Vient de paraitre: Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale

Vient de paraitre:

Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale

Paris, Éditions Ellipses, 2023

Sous la direction d’Éric Denécé

La Première Guerre mondiale, premier conflit de l’ère industrielle, se caractérise par des conditions nouvelles : l’ampleur de l’affrontement ; le gigantisme des armées ; la diversité des théâtres d’opération terrestres (Europe de l’Ouest, Russie, Balkans, Afrique du Nord, Moyen-Orient, etc.) et maritimes ; le rôle accru de la logistique ; l’apparition et l’emploi de nouvelles armes ; les multiples progrès techniques (aviation, télégraphie, radio, etc.). Tous ces éléments décuplent les besoins en informations des gouvernements et des états-majors. Aussi, les services de renseignement des puissances belligérantes vont connaître un développement considérable à partir de 1914.

Afin d’offrir aux lecteurs une couverture complète de la guerre secrète pendant le premier conflit mondial, cet ouvrage couvre une douzaine de thèmes. En premier lieu, les appareils de renseignement français, britannique, allemand, italien, américain et turc sont présentés, ainsi que ceux des pays neutres (Irlande, Espagne, Japon, Chine, etc.) qui ne sont pas épargnés par la guerre ni par les actions des belligérants.

En second lieu, ce livre décrit les grandes évolutions en matière de renseignement observées pendant la Première Guerre mondiale : développement des interceptions et de la cryptographie, du renseignement aérien et économique, institutionnalisation dans toutes les armées de la propagande et de l’action psychologique, recours aux opérations spéciales et aux actions clandestines, rôle important joué par les femmes dans la guerre de l’ombre, etc.

Ces nouveaux registres de la guerre n’ont cessé de voir leur importance se développer depuis 1918, jusqu’à occuper un rôle majeur dans les conflits modernes.

 Les contributions d’auteurs de référence que le lecteur va découvrir dans ce quatrième tome de l’Histoire mondiale du renseignement du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) dressent ainsi un tableau très riche du renseignement humain et technique et des opérations de subversion ou de sabotage au cours de la Grande Guerre.

SOMMAIRE
Présentation des auteurs ………………………………………………………………………………………9
PRÉFACE
Évolutions et défis du renseignement moderne
Alain Juillet ………………………………………………………………………………………………….17


INTRODUCTION
1914-1918 : la grande mutation du renseignement
Éric Denécé ………………………………………………………………………………………………….25


LE RENSEIGNEMENT MILITAIRE FRANÇAIS EN ACTION
Quand les Français espionnaient les forts belges sur la Meuse :
du renseignement à la réflexion stratégique (1871-1914)
Martin Barros ………………………………………………………………………………………………35
Les services de renseignement français dans la bataille de Verdun
Général (2S) Jean-Marc Degoulange …………………………………………………………51
Le renseignement français à Verdun (1916)
Olivier Lahaie ………………………………………………………………………………………………87
Le service de renseignement d’Annemasse et le renseignement extérieur
français pendant la Première Guerre mondiale
Gérald Sawicki …………………………………………………………………………………………….95

L’équipement spécifique des espions français, membres
de la « Section de renseignements » et de la « Section
de centralisation des renseignements » en 1914-1918
Olivier Lahaie …………………………………………………………………………………………….111
Le renseignement aérien français dans la Grande Guerre
Marie-Catherine et Paul Villatoux ………………………………………………………….129
La naissance du renseignement économique en France
pendant la Première Guerre mondiale
Colonel (H) Frédéric Guelton …………………………………………………………………..141


LA GUERRE DES ÉCOUTES
Les services d’écoutes français durant la Grande Guerre
Général (2S) Jean-Marc Degoulange ……………………………………………………….157
Férrié, Tandil, Painvin : les pionniers des écoutes radio françaises
Colonel (H) Pierre-Alain Antoine …………………………………………………………..169
Les écoutes téléphoniques pendant la Grande Guerre : ingéniosité
et progrès au service du renseignement tactique
Natalie Raguin …………………………………………………………………………………………..179
Le chiffre et la guerre navale : quelques exemples tirés
de la Première Guerre mondiale
Sophie de Lastours …………………………………………………………………………………….191


RENSEIGNEMENT ET CONTRE‑ESPIONNAGE NAVAL
Espionnage et contre-espionnage dans la Provence maritime
de la Belle Époque (1885-1914)
Patrick Louvier …………………………………………………………………………………………..201
Le renseignement naval français pendant la Grande Guerre
Alexandre Sheldon-Duplaix……………………………………………………………………..215

LE RENSEIGNEMENT BRITANNIQUE
Renseignement et opérations spéciales dans l’armée britannique
pendant la Grande Guerre
Pascal Le Pautremat…………………………………………………………………………………. 241
Maîtres des ondes, maîtres des océans : les interceptions britanniques
au service de la guerre navale
Émilie Berthillot ………………………………………………………………………………………..253
La Room 40 et le télégramme Zimmermann
Laurent Moënard et colonel (H) Pierre-Alain Antoine …………………………273


LE RENSEIGNEMENT AMÉRICAIN
Le renseignement américain pendant la Grande Guerre
Colonel (H) Frédéric Guelton …………………………………………………………………..281
Herbert Yardley (1889-1958) : un cryptologue reconnu mais controversé
Claude Delesse………………………………………………………………………………………….. 293
L’action du Bureau of Investigation pendant la Première
Guerre mondiale
Laurent Moënard ……………………………………………………………………………………… 299


LE RENSEIGNEMENT ALLEMAND
Le renseignement allemand 1900-1919
Wolfgang Krieger …………………………………………………………………………………….. 309
Les opérations clandestines allemandes sur le territoire américain
Joseph Le Gall …………………………………………………………………………………………….321
Les services de renseignement et la surprise de Caporetto (octobre 1917)
Gérald Sawicki …………………………………………………………………………………………..333
Subversion et espionnage allemands en Algérie
pendant la Grande Guerre
Jérôme Louis …………………………………………………………………………………………….. 347
L’instrumentalisation de l’Islam par l’Allemagne et l’Empire ottoman
pendant la Première Guerre mondiale
Abderrahmane Mekkaoui ………………………………………………………………………. 363

LE RENSEIGNEMENT ITALIEN
Le renseignement militaire de l’Armée royale italienne
pendant la Première Guerre mondiale
Maria-Gabriella Pasqualini …………………………………………………………………….. 369
Quelques aspects méconnus du renseignement militaire italien
pendant la Grande Guerre
Giuseppe Gagliano…………………………………………………………………………………… 387
Le contre-espionnage italien pendant la Première Guerre mondiale
Préfet Massimo Bontempi ………………………………………………………………………. 399


LE RENSEIGNEMENT CHEZ LES NEUTRES
« Notre agent à Madrid… » : l’Espagne « neutre », carrefour
international du renseignement durant la Grande Guerre
Gaël Pilorget……………………………………………………………………………………………….417
L’Irlande dans le jeu des grandes puissances : terre d’espionnage
international méconnue (1876-1923)
Jérôme aan de Wiel ………………………………………………………………………………….. 433


LE RENSEIGNEMENT EN ASIE
Trois croissants, trois étoiles : « l’Organisation spéciale »
de l’Empire ottoman
Tancrède Josseran…………………………………………………………………………………….. 469
L’émergence du renseignement japonais moderne de 1894 à 1918
Jonathan Jay Mourtont et général (2S) Bruno Lassalle………………………… 483
Renseignement, luttes d’influence et ingérences étrangères en Chine
durant la Première Guerre mondiale
Valère Llobet ………………………………………………………………………………………………511

LES FEMMES DANS LE RENSEIGNEMENT
Combattantes de l’ombre : le rôle méconnu des femmes
dans la guerre secrète 1914-1918
Yves Bonnet ………………………………………………………………………………………………..525
Louise de Bettignies, la plus grande espionne de la Première
Guerre mondiale
Amaury de Pillot de Coligny ……………………………………………………………………535


LE DÉVELOPPEMENT DE L’ACTION PSYCHOLOGIQUE
ET DES OPÉRATIONS SPÉCIALES
Le développement de la propagande, et des opérations psychologiques
au cours de la Première Guerre mondiale
Yannick Bressan……………………………………………………………………………………….. 547
Opérations spéciales et actions clandestines 1914-1918
Éric Denécé ………………………………………………………………………………………………..559

INTRODUCTION
1914‑1918 : LA GRANDE MUTATION DU RENSEIGNEMENT

Éric Denécé


À partir de juillet 1914, avec l’entrée en guerre de la France, de la Grande-Bretagne
et de la Russie contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, les services de renseignement
des puissances belligérantes vont connaître un développement considérable.
En effet, ce premier conflit mondial, première véritable guerre de l’ère industrielle,
se caractérise par des conditions nouvelles :
— l’ampleur de l’affrontement, qui oppose deux coalitions composées de puissances
européennes majeures ;
— la diversité des théâtres d’opération, car les belligérants, disposent tous de colonies
ou de protectorats sur l’ensemble du globe et vont essayer d’entraîner à leurs côtés
dans la guerre les États neutres ou indécis ;
— le gigantisme des armées – plusieurs millions d’hommes de part et d’autre – et
leur déploiement sur de nombreux fronts et continents ;
— l’apparition et l’emploi de nouvelles armes – mitrailleuses, mortiers, artillerie à
longue portée, gaz de combat, premiers chars d’assaut, cuirassés, sous-marins,
aéronefs, etc. – au pouvoir de destruction accru, qui vont transformer cette guerre
en véritable boucherie – notamment en raison du culte que des généraux formés
à l’école clausewitzienne, vouent à l’offensive à outrance.
Tous ces éléments décuplent les besoins en informations des gouvernements et
des états-majors terrestres et navals. Le conflit est en particulier marqué par de multiples
progrès techniques qui donnent naissance à de nouvelles applications en matière de
renseignement

Le considérable développement des moyens et des effectifs du renseignement

Dans les années qui précèdent le conflit, les développements de l’aviation militaire
et de la photographie aérienne confèrent une dimension nouvelle au renseignement.
Les aéronefs des deux camps survolent et photographient, de jour, tous les points du
front et permettent de tenir à jour les cartes de la situation de terrain. En complément,
des ballons, dirigeables ou captifs, fournissent les renseignements que les reconnaissances
de cavalerie légère ne peuvent plus obtenir. En conséquence, le renseignement aérien
ne cessera de prendre de l’importance tout au long du conflit.
Lors de la bataille de la Somme (1918), les Français se dotent ainsi d’une aviation
de reconnaissance destinée à renseigner le commandement sur la situation d’ensemble
ainsi que sur les arrières de l’ennemi. Le général de Castelnau, commandant du groupe
d’armées du Centre, chargé par Joffre de la conduite de l’offensive, réunit des moyens
aériens considérables. Sur un front de trente-cinq kilomètres, il engage 160 avions de
reconnaissance. Chaque escadrille assure la couverture photographique d’une partie
du front jusqu’à 25 kilomètres en arrière des lignes ennemies afin de déceler tout
changement dans le dispositif adverse et déceler toute préparation d’offensive 1.

Mais les avancées les plus significatives en matière de renseignement technique
viennent du développement des interceptions et de la cryptologie qui donnent naissance
au renseignement d’origine électromagnétique. Ces progrès sont liés à la généralisation
de l’emploi, au cours des années d’avant-guerre, du télégraphe, de la radio et des câbles
sous-marins, ce qui entraîne un accroissement des communications civiles, diplomatiques
et militaires à longue distance et le développement de nouveaux moyens les intercepter
afin d’obtenir des informations sur les activités et les intentions de la partie adverse.
Logiquement, la nécessité de protéger ces communications de la curiosité de l’ennemi – et
parfois des alliés – entraîne parallèlement le développement de la cryptanalyse.
Entre 1881 et 1914, la cryptographie militaire française connaît une modernisation
sans précédent. En 1883, Auguste Kerckhoffs publie La cryptographie militaire2
, ouvrage dans lequel il dresse un état des connaissances en la matière et fournit une définition
très complète du chiffre militaire. Par sa clarté, la qualité de ses sources, la valeur des
systèmes de chiffrement qui y sont exposés et la pertinence des analyses de l’auteur,
La cryptographie militaire s’impose comme un ouvrage de référence, qui est à l’origine
d’un véritable renouveau des études cryptographiques. Ainsi, l’armée française conduit
les premiers travaux de décryptement et teste la radiotélégraphie pour la recherche du
renseignement. Surtout, l’usage de la correspondance chiffrée se généralise et se
perfectionne. La création, en juillet 1912, de la Section du chiffre au ministère de la Guerre marque une étape supplémentaire dans l’essor de la cryptographie militaire
française. Cela fera de la France le pays le mieux préparé dans ce domaine lorsque le conflit éclatera.


Toutefois, malgré leur préparation, les Français ne découvrent véritablement,
comme les autres belligérants, le potentiel exceptionnel des interceptions qu’au cours
de la guerre. L’année 1915, marquée par la stabilisation des fronts et l’enterrement des
armées dans des tranchées situées en vis-à-vis, voit une croissance spectaculaire du
nombre des écoutes. Les interceptions des communications s’affirment très vite comme
un moyen indispensable pour connaître les intentions et les plans adverses. Écouter
la radio ennemie permet d’entendre ce qui se dit entre les états-majors, et le téléphone
de tranchée donne des renseignements sur l’activité en première ligne. Les téléphonistes
français découvrent qu’à l’aide d’appareils appropriés et à une distance réduite des
lignes adverses, il devient possible d’intercepter les transmissions allemandes. Mais
l’armée française ne dispose pas de service spécifique chargé des écoutes téléphoniques.
Elle se hâte alors de remédier à cette lacune et organise de manière rigoureuse le travail
d’interception.
Les écoutes téléphoniques fournissent dès lors quantité de renseignements
immédiatement exploitables. Ils concernent la plupart du temps la vie de petites unités
ennemies (régiments, postes d’artillerie, etc.). Le Deuxième Bureau est alors en mesure
de prévenir l’infanterie des attaques, des émissions de gaz ou encore des travaux de
minage. Les commandements tactiques sont désormais informés du résultat de leurs
attaques ainsi que de la connaissance que les Allemands ont de leurs projets.
D’où la nécessité parallèle de protéger ses propres communications. En aoû t 1914,
l’interception d’un ordre radio non codé en russe a permis aux généraux allemands
von Hindenburg et Ludendorff de connaître les dispositifs ennemis en Prusse orientale.
En effet, la sécurité des communications militaires russes en campagne était inexistante.
Les Allemands ont ainsi pu redéployer leurs troupes et remporter la bataille de
Tannenberg, provoquant la défaite de la Russie et le déclenchement de la révolution
bolchevique 1 . Mais à l’inverse, connaissant les codes navals allemands, la Grande-
Bretagne va remporter sur Berlin de nombreux succès. La Royal Navy bloque toute
sortie à la flotte de haute mer allemande. Surtout, l’entrée des États-Unis dans les
hostilités, à ses côtés et à ceux de la France, est déclenchée par une de ces interceptions,
le fameux télégramme Zimmermann. (…)

Lire la suite sur le site des éditions Ellipses



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 28 août). Vient de paraitre: Renseignement et espionnage pendant la première guerre mondiale. Régulation violence incertitude. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/torx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search