Paysanneries et conflits violents – Appel à contributions RIED

« Paysanneries et conflits violents »

Revue internationale des études du développement n°255 (2024-2)

Coordination du numéro

  • Aymar Nyenyezi Bisoka, droit, sciences politiques et socio-anthropologie, professeur, Université de Mons, Belgique
  • Mahamadou Bassirou Tangara, économie, maître de conférences, Université des sciences sociales et de gestion de Bamako, Mali
  • Zakaria Soré, sociologie, maître de conférences, Université Joseph Ki-Zerbo, Burkina Faso
  • Gillian Mathys, histoire, professeur, Universiteit Gent, Belgique

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, environ 866 millions de personnes de par le monde travaillent dans l’agriculture (FAO, 2022). Elles représenteraient 78 % de la population rurale mondiale et sont surtout présentes dans les différents Suds (Afrique, Asie du Sud-Est et Amérique latine). Produisant chaque année plus de 3 600 milliards de dollars de valeur, elles restent pourtant souvent pauvres, précarisées et vulnérables. En effet, leurs modes de vie et systèmes d’activité restent très dépendants de ressources naturelles (eau, forêts, terre) dont les difficultés de reproduction contribuent à les rendre plus fragiles et moins résilientes. Elles sont également les premières touchées par les chocs climatiques, l’insécurité foncière, les déprédations environnementales et les règles inégales des échanges (Ansoms, 2009).

L’ensemble de ces phénomènes contribuent à renforcer les conflictualités entre les communautés et entre les groupes sociaux, qui dégénèrent souvent en conflits violents du fait de la fragilisation ou du contournement des formes établies de régulation. Or, dans l’analyse de ces conflits dans la littérature, la paysannerie est souvent envisagée comme victime – parfois comme coupable, mais alors instrumentalisée, et plus rarement comme acteur à part entière ayant une agencéité propre (Nyenyezi Bisoka et al., 2021).

Dans le cadre de cet appel à contributions, nous souhaitons aborder les relations entre paysanneries et conflits avec toute la finesse d’analyse et l’empiricité nécessaires, en explorant la pluralité des répertoires et des modalités d’action pour identifier les marqueurs contextuels des trajectoires de crises violentes les impliquant à des degrés et sous des formes diverses. Par conflit violent, nous entendons toute forme d’affrontement mobilisant une panoplie diversifiée d’armes et exerçant un effet déstructurant sur les systèmes agricoles, économiques et sociaux en place, visant parfois à les reconfigurer au profit de certains acteurs. De tels conflits peuvent être internes à certaines paysanneries, ou se situer à leur interface lorsque celles-ci sont instrumentalisées par des acteurs externes. D’autres peuvent naitre et se développer à l’extérieur du monde rural avant de les toucher. Ces conflits violents se situent souvent au carrefour d’un faisceau de facteurs et de processus : dynamiques de pouvoir liées à l’accès à la terre, cristallisation des différences identitaires et ethno-communautaires, problèmes de gouvernance.

Paysanneries au cœur des conflits : un positionnement central mais ambivalent

Au cours des dernières décennies, la littérature sur les conflits violents dans les pays du Sud a considérablement gagné en importance. Elle rend compte de la manière dont est perçue, catégorisée et analysée la place des paysanneries en sciences sociales. Ainsi, les discours dominants sur ces phénomènes en Afrique et en Amérique latine ont évolué au fil du temps, allant de l’accent mis sur les violences extrêmes (Verweijen, 2015 ; Múnera Ruiz & de Nanteuil, 2015), aux politiques de l’identité en tant que motif principal de la violence (Lemarchand, 2009), en passant par le rôle des incitations économiques, ou celui de « la course aux ressources » (Collier, 2009 ; Verweijen, 2015). Dans la littérature africaniste, les paysanneries sont souvent principalement présentées de manière stéréotypée et univoque : comme victimes impuissantes de conflits violents devant être aidées à tout prix (Hecker et al., 2013) ou comme complices opportunistes ou naïves, souvent manipulées par des entrepreneurs politiques locaux ou nationaux (Conca & Wallace, 2009 ; Stearns, 2021). Et, même lorsque l’impact de la violence sur les paysanneries est analysé, ces dernières sont souvent plutôt considérées comme des « figurantes » que comme des « actrices » à part entière, même si elles peuvent être majoritaires d’un point vue démographique (Veuillet, 2020).

Le tableau diffère cependant sensiblement pour ce qui est de l’Amérique latine et des Caraïbes, où ces mêmes paysanneries sont clairement identifiées, depuis le début des années 2000, comme actrices, notamment, des rébellions et des mouvements émancipateurs/révolutionnaires, souvent liés à des demandes de réforme agraire, et, plus récemment, en relation avec les politiques environnementales et de ressources naturelles.

Notre postulat est que les paysanneries ne constituent, nulle part, une catégorie ou un groupe hétéronome. Elles se déterminent de multiples manières, à travers une série de revendications, de mobilisations, d’innovations et un mode de vie particuliers (Peemans, 2002 ; Scott, 1985). Une analyse minutieuse des « réalités situées » historiquement, politiquement et géographiquement (Devine, Ojeda & Yie Garzon, 2020) doit pouvoir montrer que les paysanneries sont, in fine, des acteurs dynamiques qui (co-)façonnent les conflits et participent comme protagonistes aux différents processus qu’ils engendrent et subissent à la fois. Au cœur même des conflits armés, ces paysanneries s’organisent ou sont mobilisées aussi parfois pour penser et construire un ordre sécuritaire propre (Starn, 1999 ; Vlassenroot et al., 2022). Cette situation est perceptible par exemple dans le développement du vigilantisme (Hagberg et al., 2019, Poudiougou & Zanoletti, 2020, Soré et al., 2021) dont la paysannerie reste la zone d’ancrage. À travers les groupes de vigilantisme, la paysannerie répond à un ordre politique et sécuritaire souvent inopérant et inadapté (…)

Lire la suite de l’appel à contributions sur le site de la revue internationale des études du développement

Modalités de soumission des articles au dossier du n°255 (2024-2) de la Ried

Les auteur·e·s s’engagent à lire la ligne éditoriale de la Revue internationale des études du développement et s’engagent à respecter la charte éthique.

Le processus de sélection se déroule comme suit selon les dates indiquées dans le calendrier de production ci-dessous :

1- Envoi de la proposition d’article

Les auteur·e·s envoient un résumé, en français, anglais, ou espagnol, présentant le projet d’article en environ 4 000 signes, espaces comprises, soit environ 500 mots ou une page.

Le fichier Word du résumé, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Proposition-255 », comprend :

Le titre : court et précis, de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre)

La question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats

Des jalons bibliographiques (hors du décompte des signes)

Un second fichier Word, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Infos » indique de manière exhaustive les noms et prénoms des auteur·e·s, leur discipline, statut, rattachement institutionnel, adresses courriel, l’indication de l’auteur correspondant.

Ces éléments sont indispensables à l’examen de la proposition d’article. L’adéquation de la proposition à l’appel à contributions est vérifiée par les coordinateurs·trices et la rédaction de la revue.

2- Envoi de l’article

Les auteur·e·s dont les propositions d’article ont été sélectionné·e·s à l’étape précédente s’engagent à envoyer une première version de leur article qui doit impérativement correspondre aux normes de la revue, indiquées à cette page : consignes aux auteurs (disponible en français, anglais, espagnol).

Les articles (de 45 000 signes environ, espaces comprises, hors résumé et bibliographie), pourront être rédigés en français, anglais ou espagnol. Ils doivent être originaux. Ils pourront toutefois avoir fait l’objet de communications à un colloque (avec actes), à condition d’être réadaptés au format exigé par la Revue internationale des études du développement.

Les articles sont alors soumis à une lecture en double-aveugle auprès de deux évaluateurs spécialistes et extérieurs à la revue.

Les références citées doivent être présentées selon le format indiqué à cette page : Normes bibliographiques (format APA).

Calendrier de production

Les auteur·e·s s’engagent à respecter le calendrier indiqué par la rédaction.

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 30 juin 2023 aux cinq adresses ci-dessous :

aymar.nyenyezibisoka@umons.ac.be

mb.t75@mesrs.ml

zakaria.sore@ujkz.bf

Gillian.Mathys@ugent.be

revdev@univ-paris1.fr

Les auteur·e·s présélectionné·e·s par les coordinateur.ice.s et le comité de rédaction seront prévenu·e·s par l’équipe de la revue la semaine du 10 juillet 2023.

Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteur·e·s de la revue, seront envoyées par les auteur·e·s aux courriels précités avant le 15 septembre 2023.

Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article – anonyme – sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité, et la sortie en librairie de ce n°255 2024-2 est prévue pour juin 2024.



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 9 juin). Paysanneries et conflits violents – Appel à contributions RIED. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/torm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search