Domination masculine et crise de la virilité — Un dossier Cairn

La domination masculine abordée dans un dossier Cairn

La masculinité est en crise, dans les milieux populaires mais pas seulement. Se sentant bousculés par l’ascension des femmes, les mouvements féministes et la procréation médicale assistée, bon nombre d’hommes blancs des pays riches éprouvent un malaise identitaire.

Des mouvements « masculinistes » se font jour, parfois agressifs. Le monde masculin est étudié par des sociologues australiens, nord-américains et européens. Les travaux et réflexions sur la masculinité se sont multipliés en France ces dernières années. Le présent dossier en présente un éventail. Une première approche consiste à s’interroger sur l’histoire et l’évolution récente de la domination masculine et de la virilité. La masculinité « hégémonique » recouvre des réalités diverses, certains hommes étant plus dominants que d’autres. L’hétérogénéité des « figures de la masculinité » impose de « déconstruire le concept » de cette domination. Et il convient d’en explorer les coûts, y compris pour les hommes eux-mêmes.

Une seconde approche consiste à étudier les différentes formes de « socialisation » de la masculinité, à l’école, dans la famille et au travail. D’autant que les hommes sont de plus en plus exposés aux modèles de l’autre sexe et aux sanctions qui affectent « ceux qui contreviennent aux comportements attendus de leur genre ».

Une troisième approche se concentre sur le concept de virilité, dont l’histoire est désormais retracée mais dont les manifestations contemporaines sont des sujets d’étude à part entière, notamment chez les jeunes défavorisés mais aussi dans des communautés spécifiques, comme celle des footballeurs professionnels.

À l’évocation d’un effort de recherche désormais foisonnant il faut ajouter la diversité de certaines prises de position. Des valeurs associées à la virilité ne méritent-elles pas d’être réhabilitées ? Les positions féministes sur la domination masculine sont-elles exemptes de partis pris ?

Déconstruire la domination masculine 

Christine Guionnet 

Les discours sur une crise de la masculinité se répandent. On constate une « plainte autour d’une masculinité en souffrance » (pères divorcés réclamant la garde de leurs enfants, mouvements destinés à « restaurer une virilité en déliquescence », etc.). Comment expliquer ce phénomène ? Dans la revue Savoir/Agir, la sociologue politique Christine Guionnet aborde le sujet sous un angle particulier, celui de « l’ambivalence » et des « coûts » de la domination masculine. Car même si les hommes continuent globalement à dominer (les sociologues parlent de « masculinité hégémonique »), il leur faut s’adapter à une situation rapidement évolutive. Les militants « masculinistes » jugent que « la guerre des sexes a conduit […] à une situation pénible pour les hommes […] Les femmes auraient obtenu trop de droits et de libertés et seraient devenues incontrôlables ».

6Pour Christine Guionnet, il faut surmonter les réticences qu’un tel sujet d’étude suscite chez les féministes. Invoquant Elias et Tocqueville, elle rappelle que le monde masculin a toujours eu un « prix à payer pour maintenir sa domination ». Dans le sillage des Men’s Studies, elle souligne également que « les figures de la masculinité ont évolué dans le temps » et que le concept recouvre un monde en réalité très hétérogène. 

Lire la suite sur le site Cairn

Domination masculine et crise de la virilité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search