Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Voir aussi sur le site de l’ANR Einsa

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite 

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Par Dr Walter Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

Présentation de la conférence:

conférence Kra_4Dans le cadre des conférences de l’IMAF et de l’axe de recherche REVIN « régulation, violence, incertitude », le Dr Walter KRA de l’Université Alassane Ouattara de Côte-D’Ivoire présentera aux étudiants et aux chercheurs, une conférence qui portera sur ses recherches sur le phénomène de la violence dans les minibus et les taxis collectifs à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce secteur des transports qui échappe en partie au contrôle des pouvoirs publics est contrôlé par des groupes d’acteurs informels dont le mode de régulation n’exclut pas la violence criminelle. L’exposé montrera les différentes facettes de ce phénomène. Cet exposé s’adressera également aux étudiants du cours d’anthropologie politique.
La conférence se tiendra le mercredi 9 mars 2016 de 9h30 à 12H en salle 1 de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme MMSH à Aix-en-Provence.

Le Dr Walter Kra participe à un programme de recherche intitulé « Villes sûres et inclusives » soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International du Canada.

Conférence organisée par Jacky Bouju et Sylvie Ayimpam

Just published – A new book about Witchcraft in Africa

Just published : Thinking Witchcraft in Africa

Paru Mars 2015: Penser la sorcellerie en Afrique

Edited by Sandra Fancello (Sous la direction de)  – Forewords by Peter Geschiere

Penserlasorcellerie

Witchcraft has taken new forms in contemporary Africa : child witches, ritual crimes, steals of sex, diabolical possessions, etc. It no longer refers to an organized system of beliefs and practices but rather polymorphic imaginary triggered by insecurity and injustice experienced daily. The facts of violence associated with witchcraft cases show a deep normative deregulation and require located surveys that ask chains of suspicion and accusation.

This book makes the choice of an ethnographic and comparative approach to health or religious diagnoses and judicial qualifications of witchcraft. Researchers are arraigned as judges and doctors by criminalization process, otherwise politicization of witchcraft cases. How in such a context in and be accepted as a researcher in the courts, churches, families, businesses? How to avoid biases entrance from the perspective of the victims? How to work on qualified business media of « blood libel »? Business, rumors, trial call to think by case, interviewing actors’ strategies and positioning of institutions to the witchcraft.
Edited by Sandra Fancello, with contributions from Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary-Maixant Mebiame Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello Bernard Coyault and Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello is an anthropologist, researcher at the CNRS and member of the African Worlds Institute. Coordinator of the research program « State and institutions facing witchcraft in contemporary Africa, » his works examine witchcraft representations and consultations ways in the religious field of healing in Africa.

Penser la sorcellerie en Afrique

La sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation. 

Cet ouvrage fait le choix d’une approche ethnographique et comparative des diagnostics sanitaires ou religieux et des qualifications judiciaires de la sorcellerie. Les chercheurs sont interpelés comme les juges et les médecins par les processus de pénalisation, sinon de politisation des affaires de sorcellerie. Comment dans un tel contexte entrer et se faire accepter en tant que chercheur dans les tribunaux, les églises, les familles, les entreprises ? Comment éviter les biais liés à une entrée par le point de vue des victimes ? Comment travailler sur des affaires qualifiées par les médias de « crimes rituels » ? Les affaires, les rumeurs, les procès appellent à penser par cas, en interrogeant les stratégies d’acteurs et le positionnement des institutions face à la sorcellerie.

Sous la direction de Sandra Fancello, avec les contributions de Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary, Maixant Mébiame-Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello, Bernard Coyault et Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello est anthropologue, chargée de recherches au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains. Coordinatrice du programme « L’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine », ses travaux interrogent les représentations sorcellaires et les itinéraires de consultations dans le champ religieux de la guérison en Afrique.
 

 

Vient de paraitre : Les terrains du développement et de l’humanitaire

Vient de paraitre: Les terrains du développement et de l’humanitaire

Convergences et renouveau réflexif 

 
Just published – Fieldwork in Development and Emergency Settings 
Confluence and Renewed Reflexivity 

 Dossier spécial  coordonné par – Special Issue edited by  Sylvie Ayimpam, Magali Chelpi, Jacky Bouju 

APAD 40_41epreuve_couverture_16:9 4On their part, anthropologists of development have contributed to the renewal of the discipline. They were the first to explore new ways of practicing ethnography in short term development programs. Anthropologists involved in emergency humanitarian relief programs took their path and relied heavily on ideas and concepts stemming from development anthropology: intervention capture and manipulation ‘from the top’ or ‘from the bottom’, the degree of embedding in the immediate project environment, actors’ games and power strategies, etc. 

 
Le champ du développement a participé au renouveau réflexif de ces quinze dernières années, en explorant de nouvelles manières de faire de l’ethnographie dans des situations d’interventions courtes et planifiées opérant dans des contextes parfois difficiles. C’est ainsi qu’aujourd’hui, nombre de chercheurs se sont engagés dans des formes de recherche collaboratives et participatives dans lesquelles l’information est un processus de co-production épistémologique issue d’une interaction dialogique répétée. Mais, dans la dernière décade, l’accroissement des foyers de tension s’est accompagné localement de guerres civiles avec leurs lots d’atrocités collectives, de génocides, et de violations récurrentes des droits de l’Homme dans le monde, qui ont transformé quantités d’êtres humains en réfugiés ou qui les ont contraints à la  migration forcée ou à l’exode rural.
 
Les politiques de l’humanitaire s’étant rapprochées des politiques de développement, l’anthropologie de l’action humanitaire s’est rapidement réapproprié nombre d’idées issues des travaux en anthropologie du développement: les questions de capture et de manipulation de l’intervention « par le haut » et « par le bas », la question du degré d’enchâssement dans l’environnement immédiat, les jeux d’acteurs et les jeux de pouvoir, etc.

La mémoire de la violence en Centrafrique

Cultural-Anthropology

La mémoire de la violence en Centrafrique

Un article de Bruno Martinelli

Extrait de l’article à paraitre bientôt dans Cultural Anthropology

2013 fut l’année de toutes les formes de violence et de danger pour les centrafricains. Parvenue au pouvoir, la Seleka instaura un régime de répression qui légitimait les exactions et les pillages des rebelles sur l’ensemble de la population. Leur répondant par une violence terroriste antimusulmane, des groupes armés anti-balaka, opérant dans la capitale comme dans les villages, commirent des massacres qui entrainèrent la fuite de plus de cent milles musulmans vers les pays voisins et le déplacement de plus de la moitié de la population de Bangui vers des camps, sous la protection des églises et des militaires étrangers.

Contrairement à ce que déclarent la plupart des acteurs et des commentateurs de la situation centrafricaine actuelle, je ne pense pas que les violences des milices anti-balaka s’expliquent seulement comme une réponse aux violences commises par les seleka durant l’année 2013. L’omniprésence du langage de la haine associé à des actes collectifs exige de remonter plus loin dans le passé vers les traces de faits antérieurs en sachant qu’en l’état actuel des connaissances, il est improbable d’en découvrir les origines. Il faut se contenter d’en saisir les séquences les plus récentes. Depuis le début des années 1990, les évènements de violence armée se sont succédés avec leur cortège de pillages et de massacres : mutineries de 1996 et 1997, tentative de coup d’Etat de Kolingba en 2001, pillages des mercenaires congolais banyamulenge venus défendre le régime de A.F. Patassé en 2002.

En mars 2003, les mercenaires « libérateurs » tchadiens zaghawa qui portèrent François Bozizé au pouvoir se livrèrent à leur tour à un pillage intensif de Bangui, durant plusieurs mois.

Un ressentiment antimusulman se développa car les musulmans centrafricains semblèrent épargnés par ces pillages et certains furent accusés de collaborer avec les tchadiens.D’un point de vue objectif d’anthropologue, la thèse d’une coexistence pacifique « traditionnelle » entre chrétiens et musulmans en Centrafrique répétée de manière dogmatique par les déclarations officielles relève d’un vécu social de quartiers et de familles mixtes mais ne permet pas d’aborder les causes sociologiques de la violence. Les pacificateurs infatigables de la situation actuelle que sont l’archevêque catholique Dieudonné Nzapalainga, l’imam Omar Kobine Layama, président de la conférence islamique de Centrafrique et le révérent Nicolas Guerekoyame-Gbangou, pasteur de l’église évangélique Elim utilisent légitimement cet argument moral et politique de médiation et de réconciliation au cours d’interventions quasi héroïques sur tous les fronts de la violence à Bangui et à l’intérieur du pays.

Ce discours a une réelle efficacité sur les observateurs étrangers et les institutions internationales mais il fait écran à la réalité des conflits avec un effet d’amnésie sur la succession des évènements de violence. Au cours de la dernière décennie 2003–2013 (correspondant à celle du pouvoir Bozizé), des incidents débouchèrent sur des affrontements sanglants d’intensité croissante au cours desquels la centrafricanité des musulmans a été de plus en plus systématiquement mise en cause. Les expressions de haine qui sous-tendent les actes de violence actuels se fondent sur une conscience victimaire de la majorité non musulmane centrafricaine qui s’est construite au cours d’évènements de violence réitérés qui ont laissé des traces profondes dans la mémoire.

L’un des derniers évènements eut lieu le 29 mai 2011 à la suite de la découverte des corps de deux enfants dans le coffre de la voiture d’un commerçant tchadien. Après avoir visé la famille du présumé coupable accusé de magie et de sorcellerie, la violence meurtrière s’étendit très rapidement à l’ensemble du quartier du km5, une mosquée fut attaquée. Ce jour là (comme le 5 décembre 2013) de nombreux cadavres de musulmans martyrisés furent alignés dans la mosquée Ali Baboro du Km5. Les jours suivants, les violences et les destructions s’étendirent à l’ensemble des quartiers musulmans de Bangui. D’autres mosquées furent attaquées. Le couvre-feu fut décrété pour une durée indéterminée. En représailles, le lendemain matin, une église catholique du quartier Yapele fut incendiée et saccagée.

Ces évènements suivirent un scénario identique à ceux de 2013–2014 à la différence qu’ils furent contrôlés au bout d’une semaine par la force publique. Une délégation gouvernementale tchadienne vint à Bangui pour examiner la situation et mettre un terme aux violences.Les violences populaires furent alimentées par les rumeurs les plus diverses contre les commerçants musulmans, les assimilant collectivement à des trafiquants d’organes humains pour la sorcellerie et exigeant, à ce titre, leur exécution ou leur expulsion du territoire centrafricain. Plusieurs pays africains (Afrique du Sud, Nigeria) ont récemment connu des campagnes d’expulsion de masse d’« étrangers » menées par des foules en colère qui les accusaient de sorcellerie. Cet argument est l’instrument d’une stigmatisation radicale de leur identité et de leur nationalité.

A Bangui, à partir des évènements de 2011, un thème jusque là sous-jacent émergea au premier plan des affrontements, celui de la centrafricanité douteuse des musulmans et de leur origine étrangère, essentiellement tchadienne. La venue de la délégation tchadienne pour négocier la paix renforça cette conviction. La vieille thèse d’un programme de persécution des centrafricains par les tchadiens avec la complicité d’une sorte de franc maçonnerie musulmane se trouva renforcée. Les explications recueillies auprès des acteurs de 2011 montraient qu’ils faisaient référence à une mémoire longue des violences remontant aux événements de 2003.

Rétrospectivement, tout se passa donc comme si les évènements de juin 2011 étaient une répétition à petite échelle de ceux qui allaient se produire en décembre 2013, franchissant un point de non retour dans l’engrenage de l’horreur. A la différence des conflits antérieurs résolus par la médiation et des négociations, les violences des anti-balaka ont pour objectif irréductible de mettre en cause la nationalité centrafricaine des musulmans et leur présence sur le territoire. Bien que la majorité des centrafricains ne partage pas les idées des anti-balaka, à travers l’exode massif des musulmans, leurs objectifs terroristes ont été atteints.L’examen des données empiriques nous a permis de saisir l’existence d’une mémoire de violences enfouies et stratifiées, d’un substrat d’animosité visant les musulmans au point de mettre en cause leur identité centrafricaine.

L’épreuve la plus pénible fut, pour moi, de retrouver quelques un des étudiants d’anthropologie de l’université de Bangui, armés, participant à des actions violentes, tenant les discours les plus extrémistes. La reconstruction de l’État centrafricain passera nécessairement par un travail de thérapie sociale, morale et politique et par une réflexion sur les traces que ces vagues de violence seleka puis anti-balaka auront laissées dans les mémoires des différentes communautés, au risque de voir ces évènements se reproduire.
Ce texte est un extrait d’un texte plus long qui sera publié  prochainement dans Cultural Anthropology lire ici . 

Guerre, humanitaire, réfugiés : terrains et théories

IMAF UMR 8171

Guerre, humanitaire, réfugiés : terrains et théories

  • · Rémy Bazenguissa Ganga, directeur d’études à l’EHESS
  • · Jean-Pierre Chauveau, directeur de recherche émérite à l’IRD
  • · Marielle Debos, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Ouest (Paris-X)
  • · Christine Deslaurier, chargée de recherche à l’IRD
  • · Sami Makki, maître de conférences associé à l’IEP de Lille
  • · Hélène Thiollet, CERI, Sciences Po

 2e vendredi du mois

de 9 h à 13 h

CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

du 13 décembre 2013 au 16 mai 2014

16 mai 2014

 

Guerre et sorcellerie

 Séance coordonnée par Rémy Bazenguissa (EHESS, IMAf Raspail) et Christine Deslaurier (IRD, IMAf Raspail) et animée par Patrice Yengo (EHESS), qu’il en soit vivement remercié.

Intervenants: Sylvie Ayimpam, Andrea Ceriana, Patrice Yengo

Dans cette séance nous distinguons clairement entre les pratiques magiques et la sorcellerie (witchcraft). Cette dernière, définie de manière minimale, décrit le pouvoir mystique de tuer, volontairement ou non. La victime est souvent un proche. La sorcellerie illustre de manière exemplaire la « guerre de tous contre tous » ou, en d’autre termes, le « pouvoir de mort ». Elle évoque ainsi des liens très forts avec la question de la souveraineté. Ce n’est peut-être pas un hasard que l’illustre concepteur de la souveraineté, J. Bodin, ait aussi contribué à la mise en place du dispositif juridico-religieux de lutte contre la sorcellerie. Nous savons aussi que les philosophes des Lumières déduisent le pouvoir souverain de l’hypothèse selon laquelle c’est lui qui met fin à la « guerre de tous contre tous » afin que s’instaure le lien politique.

Certaines situations de guerre africaines permettent de revenir sur le rapport entre souveraineté et sorcellerie dans  l’ère de la globalisation. Donner la mort est une manifestation commune à la sorcellerie et à la guerre. Comment le pouvoir de celui qui a le pouvoir de « mal » tuer est considéré au moment de la guerre ou est conjuré ? Comment ce pouvoir de mort intervient dans le fait guerrier, si nous partons de la boutade de J. Bidima selon laquelle « l’Africain ne meurt pas, on le tue » sous-entendant que la responsabilité de la disparition d’une personne est toujours attribuée à quelqu’un d’autre ? Il ne s’agit pas là, bien sûr, d’avoir une conception substantialiste mais de mettre en évidence une certaine logique sociale. Alors la question devient : pendant la guerre où l’injonction de tuer est claire, comment les sociétés distinguent « l’ennemi bon à tuer » du « proche sacrifiable » ? L’intervention de P. Yengo propose d’apporter quelques éclaircissements sur cette question. Comment la loi souveraine émerge, dans le cadre de la guerre, en référence à la sorcellerie, pour fonder un nouvel ordre ? Sylvie Ayimpam investigue quant à elle les nouvelles figures de la violence de guerre en croisant l’ordre légal et générationnel, les enfants-sorciers. Comment donc, au moment des plus fortes incertitudes, les interprétations en sorcellerie permettent de construire un nouvel ordre. C’est aussi cette question autour de laquelle Andrea Ceriana tourne à partir du cas centrafricain.

 

Patrice Yengo (EHESS) : « « Mon oncle voulait que je meurs au front ». Sorcellerie, dissensions familiales et conflits armés »

De la polysémie du sorcellaire, les retombées sur les champs de bataille ne retiennent souvent que les pratiques magiques ou divinatoires accompagnant les guerriers dans leur quête de victoire ou de survie aux affrontements armés. Nul exemple ne vient prendre le contrepied de cette vision étriquée de la sorcellerie qui se trouve confortée dans sa polysémie et exclue de son assertion familiale. La sorcellerie comme privilège de la parenté peut au contraire être le cadre interprétatif tout désigné pour penser les déboires ou la mort au front. Ne pas revenir vivant des combats ou subir des revers peuvent ne pas être seulement le fait de la puissance de feu ou de la « force mystique » des adversaires mais aussi la conséquence d’une rupture interne au lignage incapable désormais d’assurer «la protection » de ses membres ou plus encore la preuve du mal-dit d’un Aîné. Les retournements de la violence contre les Aînés au cours ou à la suite des belligérances, tout comme les diverses formes de transgressions, notamment sexuelles, censées blinder les miliciens contre les forces adverses voire contre le sort jeté par les siens, peuvent trouver là leur explication. L’idée de cette communication est de montrer, à partir de l’exemple du Congo-Brazzaville, l’autre dimension martiale du fait sorcellaire.

Andrea Ceriana Mayneri (LAHIC-EHESS, Fernand Braudel-IFER ) 

Le schème sorcellaire dans le Conflit centrafricain

Dans l’analyse du conflit centrafricain, on peut dégager différentes représentations de la force et du pouvoir, ainsi que du danger incarné par un « autre » persécuteur, et qui appellent une partie de la population à des mesures de défense, de protection, de contre-attaque violent. Le schème sorcellaire, sans épuiser la description de cette crise et celle des multiples intérêts qui la traversent, permet d’appréhender une partie des fractures qui se sont ouvertes dans la société centrafricaine, en leur donnant en même temps une certaine profondeur historique. Ce schème intervient dans la crise à trois niveaux, qui s’entrecroisent et prennent un sens dans leur interconnexion.

D’abord, les milices antibalaka qui attaquent les communautés musulmanes et dont on connaît l’origine lointaine sont armées de « fétiches » et de « gris-gris » qu’elles exhibent de manière ostentatoire : ce qui démontre que, à l’instar de ce qui s’est passé dans d’autres conflits récents en Afrique et ailleurs dans le monde (Ellis, 1999), leurs membres perçoivent leur engagement dans les termes d’un combat « mystique », qui doit être mené à coup d’armes et de protections exceptionnelles. Ensuite, l’imaginaire de l’ingestion du pouvoir, de la force (qui résiderait dans le ventre des personnes dites « compliquées ») et du cannibalisme, ce dernier étant à la fois une « technique » de combat et un miroir des obsessions de l’Occident, émerge des descriptions des évènements centrafricains, et démontre la prégnance du schème sorcellaire qui transfigure la réussite ou l’échec dans des expériences agonistiques, des combats dont l’enjeux et l’appropriation, l’ingestion de la force de l’autre ennemi. En dernier lieu, le problème se pose du rôle joué par l’État et les formes de la souveraineté dans leur rapport au schème sorcellaire et, ensuite, leur influence conjointe sur les dynamiques meurtrières des années 2012-2014. L’État s’est construit historiquement dans un espace ambigu entre le réel, le matériel et l’invisible. Dans les années avant la crise de 2013, a été un acteur majeur de l’exacerbation du discours sorcellaire, à travers la promulgation d’une loi controversée sur la « médecine traditionnelle », mais aussi à travers la réforme du Code pénal (2010). Il est aussi, lui-même, un acteur majeur de la scène sorcellaire : pour une partie de la population, la politique est le terrain d’un combat qui oppose des hommes-forts, des hommes « blindés », qui ont recours aux protections mystiques les plus diverses pour mener leur combat contre les adversaires politiques (ceci étant valable de longue date, depuis la présidence de Barthélémy Boganda à la république de Bozize en passant par l’empire de Bokassa). Les violences de 2012-2014 invitent à réfléchir sur le sens de cette représentation de la sorcellerie étatique et d’un pouvoir qui se régénère aux dépens de vies humaines fragilisées et instrumentalisées.

 

Sylvie Ayimpam (IMAf Aix) : Le « monde humanitaire » face au drame des enfants-sorciers au Congo-Kinshasa. Les droits de l’homme pour contrer la violence sociale ?

Si la question des enfants-sorciers est considérée comme l’un des grands drames de l’Afrique contemporaine, le Congo-Kinshasa fait partie des premiers pays où ce phénomène a été observé. Il y a pris une ampleur sans précédent, et dès le milieu des années 1990, on a observé l’expansion du phénomène des enfants-sorciers dans les rues, dans les familles. La notion d’enfants-sorciers n’est pas limitée à Kinshasa, considérée comme un centre névralgique, mais elle s’est répandue partout au Congo. Les enfants qu’on soupçonne de sorcellerie ont souvent des trajectoires biographiques particulières : il s’agit d’orphelins, en particulier d’orphelins du Sida, d’enfants confiés ou issus de familles recomposés, d’enfants-soldats, etc. Par ailleurs, la catégorie des enfants-sorciers et celle des enfants-soldats semblent s’alimenter mutuellement : nombre des premiers finissent par devenir des enfants-soldats quand le contexte s’y prête,  tandis que des ex-enfants soldats sont parfois ensuite accusés d’être des sorciers.

A cause de leur visibilité, les enfants soupçonnés ou accusés de sorcellerie sont devenus le centre d’un marché humanitaire important, intéressant les ONG locales et internationales, dont la plus active fut avant tout Save the Children. D’autres organisations s’y sont aussi intéressés, parmi lesquelles l’Unicef, Human Rights Watch, la Croix Rouge, Amnesty International, USAID,  et bien sûr la Monuc (Mission des Nations unies ONU en R.D.C.). Face aux abandons et aux violences dont ils sont victimes, un grand travail d’alerte a été réalisé et l’est encore par ces diverses organisations. En 2009, cette mobilisation a abouti au vote d’une loi portant protection des enfants, qui érige en infraction pénale les accusations de sorcellerie portées à leur encontre et prévoit des peines de prison et des amendes. Cette loi est une innovation importante qui transpose dans la législation nationale des infractions définies dans les conventions internationales, mais elle se heurte à des obstacles importants, comme on l’a observé dans nos enquêtes, notamment l’opposition des pasteurs des églises évangéliques et pentecôtistes, farouches zélateurs de la répression sociale anti-sorcière.

.

Forthcoming: Ordinary violence and social change in Africa

Ordinary Violence 53544

Jacky Bouju and Mirjam de Bruijn (eds.)

Ordinary social violence, – i.e. recurrent mental or physical aggression occurring between closely related people – structures social relationships in Africa, and in the world. Studies of violence in Africa often refer to ethnic wars and explicit conflicts and do not enter the hidden domain of violence that this book reveals through in-depth anthropological studies from different parts and contexts in Africa. Ordinary violence has its distinctive forms embedded in specific histories and cultures. It is gendered, implicates witchcraft accusations, varies in rural and urban contexts, relates to demographic and socio-economic changes of the past decades and is embedded in the everyday life of many African citizens. The experience of ordinary violence goes beyond the simple notion of victimhood; instead it structures social life and should therefore be a compelling part of the study of social change.

ISBN13: 978900427155      Format: Paperback       Publication Type: Book
Pages, Illustr.: approx. 190 pp.      Imprint: BRILL

Contributors: Sylvie Ayimpam, Jonathan Baker, Jacky Bouju, Aleksandra Cimpric, Mirjam De Bruijn, Olivier Kahola,  Sébastien Le Potvin, Otrude Moyo, Fatoumata Ouattara, Katerini Storeng, Hege Wallevick

Biographical note

Jacky Bouju is associate professor at the Department of Anthropology at Aix-Marseille University and assistant director of Centre d’Études des Mondes Africains, Aix–en–Provence, France.
Mirjam de Bruijn is professor in African Studies at Leiden University and senior researcher at the African Studies Centre Leiden. She has been publishing widely around the themes of mobility, crisis, uncertainty, agency and information and communication technology.

Readership

All interested in questions of various forms of violence; in social change and Africa; anthropologists; Cultural studies; Development studies.

Table of contents

Contents
1. Introduction: Ordinary Violence in Africa
Jacky Bouju & Mirjam de Bruijn
2. Changing Life Worlds and Contested Space: Seclusion Practices among the Iraqw of Northern Tanzania
Jonathan Baker & Hege Wallevik
3. A Chain of Family and Domestic Violence: Extramarital Pregnancy and Social Rupture in Burkina Faso
Fatoumata Ouattara & Katerini Storeng
4.Social Violence and Gender Inequality: Mali’s Young Bambara Domestic Workers
Jacky Bouju
5.The Itinerant Koranic School: Contested Practice in the History of Religion and Society in Central Chad
Mirjam de Bruijn
6. Surviving Structural Violence in Zimbabwe. The Case Study of a Family Coping with Violence
Otrude N. Moyo
7. The Cyclical Exchange of Violence in Congolese Kinship Relations
Sylvie Ayimpam
8. Kill the Witch! Anti-witchcraft Violence in the Central African Republic
Aleksandra Cimpric
9. Violence Towards Street Children (Shegue) in Lumbumbashi (D.R.C.)
Olivier Kahola Tabu

10. The Literary Threads of Domestic Violence in Mali
Sébastien Le Potvin

Abstracts
Biographies
Bibliography

EASA 2014 : Conflicts and Social Violence in an Uncertain and Interconnected World

easa2014_logo

EASA 2014.  Collaboration, Intimacy & Revolution 
- innovation and continuity in an interconnected world / Tallin-Estonia, July 31st- August 3d 2014

 Panel 033.  Conflict & Social Violence in an Uncertain and Interconnected World

Sylvie Ayimpam (Institute of African Worlds IMAF), Roberto Beneduce (University of Torino), Jacky Bouju (IMAF-AMU)

Deadline for Proposals February 27th 2014

This panel wants to question the issue of ordinary violence and its dynamics in interconnected but uncertain contemporary societies. Whatever their shape, these social violence appear to be very different from spectacular collective forms of political or economical violence. Ordinary violence is violence experienced by ordinary people in their ordinary everyday lives. Occurring everywhere, they are ordinary and daily routine though always culturally or locally specific in their achievements. They take place in relationships or interactions undermined by power abuse or exploitation. One sees violence, one is violent or lives with violence, one is subjected to it and suffers from it, one qualifies it or judges it. Indeed, everybody has direct or indirect experience of it and is able to recognize it through the diversity of its expressions. How ordinary violence is perceived depends on a person’s beliefs and ideology and on the mainstream ideology of the local culture. Therefore, interpretations of what ordinary violence is vary widely and are a matter of heated discussion in any society. Previous studies have focused on the social construction of ordinary violence in ‘face to face’ interactions, in marital and kin relationships or in professional or neighbourhood relations in African societies. But, the kind of ordinary violence springing from distant interconnections and from a growing feeling of uncertainty has not been suited as such. Then, it is from these contexts that we want to investigate anew the issue of ordinary social conflicts and violence.

Considering interconnection it is fashionable to say that new intensive communication technics (mobile phones, internet, virtual networks, blogs…) favour proximity between individuals, allowing better acknowledgement and even intimacy. Yet, if ‘ordinary’ physical interactions may produce, at the same time, solidarity and rivalry, confidence and mistrust, one may think that communication intensification and acceleration in virtual interactions can generate unprecedented forms of violence. Then, what means virtual intimacy? Is connivance or complicity possible without co-presence?  In societies where orality is the main communication medium the mobile phone could indeed interconnect isolated distant persons. But, fine African observations show that the previous impossibility to be interconnected when at distance (as is the case for migrants) was also a way for individuals to emancipate or have a breath when caught in intrusive or constraining social relationships. Therefore, is the clear-cut separation of physical co-presence from oral communication so easy to achieve? Is not the imperfect privacy created by unavoidable interconnection creating new tensions, jealousy, contempt or envy between individuals? In Africa, for instance, an insisting rumour says that some mobile phone numbers can kill! How mobile phones or web virtual communications came to be be vectors of witchcraft violence in contemporary Africa?

What about the specific property of intimacy to protect personal stuffs needing to be hidden in order to preserve from insane curiosity? What kind of violence may spring from an irresponsible or thoughtless consent to see or to be seen and localised at any moment? Is not such an incomplete intimacy a new source conflict and violence? We would like to receive proposals that illustrate ordinary forms of conflicts and violence springing from the lack of intimacy between interconnected worlds.

However, present societies are not only characterized by intensive interconnection. They are also characterized by growing uncertainty. They are shaped by increasing economic inequalities, by social fragmentation and by cultural heterogeneity altogether creating a general feeling of uncertainty. The traditional ways of securing daily life (work revenue and income, family or community solidarity) do not succeed anymore in reducing uncertainty, insecurity and vulnerability for the weakest. For instance concerning land tenure, globalisation has increased international speculation on farming lands in many African countries thus increasing vulnerability and uncertainty for the poorest among farmers. In such conditions, the interconnected world is not only uncertain it appears also threatening.

Then, in Africa for instance, reducing uncertainty and searching for security have become everywhere one of the main personal or family goals. Indeed, this is made quite clear in the effervescence of popular beliefs in witchcraft and various occult practices that desperately try to make sense of widespread misfortune. Talisman protections and magical or religious practices appear then as appropriate resources to exercise favourable influences on personal fates. More seriously, ritual crimes and human body parts and bones traffic have become today prosperous activities that are boosted by an international demand originating from very wealthy individual trying to secure their dominating position. These beliefs and technics are thought to limit hazards and reduce uncertainty weighing on individual s’ fates. But, trust in witchcraft and magic practices goes along with mistrust in friends, neighbours or kins. Therefore, these cultural solutions generate in turn their lot of ordinary violence.

We would like, then to have contribution proposals describing ordinary violence springing from witchcraft beliefs and occult practices attempting desperately to secure private lives. Our aim is to understand how this violence is perceived, understood and justified by concerned social actors, be they victims, offenders or witnesses.

Proposals should rely on cases of ordinary violence based on observation, field work s’ studies or life histories collected in different social settings and contexts, in different parts of the world on conflicts and violence about land tenure, domestic, family or neighbourhood affairs, professional relationships or love relations, occults practices and witchcraft violence. The ordinary violence may be of any kind: physical or moral harassment, psychological coercion, implicit or explicit threats and menaces, power and authority abuse, and so forth.

This panel 033 is bilingual (French and English) multidisciplinary and contributions from social sciences (sociology, anthropology, political sciences, history, etc.) are welcome. To send a proposal in English or French please click on the link below and then on the button ‘propose a paper’ left bottom of the page.

http://www.nomadit.co.uk/easa/easa2014/panels.php5?PanelID=3084

Please note that deadline to send your proposal is on February 27th 2014

Key words: Social violence, ordinary violence, conflicts, social interactions, solidarity, trust, intimacy, interconnection, uncertainty, precariousness, vulnerability, virtual social networks, social regulation, collective action, anomy, social change.