Just published – A new book about Witchcraft in Africa

Just published : Thinking Witchcraft in Africa

Paru Mars 2015: Penser la sorcellerie en Afrique

Edited by Sandra Fancello (Sous la direction de)  – Forewords by Peter Geschiere

Penserlasorcellerie

Witchcraft has taken new forms in contemporary Africa : child witches, ritual crimes, steals of sex, diabolical possessions, etc. It no longer refers to an organized system of beliefs and practices but rather polymorphic imaginary triggered by insecurity and injustice experienced daily. The facts of violence associated with witchcraft cases show a deep normative deregulation and require located surveys that ask chains of suspicion and accusation.

This book makes the choice of an ethnographic and comparative approach to health or religious diagnoses and judicial qualifications of witchcraft. Researchers are arraigned as judges and doctors by criminalization process, otherwise politicization of witchcraft cases. How in such a context in and be accepted as a researcher in the courts, churches, families, businesses? How to avoid biases entrance from the perspective of the victims? How to work on qualified business media of « blood libel »? Business, rumors, trial call to think by case, interviewing actors’ strategies and positioning of institutions to the witchcraft.
Edited by Sandra Fancello, with contributions from Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary-Maixant Mebiame Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello Bernard Coyault and Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello is an anthropologist, researcher at the CNRS and member of the African Worlds Institute. Coordinator of the research program « State and institutions facing witchcraft in contemporary Africa, » his works examine witchcraft representations and consultations ways in the religious field of healing in Africa.

Penser la sorcellerie en Afrique

La sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation. 

Cet ouvrage fait le choix d’une approche ethnographique et comparative des diagnostics sanitaires ou religieux et des qualifications judiciaires de la sorcellerie. Les chercheurs sont interpelés comme les juges et les médecins par les processus de pénalisation, sinon de politisation des affaires de sorcellerie. Comment dans un tel contexte entrer et se faire accepter en tant que chercheur dans les tribunaux, les églises, les familles, les entreprises ? Comment éviter les biais liés à une entrée par le point de vue des victimes ? Comment travailler sur des affaires qualifiées par les médias de « crimes rituels » ? Les affaires, les rumeurs, les procès appellent à penser par cas, en interrogeant les stratégies d’acteurs et le positionnement des institutions face à la sorcellerie.

Sous la direction de Sandra Fancello, avec les contributions de Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary, Maixant Mébiame-Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello, Bernard Coyault et Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello est anthropologue, chargée de recherches au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains. Coordinatrice du programme « L’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine », ses travaux interrogent les représentations sorcellaires et les itinéraires de consultations dans le champ religieux de la guérison en Afrique.
 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *