Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales

Revue en ligne SociologieS

Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales

Discussion de l’ouvrage de Jacques Hamel, Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2019
 
Sylvie Ayimpam
 

Notes de la rédaction

Le Grand résumé est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11708 et la discussion par Vincent Dubois à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11714

Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre, l’ouvrage de Jacques Hamel Savoir écrire en sociologie n’est pas un manuel destiné à livrer des « recettes » d’écriture scientifique en sociologie aux jeunes chercheurs. Il s’agit en revanche d’une réflexion sur ce que représente l’acte d’écrire en sociologie et sur le rôle que joue le langage dans la formulation de la connaissance sociologique. Le travail de Jacques Hamel est une remarquable contribution épistémologique à la fois riche et dense, à la question de la relation entre écriture et langage en sociologie. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, je partirai de quelques éléments abordés dans le grand résumé de son ouvrage pour tenter d’élargir le propos à partir de l’assertion de Jean-Claude Passeron selon laquelle « Sociologie, anthropologie et histoire partagent une seule et même épistémologie » (Passeron, 1991). Pour commencer, j’introduirai mon propos en présentant rapidement les éléments qui, me semble-t-il, permettent d’élargir la réflexion sur l’écriture à l’ensemble des sciences sociales. Ensuite, je discuterai le rôle que Jacques Hamel attribue à l’écriture et au langage dans le processus de production de la connaissance scientifique, en abordant plus particulièrement la question de la conceptualisation et de la production des données empiriques dans ce processus. Enfin, je réagirai à la question du rôle des logiciels d’analyse qualitative dans l’écriture et la connaissance scientifique. Je conclurai mon propos en évoquant la diffusion des écrits des chercheurs en sciences sociales à l’ère d’Internet.

Écriture en sociologie ou écriture en sciences sociales : de l’unité épistémologique des sciences sociales

Bien que l’affirmation de l’unité et de la spécificité épistémologique des sciences sociales ne soit pas nouvelle, Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008, pp. 13-15) observe que c’est incontestablement dans l’œuvre épistémologique remarquable de Jean-Claude Passeron qu’elle trouve son expression contemporaine la plus systématique et la plus rigoureuse, œuvre qui reste sans équivalent à ce jour. Jean-Claude Passeron s’est en effet attaché à souligner l’unité épistémologique de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire, en montrant que ces disciplines partagent un espace épistémologique commun fondé sur l’historicité des phénomènes sociaux et sur la prédominance du langage naturel utilisé pour les décrire et les interpréter. Ce faisant, Jean-Claude Passeron réussit à renvoyer dos-à-dos d’une part, les excès positivistes ne voyant de science que dans l’expérimentation et dans la formalisation et d’autre part, les excès herméneutiques rejetant la dimension empirique et comparative des sciences sociales (…).

Lire la suite de cet article dans la revue SociologieS 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.