Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

Une exposition sur la vie urbaine au Congo

08.05 – 14.08.2016

Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

 

Commissaire de l’exposition : Devrim Bayar

L’exposition est organisée en collaboration avec et sera voyagée à  Galerias Municipais/EGEAC, Lisbon, et The Power Plant, Toronto.

Avec le soutien de fond de la recherche de KU Leuven.

En collaboration avec Kunstenfestivaldesarts & Summer of Photography 2016.

A lire aussi sur WIELS
À propos de cette exposition

Conçue par le photographe Sammy Baloji et l’anthropologue Filip De Boeck, cette exposition offre un aperçu photo- et vidéographique de différentes villes du Congo. Se concentrant sur le « présent urbain », tiraillé entre les rêves brisés du passé colonial et les promesses d’un avenir néolibéral, l’exposition propose une enquête artistique et ethnographique sur ce que la vie et le vivre ensemble dans les villes du Congo signifient.

Comme partout ailleurs sur le continent africain, les villes congolaises projettent de nouveaux futurs pour elles-mêmes. Ceux-ci se manifestent la plupart du temps sous la forme de panneaux d’affichage et de publicités pour la ville à venir, inspirée par les modèles urbains de Dubaï et autres « hot spots » des pays du Sud. Le modèle de la ville que ces images proposent donne invariablement lieu à de nouvelles géographies de l’exclusion qui se matérialisent sous la forme de communautés fermées et de villes satellites conçues pour une classe moyenne supérieure locale souvent encore hypothétique.

En contraste avec ces recodages néolibéraux, l’infrastructure actuelle des villes du Congo est d’une nature assez différente. L’héritage architectural colonial est souvent tombé en désuétude et la ville semble parsemée de fragments déconnectés, échos d’une modernité passée qui continue d’exister sous une forme brisée. Ces infrastructures matérielles défaillantes détériorent la qualité de la vie sociale, qui atteint souvent les limites du vivable. Pourtant, les habitants des villes du Congo réinventent constamment de nouveaux espaces sociaux dans lesquels l’exclusion, la pauvreté et la violence sont contournées et surmontées. En sondant ces lieux, l’exposition capture un monde urbain plus habitable et uni, où les possibilités d’action collective et les rêves d’un avenir commun continuent d’être explorés.

Un ouvrage: Economie de la débrouille à Kinshasa

Mis en avant

COUV 16x24 economie-5_19_Juin4

Economie de la débrouille à Kinshasa

Informalité, commerce et réseaux sociaux

Un ouvrage de Sylvie Ayimpam

Comment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins ré-inventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa? C’est à cette question importante que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

 

Vient de paraître: Politiques publiques et pratiques de l’économie informelle en Afrique subsaharienne

ESPACE_AFRIQUE__POLITIQUES-PUBLIQUES _A paraitre

Sous la direction de Frédéric Lapeyre et Andreia Lemaître

Cet ouvrage vise à enrichir, voire renouveler, les données du débat académique et politique sur la question de la transition de l’économie informelle vers le formel. L’analyse clinique des pratiques et institutions à l’oeuvre dans l’économie informelle – ici limitées à certains secteurs d’activité de quartiers urbains d’Afrique Subsaharienne – permet à travers la diversité des terrains de montrer combien celles-ci traduisent des demandes fortes d’emploi décent et de sécurisation des conditions de vie que l’on peut retrouver de manière étendue quel que soit le continent ou le secteur d’activité. Les études de cas présentées ici apportent une connaissance nouvelle, concrète et spécifi que sur les caractéristiques des unités informelles de production de biens et services prises en considération, leur mode de fonctionnement et les logiques d’acteurs qui les déterminent.

Ce livre permet ainsi de progresser dans la conceptualisation et la compréhension empirique de l’économie informelle et de ses enjeux en termes de politiques de développement. Il fournit enfin un ensemble d’éléments pour repenser les conditions de succès de l’intervention publique en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail dans le cadre d’un projet légitime et partagé de formalisation.

Avec les contributions de: Georges Agbachi  Ale, Sylvie Ayimpam, Simon Barrusaud, Fabrice Escot, Jean-Pierre Jaocb, Frédéric Lapeyre, Pierrick Leleu, Andreia Lemaitre

Table des matières

Préface            5

Remerciements         9

Au sujet des auteurs             11

Introduction générale: Vers une meilleure compréhension des logiques de l’économie informelle

Frédéric LAPEYRE et Andreia LEMAÎTRE           15

Un cadre théorique d’économie substantive      17

Objectifs du projet de recherche         18

Aspects internes              19

Aspects externes              20

En conclusion     25

Bibliographie      27

 

Chapitre 1 De la question des voies de transition de l’économie informelle vers l’économie formelle: l’approche de l’Organisation Internationale du Travail

Frédéric LAPEYRE   29

1. Introduction          29

2. Appréhender la réalité de l’économie informelle    32

3. une préoccupation politique grandissante   36

4. Les voies de transition vers l’économie formelle       38

4.1. Politiques macroéconomiques et sectorielles favorisant l’emploi productif    40

4.2. Gouvernance et innovations institutionnelles       42

4.3. Développement des compétences    46

4.4. Organisation, représentation et dialogue social   48

4.5. Stratégies locales de développement et économie sociale et solidaire              50

4.6. Favoriser l’égalité et lutter contre la discrimination         52

4.7. Extension de la protection sociale et transitions vers la formalité         54

5. En guise de conclusion  58

Bibliographie             60

 

Chapitre 2 Les «débrouillards de Bamako»: entre besoin de sécurisation et méfiance envers l’État dans les secteurs de l’artisanat, des métaux et du petit commerce

Fabrice ESCOT           63

1. Introduction          63

2. Le regard des acteurs institutionnels sur l’informalité à Bamako              66

2.1. Place du secteur informel dans les interventions                            70

2.2. L’impact des politiques publiques    72

3. Deux études de cas à Bamako : l’artisanat des métaux et le petit commerce de détail                 76

3.1. L’artisanat des métaux             78

3.2. Le petit commerce de détail   93

4. Synthèses des observations de l’étude             108

5. Pistes pour le passage de l’informel au formel          112

Abréviations 114

Bibliographie             115

 

Chapitre 3 L’économie informelle à Cotonou: les secteurs de la transformation alimentaire, de la petite restauration et de la vente non officielle des produits pétroliers

Georges AGBACHI ALE         117

1. Économie informelle, emploi et démographie           120

2. Enquête sur les unités économiques informelles à Cotonou           123

2.1. Les unités informelles de transformation agro-alimentaire        124

2.2. Les unités informelles de restauration        136 2.3. Les unités informelles de vente des produits pétroliers (essence et lubrifiants)     143

3. Conclusions           155

Abréviations 158

Bibliographie             160

 

Chapitre 4 La créance et la dette. Stratégies de «sécurisation» des commerçants dans un Grand marché

Sylvie AYIMPAM       163

1. Les petites activités économiques et le Grand marché          164

2. La sociabilité des commerçants au Grand marché    166

3. La sociabilité au quotidien : les collectifs urbains     168

3.1. La sociabilité urbaine à travers les tontines             168

3.2. Les tontines à Kinshasa : muziki et likelemba        169

4. Les tontines des commerçants au Grand marché      171

4.1. Les tontines likelemba : épargne et crédit  171

4.2. Tontines muziki: récréation, solidarité, épargne/crédit              176

4.3. Le succès des tontines dans les milieux commerçants 182

4.4. L’affrontement de logiques multiples: individuel/collectif, économique/social      183

5. Créances et dettes : réciprocité et logique de sécurisation               185

5.1. Le cycle de la dette et la sécurisation            185

5.2. Les limites de ces micro-dispositifs de solidarité  186

6. Face à l’insécurité de la vie quotidienne : un système populaire d’entraide     188

Bibliographie             190

 

Chapitre 5 Imposition et contestation de valeurs sur un marché ouest africain. Le cas du Grand marché de Ouahigouya (Burkina Faso)

Jean-Pierre JACOB et Pierrick LEU            193

1. Le marché comme outil de la décentralisation           196

2. Réaménager, réglementer, taxer et sanctionner       198

3. Des stratégies de recouvrement des loyers efficaces 201

4. Le marché: une controverse implicite sur la valeur créée  204

4.1. La délégation de l’usage          205 `

4.2. Le transfert du bail       206

4.3. La donation entre vifs               207

4.4. Chez les commerçantes            208

4.5. Commentaires  208

5. Les contraintes temporelles de l’activité marchande            211

6. Le marché recherché: un espace qui «mouvemente» bien                           213

7. Conclusion            215

Bibliographie             217

Table des matières • 291

 

Chapitre 6 Impact des politiques de développement du secteur privé au Burkina Faso: entre indifférence et espoirs déçus des petits entrepreneurs

Simon BARUSSAUD               22

1 1. Contexte économique et DSP                            224

2. Clarifications des concepts et éléments méthodologiques               227

2.1. Les Micro et Petites Entreprises (MPE)        227

2.2. L’économie informelle et formelle au Burkina Faso          228

2.3. Méthodologie    230

3. L’hétérogénéité des MPE et la présence de profils types    232

3.1. Profil type 1 : les trente MPE informelles   236

3.2. Profil type 2 : les trente et une MPE semi-formelles payant la CSI        237

3.3. Profil type 3 : les onze MPE semi-formelles payant le RSI           239

3.4. Profil type 4 : Les trente MPE formelles      240

4. L’évaluation des DSP par les MPE        242 4.1. La promotion de l’initiative privée    242

4.2. L’environnement des affaires             246

5. La formalisation des MPE           250

5.1. Les MPE informelles : une activité et des perspectives d’avenir restreintes   250

5.2. Les MPE semi-formelles : entre trajectoires ascendantes et descendantes      252

5.3. Les            MPE    formelles :      un        statut  aléatoire         255

6. Conclusion  258

Bibliographien260

 

Chapitre 7 Les politiques publiques face à l’indocilité du local

Frédéric LAPEYRE   263

1. Du Traditionnel à l’informel: histoire d’un aveuglement  266

2. De l’importance de la prise en compte des pratiques et institutions de l’économie informelle                268

3. Politiques publiques et conflits de régulation            273

4. Fuite, dénonciation et régulation conjointe  276

5. En guise de conclusion : de la notion de prise           279

Bibliographie             282

 

Les espaces de trafic au centre de la vie sociale

 

ESP-small138

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke   nous livrent ici une note de lecture sur la dernière  livraison de la revue Espaces et sociétés

Ce dossier s’intéresse au paradoxe attaché aux « espaces notoires de trafic ». Ces espaces sont caractérisés par les pratiques illégales, ou à tout le moins immorales, qui s’y déroulent. La pérennité des trafics requiert en effet de ces lieux qu’ils soient à la fois « notoires » et discrets, voire « invisibles ». Ce dossier, coordonné par Thomas Sauvadet et Jérôme Monnet, propose de dépasser les représentations véhiculées par une part importante des médias et des enquêtes en sciences sociales qui, en stigmatisant certains espaces urbains et leurs populations, nourrissent un imaginaire collectif, celui des « bas-fonds », superposition de « peurs » et de « fantasmes » vis-à-vis de ces lieux de débauche. Les six contributions qui constituent ce dossier cherchent à mettre en avant la place occupée par les « espaces notoires de trafic » au centre de la vie sociale : que les illégalismes soient le fait d’individus appartenant aux classes populaires ou aux élites, il ne s’agit pas de phénomènes marginaux. Deux préoccupations transversales émergent des articles ainsi rassemblés. D’abord, une volonté d’identifier les formes prises par des espaces marqués par les contextes particuliers dans lesquels ils s’inscrivent. Ensuite, des interrogations et analyses essayant d’en dévoiler les logiques internes. Les auteurs ici réunis ont l’immense mérite de s’intéresser aux soubassements de phénomènes sociaux le plus souvent étiquetés négativement. De plus, plusieurs déplacent avec brio le regard porté sur certaines réalités sociales, ce qui fait émerger des logiques restées jusqu’alors peu visibles et intelligibles.

Lire la suite sur Lectures.revues.org