Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Par Dr Walter Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

Présentation de la conférence:

conférence Kra_4Dans le cadre des conférences de l’IMAF et de l’axe de recherche REVIN « régulation, violence, incertitude », le Dr Walter KRA de l’Université Alassane Ouattara de Côte-D’Ivoire présentera aux étudiants et aux chercheurs, une conférence qui portera sur ses recherches sur le phénomène de la violence dans les minibus et les taxis collectifs à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce secteur des transports qui échappe en partie au contrôle des pouvoirs publics est contrôlé par des groupes d’acteurs informels dont le mode de régulation n’exclut pas la violence criminelle. L’exposé montrera les différentes facettes de ce phénomène. Cet exposé s’adressera également aux étudiants du cours d’anthropologie politique.
La conférence se tiendra le mercredi 9 mars 2016 de 9h30 à 12H en salle 1 de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme MMSH à Aix-en-Provence.

Le Dr Walter Kra participe à un programme de recherche intitulé « Villes sûres et inclusives » soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International du Canada.

Conférence organisée par Jacky Bouju et Sylvie Ayimpam

Un ouvrage: Economie de la débrouille à Kinshasa

Mis en avant

COUV 16x24 economie-5_19_Juin4

Economie de la débrouille à Kinshasa

Informalité, commerce et réseaux sociaux

Un ouvrage de Sylvie Ayimpam

Comment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins ré-inventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa? C’est à cette question importante que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

 

Travail, femmes et migrations dans les Suds

 

TRAVAIL, FEMMES ET MIGRATIONS DANS LES SUDS

Sous la direction de Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Couverture_RTM_217

Présentation :

 

Parmi les travaux qui croisent analyses du travail et féminisation des migrations, rares sont ceux qui se penchent sur les migrations de travail féminines des Suds n’ayant pas le Nord pour destination finale. Or ces déplacements, qu’ils soient internes, frontaliers, régionaux, transnationaux ou intercontinentaux ; qu’ils se traduisent par un aller simple ou combinent les offres migratoires ; qui mobilisent des femmes travailleuses, leurs familles, des États et nombre d’autres acteurs, témoignent d’une richesse et d’une diversité dont ne peut se passer la recherche portant sur les femmes qui décident, se voient contraintes, ou sont poussées à migrer pour travailler. L’analyse de ces déplacements témoigne, de même, de la difficulté de maintenir des dichotomies établies entre Nord et Sud, entre migrations de travail et migrations familiales, entre mobilités, entre dominations et résistances, etc.

 

Le dossier « Travail, femmes et migrations dans les Suds » regroupe des articles portant sur plusieurs types de mobilités s’étendant à travers diverses régions et suivant des motivations, des stratégies et des articulations migratoires, de travail et familiales originales. Il se veut une contribution à la cartographie complexe des figures, des parcours, des formes de mises au travail et des motivations des migrantes afin de contribuer à dessiner une image à la fois plus complète, plus complexe et plus nuancée des migrations féminines de travail. Ainsi partons-nous de l’hypothèse qu’un tel déplacement du regard vers des contrées et des mouvements moins explorés permettent d’appréhender à nouveaux frais tant l’objet de recherche « femmes travailleuse en migration » (qui semble marqué ici par une diversité particulièrement importante d’éléments interdépendants, individuels et sociaux, à prendre en considération) que sa contribution plus générale à la sociologie à la croisée du travail, de la famille, du genre et des migrations.

2

TRAVAIL, FEMMES ET MIGRATIONS DANS LES SUDS

Sous la direction de Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Travailleuses en migration dans « les Suds ». Déplacements de regards, reconfigurations de l’objet ?

Migrations internationales

Alain TARRIUS

Transmigrations européennes de travailleuses du sexe balkaniques et caucasiennes accompagnées de parentèles féminines

Marie PERCOT

Un métier pour partir : la migration des infirmières Kéralaises (Inde du Sud)

Julien DEBONNEVILLE

Les écoles du care aux Philippines – Le devenir travailleuse domestique

au prisme de l’altérité

Sylvie AYIMPAM

Commerce transfrontalier et migration féminine entre les deux Congo

Aïssatou DIALLO

Yakaar, Dakar-Dubaï-Guangzhou : trajectoire des commerçantes de Dakar

Karina CRIVELLI

Travailler dans la rue à Buenos Aires – Expériences quotidiennes des vendeuses ambulantes boliviennes

Migrations internes à l’Amérique latine

Anna PERRAUDIN

Les Marías à Mexico – Une analyse des formes précaires de commerce, au prisme des mobilités, du genre et de l’ethnicité

Sophie BLANCHARD

Migration féminine et « condition domestique » : de l’apprentissage à la professionnalisation – Trajectoires de travailleuses domestiques andines à Santa Cruz

Séverine DURIN

Le visage indien de la domesticité – Domesticité à demeure et ethnicité à Monterrey, Mexique

Varia

Magalie SAUSSEY

Réforme des services d’eau potable au Burkina Faso – La participation des femmes en question

Samir BELLAL

Rapport salarial et régulation économique en Algérie. Rédaction et administration : Institut d’Étude du Développement Économique et Social

Revue Tiers Monde 45 bis, av. de la Belle Gabrielle 94736 Nogent sur Marne Cedex

Tél : 01 43 94 72 26 – fax : 01 43 94 72 44 – tiermond@univ-paris1.fr

Abonnements et ventes : Armand Colin – www.armand-colin.com – infos@armand-colin.fr

5 rue Laromiguière, 75240 Paris Cedex 05 – Tel : 0 820 065 095 – fax 01 40 64 89 51

Publié avec le concours du Centre national du livre – Prix du numéro : 20 €

Abonnements pour l’année 2010 : Particuliers : France 62 € – Étranger 72 € – Institutions : France 115€ -Étranger 125€

Armand Colin

 

Vient de paraître: Politiques publiques et pratiques de l’économie informelle en Afrique subsaharienne

ESPACE_AFRIQUE__POLITIQUES-PUBLIQUES _A paraitre

Sous la direction de Frédéric Lapeyre et Andreia Lemaître

Cet ouvrage vise à enrichir, voire renouveler, les données du débat académique et politique sur la question de la transition de l’économie informelle vers le formel. L’analyse clinique des pratiques et institutions à l’oeuvre dans l’économie informelle – ici limitées à certains secteurs d’activité de quartiers urbains d’Afrique Subsaharienne – permet à travers la diversité des terrains de montrer combien celles-ci traduisent des demandes fortes d’emploi décent et de sécurisation des conditions de vie que l’on peut retrouver de manière étendue quel que soit le continent ou le secteur d’activité. Les études de cas présentées ici apportent une connaissance nouvelle, concrète et spécifi que sur les caractéristiques des unités informelles de production de biens et services prises en considération, leur mode de fonctionnement et les logiques d’acteurs qui les déterminent.

Ce livre permet ainsi de progresser dans la conceptualisation et la compréhension empirique de l’économie informelle et de ses enjeux en termes de politiques de développement. Il fournit enfin un ensemble d’éléments pour repenser les conditions de succès de l’intervention publique en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail dans le cadre d’un projet légitime et partagé de formalisation.

Avec les contributions de: Georges Agbachi  Ale, Sylvie Ayimpam, Simon Barrusaud, Fabrice Escot, Jean-Pierre Jaocb, Frédéric Lapeyre, Pierrick Leleu, Andreia Lemaitre

Table des matières

Préface            5

Remerciements         9

Au sujet des auteurs             11

Introduction générale: Vers une meilleure compréhension des logiques de l’économie informelle

Frédéric LAPEYRE et Andreia LEMAÎTRE           15

Un cadre théorique d’économie substantive      17

Objectifs du projet de recherche         18

Aspects internes              19

Aspects externes              20

En conclusion     25

Bibliographie      27

 

Chapitre 1 De la question des voies de transition de l’économie informelle vers l’économie formelle: l’approche de l’Organisation Internationale du Travail

Frédéric LAPEYRE   29

1. Introduction          29

2. Appréhender la réalité de l’économie informelle    32

3. une préoccupation politique grandissante   36

4. Les voies de transition vers l’économie formelle       38

4.1. Politiques macroéconomiques et sectorielles favorisant l’emploi productif    40

4.2. Gouvernance et innovations institutionnelles       42

4.3. Développement des compétences    46

4.4. Organisation, représentation et dialogue social   48

4.5. Stratégies locales de développement et économie sociale et solidaire              50

4.6. Favoriser l’égalité et lutter contre la discrimination         52

4.7. Extension de la protection sociale et transitions vers la formalité         54

5. En guise de conclusion  58

Bibliographie             60

 

Chapitre 2 Les «débrouillards de Bamako»: entre besoin de sécurisation et méfiance envers l’État dans les secteurs de l’artisanat, des métaux et du petit commerce

Fabrice ESCOT           63

1. Introduction          63

2. Le regard des acteurs institutionnels sur l’informalité à Bamako              66

2.1. Place du secteur informel dans les interventions                            70

2.2. L’impact des politiques publiques    72

3. Deux études de cas à Bamako : l’artisanat des métaux et le petit commerce de détail                 76

3.1. L’artisanat des métaux             78

3.2. Le petit commerce de détail   93

4. Synthèses des observations de l’étude             108

5. Pistes pour le passage de l’informel au formel          112

Abréviations 114

Bibliographie             115

 

Chapitre 3 L’économie informelle à Cotonou: les secteurs de la transformation alimentaire, de la petite restauration et de la vente non officielle des produits pétroliers

Georges AGBACHI ALE         117

1. Économie informelle, emploi et démographie           120

2. Enquête sur les unités économiques informelles à Cotonou           123

2.1. Les unités informelles de transformation agro-alimentaire        124

2.2. Les unités informelles de restauration        136 2.3. Les unités informelles de vente des produits pétroliers (essence et lubrifiants)     143

3. Conclusions           155

Abréviations 158

Bibliographie             160

 

Chapitre 4 La créance et la dette. Stratégies de «sécurisation» des commerçants dans un Grand marché

Sylvie AYIMPAM       163

1. Les petites activités économiques et le Grand marché          164

2. La sociabilité des commerçants au Grand marché    166

3. La sociabilité au quotidien : les collectifs urbains     168

3.1. La sociabilité urbaine à travers les tontines             168

3.2. Les tontines à Kinshasa : muziki et likelemba        169

4. Les tontines des commerçants au Grand marché      171

4.1. Les tontines likelemba : épargne et crédit  171

4.2. Tontines muziki: récréation, solidarité, épargne/crédit              176

4.3. Le succès des tontines dans les milieux commerçants 182

4.4. L’affrontement de logiques multiples: individuel/collectif, économique/social      183

5. Créances et dettes : réciprocité et logique de sécurisation               185

5.1. Le cycle de la dette et la sécurisation            185

5.2. Les limites de ces micro-dispositifs de solidarité  186

6. Face à l’insécurité de la vie quotidienne : un système populaire d’entraide     188

Bibliographie             190

 

Chapitre 5 Imposition et contestation de valeurs sur un marché ouest africain. Le cas du Grand marché de Ouahigouya (Burkina Faso)

Jean-Pierre JACOB et Pierrick LEU            193

1. Le marché comme outil de la décentralisation           196

2. Réaménager, réglementer, taxer et sanctionner       198

3. Des stratégies de recouvrement des loyers efficaces 201

4. Le marché: une controverse implicite sur la valeur créée  204

4.1. La délégation de l’usage          205 `

4.2. Le transfert du bail       206

4.3. La donation entre vifs               207

4.4. Chez les commerçantes            208

4.5. Commentaires  208

5. Les contraintes temporelles de l’activité marchande            211

6. Le marché recherché: un espace qui «mouvemente» bien                           213

7. Conclusion            215

Bibliographie             217

Table des matières • 291

 

Chapitre 6 Impact des politiques de développement du secteur privé au Burkina Faso: entre indifférence et espoirs déçus des petits entrepreneurs

Simon BARUSSAUD               22

1 1. Contexte économique et DSP                            224

2. Clarifications des concepts et éléments méthodologiques               227

2.1. Les Micro et Petites Entreprises (MPE)        227

2.2. L’économie informelle et formelle au Burkina Faso          228

2.3. Méthodologie    230

3. L’hétérogénéité des MPE et la présence de profils types    232

3.1. Profil type 1 : les trente MPE informelles   236

3.2. Profil type 2 : les trente et une MPE semi-formelles payant la CSI        237

3.3. Profil type 3 : les onze MPE semi-formelles payant le RSI           239

3.4. Profil type 4 : Les trente MPE formelles      240

4. L’évaluation des DSP par les MPE        242 4.1. La promotion de l’initiative privée    242

4.2. L’environnement des affaires             246

5. La formalisation des MPE           250

5.1. Les MPE informelles : une activité et des perspectives d’avenir restreintes   250

5.2. Les MPE semi-formelles : entre trajectoires ascendantes et descendantes      252

5.3. Les            MPE    formelles :      un        statut  aléatoire         255

6. Conclusion  258

Bibliographien260

 

Chapitre 7 Les politiques publiques face à l’indocilité du local

Frédéric LAPEYRE   263

1. Du Traditionnel à l’informel: histoire d’un aveuglement  266

2. De l’importance de la prise en compte des pratiques et institutions de l’économie informelle                268

3. Politiques publiques et conflits de régulation            273

4. Fuite, dénonciation et régulation conjointe  276

5. En guise de conclusion : de la notion de prise           279

Bibliographie             282

 

Vient de paraître: L’organisation de la transgression. Formaliser l’informel?

 

L'organisation de la transgression

L’organisation de la transgression

Formaliser l’informel ?

 Sous la direction de Sonny Perseil et Yvon Pesqueux

Collection Perspectives organisationnelles

ISBN 978-2-343-02830-9, 28 €,  274 p.

Quels sens donner à la transgression ? Aux notions de formel et d’informel ? Peut-on organiser, voire manager, les activités économiques qui échappent au contrôle des autorités politiques ? Celles-ci participent-elles à l’institutionnalisation de pratiques transgressives ? Ou au contraire poussent-elles à la formalisation, entendue comme possibilité de régularisation ? Quelle est la logique de ces process qui visent à faire évoluer les formes ?

Ce sont quelques-unes des questions auxquelles une vingtaine de chercheurs tentent de répondre dans ce livre, sur un mode résolument interdisciplinaire. En s’appuyant sur des terrains variés d’Afrique et d’Europe, les auteurs réunis ici parviennent à établir une cohérence théorique certaine et permettent ainsi de saisir les fondements de l’organisation des transgressions.

Ouvrage collectif, sous la direction de Sonny Perseil & Yvon Pesqueux, Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) / Laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action (LIRSA – EA 4603).

 Ont collaboré à cet ouvrage : Laurent Appel, Sylvie Ayimpam, Liamidi Ojuola Bangbola, Yoann Bazin, Karim Ben Kahla, Khaoula Ben Mansour, Jacqueline de Bony, Pascal Dauvin, François De March, François Geoffroy, Kouamé Sylvestre Kouassi, Estelle Kouokam Magne, Claude Legrand, Karim Medjad, Vivien M. Meli, Niccolò Mignemi, Amélie Notais, Nicolas O. Olihide, Abdelghani Ougazzou, Fabrice Rizzoli, Anne Sachet-Milliat, Désiré Yasso.