L’économie politique de l’Asie

L’Economie politique de l’Asie

logo-regulation

La Revue de la régulation vient de publier un dossier spécial sur l’économie politique de l’Asie. La revue poursuit ainsi l’important travail mené à propos des capitalismes asiatiques. Après une première partie (n° 13, printemps 2013) plutôt centrée sur l’Asie du Sud-Est, la seconde partie de ce dossier thématique est dominée par l’analyse de l’Asie orientale et accorde une attention particulière à la Chine. Sur ce pays, sont abordées en particulier les questions relatives au travail et au rapport salarial (Muriel Périsse sur le rapport salarial et Clément Séhier sur la capacité de la responsabilité sociale de l’entreprise a recomposer la relation salariale), mais aussi à propos de l’innovation (approche comparée de quatre grands systèmes d’innovation parChristian Le Bas, William Latham, Dmitry Volodin), et enfin des relations avec un pays voisin dominé (la « précieuse relation » Chine-Malaisie analysée parElsa Lafaye de Micheaux).

Il ressort de ces contributions que le développement du salariat joue un rôle clé dans les dynamiques en cours. Pierre Alary, dansl’introduction au dossier propose dans ce sens une mise en perspective des lectures institutionnalistes et régulationnistes qui y sont développées pour ausculter la variété des capitalismes à l’œuvre, en insistant sur les formes de la mise au travail. La variété des modèles nationaux est au final conjointement illustrée par la situation du Japon confronté à la désindustrialisation (Hiroyasu Uemura et Shinji Tahara). L’ouvrage de Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard propose de distinguer deux phénomènes, regionalism etregionalization, et François Bafoil montre bien que c’est tout leur mérite de traiter de cela en géographes (et en cela d’éclairer aussi les économistes ou des politistes). On le voit à nouveau, la domination chinoise est d’un coût très élevé pour les populations locales, et c’est dans ce sens qu’il est difficile de considérer que la croissance est synonyme de développement.

2La variété des trajectoires nationales et régionales se trouve également illustrée par un « tir groupé » d’articles sur l’industrie automobile qui ont été discutés au GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile) à propos du vent d’Est qui souffle sur la production européenne. Partant d’une comparaison France-Allemagne, Vincent Frigant se penche sur l’extension des chaînes de valeur à l’Est et au centre de l’Europe et interroge son caractère déstructurant. Nathalie Rodet-Kroichvili, Stéphane Heim et Raymond Woessner interrogent la dimension territoriale des recompositions en cours en prenant appui sur un travail cartographique et une étude de la diversité des stratégies, notamment en matière de R&D. Prenant appui sur plusieurs études de cas d’extension des chaînes de valeur à l’Est, Martin Krzywdzinski étudie les effets de ces transformations sur le compromis social allemand et montre qu’ils ne sont pas radicalement déstabilisants. Partant d’un secteur canonique en crise à l’Ouest, les thèmes de discussion qu’abordent ces trois contributions sont nombreux et nourrissent des approches territorialisées des modèles productifs.

Lire la suite de cet article sur le site de  la Revue de la Régulation

15 | 1er semestre / Spring 2014 : Économie politique de l’Asie (2)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.