Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

A propos des pollutions: la réglementation en matière de poursuites dans le Sud

La réglementation en matière de poursuites dans le Sud : les litiges civils de l’environnement par les procureurs en Chine par rapport au Brésil

Par  Yifan Shi & Benjamin van Rooij

Regulation & Governance

Volume 10,  Issue 1pages 44–57March 2016

Version of Record online: 15 MAR 2016 | DOI: 10.1111/rego.12112

REGO_left

 

L’action réussie de poursuite civile du Brésil contre les pollueurs pourrait être un exemple de réglementation pour les pays du Sud. Cet article analyse si une telle réglementation pourrait également se développer sans les grandes réformes politiques, institutionnelles et juridiques qui se sont développées au Brésil. Pour ce faire, il analyse la Chine, où des réformes similaires ont jusqu’à présent pas eu lieu, mais où les procureurs ont récemment commencé à initier un litige civil contre les pollueurs. Il constate que le litige civil de poursuites en Chine n’a qu’un effet ou potentiel réglementaire limité. Les procureurs en Chine sont influencés par contradictoires structures d’incitation qui récompensent un arrêt des cas de test de niveau inférieur avec un bonus d’innovation, tout en stimulant structurellement l’accent sur la lutte contre la criminalité générale. Ironie du sort, à la suite de ces incitations, la récente réforme juridique, vers la fourniture permanente des procureurs dans les litiges d’intérêt public, sera, contrairement au Brésil, diminuer plutôt que d’augmenter l’effet réglementaire de ces cas. Ces résultats ont des implications pour comprendre comment l’interaction entre l’indépendance réglementaire, la réforme juridique, et le type de régime façonne les possibilités d’innovation réglementaire dans le Sud.

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Par Dr Walter Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

Présentation de la conférence:

conférence Kra_4Dans le cadre des conférences de l’IMAF et de l’axe de recherche REVIN « régulation, violence, incertitude », le Dr Walter KRA de l’Université Alassane Ouattara de Côte-D’Ivoire présentera aux étudiants et aux chercheurs, une conférence qui portera sur ses recherches sur le phénomène de la violence dans les minibus et les taxis collectifs à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce secteur des transports qui échappe en partie au contrôle des pouvoirs publics est contrôlé par des groupes d’acteurs informels dont le mode de régulation n’exclut pas la violence criminelle. L’exposé montrera les différentes facettes de ce phénomène. Cet exposé s’adressera également aux étudiants du cours d’anthropologie politique.
La conférence se tiendra le mercredi 9 mars 2016 de 9h30 à 12H en salle 1 de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme MMSH à Aix-en-Provence.

Le Dr Walter Kra participe à un programme de recherche intitulé « Villes sûres et inclusives » soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International du Canada.

Conférence organisée par Jacky Bouju et Sylvie Ayimpam

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Par Marcos Fernández-Gutiérrez, Oliver James et Sebastian Jilke

Revue Régulation et et gouvernance
REGO_leftVersion préliminaire en ligne de la fiche publiée avant l’inclusion dans un numéro de la revue

Mots clés:
Service de l’infrastructure publique, les services d’intérêt économique général, la régulation; l’Etat providence régulé, la réforme de la libéralisation

Les réformes de la régulation des services publics dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) visaient à accroître le bien-être des consommateurs en introduisant la concurrence et le choix sur les marchés de services. Cependant, les évaluations empiriques se sont demandées si ces réformes ont bénéficié tous les consommateurs, ce qui suggère que les groupes vulnérables des usagers des services (en particulier ceux ayant un faible niveau d’éducation formelle), pourraient être enfermés dans des services peu performants. Nous évaluons la relation entre le niveau de la concurrence dans l’électricité et les marchés de la téléphonie fixe dans les pays de l’UE et d’évaluer l’accessibilité de ces services pour différentes couches socio-éducatifs. Nos résultats montrent que – bien que dans les pays où il y a une fréquence relativement élevée de commutation, les inégalités entre les groupes socio-éducatives sont plus petits et disparaissent par la suite – la concurrence en tant que telle ne joue pas un rôle. Ces résultats suggèrent que la régulation de la demande qui permet avec succès commutation du consommateur a le potentiel pour égaliser la protection sociale, ce qui reflète une convergence possible des instruments réglementaires et les objectifs centraux de l’Etat-providence dans ce contexte. © 2016 Wiley Publishing Asie Pty Ltd

 

Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

logo-regulationContestations monétaires. Une économie politique de la monnaie
Monetary Contestations. A Political Economy of Money

Dossier spécial coordonné par PEPITA OULD AHMED ET JEAN-FRANÇOIS PONSOT

Lire aussi sur Revue de la régulation

La revue de la régulation vient de publier un excellent dossier thématique sur la contestation monétaire. Le dossier qui compose le cœur de ce numéro 18 constitue une nouvelle contribution à une économie politique qui s’ancre dans des terrains, des réalités, des objets et des méthodes variés, bien au-delà des approches en termes de régulation. En rassemblant des contributions sur les différentes formes, modalités et pratiques de Contestations monétaires, le dossier contribue à une économie politique de la monnaie qui est déjà solidement construite, comme le rappellent Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, coordonnateurs du dossier, dans leur introduction. L’entrée par les contestations donne au(x) programme(s) institutionnaliste(s) sur la monnaie un relief particulier, en ce qu’elle situe le débat sur la pluralité des monnaies (et des approches) et sur la contestation comme fait et enjeu de nature politique. La notion de contestation prend ainsi corps tant à l’échelle internationale (Benjamin J. Cohen sur le dollar, Frédéric Lordon sur l’Euro), entre monnaies dominantes, que de la part de nouveaux hégémons en puissance (y compris le bitcoin d’un certain point de vue : Ludovic Desmedt et Odile Lakomski-Laguerre, Alain Laurent et Virginie Monvoisin), mais aussi à l’échelle nationale (Pierre Alary à propos du Laos, Ramine Motamed-Nejad en Iran) ainsi que de la part de monnaies locales ou sociales (Georgina Gomez en Argentine, Jérôme Blanc sur les monnaies associatives, Guillaume Vallet sur le WIR, Celina Whitaker à partir du SOL et de son expérience de terrain). Le dossier s’intéresse donc à différents registres de contestation qui ne constituent pas nécessairement une lutte d’hégémonie. Il y a ainsi une ambivalence des monnaies complémentaires qui peuvent contribuer à contester l’ordre existant ou, au contraire, à le renforcer en contenant la contestation. On l’aura compris, ce dossier d’économie politique du fait monétaire s’inscrit dans une contestation de la pensée standard de la monnaie (André Orléan). Plusieurs notes de lecture très détaillées sur des ouvrages forts sont directement associées à ce dossier : David Cayla sur David Graber, Dette : 5000 ans d’histoire, Adrien Faudot sur Frédéric Lordon, La Malfaçon, Tristan Dissaux sur Jean-Michel Servet, La vraie révolution du microcrédit. La note sur Servet conclut sur l’intérêt d’un recours à Ostrom et aux communs qui permet une belle transition avec la note de Pascal Grouiez sur l’ouvrage dirigé par Benjamin Coriat, Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, laquelle note constitue un écho au dossier Autour d’Ostrom qu’il avait précédemment co-dirigé dans la Revue.

En complément du dossier, plusieurs débats déjà riches sont nourris par de nouvelles contributions.

À propos du concept de néo-surtravail qu’on trouvait dans la note de lecture de Benoît Giry sur Guillaume Tiffon, ce-dernier répond dans une note visant à défendre sa thèse du travail du client comme surtravail. Francisco Serranito, de son point de vue, montre que les politiques économiques de la Troïka n’ont pas tenu leur objectif. Un débat est lancé autour d’Imperium de Frédéric Lordon, à propos duquel Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent une longue note, confrontant l’ouvrage et la question de la souveraineté à leur économie politique néoréaliste.

Lire la suite sur Revue de la régulation

Sommaire

Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie
Introduction
Monetary Contestations: A Political Economy of Money
Contestación monetaria : una economía política de la moneda

Benjamin J. Cohen
The Demise of the Dollar?  Plus ça change, plus c’est pareil…
La mort du dollar ? Plus ça change, plus c’est pareil…
La muerte del dólar ? Cuanto mas cambia, mas se parece

Georgina M. Gómez et Joop de Wit
Contestations and Contradictions in the Argentine Redes de Trueque
Contestations et contradictions dans les réseaux de troc argentins

Jérôme Blanc
Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives
Contesting Through Projects. The Case of Associative Local Currencies
La contestación por medio de proyectos. El caso de las monedas locales asociativas

Guillaume Vallet
Le WIR en Suisse : la révolte du puissant ?
The WIR in Switzerland: the Revolt of the Powerful?
Suiza : la revuelta del poderoso ?

Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt
L’alternative monétaire Bitcoin : une perspective institutionnaliste
The Bitcoin Alternative: An Institutionalist Perspective
La alternativa monetaria Bitcom : una perspectiva institucionalista

Alain Laurent et Virginie Monvoisin
Les nouvelles monnaies numériques : au-delà de la dématérialisation de la monnaie et de la contestation des banques
New Digital Currencies: Beyond Monetary Dematerialisation and the Contestation of Banks

Pierre Alary
Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000
A Traditional Monetary Regime Challenged by the Currency State: kip History in North Laos from 1975 to 2000
Un régimen monetario tradicional contestado por la moneda de Estado : la historia del kip en el Norte de Laos, de 1975 a 2000

Ramine Motamed-Nejad
Monnaie et illégalismes. Genèse des protestations monétaires en Iran (1979-2013)
Money and Illegalism: Genesis of Monetary Protests in Iran (1979-2013)
Moneda e ilegalismos. Génesis de protestaciones monetarias en Irán (1979-2013)

André Orléan
La valeur économique comme fait social : la preuve par les évaluations boursières
Economic Value as A Social Fact: A Proof by Financial Markets Evaluations
El valor económico como hecho social : la prueba por medio de las evaluaciones bursátiles

L’économie politique de l’Asie

L’Economie politique de l’Asie

logo-regulation

La Revue de la régulation vient de publier un dossier spécial sur l’économie politique de l’Asie. La revue poursuit ainsi l’important travail mené à propos des capitalismes asiatiques. Après une première partie (n° 13, printemps 2013) plutôt centrée sur l’Asie du Sud-Est, la seconde partie de ce dossier thématique est dominée par l’analyse de l’Asie orientale et accorde une attention particulière à la Chine. Sur ce pays, sont abordées en particulier les questions relatives au travail et au rapport salarial (Muriel Périsse sur le rapport salarial et Clément Séhier sur la capacité de la responsabilité sociale de l’entreprise a recomposer la relation salariale), mais aussi à propos de l’innovation (approche comparée de quatre grands systèmes d’innovation parChristian Le Bas, William Latham, Dmitry Volodin), et enfin des relations avec un pays voisin dominé (la « précieuse relation » Chine-Malaisie analysée parElsa Lafaye de Micheaux).

Il ressort de ces contributions que le développement du salariat joue un rôle clé dans les dynamiques en cours. Pierre Alary, dansl’introduction au dossier propose dans ce sens une mise en perspective des lectures institutionnalistes et régulationnistes qui y sont développées pour ausculter la variété des capitalismes à l’œuvre, en insistant sur les formes de la mise au travail. La variété des modèles nationaux est au final conjointement illustrée par la situation du Japon confronté à la désindustrialisation (Hiroyasu Uemura et Shinji Tahara). L’ouvrage de Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard propose de distinguer deux phénomènes, regionalism etregionalization, et François Bafoil montre bien que c’est tout leur mérite de traiter de cela en géographes (et en cela d’éclairer aussi les économistes ou des politistes). On le voit à nouveau, la domination chinoise est d’un coût très élevé pour les populations locales, et c’est dans ce sens qu’il est difficile de considérer que la croissance est synonyme de développement.

2La variété des trajectoires nationales et régionales se trouve également illustrée par un « tir groupé » d’articles sur l’industrie automobile qui ont été discutés au GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile) à propos du vent d’Est qui souffle sur la production européenne. Partant d’une comparaison France-Allemagne, Vincent Frigant se penche sur l’extension des chaînes de valeur à l’Est et au centre de l’Europe et interroge son caractère déstructurant. Nathalie Rodet-Kroichvili, Stéphane Heim et Raymond Woessner interrogent la dimension territoriale des recompositions en cours en prenant appui sur un travail cartographique et une étude de la diversité des stratégies, notamment en matière de R&D. Prenant appui sur plusieurs études de cas d’extension des chaînes de valeur à l’Est, Martin Krzywdzinski étudie les effets de ces transformations sur le compromis social allemand et montre qu’ils ne sont pas radicalement déstabilisants. Partant d’un secteur canonique en crise à l’Ouest, les thèmes de discussion qu’abordent ces trois contributions sont nombreux et nourrissent des approches territorialisées des modèles productifs.

Lire la suite de cet article sur le site de  la Revue de la Régulation

15 | 1er semestre / Spring 2014 : Économie politique de l’Asie (2)

La sociologie économique dans la revue Regulation and governance

Regulation and Governance_left

 

 

 

La sociologie économique dans la revue Regulation and governance

Par Tim Bartley
Co-rédacteur, de la revue  Régulation et Gouvernance

Les sociologues étudient depuis  longtemps l’activité économique. Mais dans les années 1980, un nouveau corps  de recherche a commencé à prendre forme sous la rubrique de «sociologie économique». Depuis ce temps, la sociologie économique est devenue l’une des parties  les plus animées de la discipline. Elle  a engendré  un ensemble d’arguments théoriques provocateurs sur les réseaux sociaux, la culture, les institutions et les inégalités. La sociologie économique a également eu de fortes bases interdisciplinaires, originaires de critiques de l’économie néo-classique, inspirées par les observations anthropologiques, et de plus en plus étroitement liées à la recherche sur la politique comparée, entre autres domaines.

Bien que la régulation est juste un des nombreux sujets étudiés par les sociologues économiques, un aperçu des pages de la revue Regulation and Governance  révèle un certain nombre d’articles ayant un fondement significatif avec – et des implications  à –  la sociologie économique. Ce dossier thématique de la revue regroupant des articles déjà publiés, revient et met en lumière ces différents articles. Ils couvrent une gamme de questions – de la valorisation culturelle et de la dévaluation de la vie aux conditions d’organisation pour la sécurité et la catastrophe à l’évolution de la gouvernance transnationale. En plus de leurs implications théoriques, ces articles ont un certain nombre d’implications  pratiques – des normes internationales du travail, la politique industrielle, et la réforme de la régulation financière, pour n’en nommer que quelques-uns. Ils sont regroupées dans ce dossier sous plusieurs rubriques de fond, mais ils pourraient facilement être remaniés pour révéler les lignes distinctives des arguments théoriques ou méthodologiques variées.

Voir ce dossier thématique et ces articles sur le site de la revue Regulation and Governance

 

Un ouvrage: Economie de la débrouille à Kinshasa

Mis en avant

COUV 16x24 economie-5_19_Juin4

Economie de la débrouille à Kinshasa

Informalité, commerce et réseaux sociaux

Un ouvrage de Sylvie Ayimpam

Comment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins ré-inventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa? C’est à cette question importante que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

 

Vient de paraître: L’organisation de la transgression. Formaliser l’informel?

 

L'organisation de la transgression

L’organisation de la transgression

Formaliser l’informel ?

 Sous la direction de Sonny Perseil et Yvon Pesqueux

Collection Perspectives organisationnelles

ISBN 978-2-343-02830-9, 28 €,  274 p.

Quels sens donner à la transgression ? Aux notions de formel et d’informel ? Peut-on organiser, voire manager, les activités économiques qui échappent au contrôle des autorités politiques ? Celles-ci participent-elles à l’institutionnalisation de pratiques transgressives ? Ou au contraire poussent-elles à la formalisation, entendue comme possibilité de régularisation ? Quelle est la logique de ces process qui visent à faire évoluer les formes ?

Ce sont quelques-unes des questions auxquelles une vingtaine de chercheurs tentent de répondre dans ce livre, sur un mode résolument interdisciplinaire. En s’appuyant sur des terrains variés d’Afrique et d’Europe, les auteurs réunis ici parviennent à établir une cohérence théorique certaine et permettent ainsi de saisir les fondements de l’organisation des transgressions.

Ouvrage collectif, sous la direction de Sonny Perseil & Yvon Pesqueux, Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) / Laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action (LIRSA – EA 4603).

 Ont collaboré à cet ouvrage : Laurent Appel, Sylvie Ayimpam, Liamidi Ojuola Bangbola, Yoann Bazin, Karim Ben Kahla, Khaoula Ben Mansour, Jacqueline de Bony, Pascal Dauvin, François De March, François Geoffroy, Kouamé Sylvestre Kouassi, Estelle Kouokam Magne, Claude Legrand, Karim Medjad, Vivien M. Meli, Niccolò Mignemi, Amélie Notais, Nicolas O. Olihide, Abdelghani Ougazzou, Fabrice Rizzoli, Anne Sachet-Milliat, Désiré Yasso.

 

Hommage à Elinor Ostrom

logo-regulation

_______________

La Revue de la Régulation (numéro 14) vient de rendre accessible en ligne un dossier Autour d’Elinor Ostrom : communs, droits de propriété et institutionnalisme méthodologique, accompagné d’une partie Varia, ainsi que des notes de lecture très substantielles et plusieurs articles Opinions – débats. Ce dossier est original à bien des égards et devrait intéresser, au-delà du thème des communs, les chercheurs se référant à une approche institutionnaliste historique. Les autres contributions, si elles ne sont pas des articles académiques stricto sensu, participent aussi à la recherche et au débat d’idées et constituent bien une production du chercheur. Après avoir longtemps été confinés à l’hétérodoxie, les débats qui parcourent ces textes sont devenus ceux de toute l’analyse économique : quels sont les liens entre l’extension planétaire du capitalisme et ses transformations propres ? Quels sont les effets, sur la longue durée, de la concentration du capital ? Comment contrôler l’instabilité financière qui découle de cette concentration ?

Voir la suite sur le site de la revue de la régulation

Une journée d’études sur l’informel et la transgression


Le CNAMConservatoire national des Arts et métiers

Paris 29 mars  2013

On a tendance à parler d’économie informelle – définie rapidement comme l’activité économique totalement ou partiellement non déclarée (aux autorités), qui échappe de la sorte à l’imposition publique – essentiellement au sujet des pays pauvres. La mise en place de cette économie semble « conforme » à la situation de ces sociétés, tant du point de vue des consommateurs, en attente de biens peu coûteux, que du côté des entrepreneurs, qui parviennent à exercer une activité lucrative. Pourtant, les économies riches sont elles aussi largement concernées, traversées qu’elles sont par des phénomènes mafieux et/ou de corruption, nationaux et transnationaux, par des marchés de biens et de services « au noir » ou par des économies de subsistance, finalement assez proches de ce que l’on peut voir dans les pays dits en développement. Il est vrai que les actions de dissimulation/labellisation/normalisation pour encadrer ou au contraire cacher l’économie informelle semblent plutôt avoir cours au sein des démocraties occidentales, les ressortissants des pays pauvres ne manifestant pas de tels scrupules à l’exposition de ces activités de survie ; visibilité ne veut pas dire transparence…

Outre les activités – parfois criminalisées, pas systématiquement – gérées par des organisations mafieuses (prostitution, stupéfiants, racket, jeux, armes…), de très nombreux domaines sont en effet impliqués : – les drogues dont l’usage est réglementé mais pour lesquelles des réseaux de distribution parallèle ont pu se former : cigarettes de contrebande, alcools, médicaments en tous genres ; – d’autres biens et services particuliers sur des marchés non moins spécifiques : armement, produits pétroliers, animaux de proximité ou exotiques, confection textile, contrefaçon & piratage, mendicité, restauration, transports particuliers, sécurité privée, organes, etc. – le travail au noir, dans le cadre d’activités réglementées sous des formes professionnelles multiples et variées, mais aussi les divers trafics d’influence, qui révèlent un autre aspect de l’économie informelle, non monétarisé pour ainsi dire.

Cerise sur le gâteau au sommet de cette tour de Babel des emplois de la débrouille, la corruption des élites doit également être prise en compte. L’importance des sommes détournées par les dignitaires, les hauts fonctionnaires, mais aussi la fréquence des extorsions de moindre importance réalisées par des subalternes, constituent un fonds de roulement informel gigantesque qu’on ne peut ignorer. Cette manne publique privatisée par ces agents économiques d’un genre à part que sont les détourneurs de fonds s’est aussi largement globalisée, grâce notamment à la coopération internationale. Celle-ci recouvre de nombreuses transactions informelles (comme des dessous de table pour remporter des appels d’offres), et même parfois les professionnalise à l’extrême si l’on songe au recours à l’expertise comme vecteur de détournement.

Les formes de l’économie informelle, tant au Nord qu’au Sud, sont ainsi fort diversifiées. Elles voient se développer certains mécanismes de régulation, de management, de gestion des ressources humaines, de comptabilité et d’apprentissage comparables à ce qui se pratique dans l’économie dite formelle. Peu enclines à l’évaluation et au contrôle statistique, ces activités paraissent cependant mouvantes et leurs contours mal définis, voire fluctuants. En fait, loin d’être figés dans un cadre extra-juridique, ces marchés sont évolutifs et semblent tendre à l’organisation, voire à la formalisation.

lire sur Calenda

Régulation violence incertitude

Ce carnet de recherche vise à présenter nos travaux en cours sur les dynamiques de la régulation et de l’action collective en Afrique. Dans la présentation de ce carnet, nous privilégions trois axes majeurs: le jeux sociaux sur les normes sociales, la violence ordinaire et l’incertitude comme contexte général. Ces axes sont au coeur de notre activité d recherche à l’Institut des Mondes Africains (IMAf). Ce carnet présentera l’état d’avancements de nos enquêtes de terrain, l’annonce des séminaires de recherche, des colloques internationaux et des publications afférent aux différents axes.