Les sciences sociales face aux défis du monde à venir – Achille Mbembe

Achille Mbembe

LES SCIENCES SOCIALES FACE AUX DEFIS DU MONDE A VENIR

23 – 24 octobre 2017 – 5e colloque de l’institut iacchos ferme du biéreau – Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain

Inscription

l’inscription à ces événements est obligatoire. Elle doit être effectuée à l’adresse suivante : https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/iacchos/ inscription.html

Conditions d’accès

PARTICIPATION AU COLLOQUE

  • >  étudiants/doctorants/chômeurs : gratuitMerci d’adresser une attestation à stephanie.lorent@uclouvain.be ou de venir avec le jour même.
  • Membres ucl et public extérieur : 15 € en prévente – 20 € sur place

Les sciences sociales face aux défis du monde à venir

De De la postcolonie (Kartala, 2000) à Critique de la raison nègre (La Découverte, 2013) ou Politique de l’inimitié (La Découverte, 2016), Achille Mbembe est l’auteur d’une œuvre majeure, qui a renouvelé la réflexion dans de nombreuses disciplines des sciences sociales. Alors que les tendances au repli sur soi se multiplient de toutes parts, il reprend le flambeau dressé autrefois par ses prédécesseurs et milite infatigablement contre toutes les formes de colonialisme qui sous- tendent, aujourd’hui encore, les relations internationales. Mais il demande également à chaque région du monde – à l’Afrique notamment – d’assumer sa propre histoire, d’être à elle-même son propre centre. À l’heure de l’économie-monde, il plaide pour la formation d’un nouvel humanisme global, au-delà des frontières héritées. Il invite les sciences sociales à se saisir des dé s du monde à venir.

Le mardi 24 octobre à 18h, la cérémonie de remise du doctorat honoris causa (DHC) à Achille Mbembe commencera par une représentation du Monde d’hier, de Stefan Zweig, jouée par jérôme kircher en exclusivité pour l’UCL. Dans ce texte écrit en 1942, peu avant de se donner la mort, Stefan Zweig ra- conte ce que fut l’Europe du début du XXe siècle, tout particulièrement dans la Vienne des années 1900 : un berceau de l’ouverture au monde, un foyer de l’humanisme critique, prêt à toutes les audaces intellec- tuelles et culturelles. Mais il raconte aussi son effondrement dans les décennies qui vont suivre. Cette pièce a connu un grand succès à Paris : Jérôme Kircher donne au texte de l’écrivain viennois une couleur et une densité rares. Cette soirée sera l’occasion non seulement de souligner les qualités d’un académique « passeur de frontières », mais aussi de faire résonner ensemble le passé et l’avenir, l’Europe et l’Afrique, « l’envers et l’endroit », comme disait Albert Camus.

lundi 23 octobre

9h15 introduction
Accueil, par le Pr Jean-Christophe Renauld, pro-recteur à la recherche (UCL)

Achille Mbembe. Une biographie intellectuelle,
par le Pr Thierry Amougou (CriDIS/DVLP)

10h00 Pause café

10h30 Panel 1 – Post-colonie

Sous la responsabilité du Pr Thierry Amougou (CriDIS-DVLP) et
Aymar Nyenyezi (DVLP), avec Fiona Nziza (Louvain Coopération) et l’AGL

1.1. De quoi l’anthropologie, l’histoire et les études du développement sont-elles le nom… dans les post-colonies subsahariennes ?

  • Un Occidental peut-il encore parler de l’Afrique après AchilleMbembe ? par Pr Pierre-Joseph Laurent (anthropologue, LAAP)
  • Etudes postcoloniales et étudesdudéveloppement:ambiguïtés etquestionnements, par Pr Jean-Philippe Peemans (économiste, DVLP)
  •  Le travail au Congo belge : une histoire croisée à plusieurs voix,entre global et local, par Pr Pierre Tilly (historien, CIRTES)1.2. sociologie clinique : fanon et Mbembe

    Mbembe dans la pharmacie de Fanon:cliniquedutrauma,politique de la réparation, par Pr Thomas Périlleux (sociologue clinicien, CriDIS)

    1.3. Genre, théorie et pratique : un angle mort des études postcoloniales ?

    • L’autonomisation des Bayam-Sellam. Détaillantes dans les marchés populaires de Yaoundé et de Douala, au Cameroun, par Martine Ngo Nyemb Wisman (sociologue, DVLP)
    • >  Elles : à l’ombre du « soleil des indépendances », par Rosine Song (philosophe, ISP)

12h45 rePas dans Louvain-la-Neuve, au libre choix des participants

14h15 Panel 2 – acteurs connectés du chanGeMent

Sous la responsabilité de Quentin Jouan (LaRHIS), Vincent Delcorps (LaRHIS), Lionel Francou (CriDIS), Elisabeth Lagasse de Locht (CriDIS), avec Solange Lusiku (Le Souverain) et l’AGL

2.1. théologie et libération

  • >  Chrétiens de gauche et paysans engagés face à la nuit néo- libérale : le messianisme révolutionnaire de la théologie de la libération, par Luis Martinez Andrade (sociologue, CriDIS)
  • >  L’apport de l’église catholique congolaise aux mutations socio- politiques sous le régime Mobutu, par Alain Nkisi, (historien, LaRHIS-DVLP)2.2. Mobilisations urbaines
    • >  Le cosmopolitisme au prisme de l’expérience urbaine quotidienne, par Louise Carlier (sociologue, CriDIS)
    • >  Chrétiens et musulmans dans le Caire contemporain, où passent les frontières ?, par Gaétan du Roy de Blicquy (historien, LaRHIS)2.3. Genre, économie informelle et migrations
    • >  «Cherche amie pour nettoyer maison de trois étages ». Le travail émotionnel dans les services domestiques, par Ana Safuta (sociologue, CIRFASE)
    • >  «Vamosaprogesar».Migrationscampagnes-villesauPérou: adaptation des organisations féminines des quartiers marginaux de Lima face aux uctuations des politiques étatiques, par Christine Dubois-Grard (anthropologue, LAAP)
  • 16h30 Pause

    16h45 art(s) et Post-colonie(s)
    Drink autour de l’exPosition du PhotoGraPhe nGanji Mutiri concert de la sla Meuse joy de 17h30 à 19h
    Organisés par Louvain Coopération

    Voir les conditions d’accès dans les informations pratiques

    19h00 fin de la journée

    Mardi 24 octobre

    12h00 rePas – conférence étudiants
    Sous la responsabilité de l’AGL
    Les étudiants invitent Achille Mbembe à partager un repas au cours duquel ils échangent avec lui sur les sujets d’actualité
    et/ou des préoccupations de la vie étudiante

    14h15 Panel 3 – éPistéMoloGies critiques
    Sous la responsabilité du Pr Jacinthe Mazzochetti (LAAP) et Jérémie Piolat (LAAP), avec Sabine Kakunga (CNCD 11.11.11) et l’AGL

    3.1. dés-hégémonies ?

    • >  La relation Union européenne – Afrique, au début du XXIe siècle : quand les discours réformateurs butent sur des pratiques séculaires. Une analyse des foyers d’incohérence,
      par Anne-Sophie Gijs (historienne, LaRHIS)
    • >  Alphabétiser en post-colonie. Fragments de la post-colonie multi-située, par Jérémie Piolat (anthropologue, LAAP)3.2. Pensées frontalières
      • >  De la recherche du temps perdu à la « co-inclusion » de l’Autre en soi, par Ghaliya Djelloul (sociologue, CISMOC)
      • >  à la croisée des temporalités : généalogies et répétitions dans les œuvres de Sammy Baloji et Maarten Vanden Eynde, par Véronique Bragard (études littéraires comparées, INCAL)
      • >  «Critique de la raison nègre » au prisme des Andes péruviennes, par Emmanuelle Piccoli (anthropologue, DVLP)

    16h30 Pause

    16h45 conclusion – une reMise en PersPective historique
    Sous la responsabilité du Pr Matthieu de Nanteuil (IACCHOS), avec le Pr Emmanuel Debruyne (historien, à propos de S. Zweig) et le Pr Jacques Grégoire (vice-recteur du Secteur des sciences humaines)

    17h30 fin du colloque

Appel à contributions ECAS 7 Afrique urbaine – Africains urbains Basel 29 juin – 1er Juillet 2017

 

7ème conférence européenne des études africaines ECAS 7

Bâle-Basel, 29 juin-1er juillet 2017, Université de Basel

Afrique urbaine – Africains urbains :

Des nouvelles rencontres entre le rural et l’urbain

Site de la conférence: http://www.ecas2017.ch/cfp

Appel à contributions

Le Centre d’études africaines de Bâle et la Société suisse d’études africaines vous invitent, pour le compte de l’AEGIS (Groupe Afrique-Europe pour les études interdisciplinaires), à soumettre des propositions pour la 7e Conférence européenne ECAS 2017 sur le thème: Africains: Nouvelles rencontres des zones rurales et urbaines.

 Les tendances africaines de l’urbanisation soulèvent plusieurs questions qui intéressent les chercheurs. Ceux-ci vont de la politique, à travers l’économie, tout le chemin à des questions sociales et culturelles. La question clé, cependant, est de savoir comment les processus d’urbanisation en Afrique transforment les objets conventionnels des études africaines et comment les savants d’Afrique se préparent-ils à faire face à de tels changements? Telles sont les questions auxquelles nous avons invité les savants d’Afrique à s’engager de manière plus consciente et systématique.

Alors que parmi les 223 panels acceptés, l’urbain est important, beaucoup se penchent aussi sur les enchevêtrements du rural avec le urbain, en particulier pour aborder une hypothèse implicite qui sous-tend l’étude de l’Afrique et qui concerne la prétendue «nature» rurale du continent Ainsi que la nature constitutive de la tension entre la tradition et la modernité. Au cours des dernières décennies, une attitude autocritique au sein de nombreuses disciplines a conduit à un affaiblissement de ces hypothèses, l’urbain continue sans doute à être considéré comme l’exception ou, du moins, comme analytiquement moins conséquent que le rural. ECAS 2017 «Urban Africa – Urban Africans» sera donc l’occasion de repenser les études africaines, mais aussi d’explorer et d’approfondir les voies de recherche que de nombreux chercheurs travaillant sur les questions urbaines et rurales ont abordées ces dernières années. Il ya une masse critique à exploiter dans l’effort pour pousser les frontières de la production critique de connaissances européennes sur l’Afrique.

L’appel à communications est maintenant ouvert et se termine à minuit le 19 janvier 2017. Avant de proposer un article, lisez le thème de la conférence, parcourez la liste des panels.

 Les panels acceptés de l’ECAS2017 ont été divisés en champs thématiques: Economie et Développement (A); Politique et relations internationales (B); Anthropologie sociale (C); Sociologie (D); Histoire (E); Arts et culture (G); Langue et littérature (H); Philosophie (I); Religion (J); Santé (K); Environnement et géographie (L); Et droit (M).

 

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Voir aussi sur le site de l’ANR Einsa

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite 

Vient de paraître: Politiques publiques et pratiques de l’économie informelle en Afrique subsaharienne

ESPACE_AFRIQUE__POLITIQUES-PUBLIQUES _A paraitre

Sous la direction de Frédéric Lapeyre et Andreia Lemaître

Cet ouvrage vise à enrichir, voire renouveler, les données du débat académique et politique sur la question de la transition de l’économie informelle vers le formel. L’analyse clinique des pratiques et institutions à l’oeuvre dans l’économie informelle – ici limitées à certains secteurs d’activité de quartiers urbains d’Afrique Subsaharienne – permet à travers la diversité des terrains de montrer combien celles-ci traduisent des demandes fortes d’emploi décent et de sécurisation des conditions de vie que l’on peut retrouver de manière étendue quel que soit le continent ou le secteur d’activité. Les études de cas présentées ici apportent une connaissance nouvelle, concrète et spécifi que sur les caractéristiques des unités informelles de production de biens et services prises en considération, leur mode de fonctionnement et les logiques d’acteurs qui les déterminent.

Ce livre permet ainsi de progresser dans la conceptualisation et la compréhension empirique de l’économie informelle et de ses enjeux en termes de politiques de développement. Il fournit enfin un ensemble d’éléments pour repenser les conditions de succès de l’intervention publique en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail dans le cadre d’un projet légitime et partagé de formalisation.

Avec les contributions de: Georges Agbachi  Ale, Sylvie Ayimpam, Simon Barrusaud, Fabrice Escot, Jean-Pierre Jaocb, Frédéric Lapeyre, Pierrick Leleu, Andreia Lemaitre

Table des matières

Préface            5

Remerciements         9

Au sujet des auteurs             11

Introduction générale: Vers une meilleure compréhension des logiques de l’économie informelle

Frédéric LAPEYRE et Andreia LEMAÎTRE           15

Un cadre théorique d’économie substantive      17

Objectifs du projet de recherche         18

Aspects internes              19

Aspects externes              20

En conclusion     25

Bibliographie      27

 

Chapitre 1 De la question des voies de transition de l’économie informelle vers l’économie formelle: l’approche de l’Organisation Internationale du Travail

Frédéric LAPEYRE   29

1. Introduction          29

2. Appréhender la réalité de l’économie informelle    32

3. une préoccupation politique grandissante   36

4. Les voies de transition vers l’économie formelle       38

4.1. Politiques macroéconomiques et sectorielles favorisant l’emploi productif    40

4.2. Gouvernance et innovations institutionnelles       42

4.3. Développement des compétences    46

4.4. Organisation, représentation et dialogue social   48

4.5. Stratégies locales de développement et économie sociale et solidaire              50

4.6. Favoriser l’égalité et lutter contre la discrimination         52

4.7. Extension de la protection sociale et transitions vers la formalité         54

5. En guise de conclusion  58

Bibliographie             60

 

Chapitre 2 Les «débrouillards de Bamako»: entre besoin de sécurisation et méfiance envers l’État dans les secteurs de l’artisanat, des métaux et du petit commerce

Fabrice ESCOT           63

1. Introduction          63

2. Le regard des acteurs institutionnels sur l’informalité à Bamako              66

2.1. Place du secteur informel dans les interventions                            70

2.2. L’impact des politiques publiques    72

3. Deux études de cas à Bamako : l’artisanat des métaux et le petit commerce de détail                 76

3.1. L’artisanat des métaux             78

3.2. Le petit commerce de détail   93

4. Synthèses des observations de l’étude             108

5. Pistes pour le passage de l’informel au formel          112

Abréviations 114

Bibliographie             115

 

Chapitre 3 L’économie informelle à Cotonou: les secteurs de la transformation alimentaire, de la petite restauration et de la vente non officielle des produits pétroliers

Georges AGBACHI ALE         117

1. Économie informelle, emploi et démographie           120

2. Enquête sur les unités économiques informelles à Cotonou           123

2.1. Les unités informelles de transformation agro-alimentaire        124

2.2. Les unités informelles de restauration        136 2.3. Les unités informelles de vente des produits pétroliers (essence et lubrifiants)     143

3. Conclusions           155

Abréviations 158

Bibliographie             160

 

Chapitre 4 La créance et la dette. Stratégies de «sécurisation» des commerçants dans un Grand marché

Sylvie AYIMPAM       163

1. Les petites activités économiques et le Grand marché          164

2. La sociabilité des commerçants au Grand marché    166

3. La sociabilité au quotidien : les collectifs urbains     168

3.1. La sociabilité urbaine à travers les tontines             168

3.2. Les tontines à Kinshasa : muziki et likelemba        169

4. Les tontines des commerçants au Grand marché      171

4.1. Les tontines likelemba : épargne et crédit  171

4.2. Tontines muziki: récréation, solidarité, épargne/crédit              176

4.3. Le succès des tontines dans les milieux commerçants 182

4.4. L’affrontement de logiques multiples: individuel/collectif, économique/social      183

5. Créances et dettes : réciprocité et logique de sécurisation               185

5.1. Le cycle de la dette et la sécurisation            185

5.2. Les limites de ces micro-dispositifs de solidarité  186

6. Face à l’insécurité de la vie quotidienne : un système populaire d’entraide     188

Bibliographie             190

 

Chapitre 5 Imposition et contestation de valeurs sur un marché ouest africain. Le cas du Grand marché de Ouahigouya (Burkina Faso)

Jean-Pierre JACOB et Pierrick LEU            193

1. Le marché comme outil de la décentralisation           196

2. Réaménager, réglementer, taxer et sanctionner       198

3. Des stratégies de recouvrement des loyers efficaces 201

4. Le marché: une controverse implicite sur la valeur créée  204

4.1. La délégation de l’usage          205 `

4.2. Le transfert du bail       206

4.3. La donation entre vifs               207

4.4. Chez les commerçantes            208

4.5. Commentaires  208

5. Les contraintes temporelles de l’activité marchande            211

6. Le marché recherché: un espace qui «mouvemente» bien                           213

7. Conclusion            215

Bibliographie             217

Table des matières • 291

 

Chapitre 6 Impact des politiques de développement du secteur privé au Burkina Faso: entre indifférence et espoirs déçus des petits entrepreneurs

Simon BARUSSAUD               22

1 1. Contexte économique et DSP                            224

2. Clarifications des concepts et éléments méthodologiques               227

2.1. Les Micro et Petites Entreprises (MPE)        227

2.2. L’économie informelle et formelle au Burkina Faso          228

2.3. Méthodologie    230

3. L’hétérogénéité des MPE et la présence de profils types    232

3.1. Profil type 1 : les trente MPE informelles   236

3.2. Profil type 2 : les trente et une MPE semi-formelles payant la CSI        237

3.3. Profil type 3 : les onze MPE semi-formelles payant le RSI           239

3.4. Profil type 4 : Les trente MPE formelles      240

4. L’évaluation des DSP par les MPE        242 4.1. La promotion de l’initiative privée    242

4.2. L’environnement des affaires             246

5. La formalisation des MPE           250

5.1. Les MPE informelles : une activité et des perspectives d’avenir restreintes   250

5.2. Les MPE semi-formelles : entre trajectoires ascendantes et descendantes      252

5.3. Les            MPE    formelles :      un        statut  aléatoire         255

6. Conclusion  258

Bibliographien260

 

Chapitre 7 Les politiques publiques face à l’indocilité du local

Frédéric LAPEYRE   263

1. Du Traditionnel à l’informel: histoire d’un aveuglement  266

2. De l’importance de la prise en compte des pratiques et institutions de l’économie informelle                268

3. Politiques publiques et conflits de régulation            273

4. Fuite, dénonciation et régulation conjointe  276

5. En guise de conclusion : de la notion de prise           279

Bibliographie             282