Définir, gouverner, subvertir (à travers) le désordre, dans la colonie et au-delà, Messine 12-14 septembre 2024

Conférence ASAI, Université de Messine, 12-14 septembre 2024
Appel à contributions

 

DÉFINIR, GOUVERNER, SUBVERTIR (À TRAVERS) LE DÉSORDRE, DANS
LA COLONIE ET AU-DELÀ
Andrea CERIANA MAYNERI

Institut des mondes africains, Centre National de la Recherche Scientifique (IMAF-
CNRS) afrinauta@gmail.com
En ordonnant, divisant et classant pour mieux contrôler, les acteurs de la colonisation
– l’Église et l’État – ont fourni à la fois la définition du ‘secret’, et la preuve de la
‘subversion’ (Johnson). En d’autres termes, ils ont tracé, conceptuellement et
matériellement, les frontières au-delà desquelles ils ont situé la déviance,
l’indiscipline, la criminalité, la rébellion – en un mot, tout ce qui était, pour les intérêts
coloniaux, généralement inacceptable. Le harcèlement colonial déclenche parfois des
réactions inédites, par leur ampleur et dans leurs moyens ; plus souvent, il contribue
à réactiver ou à redéfinir des formes d’escapisme, d’insubordination, mais aussi de
collaboration, enracinées dans l’histoire précoloniale : par exemple, dans les
modalités de fuite et de survie que des communautés avaient déjà expérimentées pour
échapper aux raids esclavagistes. La contestation du pouvoir étranger procède en
brouillant inévitablement les frontières coloniales qui tentaient de distinguer
clairement une sphère politique et une autre religieuse : résistances et
accommodements s’étendent au monde des rêves et à celui, inépuisable, de la
sorcellerie (Mbembe ; Hunt), ainsi qu’au terrain que les ‘prophètes’ et leurs suites
s’obstinent à défricher. Loin de se limiter mécaniquement à la dialectique de
l’opposition à l’emprise du pouvoir blanc et colonial, la contestation se transforme
souvent en iconoclasme social qui, de l’intérieur des communautés africaines, érode
les rapports anciens de séniorité et d’autorité, ainsi que leurs symboles. On pense ici,
par exemple, aux pages où Evans-Pritchard suppose que les nouvelles ‘sociétés
secrètes’ zandé, nées du bouleversement colonial, aspirent à contrer précisément les
tendances les plus autocratiques du pouvoir traditionnel.
Le panel s’intéressera à une multiplicité de formes de contestation et d’insoumission
au pouvoir constitué : la période coloniale n’est pas proposée comme une limite
chronologique restrictive, mais comme une référence indispensable pour discuter,
encore, certaines définitions classiques, telles que ‘révolte’ ou ‘résistance’. Ces
dernières, peuvent se référer à des épisodes, des figures ou des phénomènes aussi bien
précoloniaux que postcoloniaux (on pense à la multiplication récente de formations
d’‘autodéfense’, ou à l’essor continu de mouvements armés et millénaristes). On
pourra donc se pencher sur des situations aussi diverses que, par exemple, la révolte
armée, l’appel prophétique au renversement des hiérarchies, la mise en scène du
pouvoir colonial (Rouch) ou, encore, les déambulations du personnage classique du
trickster (Austen). Le panel ambitionne ainsi une réflexion d’ensemble sur les formes
et les modes de transgression qui ont défié, et défient encore aujourd’hui, un pouvoir
qui cherche sa cohérence en s’opposant à ce qu’il pense comme du ‘désordre’.



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2024, 18 mai). Définir, gouverner, subvertir (à travers) le désordre, dans la colonie et au-delà, Messine 12-14 septembre 2024. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11opc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search