Paths of Hybrid Governance in Africa. A research brief

Unravelling public authority: Paths of Hybrid Governance in Africa

LSE IOB Logo

 

 

sous la direction de Kate Meagher, Tom de Herdt et Kristof Titeca

La désillusion généralisée  à propos des perspectives des « État défaillant» sur la gouvernance en Afrique a attiré l’attention sur des nouvelles formes d’ordre émergent sur le terrain dans les zones où la présence de l’Etat est faible. Le terme « gouvernance hybride » a émergé pour désigner ces nouvelles modalités d’organisation,  intégrant les institutions locales et les organisations populaires, qui comblent les lacunes dans la capacité de l’Etat. Des concepts connexes tels que la «gouvernance sans gouvernement », « institutions de crépuscule », « gouvernance réelle » ou « Etat négociée» voient la gouvernance comme le résultat de négociations complexes entre un certain nombre d’acteurs, de groupes et forces. Au lieu de se concentrer sur la fixation des États défaillants, les praticiens du développement et les universitaires se posent de nouvelles questions quant à savoir si des formes plus appropriées d’ordre peuvent être construits par «travailler avec le grain » des institutions locales. Compte tenu de la popularité croissante de la gouvernance hybride dans la pensée actuelle du développement, il convient de se demander si c’est juste un nouveau vocabulaire dans le jargon du développement ou si il fournit un outil conceptuel utile pour faciliter des systèmes durables d’organisation dans les parties fragiles de l’Afrique terre et plus ?

Cette question a été examinée dans le cadre d’un récent atelier sur la gouvernance hybride, organisé grâce à une collaboration entre la London School of Economics et  l’Université d’Anvers, et auquel ont participé plusieurs universitaires et  praticiens de l’Europe et de l’Afrique. S’appuyant sur des recherches en cours, fondées empiriquement, les participants ont exploré les réalités de la gouvernance hybride dans une gamme d’états africains fragiles et d’états plus résilients, y compris la Somalie, la République démocratique du Congo, et le Sud-Soudan, ainsi que l’Ouganda, le Niger, la Somalie, le Rwanda et le Sénégal

Si vous voulez  lire le rapport de cet atelier très intéressant , nous vous invitons à vous rendre à la page suivante IS Academy on Human Security in Fragile States

 

Workshop Participants

Tim Allen, LSE (UK)
Sylvie Ayimpam, Centre d’études des mondes Africains (CEMAf), Aix-Marseille Université (France)
Thomas Bierschenk, Johannes Gutenberg-University (Germany)
Jacky Bouju, Centre d’études des mondes Africains (CEMAf), Aix-Marseille Université (France)
Frances Cleaver, King’s College (UK)
Tom De Herdt, University of Antwerp (Belgium)
Frederick Golooba-Mutebi, independent researcher
Tobias Hagmann, Roskilde (Denmark)
Eric Hahonou, LASDEL (Niger), Roskilde University (Denmark)
Dorothea Hilhorst, Wageningen University (The Netherlands)
Iain King, DfID (UK)
Tom Kirk, LSE (UK)
Emma Lochery, University of Oxford (UK)
Kate Meagher, LSE (UK)
Jean-Pierre Olivier de Sardan, LASDEL, Niamey / EHESS (France)
Ebbe Prag, Roskilde University (Denmark)
Timothy Raeymaekers, University of Zurich (Switzerland)
Filip Reyntjens, University of Antwerp (Belgium)
Kristof Titeca, University of Antwerp, University of Gent (Belgium)
Rens Twijnstra, Wageningen University (The Netherlands)

IS Academy

LSE IOB Logo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *