Appel à contribution « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation » / Call for Papers « Extending the field of Fair Trade »

Appel à contribution « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation » / Call for Papers « Extending the field of Fair Trade »

La Revue internationale des études du développementa le plaisir de lancer un Appel à contributions pour son Dossier spécial : « Commerce équitable : entre amplification et instrumentalisation », à paraître en novembre 2019.

 Contextualisation 

Le commerce équitable (CE) constitue un champ de recherche complexe et encore jeune qui alimente des controverses en matière de développement politique, économique, social et environnemental. 

Les évolutions rapides dans les pratiques des différents acteurs du mouvement du CE ne cessent de questionner le sens de la notion d’équitable, le périmètre du CE ainsi que les méthodologies à même de rendre compte de son impact. 

Ce dossier a précisément pour objectif d’actualiser les débats sur la signification, les frontières et l’impact du CE à partir d’études de cas portant sur des filières ou des labels peu étudiés jusqu’à présent, des méthodologies d’étude d’impact originales ou encore sur la titularisation des lieux. 

Un secteur dynamique et (auto-)légitimé 

Le CE a été conçu initialement comme un partenariat Nord-Sud, dans lequel les consommateurs du Nord sont sensibilisés aux conditions de vie des producteurs du Sud et acceptent en conséquence de payer les produits à un prix plus élevé pour permettre à ces derniers de s’organiser collectivement, d’avoir les moyens de vivre de leur métier et de décider de leur avenir. 

Les réseaux qui ont développé cette forme d’échange se sont historiquement concentrés sur l’artisanat, puis se sont largement focalisés sur les produits agricoles tels que le café, le cacao, le thé, les bananes, etc. 

Cette forme d’échange a connu un certain succès ces vingt dernières années (Boonman et al., 2011; Krier, 2008 ; Raynolds and Greenfield, 2015). 

Les processus d’identification, de certification et de labellisation de ces produits ont d’ores et déjà fait l’objet de nombreux débats (Balineau et Dufeu, 2010 ; Getz et Shreck, 2006 ; Renard, 2005). 

Les études d’impact se sont également fortement développées, avec une concentration sur les coopératives de produits primaires en Amérique latine et en Afrique, laissant de côté certaines régions du monde et certaines activités telles que les activités artisanales (Vagneron et Roquigny, 2010 ; Nelson, 2017). 

Entre rééquilibrage partenarial et renégociation du partage de la valeur 

Le CE s’est constitué, de facto, à rebours du système néo-colonial de drainage des ressources au profit de la satisfaction des besoins naissants ou nouveaux des sociétés de consommation au Nord. Il entend en effet modifier peu à peu les formes de partage inégal de la valeur au sein des chaînes alimentaires transnationales et internationales. Ainsi, les projets de production et de commerce équitables entrent fortement en résonance avec les mobilisations de type agrariennes, visant à renforcer le niveau de maitrise des systèmes agro-alimentaires, avec parfois, selon les pays concernés aux Suds, des accents souverainistes ou nationalistes. 

Par le biais du commerce équitable, ce sont des questions de bien-être, de participation des catégories oubliées (femmes, jeunes, vieux, pauvres,…), de lutte contre les inégalités et pour la dignité qui émergent. Au-delà de l’histoire des produits, des groupes et des entreprises qui les construisent, avec leurs succès francs, partiels ou leurs échecs, ce sont bien ces tensions et ces éventuels rééquilibrages que le Dossier entend aborder. 

Au coeur des activités liées au commerce équitable, comment s’organisent et évoluent les rapports de travail entre les différents acteurs impliqués ? Quelles formes prennent les partenariats avec les producteurs indépendants comme avec les entreprises et leurs salariés ? Quel est le niveau d’implication des producteurs locaux (montage de projets, publics visés, stratégies privilégiées, etc.) ? Entre partenariat, collaboration et sous-traitance, comment se reconfigurent les rapports de pouvoir au sein des systèmes de production et d’échange marchand ? 

La proposition comprend : 

– Le titre : de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre) 

– Un résumé de l’article détaillant la question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats 

– Des références bibliographiques (hors du décompte des signes) 

Calendrier de production 

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 22 octobre 2018 à ladresse courriel : 

  • • de la rédaction : revdev@univ-paris1.fr 
  • • des trois co-porteuses de ce numéro spécial : o aurelie.carimentrand@cirad.fr 
  • o zcb99@yahoo.com 
  • o emilie_sarrazin@yahoo.fr 

Les auteur.e.s présélectionné.e.s par les coordinateurs et le comité de rédaction seront prévenu.e.s par l’équipe de la revue la semaine du 5 novembre 2018. 

Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteurs de la revue, seront envoyées par les auteurs aux trois courriels précités avant le 24 janvier 2019

Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article – anonyme – sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité : le sommaire définitif de ce numéro thématique sera rendu le 6 juin 2019. 

Parution : la sortie en librairie de ce n°240 2019-4 est prévue pour fin novembre 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.