Vient de paraitre: Récits et matérialité de l’aide – Le développement au Prisme des mémoires

Revue Anthropologie et développement n°53/2022

Récits et matérialité de l’aide – Le développement au Prisme des mémoires

Sous la direction de Matthieu Brun, Franck Fortuné

Lire sur OpenEditions

Au point de départ de cette analyse et de la réflexion sur la mémoire du développement se trouve une forme d’asymétrie paradoxale entre, d’un côté, des mémoires vivaces que les « paysans gardent des opérations de développement antérieures qui se sont succédé dans leur zone » et, de l’autre, la mémoire des opérateurs de développement qui se comportent comme s’ils arrivaient en « terrain vierge » (Olivier de Sardan, 1995 : 56). Ce constat n’est pas nouveau puisque, déjà, en 1984, alors que le suivi-évaluation1 n’est pas encore une pratique répandue dans le monde de l’aide, Marc Dufumier et Dominique Gentil écrivent que « la tendance dans un projet est toujours de considérer que l’histoire démarre avec le projet, de sous-estimer systématiquement tout ce qui s’est fait auparavant et de surestimer l’impact du projet » (Gentil et Dufumier, 1984 ; Lewis, 2009). Le début de l’action liée à l’intervention serait donc un commencement en soi, un commencement de zéro dans lequel les bailleurs et les opérateurs ignorent généralement le passé. La prise en compte des temporalités et du passé apparaît donc comme difficile voire impossible tant l’idiome du projet imprègne les cadres cognitifs des professionnels de l’aide. Dans les pratiques de l’aide, il semblerait que seul ce qui peut être amélioré soit pris en compte, le reste ne ferait pas partie de l’équation et serait éliminé (Ferguson, 2005) comme le montrent les propos d’une chargée de mission de l’Agence de coopération internationale allemande (GIZ) à Rabat : « On a la pression des résultats, nous on est des praticiens, pas des chercheurs, on nous demande d’atteindre des objectifs, chercher dans le passé ne fait pas partie de la méthode ». Or une intervention de développement n’est ni la première ni la dernière qui touchera un territoire et ses habitants. Elle s’insère dans un continuum et est mise en œuvre dans un univers dynamique où les acteurs apprennent de la succession de projets au cours du temps. En effet, comme Jean-Pierre Olivier de Sardan qui utilise le mot de mémoire, les travaux de Kate Crehan et Achim von Oppen (1988) montrent que le milieu, qu’il soit physique ou social, garde une trace des anciennes interventions et qu’il existerait une histoire sociale de ce milieu évoluant au contact des mondes de l’aide.

Lire sur OpenEditions

Dossier : Récits et matérialités de l’aide : le développement au prisme des mémoires / Narratives and materialities of aid: development through the prism of memories ………………………………………………………… 7

« La mémoire du développement, ça n’existe pas ! » Introduction 9

Matthieu Brun, Franck Fortuné

L’État et l’international au prisme des vestiges du développement rural en Tanzanie 21

Marie-Aude Fouéré, Yonatan N. Gez

Traces et empreintes des projets fonciers dans la commune de Gandon (Sénégal) 39

Sambou Ndiaye

Traces, mémoires et archives des interventions de développement à Niakhar (Sénégal) 53

Hamidou Diallo, Charlotte Guénard, Maria-Belén Ojeda Trujillo, Anne-Sophie Robilliard

Que reste-t-il des réformes de la gestion urbaine ? 71

Claire Simonneau

Un retour du refoulé ? 91

Philippe Lavigne Delville, Noël Gbaguidi

Qui incarne la mémoire du développement et auprès de qui ? 109

Jean-Philippe Berrou, Matthieu Brun

Beyond Donor Memory 137

Melina C. Kalfelis

How can the past inform and benefit research-for-development interventions? 155

Marie Ferré, Genowefa Blundo Canto, Aurelle de Romémont, Berline Africa Maagoum Soh,

Aurélie Binot

Les mémoires kaléidoscopiques autour de l’aide au développement 175

Loïc Barbedette, Denis Pesche

Varia …………………………………………………………………………………………….. 191

Pressions sur les terres au Sud-Kivu (RDC) 193

Joël Baraka Akilimali, Dieudonné Bahati Shamamba, An Ansoms

La success-story de la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts en république démocratique du Congo 213

Camille Reyniers



Citer ce billet
Sylvie Ayimpam (2022, 21 décembre). Vient de paraitre: Récits et matérialité de l’aide – Le développement au Prisme des mémoires. Régulation violence incertitude. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toqn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search