Le développement en débat : savoirs et politiques au XXIème siècle – Colloque Paris Mai 2024

Le développement en débat : savoirs et politiques au XXIème siècle

les journées du développement d’ATM à Paris

22 au 24 mai 2024 au Campus Condorcet

Date limite le 17  novembre 2023

SOUMISSION PAR EMAIL
flore.berruto@univ-paris8.fr
jean-brot@orange.fr


Le développement des sociétés serait un processus endogène et cumulatif de long terme, de progrès de la productivité ; il permettrait d’accroître les revenus et de réduire les inégalités. Ce processus de développement devrait permettre à un nombre croissant de personnes de passer d’une situation de pauvreté, de précarité, de vulnérabilité et d’insécurité à une situation de plus grande maîtrise de l’incertitude, des instabilités et de satisfaction des besoins fondamentaux. Enfin, ce processus devrait s’élaborer grâce à l’acquisition de droits (lieux de concertation, nouveaux acteurs de la société civile, changements dans la construction des politiques publiques etc.). Si, bien évidemment, cette vision normative et très globale du développement est largement partagée, ce n’est pas le cas de la nature des processus envisagés et des politiques à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif de développement. C’est bien là tout l’objet de ces journées du développement de l’ATM : comprendre au XXIème siècle les différentes conceptions du développement ainsi que les politiques qui s’y rattachent, et les remises en cause qu’elles suggèrent.


En effet, dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale puis au cours des décennies suivantes, on se trouve face à un spectre large de paradigmes du développement. Ils concernent d’abord les pays dits en développement mais aujourd’hui aussi certains pays dits développés. En dépit de cette pluralité, les paradigmes du rattrapage, de la transformation structurelle comme passage obligé et unique des sociétés, à l’image de celui emprunté par les économies actuellement qualifiées de développées ou dites émergentes, restent dans un premier temps des paradigmes dominants ; ils seront par la suite remplacés par celui de la mondialisation vertueuse, de la libéralisation ou encore de la financiarisation.

Mais ces paradigmes sont bousculés et contestés, notamment par la croissance des inégalités et la persistance de trappes à
pauvreté. Ils sont contestés du fait de la difficulté à concevoir des perspectives d’industrialisation tardive dans plusieurs régions du monde, ou de l’impasse de transition démo-économique dans laquelle se trouvent la plupart des pays d’Afrique au sud du Sahara, en particulier. Ces paradigmes dominants s’épuisent plus fortement encore car ils ont en commun d’incarner un modèle de croissance et de développement basé sur les énergies fossiles non soutenables au niveau de la planète. Plusieurs indicateurs, tels que l’accès à l’eau, aux services de santé, à l’éducation ou
encore à l’alimentation, montrent qu’une large partie de la population mondiale en est toujours exclue. Il en est de même de la composante du développement liée à l’acquisition de droits par les population (…)

Ateliers


A- Concepts, modèles, stratégies et discours alternatifs
Les stratégies de développement s’appuient, explicitement ou non, sur
des modèles souvent externes aux sociétés concernées, qui circulent et
voyagent, sans liens suffisants avec les conditions internes et
fréquemment déconnectés des contextes sociaux et politiques qu’ils
cherchent à transformer. Qui les porte ? Comment sont-ils fabriqués ?
Quels sont les enjeux des nouveaux concepts qui émergent pour mieux
prendre en compte les contextes, locaux et globaux ?
-La durabilité du développement dans ses différentes conceptions (faible
ou forte).
-Anti-développement ou autres du développement : BuenVivir,
décroissance, ubuntu, bioéconomie etc.
-Les différentes approches fondées sur le genre.
-Décolonialisme et développement.
-Les processus de transition et/ou de cohabitation des modèles :
complémentarité ou domination ?
-L’évolution des concepts : discours et réalités.
-Le rattrapage : réalités, illusions et effets pervers.
-Le changement sociétal et les usages du numérique (téléphonie
mobile…).
-L’émergence, un substitut ambigu
-La prise en compte de la croissance démographique et créations
d’emplois, systèmes éducatifs.
-Le développement humain : renouvellement ou substitut ambigu ?

 

B- Acteurs et échelles de développement
Les acteurs peuvent être définis comme ceux qui ont des capacités
d’action et/ou mettent en œuvre les politiques publiques quelle que
soit l’échelle de cette mise en œuvre. « Dans quelle mesure la
pluralité et la diversité des acteurs locaux, nationaux ou régionaux
peuvent-elles contribuer au renouvellement des modèles de
développement ? »[1] Comment tous ces acteurs interagissent-ils ou
pas sur un terrain en changement ? Quels sont les conflits, coalitions
et regroupements d’acteurs ? Quelles sont les règles de coordination
entre acteurs privés et publics ? Comment les nationaux
construisent-ils leurs propres politiques nationales de
développement face à de multiples bailleurs de fonds dont la
présence est souvent liée à des intérêts géostratégiques ?
-Les approches des territoires et des communautés locales ; liens
avec les échelles nationales et mondiales.
-La durabilité du développement : la confiance entre la science, les
politiques et les sociétés
-La société civile : une catégorie polysémique.
-La thématique de l’empowerment à différentes échelles (à traduire :
émancipation, autonomisation, responsabilisation, acquisition de
droits…).
-La remise en cause, la réhabilitation et la transformation du rôle de
l’État.
-De nouveaux acteurs aux logiques différentes (Chine, Russie etc.) sur
la scène internationale.

 

C- L’économie politique du chiffre, de la mesure et des
indicateurs
Le développement est associé à la notion de progrès qui, lui-même
repose sur des jugements de valeur, dépendants de l’idéologie, implicite
ou explicite, sous-jacente à la définition proposée. Elle varie selon les
acteurs du développement. Se pose dès lors la question délicate du choix
de la mesure et de la mesure elle-même. Quelle est la part donnée aux
indicateurs patrimoniaux (patrimoine naturel, par exemple) dans
l’action publique et dans l’évaluation de cette action ? Comment assurer
la cohérence entre indicateurs de court et long terme ?
-Les indicateurs de développement durable : mesure de la richesse des
nations, empreinte carbone, empreinte écologique, épargne nette
ajustée…
-Inégalités de richesse, inégalités spatiales, inégalités foncières,
inégalités de genre…
-Constitution de bases de données et gestion de l’information.
-Prise en compte des dimensions qualitatives

 

D- Insertion internationale
Tensions géopolitiques, conflits armés et pandémie ont renforcé la
tendance déjà amorcée du ralentissement de la mondialisation, d’une
régionalisation, voire parfois de la démondialisation. Quels effets
pour les pays du Sud, par exemple, des stratégies de relocalisation ?
Peut-on se développer sans, ou en limitant, la dépendance externe ?
Les dépendances sont-elles toutes équivalentes ?
-Les stratégies régionales/continentales.
-Les conséquences des blocages à l’OMC.
-Les investissements directs étrangers et les impacts des
relocalisations (par exemple les Zones Économiques Spéciales…).
-Les transformations structurelles et les politiques commerciales.
-L’industrialisation tardive.
-Les migrations.
-Le rôle du commerce équitable.
-Les partenariats internationaux.
-Les normes sociales fondamentale

E- Nouveaux impératifs du changement structurel
Les trajectoires de changement structurel sont multiples en raison des
diversités des pays et des contextes. Dans une perspective de long
terme, avec des défis globaux, la question du changement structurel
s’adresse aussi bien aux pays du Nord qu’à ceux du Sud et pourrait
même se désancrer des enjeux strictement économiques associés à
l’amélioration de la productivité. Comment décarboner les économies
sans entraver le développement des Suds ? Comment articuler
politiques de court et long terme ? Les guerres et les crises économiques
ou politiques sont-elles des facteurs décisifs de ces transformations ?
Les enjeux mondiaux de décarbonation peuvent-ils être alignés avec les
intérêts sociaux, économiques et écologiques des populations des Suds ?
-La transition écologique ; mesures d’adaptation et d’atténuation.
-Les perspectives liées aux choix technologiques : leapfrogging et
technologies appropriées.
-La formation et l’éducation.
-Les systèmes agroécologiques.
-Les transformations des structures productives, les conditions de
l’amélioration de la productivité.
-Les enjeux des évolutions de la démographie.
-Les politiques publiques.
-Lutte contre les inégalités et transition.

F- Financement et financiarisation du développement
L’adoption des objectifs du développement durable (ODD) en 2015 a
mis en exergue le rôle du financement du développement, du point
de vue des montants à mobiliser et des modalités sur lesquelles
s’appuyer (financements innovants). La question se pose également
des échelles auxquelles les décisions doivent être prises et contrôlées
afin d’assurer la cohérence entre les objectifs et la mise en œuvre du
financement ainsi que la redevabilité des acteurs concernés.
-La microfinance.
-Les ODD et leur financement ; nouveaux modes de financement.
-L’évolution de la structure, de la nature de l’aide au développement
et de son rôle
-La coopération Sud-Sud.
-Les réformes fiscales nationales et les initiatives fiscales
internationales (OCDE notamment).
-La financiarisation des politiques publiques.
-Le rôle des banques de développement.
-Les investissements privés nationaux et étrangers

 

G- Nouveaux enjeux autour des ressources minières et agricoles
L’exploitation des ressources minières et agricoles s’est accentuée
depuis les années 1990, puis 2000, avec la hausse et l’instabilité des
cours, dans un contexte de forte asymétrie d’information et de
transition écologique. Comment évoluent les régulations à différentes
échelles : initiatives de transparence et de traçabilité au niveau
international ; législations internationales (directives volontaires
comme, par exemple, celles de la FAO sur la gestion foncière, ou encore
celles sur les investissements agricoles responsables) et nationales
touchant l’organisation de ces secteurs… Comment peuvent-elles avoir
des effets sur les pays riches en ressources ? Comment évoluent les
rapports de force économiques et politiques des acteurs des secteurs
extractif et agroalimentaire ? Comment concilier les besoins accrus de
ressources minières liés à la décarbonation avec les intérêts sociaux,
économiques et écologiques des Suds ?
-La mesure de la richesse en ressources par les approches patrimoniales.
-Les effets limités des réformes de la fiscalité.
-Effets d’entraînement/enclaves minières.
-Les rapports de pouvoir autour de l’extraction des ressources
naturelles.
-Les impacts environnementaux et sociaux de l’exploitation.
-Impacts des politiques de sécurisation des approvisionnements
(métaux critiques).
-Effets des Green IT sur l’exploitation des ressources.
-L’après-mines.
-Inégalités foncières : Land-grabing, Green-grabing, processus et
mécanismes de compensation

 

CALENDRIER
·Date limite d’envoi des résumés longs : 17 novembre 2023
·Décision du comité scientifique : 12 janvier 2024
·Date limite d’inscription et d’envoi des communications
retenues : 8 avril 2024

SOUMISSION PAR EMAIL
flore.berruto@univ-paris8.fr
jean-brot@orange.fr

 

COMITE D’ORGANISATION
Audrey Aknin (SOURCE), Noujoud Baroudi (CEPN) Flore Berruto
(GEMDEV), Jean Brot (ATM), François Doligez (IRAM-PRODIG),
Hubert Gérardin (ATM), Charlotte Guénard (DEVSoc), Marc Lautier
(LiRIS), Fabienne Leloup (ATM), Claire Mainguy (BETA, GEMDEV),
Marc Pilon (CEPED), Alain Piveteau (LAM), Stéphanie Treillet (CEPN),

COMITE SCIENTIFIQUE
Denis Acclassato (Abomey-Calavi, Bénin), Philippe Adair (Paris-Est
Créteil), Désiré Avom (Yaoundé II, Cameroun), Florent Bédécarrats
(IRD), Bruno Boidin (Lille), Céline Bonnefond (Grenoble Alpes),
Arnaud Bourgain (Luxembourg), Stéphane Callens (Artois), Sylvie
Capitant (Paris 1), Maurice Catin (Toulon), Raphaëlle Chevrillon-
Guibert (IRD), Cécile Couharde (Paris Nanterre), Yankou Diasso
(Thomas Sankara, Burkina Faso), Catherine Figuière (Grenoble
Alpes), Jean-Jacques Gabas (CIRAD), Marie Gasquet (CIRAD), Hubert
Gérardin (Lorraine), Géraldine Froger (Toulouse 2), Vincent Geronimi
(Versailles St-Quentin), Laetitia Guilhot (Grenoble Alpes), Rima Hawi
(Versailles St-Quentin), Francis Kern (Strasbourg), Marc Lautier
(Rennes 2), Pierre Lazamanana (Antananarivo, Madagascar), Michel
Lelart (CNRS), Fabienne Leloup (UCLouvain, Belgique), Claire
Mainguy (Strasbourg), Célestin Mayoukou (Rouen), Delphine Mercier
(CNRS), Thierry Montalieu (Orléans), Awa Niang Fall (Cheikh Anta
Diop, Sénégal), Ndickou Gaye (Cheikh Anta Diop, Sénégal), Phu
Nguyen Van (Paris Nanterre), Muriel Périsse (Artois), Alain Piveteau
(IRD), Béatrice Quenault (Rennes 2), Mahefasoa Randrianalijaona
(Antananarivo, Madagascar), Sidi Mohamed Rigar (Marrakech,
Maroc), Gilles Spielvogel (Paris 1), Stéphanie Treillet (Paris Est
Créteil), Emma Tyrou (Paris 13), Mehrdad Vahabi (Sorbonne Paris
Nord), Michel Vernières (Paris 1),
X

 



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 14 juillet). Le développement en débat : savoirs et politiques au XXIème siècle – Colloque Paris Mai 2024. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toru

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search