Table-ronde et débat autour du livre “Un Etat Nerveux. Violence, remèdes et rêveries au Congo colonial” – Bruxelles 27 juin 2024

Table ronde et débat autour du livre Un Etat Nerveux. Violence, rêveries et
remèdes au Congo colonial (Paris:Editions de l’EHESS, 2024)

En présence de Nancy Rose Hunt
(University of Florida – University of Michigan Emerita)

A l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage A Nervous State (Duke
University Press 2016) couronné par le Prix Klein de l’American Historical Association, le Congo
Research Network a le plaisir d’inviter des jeunes chercheur.ses à dialoguer avec l’autrice autour
de son travail, et de l’impact qu’a eu ce désormais classique de l’histoire congolaise sur leurs propres recherches.

Le 27 juin 2024, de 16h à 18h
Hoek 38, Salle Gogotte (38 rue de Louvain, 1000 Bruxelles)
Participation gratuite, inscription obligatoire par mail: benoit.henriet@vub.be

Intervenant.e.s:
Joël Baraka Akilimi (Université Catholique du Congo / UCL)
Aurélie Bouvart (ULB)
Naomi Nabami (Université de Bukavu/Universiteit Antwerpen)
Lucien Ramazani Kalongo (UCL)
Modérateurs.rices:
Benoît Henriet (VUB)
Katrien Pype (KU Leuven)

Un État nerveux: Violence, remèdes et rêverie au Congo colonialNancy Rose Hunt

Résumé

A Nervous State, ouvrage phare de Nancy Rose Hunt, est un défi à la traduction, avec son écriture sensorielle et sa densité conceptuelle, l’étendue de la synthèse proposée et la richesse des archives exploitées. Françoise Wirth le relève brillamment, et permet au lectorat francophone de découvrir ce travail majeur sur l’histoire complexe du Congo colonial, mais aussi sur la manière de l’écrire.
En 1885, le roi Léopold II crée en Afrique centrale l’État indépendant du Congo, qui deviendra par la suite le Congo belge. L’administration du régime appliqua alors une politique de travail forcé et de terreur, notamment afin d’extraire le caoutchouc sauvage. S’en suivirent de nombreuses opérations punitives barbares, ainsi que des détentions de civils, jusqu’à la proclamation de l’indépendance congolaise le 30 juin 1960.

Si ces pratiques brutales marquèrent la conscience publique, qu’en est-il des coutumes et des usages qui furent préservés par les Congolais pour pour endurer le travail forcé et les mesures de contrôle biopolitique ? En forgeant le concept d’État nerveux, en lien avec l’anxiété individuelle, Nancy Hunt précise toute la particularité de cet épisode historique, à travers l’émergence vernaculaire de cultes de guérison, de chants, de danses. De fait, cette vaste histoire médicale met en lumière l’importance des pratiques de remèdes et de rêverie qui furent utilisées pour pallier un malaise aussi bien physique que psychique.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sylvie Ayimpam (17 juin 2024). Table-ronde et débat autour du livre “Un Etat Nerveux. Violence, remèdes et rêveries au Congo colonial” – Bruxelles 27 juin 2024. Régulation violence incertitude. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u4o


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search