Les chemins de la haine

Centrafrique, les chemins de la haine

Article paru dans  LIBÉRATION, le 20 MAI 2014 À 18:06 voir aussi sur Libération.fr

BRUNO MARTINELLI

Professeur d’Anthropologie, UNIVERSITÉ D’AIX-MARSEILLE,

Institut des Mondes Africains  (IMAf)

IMAF-2

 

La Centrafrique est un pays pauvre d’Afrique centrale, mal connu. Seule l’évocation de l’empereur Bokassa semble avoir laissé une trace caricaturale dans l’histoire de ce pays et de l’Afrique. Derrière les apparences d’une certaine douceur de vivre des européens dont témoigne le nom donné à la capitale : « Bangui la coquette », la pauvreté alimentaire et sanitaire de la majorité de la population ne cessait de s’aggraver. Rien, cependant, ne laissait prévoir la violence des évènements qui devaient se dérouler en République centrafricaine au cours de l’année 2013 et qui se poursuivent au moment où nous écrivons ces lignes. Nul ne soupçonnait que se creusait une fracture visant à l’élimination génocidaire d’une catégorie bouc émissaire de la population, les musulmans.

Les violences de l’année 2011 furent alimentées par les rumeurs les plus folles contre les commerçants musulmans, les assimilant à des trafiquants d’organes humains pour la sorcellerie et exigeant leur exécution ou leur expulsion du territoire centrafricain. A Bangui, à partir des événements de 2011, un thème émergea, celui de la centrafricanité douteuse des musulmans et de leur origine étrangère, essentiellement tchadienne. Tout se passa donc comme si les événements de juin 2011 étaient une répétition à petite échelle de ceux qui allaient se produire à partir du 5 décembre 2013, date de l’attaque générale des antibalaka contre Bangui et de l’intervention française Sangaris.

La séquence dramatique en Centrafrique commença au cours du mois de décembre 2012 avec l’entrée en scène d’une rébellion nordiste que nul ne connaissait sous le nom de Seleka. La Seleka est une coalition de rébellions armées qui se constitua très rapidement à la fin de l’année 2012 dans le Nord-Est du pays. Les régions où se sont formées ces rébellions, le Bamingui Bangoran (Ndele) et la Vakaga (Birao), sont excessivement pauvres, peu peuplées  et abandonnées des services de l’État. La sécurité des biens et des personnes est laissée à des groupes d’auto-défense depuis plus d’une vingtaine d’années ou, de facto, à des groupes de rebelles dans les territoires qu’ils contrôlent et qu’ils administrent sur le plan de la sécurité ou de la santé par l’intermédiaire d’ONG. En moins de trois mois , cette rébellion nordiste prit le contrôle de l’ensemble du territoire national. Le 24 mars 2013, elle entra dans Bangui. (…)

2013, année de toutes les violences

Parvenue au pouvoir, la Seleka instaura un régime de répression qui légitimait les exactions et les pillages des rebelles sur l’ensemble de la population.

Leur répondant par une violence terroriste antimusulmane, des groupes armés anti-balaka (7), opérant dans la capitale comme dans les villages, commirent des massacres qui entrainèrent la fuite de plus de 100 000 musulmans vers les pays voisins et le déplacement de plus de la moitié de la population de Bangui vers des camps, sous la protection des églises et des militaires étrangers.(…)

Point de non-retour ? Comment tant de personnes ont-elles pu se laisser entraîner dans ce tourbillon de violence meurtrière ? Les Séléka et les antibalaka ne sont pas tous des délinquants analphabètes. L’épreuve la plus pénible fut, pour moi, de reconnaître dans des vidéos sur Internet quelques-uns des étudiants de l’université de Bangui qui avaient suivi mes enseignements, armés, participant à des actions violentes de destruction de mosquées, tenant les discours les plus extrémistes.

A la différence des conflits antérieurs résolus par la médiation, les violences des antibalaka ont pour objectif de mettre en cause la nationalité centrafricaine des musulmans et leur présence sur le territoire. Bien que la majorité des Centrafricains ne partage pas les idées des antibalaka, à travers l’exode massif des musulmans, leurs objectifs terroristes ont été atteints. La haine est aujourd’hui le maître mot du drame centrafricain. Elle se fonde sur une mémoire de violences enfouies et stratifiées, d’un substrat d’animosité meurtrière entre les communautés. La reconstruction de l’Etat centrafricain ne se fera pas seulement par des solutions militaires et institutionnelles, indispensables mais aux résultats incertains. Elle passera par un travail nécessaire de thérapie sociale, morale et politique s’inspirant des modèles rwandais et sud-africain et par une réflexion sur les traces que ces vagues de violence séléka puis antibalaka auront laissées dans les mémoires des différentes communautés, au risque de voir ces événements se reproduire.

Auteur de «Sorcellerie et Violence en Afrique», en collaboration avec Jacky Bouju, éditions Karthala, 2012.

Lire l’intégralité de l’article  sur Libération.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search