Les violences ordinaires dans l’Afrique contemporaine

Les Violences ordinaires dans l’Afrique contemporaine:

la vie quotidienne, la sphère étatique, le monde humanitaire

 
Leiden Universiteit, 1-5 juillet 2015 Lipsius Bulding, Cleveringaplaats 1, Leiden
Projet “Connecting in Times of Duress”
Master’Class animée par Sylvie Ayimpam et Jacky Bouju

Cette Master Class sera consacrée aux violences ordinaires dans l’Afrique d’aujourd’hui.
L’étude des violences ordinaires — définies par Alain Marie et Pierre Janin (2003) comme celles qui prennent place dans le quotidien des rapports sociaux et qui sont banalisées par la société — suppose de porter l’attention sur des formes de violences qui seraient « admises » par la société et plus ou moins « tolérées » par  les personnes concernées. Ces violences tireraient leur légitimité du fait qu’elles se rattacheraient à des « traditions » ou à des formes de régulation sociale « anciennes ». Le principe totalitaire qui gouverne beaucoup de sociétés africaines, se décline en violences permanentes faites à l’individu. Les contextes contemporains en Afrique donnent à percevoir dans la longue durée une violence ordinairement silencieuse des relations sociales, parfois les plus ordinaires, entre citoyens ordinaires dans la vie quotidienne, entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés, entre ceux qui aident et ceux qui sont aidés.
Nous allons ainsi les aborder en trois principaux points :
1.     Les violences au quotidien : violences dans diverses relations sociales au quotidien
2.     Les violences dans le domaine étatique, entre gouvernants et gouvernés : coercitions étatiques, contestations politiques, oppositions informelles
3.     Les violences dans le champ de l’humanitaire : violences des normes, réactions violentes des populations
En effet, ces violences ordinaires on peut les retrouver autant dans l’espace domestique que dans les rapports de voisinage, dans les rapports professionnels que dans les rapports d’affinité, etc. Dans l’espace domestique et familiale, en milieu urbain ou en milieu rural, elle se manifeste souvent dans les relations entre les aînés et les cadets, entre les hommes et les femmes. En dehors de l’espace domestique, elles prennent souvent la forme d’affrontements ordinaires, de violences ordinaires des gens ordinaires : entre agriculteurs et pasteurs, élèves et enseignants, parents d’élèves et enseignants, etc. Une telle violence peut avoir son enracinement dans la longue durée historique. Elle peut produire des antagonismes et se banaliser au point que certaines de ses manifestations soient perçues par beaucoup, comme relevant du fonctionnement ordinaire de la société.
En ce qui concerne la sphère étatique et les relations entre gouvernants et gouvernés, on observe que la violence tend à devenir réciproque et à s’extérioriser, lorsque les individus réagissent par la violence à la violence réelle ou supposée de l’Etat. Cette forme d’autoritarisme étatique qui régule les relations entre l’Etat et les citoyens dans les sociétés africaines et l’exercice d’une violence coercitive – qui ne requiert pas l’adhésion explicite des dominés, mais au besoin les contraint par l’usage de la force brute– peuvent permettre de comprendre que les sociétés africaines soient des sociétés violentes, animées souvent par des rapports de force sous-jacents aux hiérarchies instituées. Ces hiérarchies dans les sociétés de type communautaire utilisent autant la force brute que les pouvoirs occultes fidèlement traduits par l’idiome de la sorcellerie. On observe ces dernières années que l’autoritarisme étatique soulève de plus en plus des mouvement d’oppositions et de contestations violents, comme cela a été le cas récememnt au Tchad, au Burkina Faso, ou encore actuellement au Burundi. Cependant les oppositions collectives en Afrique relèvent parfois de processus non explicitement politiques, et prennent des formes d’opposition et de contestation politique et sociale peu manifestes, plus insidieuses, informelles mais visibles. Oubliés des pouvoirs publics, nombre de citoyens s’opposent de multiples manières en pratiquant la subversion des normes, en opposant la récurrence de leurs actes aux représentations de l’ordre public qu’ils refusent de reconnaître.
Quant au champ de l’humanitaire, il devient l’un des lieux où s’articulent de plus en plus en Afrique la violence spectaculaire (celle des guerres, rébellions, conflits ethniques ou politiques, avec leurs conséquences multiples) et les violences ordinaires (celles qui prennent place dans le quotidien des relations sociales). Plusieurs événements ces dernières années ont jeté une lumière crue sur les conceptions négatives que les populations locales, bénéficiaires de l’aide, se faisaient du personnel humanitaire et des interventions humanitaires en général. Le personnel humanitaire se fait de plus en plus agressé dans les camps des réfugiés ou des personnes déplacées ou encore dans les zones de conflit, et cela pour diverses raisons ; il y a le fait que les populations locales ressentent comme violentes les normes qui sous-tendent l’intervention humanitaire et auxquelles elles doivent se conformer pour en bénéficier ; il y a également le fait que se développent de plus en plus des représentations sociales selon lesquelles les organisations humanitaires entretiendraient l’insécurité afin de se reproduire par le renouvellement de leurs financements. Dans ce domaine, il serait intéressant de passer de l’analyse que l’on fait en général de la vulnérabilité des personnes déplacées et prises en charge par des organisations humanitaires, à l’analyse de la propre vulnérabilité du personnel humanitaire sur le terrain. Il y a donc lieu d’étudier ici les cycles d’échanges de violences entre les deux catégories de protagonistes que l’intervention humanitaire met face à face, tout comme on peut étudier ces cycles d’échanges de violences dans entre gouvernants et gouvernés, et dans le cadre de la vie quotidienne.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.