Genre et mobilités – Conférence internationale Amsterdam Juillet 2017

Ethnographies of gender & mobility 

International Conference Vrije Universiteit Amsterdam 5-7 July 2017

International Conference Vrije Universiteit Amsterdam 5-7 July 2017

Mobility has become one of the most important concepts in contemporary social sciences, capturing the idea that life is in flux. Not only is an increasing number of people moving across the world, also ideas, images, information, objects, cultures and many other things are circulating rapidly, affecting peoples lives in many different ways. Yet, mobility is not equally accessible for everyone, and being mobile is not automatically positive.

This conference focuses on the relationship between gender and (im)mobility. What does a gender lens add to our understandings of mobility and immobility? How do relationships of power, especially with regard to gender, get reconfigured in current mobility contexts? What type of new gender (and other) hierarchies, opportunities, and challenges are being created as a result of increased mobility? And what do ethnographic methods contribute to the study of gender and mobility?

The fourth LOVA International Conference offers an opportunity to discuss these and other questions, and present new research in the field of gender and mobility.

LOVA International Conference: keynote speakers announced!

We are very happy to announce the two keynote speakers for the LOVA International Conference 2017:

Dr. Katarzyna Grabska (Senior Researcher, Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva, Switzerland): “Gendered and Gendering Uncertainty in Displacement and Forced Migration”

Dr. Lorraine Nencel (Associate Professor, VU Amsterdam): “Moving Bodies or Migrant Mobilities? Beyond Migrant Sex Work”

Categories Conferences News

Echanges et réseaux – Workshop à Toulouse

Workshop « Echanges et réseaux-2 »

LISST-Toulouse – EHESS Marseille

Jeudi 27 avril 2017, salle D30, MDR de l’UT2J, Toulouse

Les notions d’échanges et de réseaux traversent de nombreuses disciplines des sciences sociales autour de phénomènes centraux des sociétés humaines. L’échange implique des accords entre des entités sociales (personnes, groupes, organisations) sur des partages ou des transferts concernant aussi bien des objets matériels, que des symboles (monétaires ou autres), ou des significations. Ces accords se fondent sur des bases très variables qui font l’objet de nombreux travaux en sciences sociales. Leur récurrence, observée de différentes façons, y compris à travers des traces analysées par des archéologues, dessine des flux et des structures qui peuvent prendre la forme de réseaux. Réciproquement, dans certaines approches, les échanges économiques s’effectuent en partie sur la base de réseaux de relations plus ou moins stabilisées entre des personnes, des organisations ou d’autres formes collectives.    

Les journées d’études « Echanges et réseaux » ont pour objectif d’explorer ces notions et leurs entrecroisements en confrontant les points de vue de chercheurs en sciences sociales des laboratoires toulousains accueillant des chercheurs de l’EHESS et des collègues d’autres équipes s’intéressant à ces notions. Cette année 2017 correspond à la deuxième session de ce workshop.

Matin :

 9h00 : Accueil des participants et introduction

Philippe Boissinot (TRACES), Paul Seabright (IAST) & Olivier Pliez (LISST)

9h30-10h10 : Laurent Gabail (UT2J, LISST) :

« Groupe ou réseau? Comment parler de la parenté et de l’âge chez les Bassari de Guinée ».

DISCUTANTE = Stéphanie Lima (INU, LISST)

10h10-10h50 : Celine Lesourd (CNRS, CENTRE NORBERT ELIAS) :

« Les circulations à plusieurs échelles d’une plante psychoactive éthiopienne : le Khat »

DISCUTANT = Olivier Pliez (CNRS, LISST)

10h50-11h30 : Boris Petric (CNRS, CENTRE NORBERT ELIAS):

« Ethnographie d’une circulation transnationale autour du vin entre la France et la Chine »

DISCUTANT = Mickaël Pouzenc (UT2J, LISST)

11h30-12h10 : Valeria Siniscalchi (EHESS, CENTRE NORBERT ELIAS): 

« Géopolitique d’un mouvement international: le cas de Slow Food »

DISCUTANTE = Jen Schradie (IAST)

Après-Midi

13h30-14h10 : Mohamed Saleh (IAST) :

« Nation-building policies and the integration of minorities: evidence from 19th-century Egypt ».

DISCUTANT = Sébastien Roux (CNRS, LISST)

14h10-14h50 : François Briois (EHESS, TRACES) :

« En marge des grand réseaux de diffusion du Néolithique au Proche-Orient : le cas de Chypre ».

DISCUTANT = Guillaume Favre (UT2J, LISST)

14h50-15h30 : Heidi Colleran (IAST & Max-Planck-Institute for the Science of Human History, Jena) :

« Social network and community level effects on contraceptive use in rural Poland ».

DISCUTANT = Michel Grossetti (CNRS/EHESS, LISST)

15h30-16h00 : Pause 

16h-16h40 : Kofi Asante (IAST) :

« Coalitions, Protests, and Politics on the Gold Coast ».

DISCUTANT = Yann Philippe Tastevin (CNRS, LISST)

16h40-17h10 : Jérôme Courduriès (UT2J, LISST) :

« Avoir un enfant grâce à une gestation pour autrui. Ruptures dans la lignée et dans la transmission de la nationalité ».

DISCUTANT = Paul Seabright (IAST)

17h10-17h40 : Discussion générale

Approches socio-économiques de la sexualité: appel à contributions

Appel à communications

Colloque  « Approches socio-économiques de la sexualité »

12-13 octobre 2017, Lille

Argumentaire

La sexualité est une forme d’échange social qui relève à la fois du symbolique, du politique, du juridique, mais aussi – et c’est ce qui nous intéresse ici – de l’économique. Au cours des dernières décennies, les sciences sociales de la sexualité se sont emparées de catégories issues des sciences économiques. Elles ont par exemple envisagé la prostitution ou la pornographie comme des activités productives, faisant l’objet d’évaluations et donnant lieu à des formes de valorisation monétaire (Dahinden et al., 2010 ; Tabet, 1987 ; Trachman, 2013). Certains auteurs ont par ailleurs forgé des concepts comme ceux d’« échanges économico-sexuels » (Tabet, 2004), de « capital érotique » (Hakim, 2011) ou de « champ sexuel » (Green, 2013 ; Illouz, 2012), lesquels ont ensuite donné lieu à des prolongements et discussions (Broqua, Dechamps, 2014 ; Combessie, Mayer, 2013). Cependant, des expressions comme celles de « marché matrimonial » ou « industrie du sexe », tout en pouvant être heuristiques, s’apparentent davantage à des métaphores plus ou moins bien contrôlées qu’à des notions aux définitions robustes (Boyer, 2003 ; Mathieu, 2012). Sous l’influence des catégories profanes peu problématisées, certaines approches sont par ailleurs saturées de jugements moraux implicites (Rubin, 1984), autour du caractère corrupteur de l’argent en matière de sexe et de la marchandisation des désirs et des passions, réduisant du même coup la portée des analyses. On peut faire l’hypothèse que l’absence de réflexion sur ces notions est liée au faible nombre de travaux de sociologie économique sur le thème, malgré la place centrale qu’occupe la sexualité dans la société (Illouz, 2006).

Si quelques ouvrages récents consacrent des développements à la question (Steiner, Trespeuch, 2014) ou interrogent la place de la sexualité et de l’érotisme dans la pensée de Max Weber (Lallement, 2013), que l’on peut considérer comme l’un des pères de la sociologie économique, l’économie de la sexualité est absente des principaux ouvrages de synthèse (par exemple, Smelser, Swedberg, 1994 ; Steiner, Vatin, 2009). Les activités liées à la sexualité représentent pourtant une part non négligeable de la production de valeurs, tout en étant rarement comptabilisées dans le produit intérieur brut. Ce constat invite la sociologie économique et la socio-économie à s’emparer de l’objet pour alimenter certaines problématiques classiques autour du travail, de la production, de la valeur, de la régulation, etc. Il nous semble par ailleurs que l’objet peut contribuer à enrichir les approches récentes autour de la marchandisation du corps humain et des résistances à cette dynamique (Almeling, 2007 ; Trompette, 2008 ; Healy, 2010 ; Steiner, Trespeuch, 2014).

Ce colloque vise à discuter des travaux en sciences sociales qui examinent les rapports entre la sexualité et l’économie. Les travaux pourront appréhender leur objet à travers plusieurs angles :

–         Travail et travailleurs. En quoi une activité liée à la sexualité, qu’elle soit rémunérée ou non, relève-t-elle de la catégorie « travail » ? De quel type de travail s’agit-il ? Quels sont les acteurs individuels et collectifs contribuant aux dynamiques de professionnalisation ? Quels sont les effets du développement des nouvelles technologies (notamment de celles liées au web) sur le travail et l’emploi ?

–         Le marché comme métaphore et comme réalité. Si selon la définition canonique un marché suppose l’existence d’un prix, comment interpréter l’utilisation de la notion pour analyser les relations matrimoniales ? Plus généralement, qu’apporte l’utilisation métaphorique de cette notion à la compréhension de l’économie de la sexualité ? Si l’on peut à juste titrer considérer certaines activités sexuelles (prostitution, sites internet de rencontre, production de contenus pornographiques, sex shops, etc.) à travers ce prisme, quelles sont les spécificités de ces marchés – souvent contestés et parfois illégaux – par rapport aux autres activités économiques ?

–         Valeurs, prix et rémunérations dans les activités liées à la sexualité. Comment sont fixés les prix des marchandises et services liés à la sexualité ? Quels sont les normes, règles ou cadrages des dispositions (fantasme, ambiance, etc.) contribuant aux logiques de valorisation des activités sexuelles, notamment sur Internet ? En quoi l’économie de la qualité et des singularités (Karpik, 2007) et la sociologie de la valuation (Vatin, 2009) peuvent-elles contribuer à l’analyse des échanges économico-sexuels ?

–         Morales économiques et régulation de la sexualité. En quoi la régulation de la sexualité (taxation particulière sur la pornographie, absence de nomenclature dédiée à la prostitution dans les PCS, etc.) et la non prise en compte de certaines activités sexuelles dans la comptabilité nationale sont-ils des révélateurs de la morale économique de l’Etat ? Les dynamiques de légalisation et d’interdiction des activités liées au sexe reflètent-elles la « morale » de la société ou résultent-elles de la mobilisation d’entrepreneurs de morale et des jeux d’acteurs au sein des institutions étatiques ?

La liste de questions et les thématiques proposées n’ont évidemment nullement vocation à être exhaustives. De même, cet appel à communications n’est pas restrictif quant aux périodes historiques et aux aires géographiques étudiées.

Cet événement scientifique se tiendra à Lille, les 12 et 13 octobre 2017. Chacune des sessions sera discutée par un chercheur membre du comité scientifique.

Les propositions de communication de 5 000 signes maximum sont à envoyer à Pierre Brasseur (brasseurph@gmail.com) et Jean Finez (jeanfinez@hotmail.com) au plus tard le 2 mai 2017. Elles devront comporter le titre de la communication, le statut et l’institution de rattachement du communicant, une adresse email ainsi qu’un résumé exposant la question traitée. Il est demandé aux auteurs d’attacher une importance particulière à la présentation de leur méthodologie et de leur terrain. Les propositions seront évaluées anonymement par les membres du comité scientifique. Afin de préparer au mieux les sessions, les communicants devront envoyer un texte (environ 50 000 signes) pour le 1er septembre qui servira de support aux échanges.

A l’issue du colloque un appel à articles pour un dossier « économies et sexualités » sera diffusé par la Revue française de socio-économie. Les contributions seront traitées selon les règles de la revue

Calendrier

·      2 mai 2017 : Date limite pour la proposition des communications

·      Fin mai 2017 : Réponse aux auteurs

·      1er septembre 2017 : Envoi des communications

·      12-13 octobre 2017 : Colloque

 

Comité d’organisation : Pierre Brasseur (CLERSE, Université Lille 1), Jean Finez (CLERSE, Université Lille 1)

Comité scientifique : Marie Bergström (Institut national d’études démographiques), Gilles Chantraine (CLERSE, Université Lille 1), Baptiste Coulmont (CRESPPA, Université Paris 8 Saint-Denis), Catherine Deschamps (SOPHIAPOL, Université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense), Fabien Eloire (CLERSE, Université Lille 1), Florence Jany-Catrice (CLERSE, Université Lille 1), Sidonie Naulin (PACTE, Sciences Po Grenoble), Lilian Mathieu (CNRS, Centre Max Weber, ENS de Lyon), Gwenola Ricordeau (CLERSE, Université Lille 1), Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris-Sorbonne), Mathieu Trachman (Institut national d’études démographiques), Pascale Trompette (CNRS, PACTE, Université Grenoble Alpes).

La vie politique des marchandises: Ethnographies des Circulations transnationales

La vie politique des marchandises: Ethnographies des Circulations transnationales

  • Giorgio Blundodirecteur d’études de l’EHESS, directeur de recherche en délégation à l’IRD (TH) ( CNE )
  • Boris Petricdirecteur de recherche au CNRS (TH) ( CNE )

De 9 h à 17 h (EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille), du 27 au 30 mars 2017

 
Ce séminaire examine les enjeux théoriques et empiriques d’une anthropologie politique « par le bas » de la globalisation économique, menée à travers des ethnographies comparées portant sur les trajectoires « biographiques » de marchandises (vin, cacao, fromage, textile, café, qât, moto, art contemporain, médicament) connectant des espaces politiques et économiques lointains (Europe, Chine et Afrique), et choisies en fonction de l’importance, politique, économique ou symbolique, qu’elles assument pour les acteurs et les sociétés mis en relation. Nous considérons les marchandises comme un biais pour observer avant tout des dynamiques politiques, et tout particulièrement les déplacements politiques provoqués par la transformation de leur production, leur circulation et leur régulation sous l’effet de la libéralisation de l’économie mondiale. Derrière une marchandise, il y a en effet des institutions de régulation, nationales et supranationales, des acteurs économiques individuels ou constitués en réseaux, des formes spécifiques de circulation et de consommation, eux-mêmes reliées à des modèles culturels ou d’organisation sociale. L’analyse de réseaux transnationaux ira de pair avec une réflexion originale sur des lieux de connections. On s’intéressera en particulier au rôle émergent de hubs qui s’imposent comme des nœuds incontournables d’échanges du commerce mondial et apparaissent comme des lieux « politiques » caractéristiques de la gouvernance globale. Rattaché à un programme ANR, ce séminaire se veut un lieu de rencontre et de discussion d’enquêtes en cours au croisement de l’anthropologie politique, de l’anthropologie économique et de l’anthropologie des techniques.

Le « capitalisme dépendant » – Appel à contributions Revue de la Régulation

Le « capitalisme dépendant » en Europe centrale et orientale : fondements théoriques et diversité des trajectoires nationales

Deadline : 04/09/2017

Coordinateurs : Violaine Delteil (ICEE, Université Sorbonne Nouvelle), Éric Magnin (LADYSS, Université Paris Diderot) et Julien Vercueil (CREE, Inalco)

Lire aussi cet appel sur le site de La Revue de la régulation
La transformation postsocialiste puis le processus d’intégration dans l’Union européenne ont conduit à s’interroger sur les modèles économiques émergents en Europe centrale et orientale à l’issue de ces grands changements institutionnels. Allait-on assister à l’émergence d’une nouvelle famille de capitalisme originale, marquée par l’héritage de l’ancien système socialiste, ou à une convergence vers des modèles de capitalisme déjà recensés ? Depuis le début des années 1990, les travaux sur les formes du capitalisme émergent dans les nouveaux États membres, se sont multipliés et ont tenté de répondre à cette question. Initialement dominant, le paradigme de la « transition vers l’économie de marché » a progressivement cédé du terrain à une pluralité de schèmes théoriques. Parmi ces derniers, l’approche de « la variété des capitalismes » (VoC) de Hall et Soskice (2001) a été fortement mobilisée. Certains auteurs ont cherché à appliquer les deux modèles fondateurs (« économies de marchés libérales » et « économies de marché coordonnées »), construits à l’origine pour décrire les économies occidentales, aux économies postsocialistes.

Nölke et Vliegenthart (2009) ont proposé d’élargir la typologie de la VoC, en y adjoignant un troisième modèle, les « économies de marché dépendantes » (EMD), dans la lignée des travaux de King (2007), plus à même selon eux de rendre compte de la spécificité économique et institutionnelle des nouveaux membres de l’UE. Les EMD se caractérisent par un mode de coordination alternatif au marché et aux réseaux d’entreprises et structuré autour des chaines de valeur contrôlées par les firmes multinationales occidentales. Les investissements directs étrangers (IDE) conditionnent dans les pays d’accueil est-européens un degré élevé de transnationalité, une dépendance hiérarchique des filiales aux maisons-mères, ainsi qu’une influence indirecte des acteurs économiques étrangers sur la formation des règles dans les pays d’accueil.

D’autres auteurs, plus frontalement critiques vis-à-vis du cadre théorique de la VoC, de sa typologie binaire et du poids déterminant accordé aux entreprises en tant qu’agents redessinant les règles (aux dépens du rôle des forces sociales et politiques dans la dynamique de changement institutionnel), ont proposé une série de travaux alternatifs visant à saisir en particulier les sources du changement macro-institutionnel et l’articulation entre l’économique et le politique. Ces travaux, que l’on peut rassembler sous l’approche de la « diversité des capitalismes », inscrite dans le sillage des travaux fondateurs de Boyer, renouvelés par Amable (2003), ont connu des prolongements récents dans la littérature sur les capitalismes est-européens. Drahokoupil et Myant (2011) discutent et explicitent les sources économiques de la dépendance au cœur du processus d’intégration internationale des PECO et cherchent ainsi à spécifier les régimes de croissance. Bohle et Greskovits (2012) proposent une grille de lecture d’inspiration polanyienne, qui articule les dimensions politique et économique et questionne en particulier le rôle de la médiation étatique pour contrebalancer le poids des dépendances au marché et aux forces externes. Eu égard aux modes de coordination dominants, les auteurs distinguent trois types de modèles postsocialistes (néolibéral, néolibéral encastré et néocorporatiste).

L’hypothèse du « capitalisme dépendant » a de toute évidence gagné en intérêt et pertinence heuristique pour les PECO dans le contexte de la crise de 2008, cette dernière révélant la multiplicité et la force des canaux transnationaux de diffusion des déséquilibres économiques et financiers, parmi lesquels les chainons de dépendance des firmes est-européennes vis-à-vis de leurs homologues ouest-européennes. Construites sur des modèles économiques plus « extravertis », et dépendants de l’extérieur que leurs homologues ouest-européennes, les économies est-européennes ont ainsi confirmé leur forte exposition aux aléas des marchés internationaux (exportations), leur dépendance structurelle aux investissements directs étrangers (accentuée par la position subordonnée des filiales est-européennes dans les chaines de valeur), et pour les économies les moins développées de la région, leur forte dépendance (parfois supérieure aux flux d’IDE) aux transferts monétaires découlant des migrations de travail et des programmes d’assistance financière. Pour les pays du groupe de Visegrad, et plus nettement encore pour les pays des Balkans, cette dépendance économique a en outre alimenté une dépendance idéationnelle, institutionnelle et politique, repérable dans le pouvoir prescripteur que l’UE, les bailleurs de fonds ou les investisseurs étrangers, ont pu exercer sur les choix de politique publique et de révision institutionnelle.

L’objet de ce dossier et de l’appel à contribution est d’approfondir le concept de « capitalisme dépendant » dans trois directions complémentaires :

  • Filiation du concept de « capitalisme dépendant »

Une première invite à s’interroger sur la filiation du concept de « capitalisme dépendant », qui prend sa source dans les théories de la dépendance, théories d’inspiration marxiste apparues dans les années 1960-1970, et mettant au jour l’insertion périphérique des pays d’Amérique Latine dans une économie internationale articulée autour de l’hégémonie nord-américaine (Frank, 1968 ; Evans, 1979 ; Bresser-Pereira, 2009). Les contributions pourront mettre en lumière les éléments de continuité et/ou de rupture théorique et analytique entre cette première approche historique, et les approches contemporaines du « capitalisme dépendant ». Elles pourront évaluer également la fécondité – convergence ou complémentarité potentielle – des interactions entre ces deux approches pour appréhender les enjeux du présent : en quoi la confrontation des théories historiques et contemporaines du capitalisme dépendant nous aident-elles à penser la multiplicité des sources et canaux de dépendance, la nature des forces dessinant les modalités d’insertion des économies dans la mondialisation, ou celles (re)composant les hiérarchies, positions hégémoniques et périphériques, reliant les nations ou les espaces régionaux ?

  • Capitalisme dépendant et théorie de la régulation

Une seconde piste de réflexion, découlant du constat d’un certain éclectisme théorique à l’endroit de la notion actuelle de « capitalisme dépendant », appelle à un effort de positionnement des schèmes et grilles de lecture mobilisés au regard des approches régulationnistes. Parmi les pistes prometteuses, on notera notamment celle consistant à appréhender la diversité des « formes institutionnelles » qui structurent les dépendances, à partir d’une série de catégories intermédiaires directement inspirées de l’École de la Régulation. Parmi celles-ci, le mode d’insertion dans les échanges internationaux, le rapport salarial, le régime monétaire, le système social et fiscal, le régime de relations professionnelles, ou encore les modalités de l’intervention étatique ; soit autant de formes institutionnelles susceptibles de constituer des relais et/ou des remparts internes à la diffusion et à l’approfondissement des dépendances externes.

  • Au-delà de l’Europe centrale : quelle généralité du concept de capitalisme dépendant ?

Enfin, une dernière direction invite à questionner la fécondité du concept de « capitalisme dépendant » pour enrichir l’analyse comparative des capitalismes. Les contributeurs sont invités à élargir le champ de la comparaison des « capitalismes dépendants », jusque-là presque exclusivement centré sur les pays d’Europe du centre-est, pour intégrer les pays baltes et balkaniques, membres de l’Union européenne mais aussi non-membres (Balkans occidentaux), emblématiques plus encore d’un modèle de « capitalisme dépendant », associé à une insertion « périphérique » et instable – plutôt que « semi-périphérique » comme le groupe de Visegrad (Bohle et Greskovits, 2012) – dans l’économie européenne et internationale. Contrepoints asiatiques, latino-américains ou nord-africains seront les bienvenus pour éclairer la pluralité des dynamiques de dépendance à l’œuvre et la manière dont celles-ci s’inscrivent dans des logiques régionales et des trajectoires historiques nationales.

La Revue de la régulation

La revue vise à fournir un lieu d’expression pour les analyses qui s’inscrivent dans la filiation des recherches régulationnistes, et plus largement institutionnalistes, ainsi que pour les chercheurs qui souhaitent en débattre, en économie et au-delà. Elle a pour vocation d’alimenter une discussion large avec les autres sciences sociales : sociologie économique, histoire, sciences politiques, gestion etc.

En effet, il apparaît plus que jamais nécessaire de développer une économie politique historicisée et socialisée afin de mieux comprendre les choix de politique économique ou les évolutions stratégiques des entreprises, ainsi que leurs effets, à partir des rapports sociaux qui les structurent. Poursuivre une réflexion globale sur la transformation du capitalisme, compte tenu de l’ampleur et la diversité de ses recompositions, incite à rassembler des travaux issus de différents horizons. Les recherches que cette revue souhaite promouvoir porteront tant sur la caractérisation des formes structurelles du capitalisme contemporain, que sur l’analyse de nouvelles dynamiques à l’œuvre et les outils théoriques et méthodologiques permettant de les saisir.

Soumissions

Les propositions d’articles doivent être soumises par e-mail à l’adresse regulation@revues.org avec « Appel à contribution » en titre de l’e-mail. Veillez à vous assurer que l’article n’excède pas 10 000 mots et suive les instructions aux auteurs de la Revue de la Régulation, qui sont présentées ici : http://regulation.revues.org/1701

Les articles seront examinés de manière anonyme, conformément à la procédure habituelle de la Revue.

Contact 

Violaine Delteil : viodelteil@outlook.fr

Éric Magnin : eric.magnin@univ-paris-diderot.fr

Date limite de soumission : 4 septembre 2017

Vient de paraitre: Régulations agricoles et mobilisations sociales

Régulations agricoles et mobilisations sociales

Gilles Allaire, Martino Nieddu et Pierre Labarthe

Revue de la régulation

20 | 2e semestre/ Autumn 2016
Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale


Le présent dossier s’inscrit dans un programme de recherche de longue date, depuis les premiers travaux régulationnistes de la fin des années 1980, notamment marqué par la publication en 1995 de l’ouvrage collectif La Grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes1 et récemment par le colloque « Renouveler les approches institutionnalistes sur l’agriculture et l’alimentation : « La grande transformation » 20 ans après », organisé à Montpellier en juin 2014. Cinq études de cas, développant des approches théoriques originales sont complétées par deux textes de synthèse : Jean-Marc Touzard et Pierre Labarthe ouvrent le dossier en mettant en perspective 25 ans de travaux appliqués à l’agriculture s’inscrivant dans le programme de recherche régulationniste ; l’entretien mené avec Harriet Friedmann par Benoît Daviron et Gilles Allaire clôt le dossier en revenant sur la notion de food regime ; les études de cas analysent de nouvelles institutions et transformations des régimes économiques agricoles et alimentaires, en lien avec les enjeux de développement durable comme avec de nouvelles dynamiques trans-sectorielles et transnationales. Ces textes permettent de poursuivre les échanges entre économistes institutionnalistes et chercheurs en sociologie et sciences politiques. Ils abordent les « circuits courts » et leur gouvernance (Claire Lamine et Juliette Rouchier sur la charte des AMAP et Amélie Gonçalves et Thomas Zeroual sur la logistique des circuits courts), la place de la filière « sucre pour l’énergie » dans le modèle national de développement brésilien (Mathieu Fruleux), le commerce équitable de vin d’Argentine en Angleterre (Juan Ignacio Staricco) et la comparaison de la transformation des politiques agricoles en Angleterre et en France du point de vue de l’intégration de l’environnement (Matthieu Ansaloni et Gilles Allaire). Les approches institutionnalistes développées dans ces articles éclairent de manière stimulante des questions qui ont émergé durant les deux dernières décennies dans le domaine agroalimentaire.

Lire la suite de ce texte sur le site de la Revue de la régulation

 

Global Africa: Connections, Environnement and Networks

Global Africa: Connections, Environnement and the transformations of Settlements and Networks in South-East Africa  and East Africa

Appel à contributions ECAS 7 Afrique urbaine – Africains urbains Basel 29 juin – 1er Juillet 2017

 

7ème conférence européenne des études africaines ECAS 7

Bâle-Basel, 29 juin-1er juillet 2017, Université de Basel

Afrique urbaine – Africains urbains :

Des nouvelles rencontres entre le rural et l’urbain

Site de la conférence: http://www.ecas2017.ch/cfp

Appel à contributions

Le Centre d’études africaines de Bâle et la Société suisse d’études africaines vous invitent, pour le compte de l’AEGIS (Groupe Afrique-Europe pour les études interdisciplinaires), à soumettre des propositions pour la 7e Conférence européenne ECAS 2017 sur le thème: Africains: Nouvelles rencontres des zones rurales et urbaines.

 Les tendances africaines de l’urbanisation soulèvent plusieurs questions qui intéressent les chercheurs. Ceux-ci vont de la politique, à travers l’économie, tout le chemin à des questions sociales et culturelles. La question clé, cependant, est de savoir comment les processus d’urbanisation en Afrique transforment les objets conventionnels des études africaines et comment les savants d’Afrique se préparent-ils à faire face à de tels changements? Telles sont les questions auxquelles nous avons invité les savants d’Afrique à s’engager de manière plus consciente et systématique.

Alors que parmi les 223 panels acceptés, l’urbain est important, beaucoup se penchent aussi sur les enchevêtrements du rural avec le urbain, en particulier pour aborder une hypothèse implicite qui sous-tend l’étude de l’Afrique et qui concerne la prétendue «nature» rurale du continent Ainsi que la nature constitutive de la tension entre la tradition et la modernité. Au cours des dernières décennies, une attitude autocritique au sein de nombreuses disciplines a conduit à un affaiblissement de ces hypothèses, l’urbain continue sans doute à être considéré comme l’exception ou, du moins, comme analytiquement moins conséquent que le rural. ECAS 2017 «Urban Africa – Urban Africans» sera donc l’occasion de repenser les études africaines, mais aussi d’explorer et d’approfondir les voies de recherche que de nombreux chercheurs travaillant sur les questions urbaines et rurales ont abordées ces dernières années. Il ya une masse critique à exploiter dans l’effort pour pousser les frontières de la production critique de connaissances européennes sur l’Afrique.

L’appel à communications est maintenant ouvert et se termine à minuit le 19 janvier 2017. Avant de proposer un article, lisez le thème de la conférence, parcourez la liste des panels.

 Les panels acceptés de l’ECAS2017 ont été divisés en champs thématiques: Economie et Développement (A); Politique et relations internationales (B); Anthropologie sociale (C); Sociologie (D); Histoire (E); Arts et culture (G); Langue et littérature (H); Philosophie (I); Religion (J); Santé (K); Environnement et géographie (L); Et droit (M).

 

Vient de paraitre: Réparer le monde – Revue Techniques et Culture n° 65-66

Vient de paraitre:  Revue Techniques et culture n°65-66 2016 1-2

Réparer le monde: Excès, reste et innovation – 
Fixing the World, Excess, leftover & Innovation

Chers collègues,

Nous sommes très heureux de voir enfin diffusé le travail que nous menons depuis 2013 à l’EHESS Marseille sur la question du Reste et de l’innovation et que vous pourrez trouver ce jour en librairie. Ce numéro de plus de 500 pages regroupe une cinquantaine d’auteurs sur une problématique qui a attiré une multitude de propositions disciplinaires d’ici et d’ailleurs.

Nous espérons qu’il permettra des échanges et un débat exigeant tant sur le contenu que sur la forme éditoriale nouvelle que nous avons donnée à cet ouvrage.

Bien sincèrement à tous

Frédéric Joulian (EHESS), Yann-Philippe Tastevin (CNRS), Jamie Furniss (Univ. of Edinburgh), coordinateurs du numéro.

Voir aussi sur le site de la revue  tc.revues.org

tc6566couvrecto-small200

Dans toutes les bonnes librairies, le 14 novembre 2016
Comment penser la production toujours plus excessive des restes de nos sociétés ? Comment repérer des espaces de créativité et d’innovation dans ce qui apparaît comme une des faces les plus refoulées de notre modernité ?
Ce numéro exceptionnel de Techniques&Culture livre un panorama international et varié des recherches sur les restes : de la géographie de la couronne de satellites poubelles autour de notre planète à une ethnographie du 7e continent de plastiques, en passant par une anthropologie des déchets ménagers ou « anatomiques » ou encore par l’exposé de différentes innovations sociales et techniques répondant aux excès des sociétés modernes. Il permet au lecteur de fonder une pensée, ou plus simplement, de s’orienter face aux discours alarmistes ou aux utopies technicistes.
Dans cette nouvelle formule de la revue, les écrits des sciences humaines se déclinent sous différentes formes d’écritures, brèves et illustrées dans cette version imprimée, ou plus étendues et réticulées dans la version en ligne. Aux curieux et récupérateurs en tout genre : bonne exploration !

Cet ouvrage est aussi la synthèse d’un projet collectif attaché ­à explorer les significations sociales du reste et des déchets, que nous avons mené depuis 2011 à l’EHESS et au MUCEM dans le cadre de différents séminaires et rencontres scientifiques synchrones de la préparation de l’exposition « Vies d’Ordures ! », prévue en mars 2017.

 

Georges Balandier: Le politique en fil rouge

Georges Balandier, sociologue, spécialiste de l’Afrique

Publié par le Monde. fr LE MONDE | 05.10.2016
Par Jean Copans, anthropologue et sociologue, ancien professeur des universités (Amiens et Paris-Descartes)
Lire l’article en détails sur le Monde.fr
Par Jean Copans, anthropologue et sociologue, ancien professeur des universités (Amiens et Paris-Descartes)
Auteur et codirecteur de plus d’une trentaine d’ouvrages, signataire d’un grand nombre d’articles, particulièrement dans « Le Monde des livres », où il a tenu une chronique régulière pendant une dizaine d’années (contributions réunies en partie dans Du social par temps incertain, PUF, 2013), ainsi que de commentaires, d’entretiens sur près de soixante-dix ans d’écriture, Georges Balandier, mort le 5 octobre à l’âge de 95 ans, a occupé toutes les positions institutionnelles dans le champ français de la recherche en sciences sociales au cours de la seconde moitié du XXsiècle.
Il a été le directeur de près de 200 doctorats en tout genre (..) un professeur d’université et un enseignant charismatique (…) Monde.fr

Georges Balandier a d’abord été l’analyste original d’une double conjoncture : celle de la situation coloniale, de sa contestation et, par la suite, de la décolonisation. Sa pensée foisonnante, libre de toute ascendance ou cooptation, tout en s’affirmant engagée, restait prudente dans ses prises de position politiques ou sociétales. Sa science sociale, tout à la fois anthropologique et sociologique, a cherché par la suite, au cours d’une seconde carrière après son départ à la retraite en 1985, à affronter les « turbulences » du temps présent, les innovations de la « sur-modernité » (…) Monde.fr

Le politique en fil rouge

Pourtant, le fil rouge qui relit toutes les œuvres et toutes les problématiques du chercheur et, au fil du temps, du penseur social, c’est le politique et par conséquent l’anthropologie du politique. Il publie une synthèse de ce domaine en 1967, Anthropologie politique, qui sera traduit dans plus d’une vingtaine de languesIl étend ensuite ce champ bien au-delà de la modernité politique des nouveaux Etats du tiers-monde, et se met à appliquer cette discipline aux formes nouvelles de la politique-spectacle puis médiatique française et occidentale (…) Monde.fr
Pourtant, c’est la mondialisation et sa déconstruction anthropologique couplée à un fort sentiment de démobilisation politique, morale, citoyenne (voire disciplinaire) qui le poussent à décrire le monde tel qu’il est au-delà de la déploration ou de la dénonciation, cheminement qui le conduit du Désordre (1988) au Dédale : pour en finir avec le XXsiècle (1994), puis au Grand Système (2001), enfin au Grand Dérangement (2005) (…)
Lire la suite de ce très bel hommage avec l’article complet sur le Monde.fr

Just Published: Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales

sous la direction d’Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti

Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Anthropologie & développement n°44 (2016/1)

Anthropologie & développement n°44(2016/1)

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales / Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences (dossier coordonné par/Editors : Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti)

Introduction. Dimensions méthodologiques, épistémologiques et politiques de l’engagement des chercheurs en sciences sociales / Methodological, Epistemological and Political Aspects of Engagement of Social Scientists (E. Piccoli et J. Mazzocchetti)

Ambiguities and Potentialities of Social Sciences in the Peruvian Mining Context (E. Piccoli et I. Yepez del Castillo)

The Ethics of Ethnographic Fieldwork in the Context of War against Migrants. Between Self-Censorship and Engagement (J. Mazzocchetti)

Knowing as Being, Knowing is Being. Doing a Political Ethnography of an Italian Right-Wing Party (E. Bellè)

Politicized Discourses. A Reflexive Approach to the Transnational Campaign on Women, Peace and Security and its Local Narratives (M. Martín de Almagro Iniesta)

Expérience de dialogue entre l’anthropologie et une situation de développement au Vietnam. De la position d’observateur à celle de médiateur (E. Pannier et C. Culas)

Dynamique des postures de chercheurs-engagés. Retours sur la participation dans les politiques de l’eau au Burkina Faso (W. Daré et J.-P. Venot)

Au-delà de Weber: conceptualiser un idéal-type alternatif pour l’étude de la bureaucratie dans les pays en développement

Au-delà de Weber: conceptualiser un idéal-type alternatif pour l’étude de la bureaucratie dans les pays en développement

  •  Par Yuen Yuen Yang
  •  2 August 2016
  • Version en ligne de l’Article  avant son inclusion dans un numéro de la revue Regulation & Governance

REGO_leftL’étude de l’administration publique dans les pays en développement exige de regarder au-delà du modèle wébérien comme le seul type idéal de la bureaucratie. Quand on suppose qu’il existe un seul modèle de l’administration publique, toutes les autres formes d’organisation qui ne sont pas conformes à l’idéal wébérien sont rejetés comme corrompus ou échoués. Axé sur l’économie néo-institutionnelle, ce travail présente un type idéal alternatif de la bureaucratie tel qu’observé dans la Chine contemporaine. Ce modèle, qui est appelé ici bureaucratie-franchise, combine la structure hiérarchique de la bureaucratie avec les incitations à haute puissance de la franchise. Dans ce système, les organismes publics peuvent légitimement prétendre à une part du revenu gagné pour se financer et se récompenser eux-mêmes, comme les franchises entrepreneuriales. Pourtant, distincte de la corruption sans foi ni loi, dans ce type d’auto-financement (ou prébende) le comportement est accepté  et même délibérément incité par les règles de l’État. Bien qu’un tel modèle viole plusieurs principes weberien de la «bonne» bureaucratie, il exploite et réglemente les incitations à la prébende pour faire face aux contraintes budgétaires et aux capacités qui sont communes dans les pays en développement comme la Chine

Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Voir aussi sur le site de l’ANR Einsa

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite