La montée préoccupante de l’abstention-Un dossier Cairn

L’abstention électorale analysée dans un dossier Cairn

L’abstention progresse. Cette évolution est préoccupante, pour deux raisons essentielles : elle traduit une désaffection à l’égard du principal instrument de la démocratie ; et elle creuse le fossé entre les couches les moins favorisées de la population et les catégories les plus diplômées et les mieux installées dans une vie familiale aisée.

Bien que l’élection présidentielle parvienne encore à mobiliser, la tendance lourde est indéniable : l’abstention progresse. La proportion de votants constants diminue tandis que se généralise le vote par intermittence. Cette évolution est préoccupante, pour deux raisons essentielles : elle traduit une désaffection à l’égard du principal instrument de la démocratie ; et elle creuse le fossé entre les couches les moins favorisées de la population et les catégories les plus diplômées et les mieux installées dans une vie familiale aisée.

2 D’après les enquêtes de l’INSEE, la participation est d’autant plus faible que le niveau d’études, la catégorie socio-professionnelle et le niveau de vie sont bas et que l’on est jeune ou d’un âge avancé. L’abstention des jeunes doit cependant être relativisée, car ce sont aussi les moins bien inscrits (la moitié des 25-29 ans sont inscrits dans une autre commune que celle de leur résidence). On vote plus si l’on est en couple ; la monoparentalité est un facteur d’abstention.

3 Pour comprendre les racines de l’évolution, il faut se tourner vers les changements de génération. Alors que les baby-boomers continuent de beaucoup voter, les post baby-boomers sont des électeurs intermittents. Et tout indique qu’ils vont le rester. Cela ne signifie pas forcément qu’ils se désintéressent de la chose publique. Pour le politologue Vincent Tiberj, on assiste en effet par ailleurs à « une extension des répertoires de l’action citoyenne ». Mais par-delà cette évolution, on constate aussi une désaffection croissante des plus pauvres, des moins diplômés, de ceux qui habitent dans des quartiers défavorisés.

4 Le vote des banlieues a fait l’objet d’analyses poussées dont l’approche a évolué dans le temps, les historiens laissant la place aux sociologues. La désindustrialisation a complètement changé la donne. On est passé d’un contexte où les partis de gauche pouvaient compter sur un soutien massif du vote ouvrier à un contexte d’éclatement entre des centres urbains « gentrifiés », où s’est répandu le vote pour les partis de droite, et des périphéries appauvries, dans lesquelles un taux d’abstention élevé se conjugue avec un fort taux de non inscription sur les listes électorales.

 Céline Braconnier, Jean-Yves Dormagen, Baptiste Coulmont, Vincent Tiberj, David Gouard

Les facteurs d’abstention : le niveau d’études en tête

Les trois dernières élections présidentielles se caractérisent par une hausse sensible de l’abstention, laquelle s’est fortement accentuée lors des législatives qui ont suivi. Pour la première fois, le taux de participation à des élections législatives a été inférieur à 50 %. Et le nombre de votants constants à ces diverses élections est tombé à un tiers de l’électorat inscrit. Dans la Revue française de science politique, les politologues Céline Braconnier, Baptiste Coulmont et Jean-Yves Dormagen rendent compte de cette évolution en exploitant les résultats d’une analyse fine menée par l’INSEE sur les résultats des élections nationales au fil du temps. Appelée « Enquête participation électorale », cette analyse n’est pas une enquête par sondages mais l’exploitation d’un échantillon représentatif constitué à partir des résultats enregistrés par les bureaux de vote, croisés avec les données des recensements. Elle évite ainsi les biais habituels des sondages puisqu’il n’y a pas de contact direct avec les enquêtés. Le seul défaut de la méthode, mais il est moindre, tient au décalage possible entre la situation de l’électeur inscrit au moment de l’élection et sa situation lors du recensement précédent : certains ont pu par exemple changer de situation professionnelle ou de condition matrimoniale. Les politologues constatent pour commencer des variations significatives selon l’âge, le niveau d’études, la catégorie socio-professionnelle et le niveau de vie. La participation est d’autant plus faible que ces trois niveaux sont bas et que l’on est jeune (25-29 ans) ou très âgé (85 ans et plus). Seconde constatation : « la famille fait voter ». On vote plus si l’on est en couple et le statut du conjoint a une influence. Les politologues ont procédé ensuite à une « analyse de régression logistique » pour mieux cerner « l’effet marginal de chacun des facteurs ». Ils mettent ainsi en évidence que « le facteur le plus prédictif de l’abstention constante » est « la mal-inscription », c’est-à-dire le fait d’être inscrit dans une autre commune que celle de sa résidence. Or les électeurs les plus affectés par la mal-inscription sont les jeunes, ce qui relativise leur faible implication supposée : 51 % des 25-29 ans sont mal-inscrits. Au premier tour de la dernière présidentielle (2017), les deux facteurs « ayant le plus d’impact sur la participation des électeurs » jouent en sens inverse : ce sont le niveau d’études et un âge avancé (65 ans et plus). Un autre facteur mis en évidence est la monoparentalité. La très forte abstention aux élections législatives qui ont suivi résulte d’un effet renforcé de tous ces facteurs, avec cette différence que la participation des jeunes a beaucoup baissé. Les auteurs concluent que moins les enjeux d’un scrutin sont clairement perçus et plus les déterminants sociaux influent sur le niveau de participation d’un inscrit.

Céline Braconnier est professeure et chercheuse à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye.
Jean-Yves Dormagen est professeur de science politique et chercheur à l’université de Montpellier.
Baptiste Coulmont, sociologue, est maître de conférences à Paris VIII et chercheur au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa).
 

Pour aller plus loin

Lire la suite de ce dossier sur cairn.info

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search