École jeunes chercheur-e-s – Décoloniser les futurs administratifs africains- Niamey 4-12 février 2023

École jeunes chercheur-e-s – Décoloniser les futurs administratifs africains

Lire aussi sur le site de Global Africa

Contexte et justification

Le programme Global Africa lance un appel à candidatures pour sa première École jeunes chercheur-e-s (EJC), instituée pour favoriser l’intégration des jeunes chercheur-e-s dans les communautés scientifiques des sciences sociales et permettre ainsi leur participation active à la constitution des savoirs qui se construisent dans le monde.

L’École jeunes chercheur-e-s est une composante essentielle du projet Global Africa. Elle est placée sous la responsabilité du laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL), un laboratoire indépendant, à vocation sous-régionale, installé à Niamey, avec une antenne à Parakou, qui en assure la conception et la mise en œuvre avec les autres partenaires de Global Africa.

​Objectifs

L’École jeunes chercheur-e-s a été conçue pour renforcer les capacités des jeunes chercheur-e-s en matière d’écriture scientifique et d’édition scientifique. Elle vise les objectifs suivants : 

  • Favoriser l’émergence, sur le continent, de chercheur-e-s bien formés et capables de produire des articles de haut niveau, publiables dans Global Africa, mais aussi dans d’autres revues de bonne facture scientifique. Ces publications doivent pouvoir s’inscrire dans les questions à enjeux nationaux, régionaux et globaux.
  • Être un creuset de formation et de promotion de jeunes chercheur-e-s en vue de leur insertion progressive dans le monde académique avec les moyens intellectuels requis en la matière. L’École jeunes chercheur-e-s souhaite contribuer au renouvellement des connaissances sur l’Afrique et à la promotion de profils de jeunes chercheur-e-s bien formés. Cette promotion de jeunes chercheur-e-s passe par la publication de leurs travaux ainsi que par le renforcement de leurs capacités en édition et en écriture dans un cadre de travail stimulant et propice aux échanges scientifiques porteurs.
  • Être un cadre de renforcement de capacités solide au profit des jeunes chercheur-e-s et leur procurer un accompagnement durable à travers un processus de mentorat. 

L’École jeunes chercheur-e-s, pour sa première session, se tiendra à Niamey et se déroulera sur une semaine. Elle sera connectée au numéro cinq de la revue Global Africa qui portera sur les administrations publiques africaines (APA), sous le titre « Décoloniser les futurs administratifs africains » (voir plus bas l’appel). 

Un tel objet suscite indiscutablement de l’intérêt chez les chercheur-e-s préoccupé.e.s de comprendre les dynamiques de l’État, telles qu’elles prennent forme et se développent en Afrique. 

C’est un sujet ouvert à la pluridisciplinarité. Il est stimulant parce qu’il est aujourd’hui au cœur de bien des réflexions en sciences sociales. En conséquence, il permettra aux candidats retenus de contribuer valablement au renouvellement des connaissances sur un sujet toujours d’actualité, reconnu pour sa haute teneur stratégique dans les réflexions sur l’État en Afrique.

Panafricanisme, agenda de la recherche africaine et futurs planétaires

Rédacteurs invités :


Cheikh Thiam, Amherst College : cthiam@amherst.edu
Mjiba Frehiwot, Université du Ghana : mfrehiwot@ug.edu.gh

Le panafricanisme est un projet fondamentalement épistémique, né d’ontologies centrées sur l’Afrique et enraciné dans une histoire qui remet en question et résiste à la prégnance de la colonialité et à la déshumanisation des peuples d’ascendance africaine. De la révolution haïtienne à la décolonisation, en passant par la négritude, le hip-hop, l’afro-chic et les afrobeats, les mouvements culturels, intellectuels et politiques panafricains ont toujours cherché à prendre en compte les continuités et discontinuités de la vie des peuples d’origine africaine tout en s’engageant dans un processus commun d’intégration et de libération de l’Afrique. Sur le plan politique, le panafricanisme est une mise en accusation du colonialisme et de son corollaire, la partition du continent. Culturellement, il recentre les modes de création et les voix africains dans la tâche complexe d’imaginer et de concevoir une présence panafricaine dans l’histoire mondiale. Sur le plan épistémique, le panafricanisme fournit une base théorique à partir de laquelle il est possible de remettre en question les fondements de la colonialité. Il constitue de ce fait une alternative épistémologique à l’universalisme réducteur de la modernité occidentale.



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2023, 11 janvier). École jeunes chercheur-e-s – Décoloniser les futurs administratifs africains- Niamey 4-12 février 2023. Régulation violence incertitude. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toqp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search