Appel à contributions Bamako 23-27 novembre 2019: Politique, conflits et résolutions en Afrique

 

 

 

Appel à contributions : Bamako 2019

L’État et le développement durable en Afrique : Comment les règles du politique informent les conflits et leurs résolutions en Afrique

L’Institut MIASA, un organisme de recherche en sciences humaines et sociales, situé sur le magnifique campus de l’Université du Ghana à Legon (Accra), dont la problématique centrale est la « Gouvernance durable », lance un appel à contributions pour une conférence qui se tiendra à Bamako, en novembre 2019, sur les conflits et leurs résolutions en Afrique.

L’analyse du politique et de l’État en Afrique est souvent marquée par une trop forte tendance à l’essentialisation de ceux-ci. L’État apparaît lui comme une sorte de « léviatan » tropicalinscrit sous le registre de l’inadaptation puisque l’État est obligatoirement un produit importé,un outil de gouvernement mal maîtrisé par des indigènes peu habitués aux règles degouvernance modernes. Cette perspective tend à séparer arbitrairement l’institution étatiquede la dynamique historique générale puisque l’ensemble des instances politiques africaines,rétives à la modernité, reste irrémédiablement attaché à un ordre passé. Les conflits sont souvent considérés comme la preuve de la défaillance de l’État. Comme les conflits sont souvent endémiques en Afrique, ils posent d’importantes questions théoriques et méthodologiques sur la meilleure façon de réfléchir à la nature et au rôle des règles dans l’établissement d’arrangements politiques durables.

L’objectif de la conférence est d’intégrer le concept de développement durable (sustainability/Nachhaltigkeit) dans la relation entre l’émergence de l’État en tant que réseausocial et les règles par lesquelles ce réseau se gouverne dans la durée. Il s’agit à la fois d’observer la cristallisation sociale des configurations en tant qu’institutions garantissant lagestion du bien public et d’examiner la mise en œuvre technique de ce bien public. Cet intérêtmet en évidence des dimensions importantes du concept de développement durable, car il aide à focaliser l’attention sur la constitution du politique dans la longue durée.

Comment le concept de développement durable peut-il nous aider à comprendre la constitution de l’espace politique en Afrique et aux règles qui le régissent ? Le développement durable est devenue un élément essentiel du discours politique contemporain. Comprendre ce concept nécessite d’étudier sa trajectoire politique, ce qui, dans le contexte africain, nous permet de débattre des modalités de la production du savoir. S’intéresser à la recherche de la relation entre le développement durable et l’État en Afrique est une façon de contribuer au débat scientifique. En ce sens, la pertinence du concept de développement durable dans l’analyse des processus politiques est fonction de notre capacité à accepter que seule une étude complexe des sens historiques et des fractures actuelles permet de dévoiler les logiques qui provoquent la manifestation des relations sociales violentes. La constitution des groupes,hiérarchiques et oppositionnels, et l’apparition des conflits sociaux au sein de l’l’État se manifestent en même temps qu’est mise en jeu la capacité des groupes qui le contrôlent à conserver le contrôle effectif des instruments de concurrence et d’accumulation légitimes.

Le développement durable en tant que notion ou doctrine a une histoire et une présence discursives particulières qui se prêtent à une analyse plus approfondie du rôle des règles. Ils’agit non seulement de la généalogie d’un discours, mais aussi du moment crucial où celui-ci se drape du manteau d’une “doctrine”. Se pose alors la question des chevauchements, desparallèles ou des tensions liées à l’existence d’autres manifestations discursives connexes.Enfin, il touche aux fondements idéologiques du discours sur la durabilité, qu’un certain penchant anthropologique pourrait qualifier d'”idéologie de l’harmonie” (Nader) où règne l’espoir général d’un état d’équilibre.

En gardant ces développements à l’esprit, nous invitons les contributeurs à aborder les thèmes suivants :

1. Les organes législatifs et les moyens étatiques d’exercer la violence comme objets et sujets dans les luttes sociales pour l’appropriation des biens : quels sont les aspects du discours sur le développement durable qui sont évoqués afin de garantir le droit à la propriété ?

2. La remise en cause de l’État et des formes de violence qui l’impliquent, autrement dit la remise en cause de la dynamique de constitution des valeurs sociales et de la définition des moyens légitimes de lutte : quelles valeurs sous-tendent la quête d’ordres sociaux durables ?

3. Les débats sur le déclin de l’État : quelles visions de l’avenir éclairent la construction de l’État en tant qu’invention institutionnelle collective inscrite dans la longue durée ?

4. La capacité de l’État, en tant qu’expression d’une configuration centrale, et la nécessaire adhésion référentielle de tous les individus, de tous les citoyens aux normes collectives : Quels sont les objectifs ultimes qui se prêtent à une intervention au nom du développement durable ?

5. La vie sociale du développement durable dans le domaine politique : Comment la “doctrine du développement durable” se traduit-il en pratiques, objets et configurations institutionnelles concrètes ?

Les propositions (en anglais ou en français) doivent comprendre :- un titre de la communication
– le nom et l’adresse électronique de l’auteur
– un court résumé de <300 caractères

– long résumé de moins de 300 mots
Tous les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par MIASA.Date limite : 15.09.2019

Veuillez envoyer votre proposition au Dr Marko Scholze, scholze@em.uni-frankfurt.de et Prof. Mamadou Diawara, m.diawara@em.uni-frankfurt.de

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.