Les pièges des statistiques africaines-Dossier CAIRN

Les pièges des statistiques africaines – Dossiers CAIRN

Pour situer les performances économiques des pays africains, les institutions internationales et la plupart des économistes ont les yeux rivés sur les statistiques de croissance, en particulier le PIB. Dans un livre qui a fait grand bruit, Poor Numbers (2013), le Norvégien Morten Jerven, historien de l’économie, a fait valoir que la plupart de ces statistiques sont arbitraires ou biaisées.

logo curateur

Dans 2023/17

Pour situer les performances économiques des pays africains, les institutions internationales et la plupart des économistes ont les yeux rivés sur les statistiques de croissance, en particulier le PIB. Dans un livre qui a fait grand bruit, Poor Numbers (2013), le Norvégien Morten Jerven, historien de l’économie, a fait valoir que la plupart de ces statistiques sont arbitraires ou biaisées. C’est une cathédrale de sable sur laquelle s’appuient pourtant les analystes les plus prestigieux pour commenter les résultats des économies africaines et faire des prédictions. Sans remettre en cause ce constat, plusieurs économistes ou historiens de l’économie de la sphère francophone critiquent le sens à lui apporter. Certes, les statistiques sont fausses, mais pouvait-il en être autrement ? Peut-on vraiment attendre de statistiques nationales qu’elles reflètent vraiment la réalité, surtout dans les pays en développement ? N’est-il pas aussi intéressant d’exploiter les méthodes de la sociologie ou de l’ethnographie pour creuser les modes de constitution de ces statistiques et en tirer des enseignements sur le fonctionnement des pays en question et des institutions internationales auxquelles ils ont à rendre des comptes ?

Fictions statistiques

Pour l’économiste Agnès Labrousse, le livre de Morten Jerven, Poor Numbers, diffuse plusieurs messages salutaires. C’est un « ouvrage d’utilité publique », écrit-elle dans Politique africaine. S’il comporte des faiblesses, celles-ci sont elles-mêmes une source de réflexions enrichissantes.

3 Il fournit d’abord « un puissant antidote au fétichisme du chiffre ». Car l’auteur montre « de manière très convaincante » que les chiffres produits en Afrique « présentent des marges d’erreur telles que leur utilisation et leur interprétation posent problème ». Or beaucoup d’économistes « relèguent la production statistique à un statut ancillaire » et « l’absence d’attention aux conditions de [leur] production […] débouche souvent sur des conclusions économiques erronées ». Il en résulte des « fictions statistiques », qui sont de surcroît « sciemment entretenues » par une « chape de silence ». Car « pour maintenir le théâtre des apparences, organisations internationales et économistes font “comme si” les chiffres étaient vrais et objectifs ».

4 Les limites de l’exercice tiennent d’abord à ce que Morten Jerven « fait d’abord œuvre d’historien et non d’épistémologue ». Le travail de l’historien est remarquable, mais l’auteur cède paradoxalement à un « réalisme métrologique naïf » qui voudrait faire idéalement des statistiques « le simple reflet de la réalité », alors que toute statistique est nécessairement une construction sociale. Aux yeux d’Agnès Labrousse, cette posture entraîne même le risque d’accréditer la thèse que « l’Afrique est plus riche qu’on le croyait », thèse étayée souvent à tort par l’observation de la montée de l’économie informelle. « À trop se focaliser sur l’exactitude du chiffre […], on finit par ignorer que, bien souvent, on ne sait pas ».

Agnès Labrousse est à l’université de Picardie et au CRIISEA (Centre de recherche sur l’industrie, les institutions et les systèmes économiques d’Amiens).

Pour aller plus loin

Généralisations rapides

 

Spécialiste de la sociologie historique de la quantification, Boris Samuel développe une analyse très critique des deux livres les plus récents de Morten Jerven, Poor Numbers et Africa, Why Economists Get it Wrong (2015). Il reconnaît à Jerven le mérite d’avoir « su mettre une étude sur la construction des chiffres au premier plan des débats sur le développement » et de « poser des questions pertinentes », mais juge qu’il « reste à mi-chemin », en apportant des réponses trop « tranchées ». S’exprimant dans la revue Annales. Histoire, sciences sociales, Samuel regrette que Jerven n’ai pas poursuivi dans la voie du travail qui avait constitué le cœur de sa thèse de doctorat, l’analyse de cas nationaux, en l’occurrence sur le Botswana, le Kenya, la Tanzanie et la Zambie. Il « cède à la tentation d’une généralisation trop rapide », qui le fait par exemple exclure l’Afrique francophone de son champ d’étude, au motif que le franc CFA faussait les perspectives. S’il est d’accord avec Jerven sur la critique de données statistiques souvent arbitraires ou biaisées et sur le fait que « la constitution de bases de données internationales est opaque », Boris Samuel juge que l’auteur a perdu de vue l’orientation « quasi ethnographique » de ses premiers travaux. Il regrette aussi que Jerven « ne propose pas d’étude approfondie de la pluralité des méthodes et des courants de l’économie du développement ». Comme Agnès Labrousse, il juge d’autre part que Jerven ne sort pas du « champ du réalisme métrologique » et adhère au mythe « qu’il existe de bonnes mesures”. Jerven ne rentre pas dans la sociologie fine d’institutions comme le FMI, qui permettrait de faire comprendre pourquoi elles ont fait de cette fiction qu’est le PIB « le dénominateur commun dont la progression conditionne l’atteinte des objectifs fixés ». Samuel juge plus profitable de défendre « l’idée que les économistes et les statisticiens des administrations nationales africaines donnent forme au monde social par leur lecture experte du réel et leur souci des méthodes – et ce, même lorsqu’ils contribuent à produire des fictions de croissance ».

Boris Samuel occupe la chaire d’études africaines comparées à l’École de gouvernance et d’économie de Rabat au Maroc ; il est aussi chercheur au CERI, le Centre de recherches internationales de Sciences Po.
 

Pour aller plus loin



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 14 juin). Les pièges des statistiques africaines-Dossier CAIRN. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toro

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search