Économie politique de l’écologie: les transformations du rapport social à la nature – Revue de la régulation

35 | 2nd semestre|Autumn 2023 (numéro ouvert)
Dossier spécial

Économie politique de l’écologie: Les transformations du rapport social à la nature

Voir l’ensemble du numéro 35 sur le site de la revue de la Régulation

Réinterroger le capitalisme contemporain : vers une économie politique de l’écologie

Louison Cahen-Fourot, Gaël Plumecocq et Franck-Dominique Vivien
 
Re-examining contemporary capitalism: towards a political economy of ecology
Reexaminar el capitalismo contemporáneo: hacia una economía política de la ecología

Résumé:
L’ampleur des crises écologiques et climatiques devraient constituer ces enjeux en axes structurant des politiques économiques mondiales. Pour autant, les conférences des parties (COP) se succèdent sans parvenir à amorcer une transition mondiale à la mesure de ces enjeux. Il paraît alors important de questionner la manière dont le capitalisme, dans son fonctionnement, mais dans les manières dont il structure nos rapports à la nature inhibe l’action écologique et climatique. Le présent dossier a pour ambition de rassembler des travaux qui interrogent, sous différents aspects, cette problématique. Cette introduction fournit l’occasion de dégager quatre pistes de réflexion. La première consiste à réinterroger le régime d’accumulation financiarisé et globalisé au cœur du capitalisme contemporain comme verrou et levier de transition. La seconde met l’accent sur les rapports de force qui stabilisent le capitalisme contemporain. La troisième vise à réinterroger la manière dont le capitalisme contemporain met en forme notre rapport à la nature et, ce faisant, prescrit ou justifie des manières de la gérer. La quatrième questionne la manière dont le capitalisme produit et s’appuie sur des récits structurant les imaginaires collectifs. Qu’il s’agisse des évolutions comptables permettant de prendre en compte les impacts environnementaux des entreprises, des jeux institutionnels qui cadrent les rapports sociaux autour de la gestion d’une espèce invasive en Bulgarie, de l’absence de simulation de scénarios décroissants dans les modélisations du 5e rapport du GIECC ou des manières dont la bioéconomie configure des imaginaires différents.
 
 
Réinterroger le capitalisme contemporain: vers une économie politique de l’écologie
 
Louison Cahen-Fourot, Gaël Plumecocq et Franck-Dominique Vivien

Au moment de la parution de cet appel à proposition d’articles pour la Revue de la régulation, la France sortait à peine du premier confinement dû à la pandémie de Covid-19 et allait en connaître deux autres. Le ralentissement de l’activité économique qui s’en est suivi a permis une baisse des émissions mondiales de CO2 de 5,4 % en 2020. Cependant, dès 2022, elles sont revenues à leur niveau de 2019 (Friedlingstein et al., 2022). Cette même année 2022 a été la plus chaude jamais enregistrée en France… et l’année 2023 semble bien partie pour battre à nouveau ce record. Chaque année, désormais, la période des chaleurs estivales s’allonge et les conséquences du dérèglement climatique que l’on observe à chaque saison défraient la chronique. Ce n’est pas conjoncturel : le nombre d’évènements naturels extrêmes recensés et pouvant être liés au changement climatique augmente depuis la première moitié du xxe siècle, avec une accélération marquée de cette hausse depuis l’orée du régime d’accumulation fordiste1.

2Même constat du côté de l’érosion de la biodiversité. Les photos d’animaux sauvages déambulant dans Paris ou dans d’autres grandes capitales, prises lors des confinements ordonnés au cours de la pandémie, avaient fait espérer à certains que la sixième extinction de masse pouvait être ralentie, sinon stoppée. On sait aujourd’hui qu’il n’en est rien. La crise biologique a été largement sous-estimée. En prenant en compte un spectre beaucoup plus large d’espèces, notamment les invertébrés, le nombre de celles qui se sont éteintes apparaît beaucoup plus important que celui mesuré habituellement par l’Union internationale pour la conservation de la nature pour établir ses « listes rouges2 ». Ces dernières reposent, en effet, essentiellement sur des données relatives aux mammifères et aux oiseaux (Cowie et al., 2022). Malgré une prise de conscience de la part du grand public, l’Observatoire national de la biodiversité (ONB, 2023) note que cette dernière a continué de s’effondrer en France, au cours de la dernière décennie, et que les politiques publiques mises en œuvre ne parviennent pas à enrayer cette dynamique. Ce constat fait largement écho à celui dressé au niveau mondial par la plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES, 2019 ; 2022), alors même qu’elle estime qu’une personne sur cinq vivant sur terre dépend des espèces sauvages pour sa nourriture ou son revenu.

3Il en est de même de la perturbation des autres grands cycles biogéochimiques. Là encore, l’espoir qu’avaient mis certains dans un renversement des tendances a été douché. Si l’on en croit les chercheurs et chercheuses du Stockholm Resilience Centre, qui ont lancé l’idée d’un « espace de fonctionnement sécurisé » pour l’humanité (« safe operating space ») à la fin des années 2000 (Rockström et al., 2009 ; Boutaud & Gondran, 2020), l’année 2022 a vu le franchissement de deux nouvelles frontières planétaires : celle des polluants chimiques et celle du cycle de l’eau douce (Persson et al., 2022 ; Richardson et al., 2023 ; Wang-Erlandsson et al., 2022). De plus, lorsque l’on ajoute des critères de justice en sus de ceux strictement environnementaux, ces frontières sont toutes franchies (Rockström et al., 2023).

4Force est de constater que les arguments en faveur d’un découplage entre activités économiques et dégradations environnementales apparaissent aujourd’hui très minces (Parrique et al., 2019 ; Haberl et al., 2020). S’il est vrai qu’un certain nombre de pays affichent désormais un découplage absolu entre PIB et émissions de CO2, évaluées tant en termes de production que de consommation (Vogel & Hickel, 2023), cette évolution positive doit être nuancée, sinon contredite (voir notamment la thèse de Pellegris (2023), dont le résumé figure dans ce numéro), et ce pour quatre raisons. Premièrement, la baisse des émissions intervient à un rythme insuffisant pour respecter l’objectif de limitation de l’augmentation de la température mondiale moyenne à 1,5 degrés en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle, comme stipulé dans l’Accord de Paris sur le climat, adopté en 2015. Deuxièmement, il ne s’agit pas d’un découplage entre PIB et impacts climatiques dans la mesure où des émissions, même en baisse, continuent de réchauffer la planète. Ainsi, même si l’on observe un découplage des flux entre PIB et émissions, on n’assiste pas pour autant à un découplage absolu flux-stock (entre PIB et concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère) ou stock-stock (capital sous toutes ses formes versus concentration de GES). Or, c’est bien le stock de GES dans l’atmosphère qui pose problème. Troisièmement, un tel découplage n’apparaît nullement entre activité économique et consommation d’énergie. L’augmentation constante de la demande d’énergie rend plus ardue la décarbonation du mix énergétique. Les taux de croissance de l’efficacité énergétique et du déploiement des énergies bas-carbone nécessaires pour satisfaire les objectifs climatiques sont ainsi bien supérieurs aux taux observés. L’augmentation continue de la demande d’énergie renchérit aussi le coût de la transition en démultipliant les investissements nécessaires. Quatrièmement, le déploiement à grande échelle de la transition bas-carbone peut elle-même détériorer la biodiversité (Sonter et al., 2020 ; 2023), a fortiori dans un contexte de croissance continue des pays du centre comme de ceux de la périphérie du capitalisme. On observe aujourd’hui de nombreux indices de ce que certains dénoncent comme une « carbonisation » de la « transition écologique », à savoir une réduction de cette dernière à une « transition énergétique », conçue comme une simple suite de choix à opérer en matière de techniques de production d’énergie et de captage de carbone. Comment faire pour que les politiques climatiques et énergétiques ne se traduisent pas par une destruction toujours plus grande de la biodiversité compliquant d’autant la stabilisation du climat, stabilisation à laquelle le vivant participe grandement ?

5Il convient dès lors de réinterroger la capacité des acteurs économiques à opérer des changements depuis l’intérieur du système. Mais il s’agit aussi plus fondamentalement de questionner les conditions institutionnelles (règles, normes, habitudes, imaginaires, rapports de production et de pouvoir…) et systémiques de possibilité d’une transformation du capitalisme : à quelles conditions peut-on préserver l’environnement sans changer les institutions constitutives du capitalisme (une certaine forme de concurrence, la logique de l’investissement-profit, une puissance publique qui garantit ce fonctionnement, un rapport instrumental à la nature et à autrui, une valorisation des activités individuelles réduite au seul travail rémunéré…) ? Si ces conditions n’existent pas, aujourd’hui, est-il possible de mobiliser des forces et des ressources sociales en dehors ou en marge du capitalisme et de réinventer des manières de faire société, de dépasser ou de réformer ce dernier ? Les organisations communautaires basées sur un principe de réciprocité (Polanyi, 1977 ; Ostrom, 1990) sont-elles plus à même de gérer la transformation de la biosphère en ressources de façon soutenable ? La mutualisation et le partage des usages des biens et services comme des investissements constituent-ils des alternatives à l’allocation des ressources par le marché ? Permettraient-ils de désaligner la logique d’investissement de celle de la productivité (voir le récent rapport Pisani-Ferry & Mahfouz, 2023) et de mettre en œuvre une planification écologique ? De là, quelles transformations des rapports humains/non-humains (Muradian & Pascual, 2018) et du rapport à la technologie s’avèreraient nécessaires pour faire advenir une société de bien-être individuel et collectif dans les limites planétaires ? Ces transformations requièrent-elles une remise en question des imaginaires économiques façonnés par l’idée de progrès (Norgaard, 1994) ? Quelles formes d’organisation de la production, de modèles d’entreprises, de la propriété et du rôle de l’actionnariat, peuvent être compatibles, voire être artisanes, de la transformation social-écologique ? Que faire des logiques consuméristes (publicité, obsolescence programmée ou technologique, etc.) et productivistes (recherche des économies d’échelle, conception de l’activité humaine, rémunération de la force de travail, etc.) ? Enfin, une interrogation majeure concerne l’acceptabilité et les coûts sociaux de tels changements.

6Distinguer le changement institutionnel réalisable dans le cadre du régime capitaliste de celui qui opère une rupture vis-à-vis de ce dernier renvoie à deux niveaux de critiques : alors que la première questionne les règles normatives, c’est-à-dire celles qui encadrent les comportements existants, la seconde porte plus fondamentalement sur les règles constitutives qui instituent de nouveaux comportements (Searle, 1972). Celles-ci passent par une remise en cause des valeurs directrices, seules à même d’opérer des transformations profondes (Argyris & Schön, 1974). En ce sens, les pratiques concrètes ne sont que l’actualisation de critiques opérant à certains niveaux de généralité. Il apparaît alors important d’articuler, dans l’analyse, propositions et critiques du régime économique actuel. Cette articulation semble nécessaire pour concevoir une planification démocratique permettant de réduire la production et la consommation en vue d’alléger l’empreinte écologique (Rees & Wackernagel, 1994) dans un esprit de justice sociale et dans le souci du bien-être (Parrique, 2022, p. 15 ; Durand et al., 2023). Le manque de réponse à ces questions expose les sociétés humaines à de brusques « ajustements » qui pourraient résulter d’évènements catastrophiques extrêmes et/ou de perturbations profondes des sociétés et de leur capacité à subvenir à leurs besoins.

7Cela nécessite donc de questionner les manières dont les économies contemporaines sont organisées et régulées (Clark & York, 2005 ; Cahen-Fourot, 2020), ainsi que d’appréhender les transformations radicales auxquelles les sociétés humaines font face. En bref, il convient de réinterroger les institutions du capitalisme au prisme de cette crise écologique globale (Vatn, 2005 ; Douai & Plumecocq, 2017). S’il n’a pas initié les dérèglements climatiques et écologiques actuels, le capitalisme néolibéral et consumériste a contribué à les accentuer (Bonneuil & Fressoz, 2013).

Quatre questionnements nous semblent particulièrement pertinents, à cet égard.

1. Réinterroger le régime d’accumulation financiarisé et globalisé au cœur du capitalisme contemporain

  • 3 Il s’agit des modalités historiquement situées d’échange de matière et d’énergie entre les société (…)

8L’accumulation permise par le complexe financiarisation-globalisation constitue le lieu d’enjeux économiques, sociaux, environnementaux et politiques fondamentaux à questionner. D’une part, cette accumulation est un vecteur majeur de stabilisation du capitalisme en permettant la reproduction des rapports de domination. Mais elle constitue aussi un vecteur d’expansion du capitalisme puisque la logique d’investissement implique la formation de perspectives de profits qui la soutiennent en retour et sont au cœur de la logique de croissance. Ce faisant, l’accumulation de capital est aussi déstabilisatrice, en approfondissant la crise écologique et en causant régulièrement des crises financières. D’autre part, la transition vers une société post-capitaliste ne pourra faire l’économie d’un système de financement permettant d’absorber le coût de la transition et d’une restructuration de la production permettant de redéfinir les espaces et tissus productifs (MEF-MEDD, 2013). Dans quelle mesure l’extension du domaine de la finance aux ressources environnementales et leur transformation en actifs ou capitaux productifs peut-elle s’interpréter comme une tentative de renforcer les institutions capitalistes ou de les faire fléchir ? Comment peut-on caractériser les correspondances entre régimes d’accumulation du capital et régimes socio-métaboliques3 (Cahen-Fourot & Durand, 2016 ; Cahen-Fourot & Magalhães, 2020 ; Görg et al., 2020 ; voir aussi le résumé de la thèse de Magalhães (2023) publié dans le numéro précédent de la Revue de la régulation) et quels enseignements peut-on en tirer ? Quel rôle jouent les outils managériaux de gestion et d’évaluation dans la prise en compte des impacts environnementaux des entreprises et à quelle échelle ? Dans quelle mesure la complémentarité institutionnelle entre chaînes globales de valeur et processus de financiarisation, qui rend disponible une masse de profit nourrissant une accumulation financière continue, constitue-t-elle un moyen temporaire de repousser les limites écologiques à l’accumulation ?

2. Réinterroger les rapports de force qui stabilisent le capitalisme contemporain

9Un autre aspect de cette problématique est l’étude, dans une perspective d’économie politique, de la dimension conflictuelle de la crise écologique (Bergseng & Vatn, 2009 ; Douai & Montalban, 2012). Depuis les années 1990, les thématiques des inégalités et de la justice environnementales – notamment dans le domaine du climat – ont reçu une attention croissante de la part des chercheurs et des militants, tant en termes de responsabilité dans les problèmes à gérer que d’exposition et de vulnérabilité vis-à-vis de ces problèmes (par exemple Boyce, 1994 ; Berthe & Elie, 2015 ; Laurent, 2020 ; Deldrève, 2020 ; Pottier et al., 2020). Il n’en demeure pas moins que les connaissances disponibles en la matière sont encore très largement insuffisantes. Dans la mesure où les inégalités (de genre, sociales, de revenu, environnementales…) constituent une condition de reproduction des rapports de domination permettant le maintien et l’expansion du système capitaliste, il convient d’examiner les modalités de construction et de reproduction de ces inégalités ainsi que leur légitimité.

10En conséquence, on interrogera la capacité, le bien-fondé et les moyens par lesquels il est possible de façonner le rapport social à l’environnement, dans ou hors du capitalisme. Comment est-il médiatisé, quelle en est la forme et quels sont ses effets ? Quelles relations (compromis, synergies… ?) lient la production des inégalités au sein du système capitaliste et la défense de l’écologie ? Plus spécifiquement, quel est le rôle et la place de la production et l’appropriation des matières (matériaux, métaux, denrées alimentaires…) et énergies dans les luttes de pouvoir qui sont au cœur du capitalisme ? Dans quelle mesure ces luttes donnent-elles naissance à de nouveaux compromis institutionnalisés ?

Lire la suite de l’article sur le site de la revue de la Régulation



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 23 décembre). Économie politique de l’écologie: les transformations du rapport social à la nature – Revue de la régulation. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veiw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search