Les espaces de trafic au centre de la vie sociale

 

ESP-small138

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke   nous livrent ici une note de lecture sur la dernière  livraison de la revue Espaces et sociétés

Ce dossier s’intéresse au paradoxe attaché aux « espaces notoires de trafic ». Ces espaces sont caractérisés par les pratiques illégales, ou à tout le moins immorales, qui s’y déroulent. La pérennité des trafics requiert en effet de ces lieux qu’ils soient à la fois « notoires » et discrets, voire « invisibles ». Ce dossier, coordonné par Thomas Sauvadet et Jérôme Monnet, propose de dépasser les représentations véhiculées par une part importante des médias et des enquêtes en sciences sociales qui, en stigmatisant certains espaces urbains et leurs populations, nourrissent un imaginaire collectif, celui des « bas-fonds », superposition de « peurs » et de « fantasmes » vis-à-vis de ces lieux de débauche. Les six contributions qui constituent ce dossier cherchent à mettre en avant la place occupée par les « espaces notoires de trafic » au centre de la vie sociale : que les illégalismes soient le fait d’individus appartenant aux classes populaires ou aux élites, il ne s’agit pas de phénomènes marginaux. Deux préoccupations transversales émergent des articles ainsi rassemblés. D’abord, une volonté d’identifier les formes prises par des espaces marqués par les contextes particuliers dans lesquels ils s’inscrivent. Ensuite, des interrogations et analyses essayant d’en dévoiler les logiques internes. Les auteurs ici réunis ont l’immense mérite de s’intéresser aux soubassements de phénomènes sociaux le plus souvent étiquetés négativement. De plus, plusieurs déplacent avec brio le regard porté sur certaines réalités sociales, ce qui fait émerger des logiques restées jusqu’alors peu visibles et intelligibles.

Lire la suite sur Lectures.revues.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.