Vient de paraitre: Fashion Mix

Fashion Mix_1310 - copieN°1310  avril-juin 2015

Vient de paraître: Fashion Mix

Modes, codes vestimentaires, et pratiques corporelles

Dossier spécial de la Revue Hommes et Migrations N°1310  avril-juin 2015   Coordinateur: Anne Monjaret

Anne Monjaret, Ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC-équipe LAHIC (CNRS-EHESS)

Lire aussi le carnet de recherche Vêtement & Textile

 Ce dossier complète la problématique de l’exposition Fashion Mix, qui s’est tenue au Musée de l’histoire de l’immigration jusqu’à fin juin 2015, et fait un état des dernières recherches sur l’influence des migrations sur les manières de se vêtir, de se coiffer, et de traiter son corps dans l’espace. La revue a souhaité croiser le thème de la mode et celui des migrations en brassant les recherches en cours.   L’ouverture internationale explore les relations que la France entretient à travers le vêtement avec des continents comme l’Afrique et identifie des travaux qui seraient utilement transférables en France.

A l’occasion de l’exposition Fashion Mix tenue au Musée de l’histoire de l’immigration (novembre 2014 –juin 2015) et portant sur l’histoire des créateurs d’origine étrangère qui ont activement contribué au dynamisme et à la renommée mondiale de la haute couture parisienne, la revue Hommes et Migrations a souhaité enclencher un nouveau chantier sur le thème de la mode, des codes vestimentaires et des pratiques corporelles en relation avec les phénomènes migratoires. Ce dossier se situe en complémentarité avec la problématique de cette exposition pour faire l’état des recherches menées sur ces différents thèmes et montrer comment les migrations influencent les manières de se vêtir, de se coiffer et de traiter son corps.

Les études migratoires ont accordé à la mode un traitement encore limité, que ce soit sous l’angle des analyses du secteur économique ou celui plus anthropologique des études sur les pratiques culturelles. Les recherches sur l’histoire de la mode ont peu abordé également la question de la présence des créateurs étrangers et des influences plus générales des migrants sur les courants (type afro style). La connexion entre ces deux domaines scientifiques est un chantier à mener.

Pourtant, quand on considère la confection (mais aussi de la retouche et la braderie) la maroquinerie ou la cordonnerie, ces secteurs économiques ont depuis plusieurs décennies étaient portés par des migrants et ils révèlent de compétences professionnelles et de savoir-faire artisanaux ou plus techniques performants dans leurs capacités d’insertion dans l’économie des pays d’accueil. Dans ces secteurs, les migrants ont toujours été très entreprenants, tant et si bien que mode et migrations sont intimement mêlées. Par prolongation, les commerces qualifiés « d’ethniques » s’adressent à des clientèles d’origine étrangère pour leur vendre des produits cosmétiques ou des vêtements de leur pays d’origine, jouent un rôle social comme des lieux de ressources identitaires ou culturelles. Enfin si certains créateurs de mode d’origine étrangère ne franchissent pas les barrières pour accéder à la haute couture, leurs créations parviennent à influencer les styles et courants de la mode en ouvrant à des propositions nouvelles en matières de tissus, d’assemblages, et de coupes.

La migration affecte également les modes vestimentaires de ceux qui décident de vivre ailleurs. Certains vêtements ou codes vestimentaires sont abandonnés au profit de ceux de la société majoritaire, d’autres sont conservés, adaptés, dans l’espace privé de la famille ou réservés à des évènements familiaux ou festifs plus larges. Les modes vestimentaires ont des fonctions sociales et identitaires qui varient selon les migrations. Dans une certaine mesure et selon les périodes, les migrants ont introduit des éléments de leurs cultures dans les courant de la mode en France et plus largement.

En complément, la coiffure, le maquillage et les soins corporels représentent des marqueurs culturels que la migration bouscule et modifie au fur et à mesure que les personnes s’installent et vont vouloir se conformer à certains usages dominants.

Certains codes vestimentaires et corporels se transmettent d’une génération à l’autre, d’autres sont rejetés ou au contraire ritualisés et patrimonialisés en vertu d’une charge symbolique forte.

Ce dossier constitue un premier cadrage des différentes pistes de recherche qui sont comprises dans cette vaste thématique tout en identifiant des programmes scientifiques et des initiatives culturelles ou artistiques qui vont livrer leurs premiers résultats

De la fripe à la Sape : migrations congolaises et modes vestimentaires

Par Sylvie Ayimpam, université Aix-Marseille et Léon Tsambu, université de Kinshasa 

Article issu du N°1310,  avril-juin 2015 : Fashion Mix

Né au début du XXe siècle entre Kinshasa et Brazzaville, le mouvement de la Sape ou Société des ambianceurs et des personnes élégantes a peu à peu gagné les territoires des diasporas congolaises à Paris ou à Bruxelles. Entre mode et musique, les sapeurs font de leurs luxueux habits le symbole d’une identité en perpétuelle réinvention. Pour assouvir leur quête de vêtements aux griffes prestigieuses, des filières d’approvisionnement informel se sont mises en place entre l’Afrique et l’Europe.


Une réflexion au sujet de « Vient de paraitre: Fashion Mix »

  1. Ping : Fashion Mix | Vêtement & Textile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.