peemans (économiste, DVLP)
  •  Le travail au Congo belge : une histoire croisée à plusieurs voix,entre global et local, par Pr Pierre Tilly (historien, CIRTES)1.2. sociologie clinique : fanon et Mbembe

    Mbembe dans la pharmacie de Fanon:cliniquedutrauma,politique de la réparation, par Pr Thomas Périlleux (sociologue clinicien, CriDIS)

    1.3. Genre, théorie et pratique : un angle mort des études postcoloniales ?

    • L’autonomisation des Bayam-Sellam. Détaillantes dans les marchés populaires de Yaoundé et de Douala, au Cameroun, par Martine Ngo Nyemb Wisman (sociologue, DVLP)
    • >  Elles : à l’ombre du « soleil des indépendances », par Rosine Song (philosophe, ISP)

12h45 rePas dans Louvain-la-Neuve, au libre choix des participants

14h15 Panel 2 – acteurs connectés du chanGeMent

Sous la responsabilité de Quentin Jouan (LaRHIS), Vincent Delcorps (LaRHIS), Lionel Francou (CriDIS), Elisabeth Lagasse de Locht (CriDIS), avec Solange Lusiku (Le Souverain) et l’AGL

2.1. théologie et libération

  • >  Chrétiens de gauche et paysans engagés face à la nuit néo- libérale : le messianisme révolutionnaire de la théologie de la libération, par Luis Martinez Andrade (sociologue, CriDIS)
  • >  L’apport de l’église catholique congolaise aux mutations socio- politiques sous le régime Mobutu, par Alain Nkisi, (historien, LaRHIS-DVLP)2.2. Mobilisations urbaines
    • >  Le cosmopolitisme au prisme de l’expérience urbaine quotidienne, par Louise Carlier (sociologue, CriDIS)
    • >  Chrétiens et musulmans dans le Caire contemporain, où passent les frontières ?, par Gaétan du Roy de Blicquy (historien, LaRHIS)2.3. Genre, économie informelle et migrations
    • >  «Cherche amie pour nettoyer maison de trois étages ». Le travail émotionnel dans les services domestiques, par Ana Safuta (sociologue, CIRFASE)
    • >  «Vamosaprogesar».Migrationscampagnes-villesauPérou: adaptation des organisations féminines des quartiers marginaux de Lima face aux uctuations des politiques étatiques, par Christine Dubois-Grard (anthropologue, LAAP)
  • 16h30 Pause

    16h45 art(s) et Post-colonie(s)
    Drink autour de l’exPosition du PhotoGraPhe nGanji Mutiri concert de la sla Meuse joy de 17h30 à 19h
    Organisés par Louvain Coopération

    Voir les conditions d’accès dans les informations pratiques

    19h00 fin de la journée

    Mardi 24 octobre

    12h00 rePas – conférence étudiants
    Sous la responsabilité de l’AGL
    Les étudiants invitent Achille Mbembe à partager un repas au cours duquel ils échangent avec lui sur les sujets d’actualité
    et/ou des préoccupations de la vie étudiante

    14h15 Panel 3 – éPistéMoloGies critiques
    Sous la responsabilité du Pr Jacinthe Mazzochetti (LAAP) et Jérémie Piolat (LAAP), avec Sabine Kakunga (CNCD 11.11.11) et l’AGL

    3.1. dés-hégémonies ?

    • >  La relation Union européenne – Afrique, au début du XXIe siècle : quand les discours réformateurs butent sur des pratiques séculaires. Une analyse des foyers d’incohérence,
      par Anne-Sophie Gijs (historienne, LaRHIS)
    • >  Alphabétiser en post-colonie. Fragments de la post-colonie multi-située, par Jérémie Piolat (anthropologue, LAAP)3.2. Pensées frontalières
      • >  De la recherche du temps perdu à la « co-inclusion » de l’Autre en soi, par Ghaliya Djelloul (sociologue, CISMOC)
      • >  à la croisée des temporalités : généalogies et répétitions dans les œuvres de Sammy Baloji et Maarten Vanden Eynde, par Véronique Bragard (études littéraires comparées, INCAL)
      • >  «Critique de la raison nègre » au prisme des Andes péruviennes, par Emmanuelle Piccoli (anthropologue, DVLP)

    16h30 Pause

    16h45 conclusion – une reMise en PersPective historique
    Sous la responsabilité du Pr Matthieu de Nanteuil (IACCHOS), avec le Pr Emmanuel Debruyne (historien, à propos de S. Zweig) et le Pr Jacques Grégoire (vice-recteur du Secteur des sciences humaines)

    17h30 fin du colloque

Vient de paraitre: l’Université de Kinshasa à l’ère du partenariat éducatif

Vient de paraitre:

L’UNIVERSITE DE KINSHASA A L’ERE DU PARTENARIAT EDUCATIF

Livre

Le livre questionne le mécanisme de financement de l’Université de Kinshasa, son originalité, ses effets pervers ainsi que les arrangements et l’idéologie qui organisent et légitiment les rapports entre acteurs universitaires dans le cadre de systématisation d’un État concessionnaire. Il propose, dans son dénouement, des alternatives pour rationaliser ce mécanisme devenu vital pour cette institution universitaire.

Ce livre traite du « partenariat » dans la principale ins- titution universitaire congolaise, l’Université de Kinshasa. Cette formule de inancement de l’enseignement par les contributions inancières des étudiants a certainement permis d’éviter l’effondrement du système scolaire et des universités lorsque, aux pires moments de la dé- composition du régime Mobutu, du « kabilisme » et des guerres (1990-2010), le budget public de l’éducation avait quasiment disparu. Pour autant, les effets pervers des principes d’organisation et des pratiques de ce « parte- nariat » ne peuvent être ignorés. Le pari de l’ouvrage est de dépasser les critiques, assez faciles somme toute, pour proposer un débat, une objectivation et l’éventuelle systématisation de formes assainies de ce partenariat qui pourrait être bien davantage qu’une simple contribu- tion inancière des jeunes gens et des familles, ce qu’il est essentiellement jusqu’ici.

Jean-Pierre MPIANA TSHITENGE est Docteur en sociologie et professeur à la Faculté des Sciences sociales, administratives et politiques de l’Université de Kinshasa où il occupe la fonction du Secrétaire académique. Collaborateur externe du Pôle-Sud de l’Université de Liège, il est également membre de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD), du Centre d’études politiques (CEP), de la Chaire de dynamique sociale (CDS) et Secrétaire scientifique du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI).

Broché
ISBN : 978-2-8061-0344-4 • juillet 2017 • 141 pages
EAN13 : 9782806103444
EAN PDF : 9782806109026

Vient de paraitre: De l’argent aux valeurs – Femmes, économie et société à Dakar

Vient de paraitre – Just published

De l’argent aux valeurs: Femmes, économie et société à Dakar 

Ismaël Moya

 De l’argent aux valeurs

Femmes, économie et société à Dakar

Le livre

Ce livre parle de Dakar.

Et de l’argent.

À Dakar, l’argent est roi. Il est le revers de toutes les relations, des plus commerciales aux plus intimes.

Ce livre parle des femmes.

Et de l’argent.

À Dakar, les femmes dépensent avec faste des sommes démesurées pour honorer des relations de parenté, en particulier à l’occasion des cérémonies de mariage et de naissance — ce que, paradoxalement, hommes et femmes dénoncent comme un gaspillage contraire à la rationalité économique et aux valeurs de l’islam.

Ce livre parle d’anthropologie.

Et d’argent. À Dakar, si la finance est reine, la vie sociale n’est pas pour autant soumise à la seule loi du marché : le système cérémoniel, qui associe étroitement échanges féminins et rituels religieux, y joue un rôle de premier plan.

 

Nourri d’enquêtes de terrain menées dans un quartier populaire de l’agglomération dakaroise, l’ouvrage d’Ismaël Moya, en suivant la piste de l’argent, éclaire d’un jour nouveau la place de l’économie, les hiérarchies statutaires, la parenté et les rapports complexes entre hommes et femmes dans cette société musulmane. S’y dévoilent, au sein de la finance, les valeurs qui structurent la vie sociale d’une métropole africaine contemporaine.

 

Société d’ethnologie, Collection « Sociétés africaines », dirigée par Olivier Kyburz – ISBN 978-2-36519-021-3 – 352 pages – 24 €

Lien d’achat : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100647040

L’auteur

Ismaël Moya mène des recherches depuis de nombreuses années dans un quartier de Thiaroye-sur-Mer, une com­mune de la banlieue de Dakar, grâce à l’hospitalité et à la bienveillance de ses habitants. Économiste de formation, il s’est converti à l’anthropologie pour comprendre ses données de terrain. Il est chercheur au CNRS et membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociolo­gie comparative.

 

 

Sommaire

INTRODUCTION

1. Je préfère chercher où il y a de la lumière

2. Expérimenter : la ville comme situation analytique

3. Un lieu

4. Le pari ethnographique

CHAPITRE PREMIER — Socialité monétaire et hiérarchie financière

1. Socialité et argent

2. La séparation marchande

3. Les boutiquiers de quartier : voisinage, séparation marchande et extranéité

4. Les cérémonies familiales : concentration et synchronisation financière

5. Socialité et hiérarchie financière : des sphères de l’échange aux valeurs

CHAPITRE 2 — Le discours et la dépense

Impasse

Économie domestique, discours et pouvoir

1. Islam et économie domestique

2. Quelques éléments de flou : l’économie de l’économie domestique

3. Discours, forme et valeur : anthropologie de l’économie domestique

4. La reconnaissance ostentatoire de l’autorité du marabout

5. L’autorité du mari

6. L’illusion contractuelle et le paradoxe de la norme islamique

7. Discours, pouvoir et vérité

CHAPITRE 3 — Les mots et les choses. Griots, teraanga et société

1. La question des échanges et le problème de la troisième personne

2. Teraanga : prestation, valeur et esthétique de la relation

3. Griots, statuts et société

4. Action, relation et société

CHAPITRE 4 — Le vocabulaire de parenté wolof

1. Énumération des termes

2. La génération d’ego : l’absence de germanité

3. L’affinité

4. La génération des parents (G−1)

5. La génération des enfants (G+1)

6. Configuration d’ensemble

7. Conclusion

CHAPITRE 5 — L’évidence de l’autre. Prolégomènes à l’analyse du système cérémoniel

1. L’évidence de l’autre. Tradition et sens commun

2. Développement, islam et aada

3. Cérémonies, islam, et société

4. La question cérémonielle : histoire et « affaires de femmes »

CHAPITRE 6 — La configuration cérémonielle

1. De la parenté aux télénovelas : les choix matrimoniaux

2. La demande en mariage (ñaan)

3. L’attribution des positions de conjointe (njëkke)

4. Du prix de la fiancée à l’album photo : les prestations de mariage

5. La nourriture de la mère

CHAPITRE 7 — Le mariage

1. Avant le rituel de mariage

2. Attacher (takk) : la célébration religieuse du mariage

3. Objectivation et bénédiction de la relation conjugale

4. Une première danse

5. La consommation du mariage (jéballe)

6. L’entrée en résidence de la mariée (céyt)

CHAPITRE 8 — Du symbole à la relation : rituel de dation du nom

1. La dation du nom

2. Islam, rituel de naissance et parenté

3. Les formes de la bénédiction (barke)

4. L’imam, l’officiante et la distinction de sexe

5. Conclusion : la partie subordonnée d’un tout

CHAPITRE 9 — La cérémonie de baptême (ngente)

1. La prestation de la « bouillie de mil » (ruy)

2. Les préparatifs

3. La beauté de l’épouse et les photos

4. Le sabar

5. La concentration des flux financiers

6. Les prestations

7. Conclusion

ÉPILOGUE

1. Islam et teraanga : le système cérémoniel

2. « Le travail de la mère, c’est le déjeuner de l’enfant »

3. Islam et teraanga (II)

CONCLUSION

1. Économie

2. Parenté

3. Société

4. Genre, valeur et temporalité

BIBLIOGRAPHIE

TABLE DES CARTES ET FIGURES

TABLE DES ILLUSTRATIONS HORS TEXTE

Genre et mobilités – Conférence internationale Amsterdam Juillet 2017

Ethnographies of gender & mobility 

International Conference Vrije Universiteit Amsterdam 5-7 July 2017

International Conference Vrije Universiteit Amsterdam 5-7 July 2017

Mobility has become one of the most important concepts in contemporary social sciences, capturing the idea that life is in flux. Not only is an increasing number of people moving across the world, also ideas, images, information, objects, cultures and many other things are circulating rapidly, affecting peoples lives in many different ways. Yet, mobility is not equally accessible for everyone, and being mobile is not automatically positive.

This conference focuses on the relationship between gender and (im)mobility. What does a gender lens add to our understandings of mobility and immobility? How do relationships of power, especially with regard to gender, get reconfigured in current mobility contexts? What type of new gender (and other) hierarchies, opportunities, and challenges are being created as a result of increased mobility? And what do ethnographic methods contribute to the study of gender and mobility?

The fourth LOVA International Conference offers an opportunity to discuss these and other questions, and present new research in the field of gender and mobility.

LOVA International Conference: keynote speakers announced!

We are very happy to announce the two keynote speakers for the LOVA International Conference 2017:

Dr. Katarzyna Grabska (Senior Researcher, Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva, Switzerland): “Gendered and Gendering Uncertainty in Displacement and Forced Migration”

Dr. Lorraine Nencel (Associate Professor, VU Amsterdam): “Moving Bodies or Migrant Mobilities? Beyond Migrant Sex Work”

Categories Conferences News

Echanges et réseaux – Workshop à Toulouse

Workshop « Echanges et réseaux-2 »

LISST-Toulouse – EHESS Marseille

Jeudi 27 avril 2017, salle D30, MDR de l’UT2J, Toulouse

Les notions d’échanges et de réseaux traversent de nombreuses disciplines des sciences sociales autour de phénomènes centraux des sociétés humaines. L’échange implique des accords entre des entités sociales (personnes, groupes, organisations) sur des partages ou des transferts concernant aussi bien des objets matériels, que des symboles (monétaires ou autres), ou des significations. Ces accords se fondent sur des bases très variables qui font l’objet de nombreux travaux en sciences sociales. Leur récurrence, observée de différentes façons, y compris à travers des traces analysées par des archéologues, dessine des flux et des structures qui peuvent prendre la forme de réseaux. Réciproquement, dans certaines approches, les échanges économiques s’effectuent en partie sur la base de réseaux de relations plus ou moins stabilisées entre des personnes, des organisations ou d’autres formes collectives.    

Les journées d’études « Echanges et réseaux » ont pour objectif d’explorer ces notions et leurs entrecroisements en confrontant les points de vue de chercheurs en sciences sociales des laboratoires toulousains accueillant des chercheurs de l’EHESS et des collègues d’autres équipes s’intéressant à ces notions. Cette année 2017 correspond à la deuxième session de ce workshop.

Matin :

 9h00 : Accueil des participants et introduction

Philippe Boissinot (TRACES), Paul Seabright (IAST) & Olivier Pliez (LISST)

9h30-10h10 : Laurent Gabail (UT2J, LISST) :

« Groupe ou réseau? Comment parler de la parenté et de l’âge chez les Bassari de Guinée ».

DISCUTANTE = Stéphanie Lima (INU, LISST)

10h10-10h50 : Celine Lesourd (CNRS, CENTRE NORBERT ELIAS) :

« Les circulations à plusieurs échelles d’une plante psychoactive éthiopienne : le Khat »

DISCUTANT = Olivier Pliez (CNRS, LISST)

10h50-11h30 : Boris Petric (CNRS, CENTRE NORBERT ELIAS):

« Ethnographie d’une circulation transnationale autour du vin entre la France et la Chine »

DISCUTANT = Mickaël Pouzenc (UT2J, LISST)

11h30-12h10 : Valeria Siniscalchi (EHESS, CENTRE NORBERT ELIAS): 

« Géopolitique d’un mouvement international: le cas de Slow Food »

DISCUTANTE = Jen Schradie (IAST)

Après-Midi

13h30-14h10 : Mohamed Saleh (IAST) :

« Nation-building policies and the integration of minorities: evidence from 19th-century Egypt ».

DISCUTANT = Sébastien Roux (CNRS, LISST)

14h10-14h50 : François Briois (EHESS, TRACES) :

« En marge des grand réseaux de diffusion du Néolithique au Proche-Orient : le cas de Chypre ».

DISCUTANT = Guillaume Favre (UT2J, LISST)

14h50-15h30 : Heidi Colleran (IAST & Max-Planck-Institute for the Science of Human History, Jena) :

« Social network and community level effects on contraceptive use in rural Poland ».

DISCUTANT = Michel Grossetti (CNRS/EHESS, LISST)

15h30-16h00 : Pause 

16h-16h40 : Kofi Asante (IAST) :

« Coalitions, Protests, and Politics on the Gold Coast ».

DISCUTANT = Yann Philippe Tastevin (CNRS, LISST)

16h40-17h10 : Jérôme Courduriès (UT2J, LISST) :

« Avoir un enfant grâce à une gestation pour autrui. Ruptures dans la lignée et dans la transmission de la nationalité ».

DISCUTANT = Paul Seabright (IAST)

17h10-17h40 : Discussion générale

Approches socio-économiques de la sexualité: appel à contributions

Appel à communications

Colloque  « Approches socio-économiques de la sexualité »

12-13 octobre 2017, Lille

Argumentaire

La sexualité est une forme d’échange social qui relève à la fois du symbolique, du politique, du juridique, mais aussi – et c’est ce qui nous intéresse ici – de l’économique. Au cours des dernières décennies, les sciences sociales de la sexualité se sont emparées de catégories issues des sciences économiques. Elles ont par exemple envisagé la prostitution ou la pornographie comme des activités productives, faisant l’objet d’évaluations et donnant lieu à des formes de valorisation monétaire (Dahinden et al., 2010 ; Tabet, 1987 ; Trachman, 2013). Certains auteurs ont par ailleurs forgé des concepts comme ceux d’« échanges économico-sexuels » (Tabet, 2004), de « capital érotique » (Hakim, 2011) ou de « champ sexuel » (Green, 2013 ; Illouz, 2012), lesquels ont ensuite donné lieu à des prolongements et discussions (Broqua, Dechamps, 2014 ; Combessie, Mayer, 2013). Cependant, des expressions comme celles de « marché matrimonial » ou « industrie du sexe », tout en pouvant être heuristiques, s’apparentent davantage à des métaphores plus ou moins bien contrôlées qu’à des notions aux définitions robustes (Boyer, 2003 ; Mathieu, 2012). Sous l’influence des catégories profanes peu problématisées, certaines approches sont par ailleurs saturées de jugements moraux implicites (Rubin, 1984), autour du caractère corrupteur de l’argent en matière de sexe et de la marchandisation des désirs et des passions, réduisant du même coup la portée des analyses. On peut faire l’hypothèse que l’absence de réflexion sur ces notions est liée au faible nombre de travaux de sociologie économique sur le thème, malgré la place centrale qu’occupe la sexualité dans la société (Illouz, 2006).

Si quelques ouvrages récents consacrent des développements à la question (Steiner, Trespeuch, 2014) ou interrogent la place de la sexualité et de l’érotisme dans la pensée de Max Weber (Lallement, 2013), que l’on peut considérer comme l’un des pères de la sociologie économique, l’économie de la sexualité est absente des principaux ouvrages de synthèse (par exemple, Smelser, Swedberg, 1994 ; Steiner, Vatin, 2009). Les activités liées à la sexualité représentent pourtant une part non négligeable de la production de valeurs, tout en étant rarement comptabilisées dans le produit intérieur brut. Ce constat invite la sociologie économique et la socio-économie à s’emparer de l’objet pour alimenter certaines problématiques classiques autour du travail, de la production, de la valeur, de la régulation, etc. Il nous semble par ailleurs que l’objet peut contribuer à enrichir les approches récentes autour de la marchandisation du corps humain et des résistances à cette dynamique (Almeling, 2007 ; Trompette, 2008 ; Healy, 2010 ; Steiner, Trespeuch, 2014).

Ce colloque vise à discuter des travaux en sciences sociales qui examinent les rapports entre la sexualité et l’économie. Les travaux pourront appréhender leur objet à travers plusieurs angles :

–         Travail et travailleurs. En quoi une activité liée à la sexualité, qu’elle soit rémunérée ou non, relève-t-elle de la catégorie « travail » ? De quel type de travail s’agit-il ? Quels sont les acteurs individuels et collectifs contribuant aux dynamiques de professionnalisation ? Quels sont les effets du développement des nouvelles technologies (notamment de celles liées au web) sur le travail et l’emploi ?

–         Le marché comme métaphore et comme réalité. Si selon la définition canonique un marché suppose l’existence d’un prix, comment interpréter l’utilisation de la notion pour analyser les relations matrimoniales ? Plus généralement, qu’apporte l’utilisation métaphorique de cette notion à la compréhension de l’économie de la sexualité ? Si l’on peut à juste titrer considérer certaines activités sexuelles (prostitution, sites internet de rencontre, production de contenus pornographiques, sex shops, etc.) à travers ce prisme, quelles sont les spécificités de ces marchés – souvent contestés et parfois illégaux – par rapport aux autres activités économiques ?

–         Valeurs, prix et rémunérations dans les activités liées à la sexualité. Comment sont fixés les prix des marchandises et services liés à la sexualité ? Quels sont les normes, règles ou cadrages des dispositions (fantasme, ambiance, etc.) contribuant aux logiques de valorisation des activités sexuelles, notamment sur Internet ? En quoi l’économie de la qualité et des singularités (Karpik, 2007) et la sociologie de la valuation (Vatin, 2009) peuvent-elles contribuer à l’analyse des échanges économico-sexuels ?

–         Morales économiques et régulation de la sexualité. En quoi la régulation de la sexualité (taxation particulière sur la pornographie, absence de nomenclature dédiée à la prostitution dans les PCS, etc.) et la non prise en compte de certaines activités sexuelles dans la comptabilité nationale sont-ils des révélateurs de la morale économique de l’Etat ? Les dynamiques de légalisation et d’interdiction des activités liées au sexe reflètent-elles la « morale » de la société ou résultent-elles de la mobilisation d’entrepreneurs de morale et des jeux d’acteurs au sein des institutions étatiques ?

La liste de questions et les thématiques proposées n’ont évidemment nullement vocation à être exhaustives. De même, cet appel à communications n’est pas restrictif quant aux périodes historiques et aux aires géographiques étudiées.

Cet événement scientifique se tiendra à Lille, les 12 et 13 octobre 2017. Chacune des sessions sera discutée par un chercheur membre du comité scientifique.

Les propositions de communication de 5 000 signes maximum sont à envoyer à Pierre Brasseur (brasseurph@gmail.com) et Jean Finez (jeanfinez@hotmail.com) au plus tard le 2 mai 2017. Elles devront comporter le titre de la communication, le statut et l’institution de rattachement du communicant, une adresse email ainsi qu’un résumé exposant la question traitée. Il est demandé aux auteurs d’attacher une importance particulière à la présentation de leur méthodologie et de leur terrain. Les propositions seront évaluées anonymement par les membres du comité scientifique. Afin de préparer au mieux les sessions, les communicants devront envoyer un texte (environ 50 000 signes) pour le 1er septembre qui servira de support aux échanges.

A l’issue du colloque un appel à articles pour un dossier « économies et sexualités » sera diffusé par la Revue française de socio-économie. Les contributions seront traitées selon les règles de la revue

Calendrier

·      2 mai 2017 : Date limite pour la proposition des communications

·      Fin mai 2017 : Réponse aux auteurs

·      1er septembre 2017 : Envoi des communications

·      12-13 octobre 2017 : Colloque

 

Comité d’organisation : Pierre Brasseur (CLERSE, Université Lille 1), Jean Finez (CLERSE, Université Lille 1)

Comité scientifique : Marie Bergström (Institut national d’études démographiques), Gilles Chantraine (CLERSE, Université Lille 1), Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis), Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense), Fabien Eloire (CLERSE, Université Lille 1), Florence Jany-Catrice (CLERSE, Université Lille 1), Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble), Lilian Mathieu (CNRS, Centre Max Weber, ENS de Lyon), Gwenola Ricordeau (CLERSE, Université Lille 1), Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), Mathieu Trachman (Institut national d’études démographiques), Pascale Trompette (CNRS, PACTE, Université Grenoble Alpes).

La vie politique des marchandises: Ethnographies des Circulations transnationales

La vie politique des marchandises: Ethnographies des Circulations transnationales

  • Giorgio Blundodirecteur d’études de l’EHESS, directeur de recherche en délégation à l’IRD (TH) ( CNE )
  • Boris Petricdirecteur de recherche au CNRS (TH) ( CNE )

De 9 h à 17 h (EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille), du 27 au 30 mars 2017

 
Ce séminaire examine les enjeux théoriques et empiriques d’une anthropologie politique « par le bas » de la globalisation économique, menée à travers des ethnographies comparées portant sur les trajectoires « biographiques » de marchandises (vin, cacao, fromage, textile, café, qât, moto, art contemporain, médicament) connectant des espaces politiques et économiques lointains (Europe, Chine et Afrique), et choisies en fonction de l’importance, politique, économique ou symbolique, qu’elles assument pour les acteurs et les sociétés mis en relation. Nous considérons les marchandises comme un biais pour observer avant tout des dynamiques politiques, et tout particulièrement les déplacements politiques provoqués par la transformation de leur production, leur circulation et leur régulation sous l’effet de la libéralisation de l’économie mondiale. Derrière une marchandise, il y a en effet des institutions de régulation, nationales et supranationales, des acteurs économiques individuels ou constitués en réseaux, des formes spécifiques de circulation et de consommation, eux-mêmes reliées à des modèles culturels ou d’organisation sociale. L’analyse de réseaux transnationaux ira de pair avec une réflexion originale sur des lieux de connections. On s’intéressera en particulier au rôle émergent de hubs qui s’imposent comme des nœuds incontournables d’échanges du commerce mondial et apparaissent comme des lieux « politiques » caractéristiques de la gouvernance globale. Rattaché à un programme ANR, ce séminaire se veut un lieu de rencontre et de discussion d’enquêtes en cours au croisement de l’anthropologie politique, de l’anthropologie économique et de l’anthropologie des techniques.

Le « capitalisme dépendant » – Appel à contributions Revue de la Régulation

Le « capitalisme dépendant » en Europe centrale et orientale : fondements théoriques et diversité des trajectoires nationales

Deadline : 04/09/2017

Coordinateurs : Violaine Delteil (ICEE, Université Sorbonne Nouvelle), Éric Magnin (LADYSS, Université Paris Diderot) et Julien Vercueil (CREE, Inalco)

Lire aussi cet appel sur le site de La Revue de la régulation
La transformation postsocialiste puis le processus d’intégration dans l’Union européenne ont conduit à s’interroger sur les modèles économiques émergents en Europe centrale et orientale à l’issue de ces grands changements institutionnels. Allait-on assister à l’émergence d’une nouvelle famille de capitalisme originale, marquée par l’héritage de l’ancien système socialiste, ou à une convergence vers des modèles de capitalisme déjà recensés ? Depuis le début des années 1990, les travaux sur les formes du capitalisme émergent dans les nouveaux États membres, se sont multipliés et ont tenté de répondre à cette question. Initialement dominant, le paradigme de la « transition vers l’économie de marché » a progressivement cédé du terrain à une pluralité de schèmes théoriques. Parmi ces derniers, l’approche de « la variété des capitalismes » (VoC) de Hall et Soskice (2001) a été fortement mobilisée. Certains auteurs ont cherché à appliquer les deux modèles fondateurs (« économies de marchés libérales » et « économies de marché coordonnées »), construits à l’origine pour décrire les économies occidentales, aux économies postsocialistes.

Nölke et Vliegenthart (2009) ont proposé d’élargir la typologie de la VoC, en y adjoignant un troisième modèle, les « économies de marché dépendantes » (EMD), dans la lignée des travaux de King (2007), plus à même selon eux de rendre compte de la spécificité économique et institutionnelle des nouveaux membres de l’UE. Les EMD se caractérisent par un mode de coordination alternatif au marché et aux réseaux d’entreprises et structuré autour des chaines de valeur contrôlées par les firmes multinationales occidentales. Les investissements directs étrangers (IDE) conditionnent dans les pays d’accueil est-européens un degré élevé de transnationalité, une dépendance hiérarchique des filiales aux maisons-mères, ainsi qu’une influence indirecte des acteurs économiques étrangers sur la formation des règles dans les pays d’accueil.

D’autres auteurs, plus frontalement critiques vis-à-vis du cadre théorique de la VoC, de sa typologie binaire et du poids déterminant accordé aux entreprises en tant qu’agents redessinant les règles (aux dépens du rôle des forces sociales et politiques dans la dynamique de changement institutionnel), ont proposé une série de travaux alternatifs visant à saisir en particulier les sources du changement macro-institutionnel et l’articulation entre l’économique et le politique. Ces travaux, que l’on peut rassembler sous l’approche de la « diversité des capitalismes », inscrite dans le sillage des travaux fondateurs de Boyer, renouvelés par Amable (2003), ont connu des prolongements récents dans la littérature sur les capitalismes est-européens. Drahokoupil et Myant (2011) discutent et explicitent les sources économiques de la dépendance au cœur du processus d’intégration internationale des PECO et cherchent ainsi à spécifier les régimes de croissance. Bohle et Greskovits (2012) proposent une grille de lecture d’inspiration polanyienne, qui articule les dimensions politique et économique et questionne en particulier le rôle de la médiation étatique pour contrebalancer le poids des dépendances au marché et aux forces externes. Eu égard aux modes de coordination dominants, les auteurs distinguent trois types de modèles postsocialistes (néolibéral, néolibéral encastré et néocorporatiste).

L’hypothèse du « capitalisme dépendant » a de toute évidence gagné en intérêt et pertinence heuristique pour les PECO dans le contexte de la crise de 2008, cette dernière révélant la multiplicité et la force des canaux transnationaux de diffusion des déséquilibres économiques et financiers, parmi lesquels les chainons de dépendance des firmes est-européennes vis-à-vis de leurs homologues ouest-européennes. Construites sur des modèles économiques plus « extravertis », et dépendants de l’extérieur que leurs homologues ouest-européennes, les économies est-européennes ont ainsi confirmé leur forte exposition aux aléas des marchés internationaux (exportations), leur dépendance structurelle aux investissements directs étrangers (accentuée par la position subordonnée des filiales est-européennes dans les chaines de valeur), et pour les économies les moins développées de la région, leur forte dépendance (parfois supérieure aux flux d’IDE) aux transferts monétaires découlant des migrations de travail et des programmes d’assistance financière. Pour les pays du groupe de Visegrad, et plus nettement encore pour les pays des Balkans, cette dépendance économique a en outre alimenté une dépendance idéationnelle, institutionnelle et politique, repérable dans le pouvoir prescripteur que l’UE, les bailleurs de fonds ou les investisseurs étrangers, ont pu exercer sur les choix de politique publique et de révision institutionnelle.

L’objet de ce dossier et de l’appel à contribution est d’approfondir le concept de « capitalisme dépendant » dans trois directions complémentaires :

  • Filiation du concept de « capitalisme dépendant »

Une première invite à s’interroger sur la filiation du concept de « capitalisme dépendant », qui prend sa source dans les théories de la dépendance, théories d’inspiration marxiste apparues dans les années 1960-1970, et mettant au jour l’insertion périphérique des pays d’Amérique Latine dans une économie internationale articulée autour de l’hégémonie nord-américaine (Frank, 1968 ; Evans, 1979 ; Bresser-Pereira, 2009). Les contributions pourront mettre en lumière les éléments de continuité et/ou de rupture théorique et analytique entre cette première approche historique, et les approches contemporaines du « capitalisme dépendant ». Elles pourront évaluer également la fécondité – convergence ou complémentarité potentielle – des interactions entre ces deux approches pour appréhender les enjeux du présent : en quoi la confrontation des théories historiques et contemporaines du capitalisme dépendant nous aident-elles à penser la multiplicité des sources et canaux de dépendance, la nature des forces dessinant les modalités d’insertion des économies dans la mondialisation, ou celles (re)composant les hiérarchies, positions hégémoniques et périphériques, reliant les nations ou les espaces régionaux ?

  • Capitalisme dépendant et théorie de la régulation

Une seconde piste de réflexion, découlant du constat d’un certain éclectisme théorique à l’endroit de la notion actuelle de « capitalisme dépendant », appelle à un effort de positionnement des schèmes et grilles de lecture mobilisés au regard des approches régulationnistes. Parmi les pistes prometteuses, on notera notamment celle consistant à appréhender la diversité des « formes institutionnelles » qui structurent les dépendances, à partir d’une série de catégories intermédiaires directement inspirées de l’École de la Régulation. Parmi celles-ci, le mode d’insertion dans les échanges internationaux, le rapport salarial, le régime monétaire, le système social et fiscal, le régime de relations professionnelles, ou encore les modalités de l’intervention étatique ; soit autant de formes institutionnelles susceptibles de constituer des relais et/ou des remparts internes à la diffusion et à l’approfondissement des dépendances externes.

  • Au-delà de l’Europe centrale : quelle généralité du concept de capitalisme dépendant ?

Enfin, une dernière direction invite à questionner la fécondité du concept de « capitalisme dépendant » pour enrichir l’analyse comparative des capitalismes. Les contributeurs sont invités à élargir le champ de la comparaison des « capitalismes dépendants », jusque-là presque exclusivement centré sur les pays d’Europe du centre-est, pour intégrer les pays baltes et balkaniques, membres de l’Union européenne mais aussi non-membres (Balkans occidentaux), emblématiques plus encore d’un modèle de « capitalisme dépendant », associé à une insertion « périphérique » et instable – plutôt que « semi-périphérique » comme le groupe de Visegrad (Bohle et Greskovits, 2012) – dans l’économie européenne et internationale. Contrepoints asiatiques, latino-américains ou nord-africains seront les bienvenus pour éclairer la pluralité des dynamiques de dépendance à l’œuvre et la manière dont celles-ci s’inscrivent dans des logiques régionales et des trajectoires historiques nationales.

La Revue de la régulation

La revue vise à fournir un lieu d’expression pour les analyses qui s’inscrivent dans la filiation des recherches régulationnistes, et plus largement institutionnalistes, ainsi que pour les chercheurs qui souhaitent en débattre, en économie et au-delà. Elle a pour vocation d’alimenter une discussion large avec les autres sciences sociales : sociologie économique, histoire, sciences politiques, gestion etc.

En effet, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer une économie politique historicisée et socialisée afin de mieux comprendre les choix de politique économique ou les évolutions stratégiques des entreprises, ainsi que leurs effets, à partir des rapports sociaux qui les structurent. Poursuivre une réflexion globale sur la transformation du capitalisme, compte tenu de l’ampleur et la diversité de ses recompositions, incite à rassembler des travaux issus de différents horizons. Les recherches que cette revue souhaite promouvoir porteront tant sur la caractérisation des formes structurelles du capitalisme contemporain, que sur l’analyse de nouvelles dynamiques à l’œuvre et les outils théoriques et méthodologiques permettant de les saisir.

Soumissions

Les propositions d’articles doivent être soumises par e-mail à l’adresse regulation@revues.org avec « Appel à contribution » en titre de l’e-mail. Veillez à vous assurer que l’article n’excède pas 10 000 mots et suive les instructions aux auteurs de la Revue de la Régulation, qui sont présentées ici : http://regulation.revues.org/1701

Les articles seront examinés de manière anonyme, conformément à la procédure habituelle de la Revue.

Contact 

Violaine Delteil : viodelteil@outlook.fr

Éric Magnin : eric.magnin@univ-paris-diderot.fr

Date limite de soumission : 4 septembre 2017

Vient de paraitre: Régulations agricoles et mobilisations sociales

Régulations agricoles et mobilisations sociales

Gilles Allaire, Martino Nieddu et Pierre Labarthe

Revue de la régulation

20 | 2e semestre/ Autumn 2016
Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale


Le présent dossier s’inscrit dans un programme de recherche de longue date, depuis les premiers travaux régulationnistes de la fin des années 1980, notamment marqué par la publication en 1995 de l’ouvrage collectif La Grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes1 et récemment par le colloque « Renouveler les approches institutionnalistes sur l’agriculture et l’alimentation : « La grande transformation » 20 ans après », organisé à Montpellier en juin 2014. Cinq études de cas, développant des approches théoriques originales sont complétées par deux textes de synthèse : Jean-Marc Touzard et Pierre Labarthe ouvrent le dossier en mettant en perspective 25 ans de travaux appliqués à l’agriculture s’inscrivant dans le programme de recherche régulationniste ; l’entretien mené avec Harriet Friedmann par Benoît Daviron et Gilles Allaire clôt le dossier en revenant sur la notion de food regime ; les études de cas analysent de nouvelles institutions et transformations des régimes économiques agricoles et alimentaires, en lien avec les enjeux de développement durable comme avec de nouvelles dynamiques trans-sectorielles et transnationales. Ces textes permettent de poursuivre les échanges entre économistes institutionnalistes et chercheurs en sociologie et sciences politiques. Ils abordent les « circuits courts » et leur gouvernance (Claire Lamine et Juliette Rouchier sur la charte des AMAP et Amélie Gonçalves et Thomas Zeroual sur la logistique des circuits courts), la place de la filière « sucre pour l’énergie » dans le modèle national de développement brésilien (Mathieu Fruleux), le commerce équitable de vin d’Argentine en Angleterre (Juan Ignacio Staricco) et la comparaison de la transformation des politiques agricoles en Angleterre et en France du point de vue de l’intégration de l’environnement (Matthieu Ansaloni et Gilles Allaire). Les approches institutionnalistes développées dans ces articles éclairent de manière stimulante des questions qui ont émergé durant les deux dernières décennies dans le domaine agroalimentaire.

Lire la suite de ce texte sur le site de la Revue de la régulation