Journée d’études – carrefour des savoirs sur les partenariats Nord-Sud – UC Louvain

Carrefour des savoirs sur les partenariats Nord-Sud

Journée d’étude pour une pratique partenariale décolonisée.

14 novembre 2022 de 9H à 17H

Auditoire Montesquieu 01. Rue Montesquieu, 2. 1348 Louvain-la-Neuve

Programme journée d’étude

9H – 9H15 :         Accueil

9H15 – 10H :       Introduction par Gautier Pirotte et Haddy Mbuyi Katshiatshia.

« Faire avec. Réflexions liminaires autour d’un concept indispensable, indépassable et encombrant : le partenariat dans la coopération internationale » (Gautier Pirotte, ULiège).

« De l’appui au développement vers une collaboration entre partenaires au développement : Regards croisés entre étudiants congolais et belges » (Haddy Mbuyi Katshiatshia, Université de Kinshasa).

10H – 11H15 :     Panel 1 : Constats et enjeux

« La main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit : Ethnocentrisme et
partenariat au Burkina Faso » (Sylvie Ayimpam, Institut des Mondes Africains et Jacky Bouju, Université Aix Marseille et, Institut des Mondes Africains). Distanciel.

« Les partenariats N/S dans l’aide internationale : rapports asymétriques, concurrences et action publique, le dépassement des contradictions est-il possible ? Retours sur l’expérience du Gret » (Charline Rangé, GRET).

« Le partenariat en coopération internationale, paradoxe ou compromis ? » (Olga Navarro Flores, Université du Québec à Montréal).

Pause

11H30 – 12H45 : Panel 2 : Pistes d’action

« Au-delà du constat : quels outils concrets pour ré-équilibrer le pouvoir dans la gestion de projet ? » (Benjamin Chemouni, UCLouvain).

« Evolution de la dynamique partenariale au sein d’Autre Terre : dynamique apprenante, expérimentations et pistes futures » (Benoit Naveau, Autre Terre).

« Ño far, on est ensemble » (Emmanuel Ndione, Enda Graf).

Repas
14H – 15H30 :      Panel 3 :  Discussions autour de nos pratiques.

          Salle 1 :


« Dysfonctionnement des partenariats de la coopération universitaire internationale. L’exemple du projet béninois autour de la médiation sociale à Parakou au Bénin » (Sai Sotima Tchantipo, Université de Parakou et N’koué Emmanuel Sambieni, Université de Parakou). Distanciel.

« Partenariats, le sens et l’époque » (Fabrice Sprimont, Wallonie-Bruxelles International).

« Transférer le pouvoir dans la pratique. Projet de recherche pour ngo-federatie et 11.11.11 en collaboration avec Acodev » (Etienne de Leeuw, Acodev).

« La mise en réseau au travers de la pratique clinique » (Alessandra Varesco, Enabel). Distanciel.

         Salle 2 :

« La raison développementaliste : aux origines de la configuration des rapports Nord/Sud » (Thierry Amougou, UCLouvain).

«InterS, gestion de projet international : une activité pédagogique solidaire et durable en partenariat avec le Sud » (Geneviève Castiaux, Scoupe Rémi, Béatrice Florence, Emilie Cominelli et Delphine Rasador, HENALLUX).

« Trois instruments pour une coopération décentralisée : l’index sur la décentralisation, le Fonds Africain pour la Coopération Décentralisée Internationale et le forum de recherche du CGLU et de ses sections régionales ». (Thierry Sanzhie Bokally, CGLU Afrique).

« Partage asymétrique, succès symétrique et démultiplication. Un exemple de collaboration tripartite Belgique-Chine-Rwanda/Guinée » (François Serneels, C.A.R.A.H).

        Salle 3 :

« En quête d’une véritable localisation : Les acteurs de la société civile locale en Jordanie et au Liban » (Elena Aoun, UCLouvain, Alena Sander,  UCLouvain et, RESULT et Lyla André, UCLouvain).

« Rédiger des accords de partenariat pour endiguer les rapports inégalitaires – A fortiori dans les projets de mobilités académiques de l’enseignement supérieur ! » (Jean-Paul Guyaux, Haute Ecole Léonard de Vinci).

« Comment organiser la coopération pour que toutes les parties en « bénéficient » et « collaborent » ? » (Yves Chaineux, Union des Villes et Communes de Wallonie).

« L’approche de SOS Faim dans l’accompagnement de ses partenaires » (François Cajot, SOS Faim).

Pause

16H – 17H :           Conclusions et perspectives

Rapports d’étonnement des étudiant.e.s et mise en valeur critique des conclusions de la journée par Justine Contor (ULiège) et Philippe De Leener (InterMondes et UCLouvain).

 

Sylvie Ayimpam et Jacky Bouju

Ethnocentrisme et partenariat: la violence ordinaire du monde humanitaire

Résumé: Au Burkina Faso comme ailleurs, la différence de moyens financiers entre les partenaires du Nord et les partenaires locaux engendre des déséquilibres dans les termes de l’échange entre les contributions et les rétributions attendues par chacun. L’asymétrie intrinsèque à ce mode de partenariat-patronage est bien rendue par ce proverbe Ouest-Africain : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ». Ce proverbe exprime la violence symbolique du pouvoir que détient le partenaire qui dispose du pouvoir d’allouer les ressources financières de l’aide.
Empiriquement, cette violence symbolique s’incarne dans les normes de la culture managériale imposée par la bureaucratie des agences internationales. Cette culture managériale obéit à un modèle unique, profondément ethnocentrique et largement inadapté aux réalités des sociétés du Sud, le New Public Management qui est au centre des dispositifs d’instrumentation de l’action humanitaire sur le terrain.
Ø Notre enquête à Ouagadougou a montré que l’instrumentation de l’action était concomitante à la contractualisation des partenariats et qu’elle était centrée sur la gestion administrative des dispositifs d’accès aux subventions et aux conventions de financement et sur la gestion des règles budgétaires et comptables qui organisent la redevabilité des partenaires du Sud.
Ø Or, ces dispositifs et instruments comptables et leurs modalités de mise en oeuvre ne sont pas neutres culturellement. Ils produisent des effets spécifiques qui structurent l’action, ils imposent leurs propres contraintes, leurs propres logiques exogènes en fonction de normes d’action préétablies.
Ø Mais les partenaires du Sud enfermés dans les contraintes de la dépendance financière ne sont pas sans pouvoir de réaction.
A la violence symbolique de l’ordre établi par les normes bureaucratiques, ils opposent diverses formes de violence
systémique.
In fine, l’ethnocentrisme et l’inégalité économique des acteurs construisent des partenariats-patronages structurés par des relations de coopération conflictuelle très éloignées de l’idéal égalitaire connoté par la notion de partenariat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search