Violences obstétricales et médicalisation du corps des femmes — Un dossier Cairn info

Les violences obstétricales abordées dans un dossier Cairn

Un dossier Cairn Infos

Les violences obstétricales sont caractérisées par la violence institutionnelle, à laquelle s’ajoute la violence basée sur le genre. Ce dossier interroge la façon dont les représentations du corps des femmes peuvent s’infiltrer dans la prise en charge médicale, tant à travers ses gestes que ses paroles. À partir de là, une réflexion sur le terme de violence obstétricale peut s’engager, à travers les méandres de la relation soignant-soigné.

L’émergence du terme de violences obstétricales en France est encore récente. C’est aux alentours de 2010 que l’on commence à le voir apparaître en France, mais ce n’est qu’en 2017 qu’il commence réellement à investir le langage courant, notamment suite à son emploi par Marlène Schiappa, alors secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes. S’ensuit une série d’articles, d’émissions et de débats sur ce sujet, qui soulève de nombreux enjeux : enjeux médicaux, mais également psychologiques, historiques, politiques, voire éthiques et déontologiques. C’est alors à « un débat [parfois] houleux que nous avons affaire […], dans lequel transparaît toute la dimension pulsionnelle qu’il mobilise » 

Suite à ces débuts agités, en proposer une définition qui fasse consensus ne semble pas aisé. Celle de Marie-Hélène Lahaye, juriste belge et lanceuse d’alertes sur le sujet des violences obstétricales, a le mérite de la concision : « la violence obstétricale est l’addition de deux types de violences : la violence institutionnelle et la violence basée sur le genre », et se définit comme « tout comportement, acte, omission ou abstention commis par le personnel de santé, qui n’est pas justifié médicalement et/ou qui est effectué sans le consentement libre et éclairé de la femme enceinte ou de la parturiente »

Il s’agit donc d’interroger les modalités de la prise en charge médicale de la grossesse, de l’accouchement, et du post-partum immédiat, tant du point de vue technique et protocolaire que du point de vue humain et relationnel. De façon concrète, cela peut concerner par exemple aussi bien des récits de défauts d’anesthésie lors d’épisiotomies ou de césarienne, de touchers vaginaux à répétition, que des récits de paroles porteuses d’un jugement concernant la façon d’accoucher, d’absences de regards lors des soins, etc. Dans la définition ci-dessus, les violences obstétricales sont caractérisées par la violence institutionnelle – que l’on peut retrouver dans n’importe quel service hospitalier -, à laquelle s’ajoute la violence basée sur le genre. Il semblerait donc qu’à travers le terme de violence obstétricale, c’est également la spécificité du lien entre la médecine et le corps féminin qui se trouve interrogée : en quoi les violences obstétricales viennent-elles témoigner de ce lien ? Comment s’insèrent-elles dans l’histoire de l’obstétrique, et de son rapport au corps des femmes ?

C’est par une perspective d’abord historique que ce sujet peut être éclairé, ce qui permet ensuite d’interroger la façon dont les représentations du corps des femmes peuvent s’infiltrer dans la prise en charge médicale, tant à travers ses gestes que ses paroles. À partir de là, une réflexion sur le terme de violence obstétricale peut s’engager, à travers les méandres de la relation soignant-soigné. (…)

Lire la suite sur Cairn. info dossiers

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search