Appel à contributions-Revue Civilisations 2020: Les espaces publics en Asie orientale

Appel à contributions – Revue Civilisations 2020.

Les espaces publics en Asie orientale. Visualité, performativité et interactions en contextes socialistes.

Date-limite: 30 septembre 2019.

Les espaces publics des différents contextes socialistes d’Asie orientale (limitée ici à la Chine, au Vietnam, et au Laos) connaissent une série de mutations que les sciences sociales n’ont guère explorées dans leur complexité et leurs intrications. Les pratiques et les imaginaires qui leur sont associés ont été profondément affectés par les processus qui, dès les années 1980, ont transformé le projet socialiste révolutionnaire, au premier rang desquels l’avènement d’un capitalisme sous contrôle et d’une société de consommation ouverts partiellement aux flux internationaux. Depuis, la mobilité motorisée, devenue accessible à la majorité des citadins, a métamorphosé les pratiques de circulation (Qian 2015); des projets immobiliers ont radicalement transformé le tissu urbain (Harms 2016) ; les nouvelles formes de consommation – de la classe moyenne et d’une jeunesse devenue plus autonome – ont suscité la création d’espaces dévolus à ces nouvelles attentes ; la patrimonialisation des haut-lieux de l’histoire a redessiné la carte des saillances symboliques ; les migrations, le tourisme interne et international ont hybridé le public des usagers ; la surveillance politique et policière a adopté de nouvelles technologies de contrôle ; enfin, Internet a créé un espace qui dédouble et influence les pratiques associées aux espaces physiques.
Si les espaces publics en contextes socialistes d’Asie Orientale ont fait l’objet d’études se limitant au cas d’un seul Etat ou d’une région (Gaubatz 2019 ; Gibert 2014 ; Kim 2015 ; J. Qian 2018 ; Kurfürst 2012), ce dossier propose un regard transversal inédit sur des sociétés dont les convergences ont depuis longtemps été soulignées (McGee 2009). Nous aborderons les transformations des espaces publics en restant constamment attentifs à leur qualité d’espace physique, visuel, interactionnel, ceci par contraste avec l’approche d’Habermas (1978 [1962]) qui les envisage essentiellement à travers la figure du débat sur les enjeux politiques ou de société. Nous définirons plutôt l’espace public par son accessibilité, théoriquement offerte à tous ; par la visibilité de ce qui s’y déroule; ainsi que par un certain type de sociabilité qui va au-delà des « interactions minimales » du trafic en milieu urbain décrites par Hannerz (1980). Visualité, performativité, interactions sont ainsi au cœur des enjeux conceptuels que ce dossier entend mettre à l’honneur.

Lire l’appel intégral sur Academia.edu

Les propositions d’articles, en français ou en anglais britannique (un titre et un résumé de 300 mots), sont à envoyer avant le 30 septembre 2019 au secrétariat de la revue
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.