L’éco-anxiété : entre angoisse et lucidité. Un dossier cairn

L’éco-anxiété : entre angoisse et lucidité. Un dossier cairn

Apparu en 1997 sous la plume de la chercheuse en santé publique Véronique Lepaige, le terme d’éco-anxiété décrit un type d’angoisse particulier que nous ressentons devant la menace climatique. Il englobe un sentiment d’intense préoccupation, de vigilance, d’impuissance, mais aussi… de colère. Parce qu’il renvoie à un maelstrom d’affects, le terme d’éco-anxiété a rapidement gagné en popularité sur les réseaux sociaux.

Fortes chaleurs, incendies, inondations, famines… Les catastrophes naturelles et les annonces effrayantes sont de plus en plus fréquentes, de sorte que le réchauffement climatique n’est plus seulement un vague concept de catastrophe éloignée dans le futur : il devient une réalité inquiétante qui se déroule sous nos yeux.

2 Apparu en 1997 sous la plume de la chercheuse en santé publique Véronique Lepaige, le terme d’éco-anxiété décrit un type d’angoisse particulier que nous ressentons devant la menace climatique. Il englobe un sentiment d’intense préoccupation, de vigilance, d’impuissance, mais aussi… de colère. Les jeunes de 18 à 35 ans la ressentent d’une façon particulièrement violente. Souvenons-nous des mots fracassants de Greta Thunberg en 2019 devant l’ONU : « Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. » En matière de climat, anxiété et colère sont pour eux indissociables : la première (l’éco-anxiété) surgit devant le spectacle de la destruction de la biosphère tandis que la seconde (l’éco-colère) se nourrit de l’inaction collective des dirigeants politiques.

3 Parce qu’il renvoie à un maelstrom d’affects, le terme d’éco-anxiété a rapidement gagné en popularité sur les réseaux sociaux. Au point de servir parfois de catégorie d’auto-diagnostique pour certains patients. On peut aborder l’angoisse écologique à partir de deux voies. La première en fait un symptôme psychique. Symptôme qu’il faut soigner ou guérir. En psychothérapie, on ira chercher ce qui se cache « derrière » l’éco-anxiété. Les fantasmes, les angoisses, les traumas devant lesquels l’angoisse fait écran. Dans la seconde option, être anxieux signerait plutôt un sens de la clairvoyance, une faculté de discernement qui n’a rien de pathologique. Au contraire ! Devant la menace, l’éco-anxiété aurait les vertus de ce que Freud appelait « l’angoisse signal » : elle serait un moteur, un déclencheur pour agir, voire un remède dont nous aurions tous besoin pour prendre conscience de la gravité des faits.

4 Parce que la vie psychique est moins tranchée, les textes naviguent entre ces deux tendances et explorent ce nouage entre l’angoisse individuelle et la menace collective. Les trois textes abordent le sujet à partir de leur position clinique : comment écouter et intervenir en séance lorsque le patient évoque la menace climatique, un phénomène bien réel qui préoccupe le clinicien aussi ?

La notion d’identité environnementale

5 Pourquoi les bouleversements climatiques nous perturbent-ils d’une manière si intense ? Dans cet article, la chercheuse Christina A. Popescu s’interroge sur la nature des liens que nous entretenons avec l’environnement qui nous entoure. Selon elle, nous ne pouvons comprendre la menace climatique qu’à condition d’avoir pris la mesure de notre dépendance à l’égard de nos écosystèmes. Pour éclairer sa thèse, l’auteure emprunte à une psychologue américaine, Susan Clayton, le concept d’identité environnementale. Pensons à un oignon dont le noyau est protégé par différentes strates : de la même façon, notre identité est construite par sédimentation de différentes appartenances qui contribuent chacune à définir notre place auprès des autres. À l’image des poupées russes, nos appartenances intimes, religieuses, sociales et même nationales sont englobées dans un cadre qui les surplombe toutes, celui de notre habitat planétaire commun. C’est ce qui explique pourquoi les images du Pakistan inondé ou de l’Amazonie en proie aux feux nous bouleversent comme si ces désastres se produisaient chez nous.



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2022, 28 décembre). L’éco-anxiété : entre angoisse et lucidité. Un dossier cairn. Régulation violence incertitude. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toqo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search