Vient de paraitre: Réparer le monde – Revue Techniques et Culture n° 65-66

Vient de paraitre:  Revue Techniques et culture n°65-66 2016 1-2

Réparer le monde: Excès, reste et innovation – 
Fixing the World, Excess, leftover & Innovation

Chers collègues,

Nous sommes très heureux de voir enfin diffusé le travail que nous menons depuis 2013 à l’EHESS Marseille sur la question du Reste et de l’innovation et que vous pourrez trouver ce jour en librairie. Ce numéro de plus de 500 pages regroupe une cinquantaine d’auteurs sur une problématique qui a attiré une multitude de propositions disciplinaires d’ici et d’ailleurs.

Nous espérons qu’il permettra des échanges et un débat exigeant tant sur le contenu que sur la forme éditoriale nouvelle que nous avons donnée à cet ouvrage.

Bien sincèrement à tous

Frédéric Joulian (EHESS), Yann-Philippe Tastevin (CNRS), Jamie Furniss (Univ. of Edinburgh), coordinateurs du numéro.

Voir aussi sur le site de la revue  tc.revues.org

tc6566couvrecto-small200

Dans toutes les bonnes librairies, le 14 novembre 2016
Comment penser la production toujours plus excessive des restes de nos sociétés ? Comment repérer des espaces de créativité et d’innovation dans ce qui apparaît comme une des faces les plus refoulées de notre modernité ?
Ce numéro exceptionnel de Techniques&Culture livre un panorama international et varié des recherches sur les restes : de la géographie de la couronne de satellites poubelles autour de notre planète à une ethnographie du 7e continent de plastiques, en passant par une anthropologie des déchets ménagers ou « anatomiques » ou encore par l’exposé de différentes innovations sociales et techniques répondant aux excès des sociétés modernes. Il permet au lecteur de fonder une pensée, ou plus simplement, de s’orienter face aux discours alarmistes ou aux utopies technicistes.
Dans cette nouvelle formule de la revue, les écrits des sciences humaines se déclinent sous différentes formes d’écritures, brèves et illustrées dans cette version imprimée, ou plus étendues et réticulées dans la version en ligne. Aux curieux et récupérateurs en tout genre : bonne exploration !

Cet ouvrage est aussi la synthèse d’un projet collectif attaché ­à explorer les significations sociales du reste et des déchets, que nous avons mené depuis 2011 à l’EHESS et au MUCEM dans le cadre de différents séminaires et rencontres scientifiques synchrones de la préparation de l’exposition « Vies d’Ordures ! », prévue en mars 2017.

 

Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Par Marcos Fernández-Gutiérrez, Oliver James et Sebastian Jilke

Revue Régulation et et gouvernance
REGO_leftVersion préliminaire en ligne de la fiche publiée avant l’inclusion dans un numéro de la revue

Mots clés:
Service de l’infrastructure publique, les services d’intérêt économique général, la régulation; l’Etat providence régulé, la réforme de la libéralisation

Les réformes de la régulation des services publics dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) visaient à accroître le bien-être des consommateurs en introduisant la concurrence et le choix sur les marchés de services. Cependant, les évaluations empiriques se sont demandées si ces réformes ont bénéficié tous les consommateurs, ce qui suggère que les groupes vulnérables des usagers des services (en particulier ceux ayant un faible niveau d’éducation formelle), pourraient être enfermés dans des services peu performants. Nous évaluons la relation entre le niveau de la concurrence dans l’électricité et les marchés de la téléphonie fixe dans les pays de l’UE et d’évaluer l’accessibilité de ces services pour différentes couches socio-éducatifs. Nos résultats montrent que – bien que dans les pays où il y a une fréquence relativement élevée de commutation, les inégalités entre les groupes socio-éducatives sont plus petits et disparaissent par la suite – la concurrence en tant que telle ne joue pas un rôle. Ces résultats suggèrent que la régulation de la demande qui permet avec succès commutation du consommateur a le potentiel pour égaliser la protection sociale, ce qui reflète une convergence possible des instruments réglementaires et les objectifs centraux de l’Etat-providence dans ce contexte. © 2016 Wiley Publishing Asie Pty Ltd

 

Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

logo-regulationContestations monétaires. Une économie politique de la monnaie
Monetary Contestations. A Political Economy of Money

Dossier spécial coordonné par PEPITA OULD AHMED ET JEAN-FRANÇOIS PONSOT

Lire aussi sur Revue de la régulation

La revue de la régulation vient de publier un excellent dossier thématique sur la contestation monétaire. Le dossier qui compose le cœur de ce numéro 18 constitue une nouvelle contribution à une économie politique qui s’ancre dans des terrains, des réalités, des objets et des méthodes variés, bien au-delà des approches en termes de régulation. En rassemblant des contributions sur les différentes formes, modalités et pratiques de Contestations monétaires, le dossier contribue à une économie politique de la monnaie qui est déjà solidement construite, comme le rappellent Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, coordonnateurs du dossier, dans leur introduction. L’entrée par les contestations donne au(x) programme(s) institutionnaliste(s) sur la monnaie un relief particulier, en ce qu’elle situe le débat sur la pluralité des monnaies (et des approches) et sur la contestation comme fait et enjeu de nature politique. La notion de contestation prend ainsi corps tant à l’échelle internationale (Benjamin J. Cohen sur le dollar, Frédéric Lordon sur l’Euro), entre monnaies dominantes, que de la part de nouveaux hégémons en puissance (y compris le bitcoin d’un certain point de vue : Ludovic Desmedt et Odile Lakomski-Laguerre, Alain Laurent et Virginie Monvoisin), mais aussi à l’échelle nationale (Pierre Alary à propos du Laos, Ramine Motamed-Nejad en Iran) ainsi que de la part de monnaies locales ou sociales (Georgina Gomez en Argentine, Jérôme Blanc sur les monnaies associatives, Guillaume Vallet sur le WIR, Celina Whitaker à partir du SOL et de son expérience de terrain). Le dossier s’intéresse donc à différents registres de contestation qui ne constituent pas nécessairement une lutte d’hégémonie. Il y a ainsi une ambivalence des monnaies complémentaires qui peuvent contribuer à contester l’ordre existant ou, au contraire, à le renforcer en contenant la contestation. On l’aura compris, ce dossier d’économie politique du fait monétaire s’inscrit dans une contestation de la pensée standard de la monnaie (André Orléan). Plusieurs notes de lecture très détaillées sur des ouvrages forts sont directement associées à ce dossier : David Cayla sur David Graber, Dette : 5000 ans d’histoire, Adrien Faudot sur Frédéric Lordon, La Malfaçon, Tristan Dissaux sur Jean-Michel Servet, La vraie révolution du microcrédit. La note sur Servet conclut sur l’intérêt d’un recours à Ostrom et aux communs qui permet une belle transition avec la note de Pascal Grouiez sur l’ouvrage dirigé par Benjamin Coriat, Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, laquelle note constitue un écho au dossier Autour d’Ostrom qu’il avait précédemment co-dirigé dans la Revue.

En complément du dossier, plusieurs débats déjà riches sont nourris par de nouvelles contributions.

À propos du concept de néo-surtravail qu’on trouvait dans la note de lecture de Benoît Giry sur Guillaume Tiffon, ce-dernier répond dans une note visant à défendre sa thèse du travail du client comme surtravail. Francisco Serranito, de son point de vue, montre que les politiques économiques de la Troïka n’ont pas tenu leur objectif. Un débat est lancé autour d’Imperium de Frédéric Lordon, à propos duquel Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent une longue note, confrontant l’ouvrage et la question de la souveraineté à leur économie politique néoréaliste.

Lire la suite sur Revue de la régulation

Sommaire

Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie
Introduction
Monetary Contestations: A Political Economy of Money
Contestación monetaria : una economía política de la moneda

Benjamin J. Cohen
The Demise of the Dollar?  Plus ça change, plus c’est pareil…
La mort du dollar ? Plus ça change, plus c’est pareil…
La muerte del dólar ? Cuanto mas cambia, mas se parece

Georgina M. Gómez et Joop de Wit
Contestations and Contradictions in the Argentine Redes de Trueque
Contestations et contradictions dans les réseaux de troc argentins

Jérôme Blanc
Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives
Contesting Through Projects. The Case of Associative Local Currencies
La contestación por medio de proyectos. El caso de las monedas locales asociativas

Guillaume Vallet
Le WIR en Suisse : la révolte du puissant ?
The WIR in Switzerland: the Revolt of the Powerful?
Suiza : la revuelta del poderoso ?

Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt
L’alternative monétaire Bitcoin : une perspective institutionnaliste
The Bitcoin Alternative: An Institutionalist Perspective
La alternativa monetaria Bitcom : una perspectiva institucionalista

Alain Laurent et Virginie Monvoisin
Les nouvelles monnaies numériques : au-delà de la dématérialisation de la monnaie et de la contestation des banques
New Digital Currencies: Beyond Monetary Dematerialisation and the Contestation of Banks

Pierre Alary
Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000
A Traditional Monetary Regime Challenged by the Currency State: kip History in North Laos from 1975 to 2000
Un régimen monetario tradicional contestado por la moneda de Estado : la historia del kip en el Norte de Laos, de 1975 a 2000

Ramine Motamed-Nejad
Monnaie et illégalismes. Genèse des protestations monétaires en Iran (1979-2013)
Money and Illegalism: Genesis of Monetary Protests in Iran (1979-2013)
Moneda e ilegalismos. Génesis de protestaciones monetarias en Irán (1979-2013)

André Orléan
La valeur économique comme fait social : la preuve par les évaluations boursières
Economic Value as A Social Fact: A Proof by Financial Markets Evaluations
El valor económico como hecho social : la prueba por medio de las evaluaciones bursátiles

Vient de paraitre: Fashion Mix

Fashion Mix_1310 - copieN°1310  avril-juin 2015

Vient de paraître: Fashion Mix

Modes, codes vestimentaires, et pratiques corporelles

Dossier spécial de la Revue Hommes et Migrations N°1310  avril-juin 2015   Coordinateur: Anne Monjaret

Anne Monjaret, Ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC-équipe LAHIC (CNRS-EHESS)

Lire aussi le carnet de recherche Vêtement & Textile

 Ce dossier complète la problématique de l’exposition Fashion Mix, qui s’est tenue au Musée de l’histoire de l’immigration jusqu’à fin juin 2015, et fait un état des dernières recherches sur l’influence des migrations sur les manières de se vêtir, de se coiffer, et de traiter son corps dans l’espace. La revue a souhaité croiser le thème de la mode et celui des migrations en brassant les recherches en cours.   L’ouverture internationale explore les relations que la France entretient à travers le vêtement avec des continents comme l’Afrique et identifie des travaux qui seraient utilement transférables en France.

A l’occasion de l’exposition Fashion Mix tenue au Musée de l’histoire de l’immigration (novembre 2014 –juin 2015) et portant sur l’histoire des créateurs d’origine étrangère qui ont activement contribué au dynamisme et à la renommée mondiale de la haute couture parisienne, la revue Hommes et Migrations a souhaité enclencher un nouveau chantier sur le thème de la mode, des codes vestimentaires et des pratiques corporelles en relation avec les phénomènes migratoires. Ce dossier se situe en complémentarité avec la problématique de cette exposition pour faire l’état des recherches menées sur ces différents thèmes et montrer comment les migrations influencent les manières de se vêtir, de se coiffer et de traiter son corps.

Les études migratoires ont accordé à la mode un traitement encore limité, que ce soit sous l’angle des analyses du secteur économique ou celui plus anthropologique des études sur les pratiques culturelles. Les recherches sur l’histoire de la mode ont peu abordé également la question de la présence des créateurs étrangers et des influences plus générales des migrants sur les courants (type afro style). La connexion entre ces deux domaines scientifiques est un chantier à mener.

Pourtant, quand on considère la confection (mais aussi de la retouche et la braderie) la maroquinerie ou la cordonnerie, ces secteurs économiques ont depuis plusieurs décennies étaient portés par des migrants et ils révèlent de compétences professionnelles et de savoir-faire artisanaux ou plus techniques performants dans leurs capacités d’insertion dans l’économie des pays d’accueil. Dans ces secteurs, les migrants ont toujours été très entreprenants, tant et si bien que mode et migrations sont intimement mêlées. Par prolongation, les commerces qualifiés « d’ethniques » s’adressent à des clientèles d’origine étrangère pour leur vendre des produits cosmétiques ou des vêtements de leur pays d’origine, jouent un rôle social comme des lieux de ressources identitaires ou culturelles. Enfin si certains créateurs de mode d’origine étrangère ne franchissent pas les barrières pour accéder à la haute couture, leurs créations parviennent à influencer les styles et courants de la mode en ouvrant à des propositions nouvelles en matières de tissus, d’assemblages, et de coupes.

La migration affecte également les modes vestimentaires de ceux qui décident de vivre ailleurs. Certains vêtements ou codes vestimentaires sont abandonnés au profit de ceux de la société majoritaire, d’autres sont conservés, adaptés, dans l’espace privé de la famille ou réservés à des évènements familiaux ou festifs plus larges. Les modes vestimentaires ont des fonctions sociales et identitaires qui varient selon les migrations. Dans une certaine mesure et selon les périodes, les migrants ont introduit des éléments de leurs cultures dans les courant de la mode en France et plus largement.

En complément, la coiffure, le maquillage et les soins corporels représentent des marqueurs culturels que la migration bouscule et modifie au fur et à mesure que les personnes s’installent et vont vouloir se conformer à certains usages dominants.

Certains codes vestimentaires et corporels se transmettent d’une génération à l’autre, d’autres sont rejetés ou au contraire ritualisés et patrimonialisés en vertu d’une charge symbolique forte.

Ce dossier constitue un premier cadrage des différentes pistes de recherche qui sont comprises dans cette vaste thématique tout en identifiant des programmes scientifiques et des initiatives culturelles ou artistiques qui vont livrer leurs premiers résultats

De la fripe à la Sape : migrations congolaises et modes vestimentaires

Par Sylvie Ayimpam, université Aix-Marseille et Léon Tsambu, université de Kinshasa 

Article issu du N°1310,  avril-juin 2015 : Fashion Mix

Né au début du XXe siècle entre Kinshasa et Brazzaville, le mouvement de la Sape ou Société des ambianceurs et des personnes élégantes a peu à peu gagné les territoires des diasporas congolaises à Paris ou à Bruxelles. Entre mode et musique, les sapeurs font de leurs luxueux habits le symbole d’une identité en perpétuelle réinvention. Pour assouvir leur quête de vêtements aux griffes prestigieuses, des filières d’approvisionnement informel se sont mises en place entre l’Afrique et l’Europe.

Just published – A new book about Witchcraft in Africa

Just published : Thinking Witchcraft in Africa

Paru Mars 2015: Penser la sorcellerie en Afrique

Edited by Sandra Fancello (Sous la direction de)  – Forewords by Peter Geschiere

Penserlasorcellerie

Witchcraft has taken new forms in contemporary Africa : child witches, ritual crimes, steals of sex, diabolical possessions, etc. It no longer refers to an organized system of beliefs and practices but rather polymorphic imaginary triggered by insecurity and injustice experienced daily. The facts of violence associated with witchcraft cases show a deep normative deregulation and require located surveys that ask chains of suspicion and accusation.

This book makes the choice of an ethnographic and comparative approach to health or religious diagnoses and judicial qualifications of witchcraft. Researchers are arraigned as judges and doctors by criminalization process, otherwise politicization of witchcraft cases. How in such a context in and be accepted as a researcher in the courts, churches, families, businesses? How to avoid biases entrance from the perspective of the victims? How to work on qualified business media of « blood libel »? Business, rumors, trial call to think by case, interviewing actors’ strategies and positioning of institutions to the witchcraft.
Edited by Sandra Fancello, with contributions from Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary-Maixant Mebiame Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello Bernard Coyault and Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello is an anthropologist, researcher at the CNRS and member of the African Worlds Institute. Coordinator of the research program « State and institutions facing witchcraft in contemporary Africa, » his works examine witchcraft representations and consultations ways in the religious field of healing in Africa.

Penser la sorcellerie en Afrique

La sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation. 

Cet ouvrage fait le choix d’une approche ethnographique et comparative des diagnostics sanitaires ou religieux et des qualifications judiciaires de la sorcellerie. Les chercheurs sont interpelés comme les juges et les médecins par les processus de pénalisation, sinon de politisation des affaires de sorcellerie. Comment dans un tel contexte entrer et se faire accepter en tant que chercheur dans les tribunaux, les églises, les familles, les entreprises ? Comment éviter les biais liés à une entrée par le point de vue des victimes ? Comment travailler sur des affaires qualifiées par les médias de « crimes rituels » ? Les affaires, les rumeurs, les procès appellent à penser par cas, en interrogeant les stratégies d’acteurs et le positionnement des institutions face à la sorcellerie.

Sous la direction de Sandra Fancello, avec les contributions de Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary, Maixant Mébiame-Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello, Bernard Coyault et Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello est anthropologue, chargée de recherches au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains. Coordinatrice du programme « L’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine », ses travaux interrogent les représentations sorcellaires et les itinéraires de consultations dans le champ religieux de la guérison en Afrique.
 

 

Les Femmes et la fin des conflits violents en Afrique

African Women’s Movements in the Twentieth Century: A Hidden History

African Studies Review

Un article de Iris Berger

 

L’article d’Iris Berger qui vient d’être publié dans la dernière livraison d’African Studies Review, explore les efforts des mouvements des femmes africaines dans les années 1990 pour mettre fin à des conflits civils violents et pour exiger des garanties d’équité entre les sexes dans les gouvernements nouvellement formés. Il tente d’expliquer leurs succès récents en examinant les relations complexes entre les mouvements féminins internationaux et les groupes des femmes africaines depuis la seconde guerre mondiale, en particulier depuis 1975, date ayant marqué le début de la “Décennie des femmes,” initiée par les Nations Unies. L’article se tourne ensuite vers un problème plus large: il explore les liens entre l’activisme des femmes contemporaines et les courants plus profonds de l’histoire africaine qui relient la période précoloniale avec un passé plus récent. En examinant plusieurs types de manifestations menées par des mouvements féminins au XXème siècle, cet article met en relief le fait qu’à travers le langage de leurs revendications politiques, économiques, et environnementales, ces mouvements laissent transparaître l’histoire cachée de l’influence des femmes dans leur rôles de guérisseuses publiques, ayant non seulement le pouvoir de guérir des individus, mais aussi de réparer des relations plus larges au sein de la communauté.

Lire  sur African Studies Review

This article begins by exploring the efforts of African women’s movements from the 1990s onward to end violent civil conflicts and to insist on guarantees of gender equity in newly formed governments. It attempts to explain these recent successes first by examining the complex relationships between international women’s movements and African women’s groups from the Second World War onward, particularly from the era of the U.N. Decade for Women beginning in 1975. The article then turns to a broader problem: exploring the connections between contemporary women’s activism and deeper currents in African history that link the precolonial period with the more recent past. By examining a variety of twentieth-century women’s protests, it argues that cloaked in the language of political, economic, and environmental grievances, these movements also reflect a hidden history of women’s influence as public healers, empowered not only to cure individuals, but also to mend broader relationships in the community.

  • Women;
  • empowerment;
  • protest movements;
  • healing;
  • international women’s movements;
  • Nigeria;
  • South Africa;
  • Kenya

An earlier version of this article was presented as the ASR Distinguished Lecture at the 56th annual meeting of the African Studies Association, November 2013, Baltimore, Maryland.

Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in development or Emergency contexts

 Introduction: Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in Development or Emergency contexts

APAD 40_41epreuve_couverture_16:9 4

Sylvie Ayimpam, Magali Chelpi-den Hamer, Jacky Bouju

Published in Anthropologie et Développement n°40-41 (2014), pp. 21-41« Les terrains du développement et de l’humanitaire: convergences et renouveau réflexif »

Long Abstract

The bygone figure of the lonesome ethnologist settled for a long time in an exotic distant village is fading away. New generations of social anthropologists stay out of office for much shorter fieldwork periods in order to investigate issues concerning close or distant places or people. They pay special attention to the diversity of local stakes and interests, to the multiplicity of opinions and understandings, to the complexity of other’s world. They do worry about the intercultural encounter and the ethics of communication with research assistants and informers. All in all, social anthropologists are very reflexive about their field practice.

On their part, anthropologists of development have also contributed to the renewal of the discipline. They were the first to explore new ways of practicing ethnography in short term development programs. Anthropologists involved in emergency humanitarian relief programs took their path and relied heavily on ideas and concepts stemming from development anthropology (intervention capture and manipulation ‘from the top’ or ‘from the bottom’, the degree of embedding in the immediate project environment, actors’ games and power strategies, etc.) But, last decades conflict and post-conflict situations tagged with collective atrocities and repeated violation of human rights have increased. Such a context has strongly impacted fieldwork exposing it to new difficulties, risks and hazards unknown before. Today, anthropology of emergency and development is fully involved in actual disciplinary stakes. New researches are centred on Aid organizations’s internal logics and stakes arouse discussions and debates about the methodological innovations springing from urgency and development actions stand in good place amid these new researches. Some of them following the reflexive turn cogitate on personal involvement in aid programs. Yet, apart from the milestone book of Florence Bouillon, Marion Frésia and Virginie Tallio (2005), the French speaking anthropology of development and urgency kept uninvolved in this reflexive trend. Therefore, the aim of this issue is to start filling the gap. But, in doing so, we shall not follow the existing literature main stream which is mainly concerned with ethical and methodological problems stemming from doing fieldwork in very dangerous contexts or war situations (Nordstrom & Robben 1995, Nilan 2002, Sriram et al. 2009). Indeed, all the papers gathered here deal with ‘moderately’ hazardous fieldworks.

Moderately hazardous fieldworks are interesting because they create a global atmosphere of faint insecurity. The researcher accepting to engage fieldwork in such context knows well that he (she) will find himself (or herself) caught in awkward and worrisome situations, some of them being more difficult to cope with than others. In this case, the right perception of risks is central and it depends of a fine and accurate understanding of what is at stakes for all parties interacting. In turn, this depends of the researcher s’ personal involvement in people’s problems and how he has negotiated the various identities assigned to him. It also depends of the previous roles he has played locally and of the new roles he is ready to take upon himself.

In moderately risky situations, hazards stem from research topics that may be politically ‘sensitive’, socially ‘illegitimate’ or religiously ‘taboo’. The specific difficulty of such topics is that they are characterized by conceptual clashes that make them ‘elusive’ and ‘soaked’ with antagonistic meanings that mistreat most of the basic methodology requirements (neutrality, cross control validation, etc.) This is made clear in Ramatou Ouedraogo and Hadiza Moussa’s papers. They describe lengthily how they have been involved into tensed local antagonisms, concerning on one side abortion in an hostile and stigmatizing community context and on the other side, excision in a social context religiously explosive. Hazards may also originate in the authoritarian context surrounding fieldwork as shown in Molly Sundberg and Mikaela Le Meur’s papers. In a situation filled with extreme political tension or religious hatred violence is likely to burst out at any moment. This has been Sylvain Batianga’s experience in Central African Republic where he found himself caught in a local situation undermined by rampant suspicion against all ‘humanitarian’ fieldworkers.

Then, well informed about a risky fieldwork situation, knowing how much access to the research site may be hazardous, the researcher may cancel is leaving to the field. This is what happened to Sten Hagberg and Gabriella Körling. With the burst out of the Malian civil war, access to their research site became impossible. To cope with the situation, they engaged in a kind of ‘distant survey’, a methodological adaptive option that tends to be more and more used to circumvent field access difficulties. Today, extended fieldwork is threatened in several ways. On one side because of the generalization of insecurity problems that may cause hazards to the researcher, his assistants or his informers, and on the other side because of a continuous shrinking of institutional funding of anthropological field research. As a result, field research practice is becoming more and more complicated to implement. Therefore, many anthropologists explore ways and means adapting the classical participant observation method to these pressures. Sten Hagberg and Gabriella Körling’s contribution gives a good idea of the many ways to take ‘notes and queries’ from afar that can be experimented nowadays.

Each paper in this issue illustrates a different way to question the ethical problems met when coping with risks on the field. They may be summed up in four main questions:

  • How is fieldwork method knocked up and tinkered in authoritarian contexts where investigation is not welcomed and interviewing kept under surveillance?
  • What particular ethical and methodological issues rise when fieldworking in sites becoming hazardous in pre or post-conflict situations?
  • Is it possible to investigate any research topic whatever its sensibility?
  • Finally, how much is direct fieldwork interaction necessary? What are the ethical and methodological limits of distant anthropological survey?

Vient de paraitre : Les terrains du développement et de l’humanitaire

Vient de paraitre: Les terrains du développement et de l’humanitaire

Convergences et renouveau réflexif 

 
Just published – Fieldwork in Development and Emergency Settings 
Confluence and Renewed Reflexivity 

 Dossier spécial  coordonné par – Special Issue edited by  Sylvie Ayimpam, Magali Chelpi, Jacky Bouju 

APAD 40_41epreuve_couverture_16:9 4On their part, anthropologists of development have contributed to the renewal of the discipline. They were the first to explore new ways of practicing ethnography in short term development programs. Anthropologists involved in emergency humanitarian relief programs took their path and relied heavily on ideas and concepts stemming from development anthropology: intervention capture and manipulation ‘from the top’ or ‘from the bottom’, the degree of embedding in the immediate project environment, actors’ games and power strategies, etc. 

 
Le champ du développement a participé au renouveau réflexif de ces quinze dernières années, en explorant de nouvelles manières de faire de l’ethnographie dans des situations d’interventions courtes et planifiées opérant dans des contextes parfois difficiles. C’est ainsi qu’aujourd’hui, nombre de chercheurs se sont engagés dans des formes de recherche collaboratives et participatives dans lesquelles l’information est un processus de co-production épistémologique issue d’une interaction dialogique répétée. Mais, dans la dernière décade, l’accroissement des foyers de tension s’est accompagné localement de guerres civiles avec leurs lots d’atrocités collectives, de génocides, et de violations récurrentes des droits de l’Homme dans le monde, qui ont transformé quantités d’êtres humains en réfugiés ou qui les ont contraints à la  migration forcée ou à l’exode rural.
 
Les politiques de l’humanitaire s’étant rapprochées des politiques de développement, l’anthropologie de l’action humanitaire s’est rapidement réapproprié nombre d’idées issues des travaux en anthropologie du développement: les questions de capture et de manipulation de l’intervention « par le haut » et « par le bas », la question du degré d’enchâssement dans l’environnement immédiat, les jeux d’acteurs et les jeux de pouvoir, etc.

Un ouvrage: Economie de la débrouille à Kinshasa

Mis en avant

COUV 16x24 economie-5_19_Juin4

Economie de la débrouille à Kinshasa

Informalité, commerce et réseaux sociaux

Un ouvrage de Sylvie Ayimpam

Comment, dans un contexte de crise économique et sociale durable, les citadins ré-inventent-ils les moyens de leur survie à Kinshasa? C’est à cette question importante que cet ouvrage s’attache à répondre. On y trouve une description ethnographique minutieuse des dispositifs microsociaux qui permettent aux citadins-commerçants d’approvisionner la ville et aux citoyens ordinaires de continuer simplement à vivre. Le livre plonge ainsi le lecteur dans les multiples formes de la « débrouille » qui organisent l’univers du petit commerce dans les marchés de la ville de Kinshasa. Lire la suite

 

La mémoire de la violence en Centrafrique

Cultural-Anthropology

La mémoire de la violence en Centrafrique

Un article de Bruno Martinelli

Extrait de l’article à paraitre bientôt dans Cultural Anthropology

2013 fut l’année de toutes les formes de violence et de danger pour les centrafricains. Parvenue au pouvoir, la Seleka instaura un régime de répression qui légitimait les exactions et les pillages des rebelles sur l’ensemble de la population. Leur répondant par une violence terroriste antimusulmane, des groupes armés anti-balaka, opérant dans la capitale comme dans les villages, commirent des massacres qui entrainèrent la fuite de plus de cent milles musulmans vers les pays voisins et le déplacement de plus de la moitié de la population de Bangui vers des camps, sous la protection des églises et des militaires étrangers.

Contrairement à ce que déclarent la plupart des acteurs et des commentateurs de la situation centrafricaine actuelle, je ne pense pas que les violences des milices anti-balaka s’expliquent seulement comme une réponse aux violences commises par les seleka durant l’année 2013. L’omniprésence du langage de la haine associé à des actes collectifs exige de remonter plus loin dans le passé vers les traces de faits antérieurs en sachant qu’en l’état actuel des connaissances, il est improbable d’en découvrir les origines. Il faut se contenter d’en saisir les séquences les plus récentes. Depuis le début des années 1990, les évènements de violence armée se sont succédés avec leur cortège de pillages et de massacres : mutineries de 1996 et 1997, tentative de coup d’Etat de Kolingba en 2001, pillages des mercenaires congolais banyamulenge venus défendre le régime de A.F. Patassé en 2002.

En mars 2003, les mercenaires « libérateurs » tchadiens zaghawa qui portèrent François Bozizé au pouvoir se livrèrent à leur tour à un pillage intensif de Bangui, durant plusieurs mois.

Un ressentiment antimusulman se développa car les musulmans centrafricains semblèrent épargnés par ces pillages et certains furent accusés de collaborer avec les tchadiens.D’un point de vue objectif d’anthropologue, la thèse d’une coexistence pacifique « traditionnelle » entre chrétiens et musulmans en Centrafrique répétée de manière dogmatique par les déclarations officielles relève d’un vécu social de quartiers et de familles mixtes mais ne permet pas d’aborder les causes sociologiques de la violence. Les pacificateurs infatigables de la situation actuelle que sont l’archevêque catholique Dieudonné Nzapalainga, l’imam Omar Kobine Layama, président de la conférence islamique de Centrafrique et le révérent Nicolas Guerekoyame-Gbangou, pasteur de l’église évangélique Elim utilisent légitimement cet argument moral et politique de médiation et de réconciliation au cours d’interventions quasi héroïques sur tous les fronts de la violence à Bangui et à l’intérieur du pays.

Ce discours a une réelle efficacité sur les observateurs étrangers et les institutions internationales mais il fait écran à la réalité des conflits avec un effet d’amnésie sur la succession des évènements de violence. Au cours de la dernière décennie 2003–2013 (correspondant à celle du pouvoir Bozizé), des incidents débouchèrent sur des affrontements sanglants d’intensité croissante au cours desquels la centrafricanité des musulmans a été de plus en plus systématiquement mise en cause. Les expressions de haine qui sous-tendent les actes de violence actuels se fondent sur une conscience victimaire de la majorité non musulmane centrafricaine qui s’est construite au cours d’évènements de violence réitérés qui ont laissé des traces profondes dans la mémoire.

L’un des derniers évènements eut lieu le 29 mai 2011 à la suite de la découverte des corps de deux enfants dans le coffre de la voiture d’un commerçant tchadien. Après avoir visé la famille du présumé coupable accusé de magie et de sorcellerie, la violence meurtrière s’étendit très rapidement à l’ensemble du quartier du km5, une mosquée fut attaquée. Ce jour là (comme le 5 décembre 2013) de nombreux cadavres de musulmans martyrisés furent alignés dans la mosquée Ali Baboro du Km5. Les jours suivants, les violences et les destructions s’étendirent à l’ensemble des quartiers musulmans de Bangui. D’autres mosquées furent attaquées. Le couvre-feu fut décrété pour une durée indéterminée. En représailles, le lendemain matin, une église catholique du quartier Yapele fut incendiée et saccagée.

Ces évènements suivirent un scénario identique à ceux de 2013–2014 à la différence qu’ils furent contrôlés au bout d’une semaine par la force publique. Une délégation gouvernementale tchadienne vint à Bangui pour examiner la situation et mettre un terme aux violences.Les violences populaires furent alimentées par les rumeurs les plus diverses contre les commerçants musulmans, les assimilant collectivement à des trafiquants d’organes humains pour la sorcellerie et exigeant, à ce titre, leur exécution ou leur expulsion du territoire centrafricain. Plusieurs pays africains (Afrique du Sud, Nigeria) ont récemment connu des campagnes d’expulsion de masse d’« étrangers » menées par des foules en colère qui les accusaient de sorcellerie. Cet argument est l’instrument d’une stigmatisation radicale de leur identité et de leur nationalité.

A Bangui, à partir des évènements de 2011, un thème jusque là sous-jacent émergea au premier plan des affrontements, celui de la centrafricanité douteuse des musulmans et de leur origine étrangère, essentiellement tchadienne. La venue de la délégation tchadienne pour négocier la paix renforça cette conviction. La vieille thèse d’un programme de persécution des centrafricains par les tchadiens avec la complicité d’une sorte de franc maçonnerie musulmane se trouva renforcée. Les explications recueillies auprès des acteurs de 2011 montraient qu’ils faisaient référence à une mémoire longue des violences remontant aux événements de 2003.

Rétrospectivement, tout se passa donc comme si les évènements de juin 2011 étaient une répétition à petite échelle de ceux qui allaient se produire en décembre 2013, franchissant un point de non retour dans l’engrenage de l’horreur. A la différence des conflits antérieurs résolus par la médiation et des négociations, les violences des anti-balaka ont pour objectif irréductible de mettre en cause la nationalité centrafricaine des musulmans et leur présence sur le territoire. Bien que la majorité des centrafricains ne partage pas les idées des anti-balaka, à travers l’exode massif des musulmans, leurs objectifs terroristes ont été atteints.L’examen des données empiriques nous a permis de saisir l’existence d’une mémoire de violences enfouies et stratifiées, d’un substrat d’animosité visant les musulmans au point de mettre en cause leur identité centrafricaine.

L’épreuve la plus pénible fut, pour moi, de retrouver quelques un des étudiants d’anthropologie de l’université de Bangui, armés, participant à des actions violentes, tenant les discours les plus extrémistes. La reconstruction de l’État centrafricain passera nécessairement par un travail de thérapie sociale, morale et politique et par une réflexion sur les traces que ces vagues de violence seleka puis anti-balaka auront laissées dans les mémoires des différentes communautés, au risque de voir ces évènements se reproduire.
Ce texte est un extrait d’un texte plus long qui sera publié  prochainement dans Cultural Anthropology lire ici . 

Les règles formelles et informelles dans les marchés publics

Regulation and Governance_left

Corruption and marketization: Formal and informal rules in Chinese public procurement

Par Ting Gong et Na Zhou

La corruption et la marchandisation : les règles formelles et informelles dans les marchés publics chinois

La relation entre la libéralisation du marché et la corruption a attiré l’attention des chercheurs au cours des dernières années. La  perspective conventionnelle veut que l’augmentation de la marchandisation économique réduise la corruption . Toutefois, la Chine fournit la preuve du contraire ; la corruption s’est accrue au fur et à mesure que progressaient ses  réformes axées sur le marché. Cette co- évolution paradoxale du marché et de la corruption pose des questions intéressantes sur la façon dont la corruption a survécu à la marchandisation et sur ce qui explique les failles de la régulation gouvernementale. En étendant  le cadre conceptuel de la théorie institutionnelle sur les règles formelles et informelles, et en utilisant les marchés publics en Chine comme exemple empirique, cet article tente de montrer que les règles et la régulation des appels d’offres formelles peuvent être modifiées , contournées , ou remplacées par des règles informelles qui facilitent la corruption. Aussi, l’article  identifie quatre schémas de corruption à travers lesquels les acteurs de la passation des marchés peuvent fausser les processus et les mécanismes de concurrence sous le couvert de règles formelles. Par conséquent, les marchés publics en Chine  présentent apparemment les structures d’un marché concurrentiel, mais pas sa substance essentielle .

Voir sur Regulation & Governance

Mots clés

  • China; Chine
  • corruption; corruption
  • informal rules; règles informelles
  • market competition; marché concurrentiel
  • public procurement; marché public

Article first published online: 26 MAR 2014

Paths of Hybrid Governance in Africa. A research brief

Unravelling public authority: Paths of Hybrid Governance in Africa

LSE IOB Logo

 

 

sous la direction de Kate Meagher, Tom de Herdt et Kristof Titeca

La désillusion généralisée  à propos des perspectives des « État défaillant» sur la gouvernance en Afrique a attiré l’attention sur des nouvelles formes d’ordre émergent sur le terrain dans les zones où la présence de l’Etat est faible. Le terme « gouvernance hybride » a émergé pour désigner ces nouvelles modalités d’organisation,  intégrant les institutions locales et les organisations populaires, qui comblent les lacunes dans la capacité de l’Etat. Des concepts connexes tels que la «gouvernance sans gouvernement », « institutions de crépuscule », « gouvernance réelle » ou « Etat négociée» voient la gouvernance comme le résultat de négociations complexes entre un certain nombre d’acteurs, de groupes et forces. Au lieu de se concentrer sur la fixation des États défaillants, les praticiens du développement et les universitaires se posent de nouvelles questions quant à savoir si des formes plus appropriées d’ordre peuvent être construits par «travailler avec le grain » des institutions locales. Compte tenu de la popularité croissante de la gouvernance hybride dans la pensée actuelle du développement, il convient de se demander si c’est juste un nouveau vocabulaire dans le jargon du développement ou si il fournit un outil conceptuel utile pour faciliter des systèmes durables d’organisation dans les parties fragiles de l’Afrique terre et plus ?

Cette question a été examinée dans le cadre d’un récent atelier sur la gouvernance hybride, organisé grâce à une collaboration entre la London School of Economics et  l’Université d’Anvers, et auquel ont participé plusieurs universitaires et  praticiens de l’Europe et de l’Afrique. S’appuyant sur des recherches en cours, fondées empiriquement, les participants ont exploré les réalités de la gouvernance hybride dans une gamme d’états africains fragiles et d’états plus résilients, y compris la Somalie, la République démocratique du Congo, et le Sud-Soudan, ainsi que l’Ouganda, le Niger, la Somalie, le Rwanda et le Sénégal

Si vous voulez  lire le rapport de cet atelier très intéressant , nous vous invitons à vous rendre à la page suivante IS Academy on Human Security in Fragile States

 

Workshop Participants

Tim Allen, LSE (UK)
Sylvie Ayimpam, Centre d’études des mondes Africains (CEMAf), Aix-Marseille Université (France)
Thomas Bierschenk, Johannes Gutenberg-University (Germany)
Jacky Bouju, Centre d’études des mondes Africains (CEMAf), Aix-Marseille Université (France)
Frances Cleaver, King’s College (UK)
Tom De Herdt, University of Antwerp (Belgium)
Frederick Golooba-Mutebi, independent researcher
Tobias Hagmann, Roskilde (Denmark)
Eric Hahonou, LASDEL (Niger), Roskilde University (Denmark)
Dorothea Hilhorst, Wageningen University (The Netherlands)
Iain King, DfID (UK)
Tom Kirk, LSE (UK)
Emma Lochery, University of Oxford (UK)
Kate Meagher, LSE (UK)
Jean-Pierre Olivier de Sardan, LASDEL, Niamey / EHESS (France)
Ebbe Prag, Roskilde University (Denmark)
Timothy Raeymaekers, University of Zurich (Switzerland)
Filip Reyntjens, University of Antwerp (Belgium)
Kristof Titeca, University of Antwerp, University of Gent (Belgium)
Rens Twijnstra, Wageningen University (The Netherlands)

IS Academy

LSE IOB Logo

Travail, femmes et migrations dans les Suds

 

TRAVAIL, FEMMES ET MIGRATIONS DANS LES SUDS

Sous la direction de Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Couverture_RTM_217

Présentation :

 

Parmi les travaux qui croisent analyses du travail et féminisation des migrations, rares sont ceux qui se penchent sur les migrations de travail féminines des Suds n’ayant pas le Nord pour destination finale. Or ces déplacements, qu’ils soient internes, frontaliers, régionaux, transnationaux ou intercontinentaux ; qu’ils se traduisent par un aller simple ou combinent les offres migratoires ; qui mobilisent des femmes travailleuses, leurs familles, des États et nombre d’autres acteurs, témoignent d’une richesse et d’une diversité dont ne peut se passer la recherche portant sur les femmes qui décident, se voient contraintes, ou sont poussées à migrer pour travailler. L’analyse de ces déplacements témoigne, de même, de la difficulté de maintenir des dichotomies établies entre Nord et Sud, entre migrations de travail et migrations familiales, entre mobilités, entre dominations et résistances, etc.

 

Le dossier « Travail, femmes et migrations dans les Suds » regroupe des articles portant sur plusieurs types de mobilités s’étendant à travers diverses régions et suivant des motivations, des stratégies et des articulations migratoires, de travail et familiales originales. Il se veut une contribution à la cartographie complexe des figures, des parcours, des formes de mises au travail et des motivations des migrantes afin de contribuer à dessiner une image à la fois plus complète, plus complexe et plus nuancée des migrations féminines de travail. Ainsi partons-nous de l’hypothèse qu’un tel déplacement du regard vers des contrées et des mouvements moins explorés permettent d’appréhender à nouveaux frais tant l’objet de recherche « femmes travailleuse en migration » (qui semble marqué ici par une diversité particulièrement importante d’éléments interdépendants, individuels et sociaux, à prendre en considération) que sa contribution plus générale à la sociologie à la croisée du travail, de la famille, du genre et des migrations.

2

TRAVAIL, FEMMES ET MIGRATIONS DANS LES SUDS

Sous la direction de Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Natacha BORGEAUD-GARCIANDÍA et Isabel GEORGES

Travailleuses en migration dans « les Suds ». Déplacements de regards, reconfigurations de l’objet ?

Migrations internationales

Alain TARRIUS

Transmigrations européennes de travailleuses du sexe balkaniques et caucasiennes accompagnées de parentèles féminines

Marie PERCOT

Un métier pour partir : la migration des infirmières Kéralaises (Inde du Sud)

Julien DEBONNEVILLE

Les écoles du care aux Philippines – Le devenir travailleuse domestique

au prisme de l’altérité

Sylvie AYIMPAM

Commerce transfrontalier et migration féminine entre les deux Congo

Aïssatou DIALLO

Yakaar, Dakar-Dubaï-Guangzhou : trajectoire des commerçantes de Dakar

Karina CRIVELLI

Travailler dans la rue à Buenos Aires – Expériences quotidiennes des vendeuses ambulantes boliviennes

Migrations internes à l’Amérique latine

Anna PERRAUDIN

Les Marías à Mexico – Une analyse des formes précaires de commerce, au prisme des mobilités, du genre et de l’ethnicité

Sophie BLANCHARD

Migration féminine et « condition domestique » : de l’apprentissage à la professionnalisation – Trajectoires de travailleuses domestiques andines à Santa Cruz

Séverine DURIN

Le visage indien de la domesticité – Domesticité à demeure et ethnicité à Monterrey, Mexique

Varia

Magalie SAUSSEY

Réforme des services d’eau potable au Burkina Faso – La participation des femmes en question

Samir BELLAL

Rapport salarial et régulation économique en Algérie. Rédaction et administration : Institut d’Étude du Développement Économique et Social

Revue Tiers Monde 45 bis, av. de la Belle Gabrielle 94736 Nogent sur Marne Cedex

Tél : 01 43 94 72 26 – fax : 01 43 94 72 44 – tiermond@univ-paris1.fr

Abonnements et ventes : Armand Colin – www.armand-colin.com – infos@armand-colin.fr

5 rue Laromiguière, 75240 Paris Cedex 05 – Tel : 0 820 065 095 – fax 01 40 64 89 51

Publié avec le concours du Centre national du livre – Prix du numéro : 20 €

Abonnements pour l’année 2010 : Particuliers : France 62 € – Étranger 72 € – Institutions : France 115€ -Étranger 125€

Armand Colin

 

Forthcoming: Ordinary violence and social change in Africa

Ordinary Violence 53544

Jacky Bouju and Mirjam de Bruijn (eds.)

Ordinary social violence, – i.e. recurrent mental or physical aggression occurring between closely related people – structures social relationships in Africa, and in the world. Studies of violence in Africa often refer to ethnic wars and explicit conflicts and do not enter the hidden domain of violence that this book reveals through in-depth anthropological studies from different parts and contexts in Africa. Ordinary violence has its distinctive forms embedded in specific histories and cultures. It is gendered, implicates witchcraft accusations, varies in rural and urban contexts, relates to demographic and socio-economic changes of the past decades and is embedded in the everyday life of many African citizens. The experience of ordinary violence goes beyond the simple notion of victimhood; instead it structures social life and should therefore be a compelling part of the study of social change.

ISBN13: 978900427155      Format: Paperback       Publication Type: Book
Pages, Illustr.: approx. 190 pp.      Imprint: BRILL

Contributors: Sylvie Ayimpam, Jonathan Baker, Jacky Bouju, Aleksandra Cimpric, Mirjam De Bruijn, Olivier Kahola,  Sébastien Le Potvin, Otrude Moyo, Fatoumata Ouattara, Katerini Storeng, Hege Wallevick

Biographical note

Jacky Bouju is associate professor at the Department of Anthropology at Aix-Marseille University and assistant director of Centre d’Études des Mondes Africains, Aix–en–Provence, France.
Mirjam de Bruijn is professor in African Studies at Leiden University and senior researcher at the African Studies Centre Leiden. She has been publishing widely around the themes of mobility, crisis, uncertainty, agency and information and communication technology.

Readership

All interested in questions of various forms of violence; in social change and Africa; anthropologists; Cultural studies; Development studies.

Table of contents

Contents
1. Introduction: Ordinary Violence in Africa
Jacky Bouju & Mirjam de Bruijn
2. Changing Life Worlds and Contested Space: Seclusion Practices among the Iraqw of Northern Tanzania
Jonathan Baker & Hege Wallevik
3. A Chain of Family and Domestic Violence: Extramarital Pregnancy and Social Rupture in Burkina Faso
Fatoumata Ouattara & Katerini Storeng
4.Social Violence and Gender Inequality: Mali’s Young Bambara Domestic Workers
Jacky Bouju
5.The Itinerant Koranic School: Contested Practice in the History of Religion and Society in Central Chad
Mirjam de Bruijn
6. Surviving Structural Violence in Zimbabwe. The Case Study of a Family Coping with Violence
Otrude N. Moyo
7. The Cyclical Exchange of Violence in Congolese Kinship Relations
Sylvie Ayimpam
8. Kill the Witch! Anti-witchcraft Violence in the Central African Republic
Aleksandra Cimpric
9. Violence Towards Street Children (Shegue) in Lumbumbashi (D.R.C.)
Olivier Kahola Tabu

10. The Literary Threads of Domestic Violence in Mali
Sébastien Le Potvin

Abstracts
Biographies
Bibliography