Just Published: Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales

sous la direction d’Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti

Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Anthropologie & développement n°44 (2016/1)

Anthropologie & développement n°44(2016/1)

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales / Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences (dossier coordonné par/Editors : Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti)

Introduction. Dimensions méthodologiques, épistémologiques et politiques de l’engagement des chercheurs en sciences sociales / Methodological, Epistemological and Political Aspects of Engagement of Social Scientists (E. Piccoli et J. Mazzocchetti)

Ambiguities and Potentialities of Social Sciences in the Peruvian Mining Context (E. Piccoli et I. Yepez del Castillo)

The Ethics of Ethnographic Fieldwork in the Context of War against Migrants. Between Self-Censorship and Engagement (J. Mazzocchetti)

Knowing as Being, Knowing is Being. Doing a Political Ethnography of an Italian Right-Wing Party (E. Bellè)

Politicized Discourses. A Reflexive Approach to the Transnational Campaign on Women, Peace and Security and its Local Narratives (M. Martín de Almagro Iniesta)

Expérience de dialogue entre l’anthropologie et une situation de développement au Vietnam. De la position d’observateur à celle de médiateur (E. Pannier et C. Culas)

Dynamique des postures de chercheurs-engagés. Retours sur la participation dans les politiques de l’eau au Burkina Faso (W. Daré et J.-P. Venot)

Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

A propos des pollutions: la réglementation en matière de poursuites dans le Sud

La réglementation en matière de poursuites dans le Sud : les litiges civils de l’environnement par les procureurs en Chine par rapport au Brésil

Par  Yifan Shi & Benjamin van Rooij

Regulation & Governance

Volume 10,  Issue 1pages 44–57March 2016

Version of Record online: 15 MAR 2016 | DOI: 10.1111/rego.12112

REGO_left

 

L’action réussie de poursuite civile du Brésil contre les pollueurs pourrait être un exemple de réglementation pour les pays du Sud. Cet article analyse si une telle réglementation pourrait également se développer sans les grandes réformes politiques, institutionnelles et juridiques qui se sont développées au Brésil. Pour ce faire, il analyse la Chine, où des réformes similaires ont jusqu’à présent pas eu lieu, mais où les procureurs ont récemment commencé à initier un litige civil contre les pollueurs. Il constate que le litige civil de poursuites en Chine n’a qu’un effet ou potentiel réglementaire limité. Les procureurs en Chine sont influencés par contradictoires structures d’incitation qui récompensent un arrêt des cas de test de niveau inférieur avec un bonus d’innovation, tout en stimulant structurellement l’accent sur la lutte contre la criminalité générale. Ironie du sort, à la suite de ces incitations, la récente réforme juridique, vers la fourniture permanente des procureurs dans les litiges d’intérêt public, sera, contrairement au Brésil, diminuer plutôt que d’augmenter l’effet réglementaire de ces cas. Ces résultats ont des implications pour comprendre comment l’interaction entre l’indépendance réglementaire, la réforme juridique, et le type de régime façonne les possibilités d’innovation réglementaire dans le Sud.

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Par Marcos Fernández-Gutiérrez, Oliver James et Sebastian Jilke

Revue Régulation et et gouvernance
REGO_leftVersion préliminaire en ligne de la fiche publiée avant l’inclusion dans un numéro de la revue

Mots clés:
Service de l’infrastructure publique, les services d’intérêt économique général, la régulation; l’Etat providence régulé, la réforme de la libéralisation

Les réformes de la régulation des services publics dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) visaient à accroître le bien-être des consommateurs en introduisant la concurrence et le choix sur les marchés de services. Cependant, les évaluations empiriques se sont demandées si ces réformes ont bénéficié tous les consommateurs, ce qui suggère que les groupes vulnérables des usagers des services (en particulier ceux ayant un faible niveau d’éducation formelle), pourraient être enfermés dans des services peu performants. Nous évaluons la relation entre le niveau de la concurrence dans l’électricité et les marchés de la téléphonie fixe dans les pays de l’UE et d’évaluer l’accessibilité de ces services pour différentes couches socio-éducatifs. Nos résultats montrent que – bien que dans les pays où il y a une fréquence relativement élevée de commutation, les inégalités entre les groupes socio-éducatives sont plus petits et disparaissent par la suite – la concurrence en tant que telle ne joue pas un rôle. Ces résultats suggèrent que la régulation de la demande qui permet avec succès commutation du consommateur a le potentiel pour égaliser la protection sociale, ce qui reflète une convergence possible des instruments réglementaires et les objectifs centraux de l’Etat-providence dans ce contexte. © 2016 Wiley Publishing Asie Pty Ltd

 

Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

logo-regulationContestations monétaires. Une économie politique de la monnaie
Monetary Contestations. A Political Economy of Money

Dossier spécial coordonné par PEPITA OULD AHMED ET JEAN-FRANÇOIS PONSOT

Lire aussi sur Revue de la régulation

La revue de la régulation vient de publier un excellent dossier thématique sur la contestation monétaire. Le dossier qui compose le cœur de ce numéro 18 constitue une nouvelle contribution à une économie politique qui s’ancre dans des terrains, des réalités, des objets et des méthodes variés, bien au-delà des approches en termes de régulation. En rassemblant des contributions sur les différentes formes, modalités et pratiques de Contestations monétaires, le dossier contribue à une économie politique de la monnaie qui est déjà solidement construite, comme le rappellent Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, coordonnateurs du dossier, dans leur introduction. L’entrée par les contestations donne au(x) programme(s) institutionnaliste(s) sur la monnaie un relief particulier, en ce qu’elle situe le débat sur la pluralité des monnaies (et des approches) et sur la contestation comme fait et enjeu de nature politique. La notion de contestation prend ainsi corps tant à l’échelle internationale (Benjamin J. Cohen sur le dollar, Frédéric Lordon sur l’Euro), entre monnaies dominantes, que de la part de nouveaux hégémons en puissance (y compris le bitcoin d’un certain point de vue : Ludovic Desmedt et Odile Lakomski-Laguerre, Alain Laurent et Virginie Monvoisin), mais aussi à l’échelle nationale (Pierre Alary à propos du Laos, Ramine Motamed-Nejad en Iran) ainsi que de la part de monnaies locales ou sociales (Georgina Gomez en Argentine, Jérôme Blanc sur les monnaies associatives, Guillaume Vallet sur le WIR, Celina Whitaker à partir du SOL et de son expérience de terrain). Le dossier s’intéresse donc à différents registres de contestation qui ne constituent pas nécessairement une lutte d’hégémonie. Il y a ainsi une ambivalence des monnaies complémentaires qui peuvent contribuer à contester l’ordre existant ou, au contraire, à le renforcer en contenant la contestation. On l’aura compris, ce dossier d’économie politique du fait monétaire s’inscrit dans une contestation de la pensée standard de la monnaie (André Orléan). Plusieurs notes de lecture très détaillées sur des ouvrages forts sont directement associées à ce dossier : David Cayla sur David Graber, Dette : 5000 ans d’histoire, Adrien Faudot sur Frédéric Lordon, La Malfaçon, Tristan Dissaux sur Jean-Michel Servet, La vraie révolution du microcrédit. La note sur Servet conclut sur l’intérêt d’un recours à Ostrom et aux communs qui permet une belle transition avec la note de Pascal Grouiez sur l’ouvrage dirigé par Benjamin Coriat, Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, laquelle note constitue un écho au dossier Autour d’Ostrom qu’il avait précédemment co-dirigé dans la Revue.

En complément du dossier, plusieurs débats déjà riches sont nourris par de nouvelles contributions.

À propos du concept de néo-surtravail qu’on trouvait dans la note de lecture de Benoît Giry sur Guillaume Tiffon, ce-dernier répond dans une note visant à défendre sa thèse du travail du client comme surtravail. Francisco Serranito, de son point de vue, montre que les politiques économiques de la Troïka n’ont pas tenu leur objectif. Un débat est lancé autour d’Imperium de Frédéric Lordon, à propos duquel Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent une longue note, confrontant l’ouvrage et la question de la souveraineté à leur économie politique néoréaliste.

Lire la suite sur Revue de la régulation

Sommaire

Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie
Introduction
Monetary Contestations: A Political Economy of Money
Contestación monetaria : una economía política de la moneda

Benjamin J. Cohen
The Demise of the Dollar?  Plus ça change, plus c’est pareil…
La mort du dollar ? Plus ça change, plus c’est pareil…
La muerte del dólar ? Cuanto mas cambia, mas se parece

Georgina M. Gómez et Joop de Wit
Contestations and Contradictions in the Argentine Redes de Trueque
Contestations et contradictions dans les réseaux de troc argentins

Jérôme Blanc
Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives
Contesting Through Projects. The Case of Associative Local Currencies
La contestación por medio de proyectos. El caso de las monedas locales asociativas

Guillaume Vallet
Le WIR en Suisse : la révolte du puissant ?
The WIR in Switzerland: the Revolt of the Powerful?
Suiza : la revuelta del poderoso ?

Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt
L’alternative monétaire Bitcoin : une perspective institutionnaliste
The Bitcoin Alternative: An Institutionalist Perspective
La alternativa monetaria Bitcom : una perspectiva institucionalista

Alain Laurent et Virginie Monvoisin
Les nouvelles monnaies numériques : au-delà de la dématérialisation de la monnaie et de la contestation des banques
New Digital Currencies: Beyond Monetary Dematerialisation and the Contestation of Banks

Pierre Alary
Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000
A Traditional Monetary Regime Challenged by the Currency State: kip History in North Laos from 1975 to 2000
Un régimen monetario tradicional contestado por la moneda de Estado : la historia del kip en el Norte de Laos, de 1975 a 2000

Ramine Motamed-Nejad
Monnaie et illégalismes. Genèse des protestations monétaires en Iran (1979-2013)
Money and Illegalism: Genesis of Monetary Protests in Iran (1979-2013)
Moneda e ilegalismos. Génesis de protestaciones monetarias en Irán (1979-2013)

André Orléan
La valeur économique comme fait social : la preuve par les évaluations boursières
Economic Value as A Social Fact: A Proof by Financial Markets Evaluations
El valor económico como hecho social : la prueba por medio de las evaluaciones bursátiles

Vient de paraitre: Fashion Mix

Fashion Mix_1310 - copieN°1310  avril-juin 2015

Vient de paraître: Fashion Mix

Modes, codes vestimentaires, et pratiques corporelles

Dossier spécial de la Revue Hommes et Migrations N°1310  avril-juin 2015   Coordinateur: Anne Monjaret

Anne Monjaret, Ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC-équipe LAHIC (CNRS-EHESS)

Lire aussi le carnet de recherche Vêtement & Textile

 Ce dossier complète la problématique de l’exposition Fashion Mix, qui s’est tenue au Musée de l’histoire de l’immigration jusqu’à fin juin 2015, et fait un état des dernières recherches sur l’influence des migrations sur les manières de se vêtir, de se coiffer, et de traiter son corps dans l’espace. La revue a souhaité croiser le thème de la mode et celui des migrations en brassant les recherches en cours.   L’ouverture internationale explore les relations que la France entretient à travers le vêtement avec des continents comme l’Afrique et identifie des travaux qui seraient utilement transférables en France.

A l’occasion de l’exposition Fashion Mix tenue au Musée de l’histoire de l’immigration (novembre 2014 –juin 2015) et portant sur l’histoire des créateurs d’origine étrangère qui ont activement contribué au dynamisme et à la renommée mondiale de la haute couture parisienne, la revue Hommes et Migrations a souhaité enclencher un nouveau chantier sur le thème de la mode, des codes vestimentaires et des pratiques corporelles en relation avec les phénomènes migratoires. Ce dossier se situe en complémentarité avec la problématique de cette exposition pour faire l’état des recherches menées sur ces différents thèmes et montrer comment les migrations influencent les manières de se vêtir, de se coiffer et de traiter son corps.

Les études migratoires ont accordé à la mode un traitement encore limité, que ce soit sous l’angle des analyses du secteur économique ou celui plus anthropologique des études sur les pratiques culturelles. Les recherches sur l’histoire de la mode ont peu abordé également la question de la présence des créateurs étrangers et des influences plus générales des migrants sur les courants (type afro style). La connexion entre ces deux domaines scientifiques est un chantier à mener.

Pourtant, quand on considère la confection (mais aussi de la retouche et la braderie) la maroquinerie ou la cordonnerie, ces secteurs économiques ont depuis plusieurs décennies étaient portés par des migrants et ils révèlent de compétences professionnelles et de savoir-faire artisanaux ou plus techniques performants dans leurs capacités d’insertion dans l’économie des pays d’accueil. Dans ces secteurs, les migrants ont toujours été très entreprenants, tant et si bien que mode et migrations sont intimement mêlées. Par prolongation, les commerces qualifiés « d’ethniques » s’adressent à des clientèles d’origine étrangère pour leur vendre des produits cosmétiques ou des vêtements de leur pays d’origine, jouent un rôle social comme des lieux de ressources identitaires ou culturelles. Enfin si certains créateurs de mode d’origine étrangère ne franchissent pas les barrières pour accéder à la haute couture, leurs créations parviennent à influencer les styles et courants de la mode en ouvrant à des propositions nouvelles en matières de tissus, d’assemblages, et de coupes.

La migration affecte également les modes vestimentaires de ceux qui décident de vivre ailleurs. Certains vêtements ou codes vestimentaires sont abandonnés au profit de ceux de la société majoritaire, d’autres sont conservés, adaptés, dans l’espace privé de la famille ou réservés à des évènements familiaux ou festifs plus larges. Les modes vestimentaires ont des fonctions sociales et identitaires qui varient selon les migrations. Dans une certaine mesure et selon les périodes, les migrants ont introduit des éléments de leurs cultures dans les courant de la mode en France et plus largement.

En complément, la coiffure, le maquillage et les soins corporels représentent des marqueurs culturels que la migration bouscule et modifie au fur et à mesure que les personnes s’installent et vont vouloir se conformer à certains usages dominants.

Certains codes vestimentaires et corporels se transmettent d’une génération à l’autre, d’autres sont rejetés ou au contraire ritualisés et patrimonialisés en vertu d’une charge symbolique forte.

Ce dossier constitue un premier cadrage des différentes pistes de recherche qui sont comprises dans cette vaste thématique tout en identifiant des programmes scientifiques et des initiatives culturelles ou artistiques qui vont livrer leurs premiers résultats

De la fripe à la Sape : migrations congolaises et modes vestimentaires

Par Sylvie Ayimpam, université Aix-Marseille et Léon Tsambu, université de Kinshasa 

Article issu du N°1310,  avril-juin 2015 : Fashion Mix

Né au début du XXe siècle entre Kinshasa et Brazzaville, le mouvement de la Sape ou Société des ambianceurs et des personnes élégantes a peu à peu gagné les territoires des diasporas congolaises à Paris ou à Bruxelles. Entre mode et musique, les sapeurs font de leurs luxueux habits le symbole d’une identité en perpétuelle réinvention. Pour assouvir leur quête de vêtements aux griffes prestigieuses, des filières d’approvisionnement informel se sont mises en place entre l’Afrique et l’Europe.

Vient de paraitre: La deuxième vie des objets

Vient de paraître: La deuxième vie des objets

Sous la direction d’Elizabeth Anstett et Nathalie Ortar

La deuxième vie des objets, recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines,  Paris, Éditions Pétra, avril 2015

208 p.

22 €

cover DVOLes crises économiques qui touchent les sociétés de consommation, les conséquences de la surexploitation des ressources naturelles, tout autant que l’émergence d’un impératif de développement durable ont partout favorisé l’apparition de pratiques de récupération et de réutilisation d’objets ou de matériaux usagés. Malgré leur grand nombre et leur diversité, ces pratiques restent pourtant encore peu documentées et peu questionnées par les sciences sociales.
Or les logiques qui président au tri, à la collecte et au réemploi de rebuts ou de matériaux déqualifiés, mettent en lumière la modification de rapports économiques ou sociaux tout autant que des changements de systèmes de valeurs. Elles amènent à se demander comment, où et quand passe-t-on du déchet à l’objet ré-appropriable? Et selon quelles modalités notamment culturelles, sociales et sexuées s’effectue ces transformations ?
Prenant appui sur des situations de recyclage observées en France, en Europe et ailleurs dans le monde, cet ouvrage qui associe anthropologues, sociologues et géographes, propose de s’attacher à la « deuxième vie » des objets en montrant que ces pratiques de récupération et de réemploi sont révélatrices des transformations les plus récentes de nos sociétés.

Avec les contributions d’Élisabeth Anstett, Jérémie Cavé, Aurélie Dehling, Anne Gagnebien et Akila Nedjar-Guerre, Valérie Guillard, Cecilia Montero Mórtola, Nathalie Ortar, Stavroula Pipyrou et Manuel Valentin.

Le livre est en vente sur le site de l’éditeur ici

Visitez le carnet de recherche La deuxième vie des Objets

Les Femmes et la fin des conflits violents en Afrique

African Women’s Movements in the Twentieth Century: A Hidden History

African Studies Review

Un article de Iris Berger

 

L’article d’Iris Berger qui vient d’être publié dans la dernière livraison d’African Studies Review, explore les efforts des mouvements des femmes africaines dans les années 1990 pour mettre fin à des conflits civils violents et pour exiger des garanties d’équité entre les sexes dans les gouvernements nouvellement formés. Il tente d’expliquer leurs succès récents en examinant les relations complexes entre les mouvements féminins internationaux et les groupes des femmes africaines depuis la seconde guerre mondiale, en particulier depuis 1975, date ayant marqué le début de la “Décennie des femmes,” initiée par les Nations Unies. L’article se tourne ensuite vers un problème plus large: il explore les liens entre l’activisme des femmes contemporaines et les courants plus profonds de l’histoire africaine qui relient la période précoloniale avec un passé plus récent. En examinant plusieurs types de manifestations menées par des mouvements féminins au XXème siècle, cet article met en relief le fait qu’à travers le langage de leurs revendications politiques, économiques, et environnementales, ces mouvements laissent transparaître l’histoire cachée de l’influence des femmes dans leur rôles de guérisseuses publiques, ayant non seulement le pouvoir de guérir des individus, mais aussi de réparer des relations plus larges au sein de la communauté.

Lire  sur African Studies Review

This article begins by exploring the efforts of African women’s movements from the 1990s onward to end violent civil conflicts and to insist on guarantees of gender equity in newly formed governments. It attempts to explain these recent successes first by examining the complex relationships between international women’s movements and African women’s groups from the Second World War onward, particularly from the era of the U.N. Decade for Women beginning in 1975. The article then turns to a broader problem: exploring the connections between contemporary women’s activism and deeper currents in African history that link the precolonial period with the more recent past. By examining a variety of twentieth-century women’s protests, it argues that cloaked in the language of political, economic, and environmental grievances, these movements also reflect a hidden history of women’s influence as public healers, empowered not only to cure individuals, but also to mend broader relationships in the community.

  • Women;
  • empowerment;
  • protest movements;
  • healing;
  • international women’s movements;
  • Nigeria;
  • South Africa;
  • Kenya

An earlier version of this article was presented as the ASR Distinguished Lecture at the 56th annual meeting of the African Studies Association, November 2013, Baltimore, Maryland.

Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in development or Emergency contexts

 Introduction: Ethical challenges and practical risks of fieldwork research in Development or Emergency contexts

APAD 40_41epreuve_couverture_16:9 4

Sylvie Ayimpam, Magali Chelpi-den Hamer, Jacky Bouju

Published in Anthropologie et Développement n°40-41 (2014), pp. 21-41« Les terrains du développement et de l’humanitaire: convergences et renouveau réflexif »

Long Abstract

The bygone figure of the lonesome ethnologist settled for a long time in an exotic distant village is fading away. New generations of social anthropologists stay out of office for much shorter fieldwork periods in order to investigate issues concerning close or distant places or people. They pay special attention to the diversity of local stakes and interests, to the multiplicity of opinions and understandings, to the complexity of other’s world. They do worry about the intercultural encounter and the ethics of communication with research assistants and informers. All in all, social anthropologists are very reflexive about their field practice.

On their part, anthropologists of development have also contributed to the renewal of the discipline. They were the first to explore new ways of practicing ethnography in short term development programs. Anthropologists involved in emergency humanitarian relief programs took their path and relied heavily on ideas and concepts stemming from development anthropology (intervention capture and manipulation ‘from the top’ or ‘from the bottom’, the degree of embedding in the immediate project environment, actors’ games and power strategies, etc.) But, last decades conflict and post-conflict situations tagged with collective atrocities and repeated violation of human rights have increased. Such a context has strongly impacted fieldwork exposing it to new difficulties, risks and hazards unknown before. Today, anthropology of emergency and development is fully involved in actual disciplinary stakes. New researches are centred on Aid organizations’s internal logics and stakes arouse discussions and debates about the methodological innovations springing from urgency and development actions stand in good place amid these new researches. Some of them following the reflexive turn cogitate on personal involvement in aid programs. Yet, apart from the milestone book of Florence Bouillon, Marion Frésia and Virginie Tallio (2005), the French speaking anthropology of development and urgency kept uninvolved in this reflexive trend. Therefore, the aim of this issue is to start filling the gap. But, in doing so, we shall not follow the existing literature main stream which is mainly concerned with ethical and methodological problems stemming from doing fieldwork in very dangerous contexts or war situations (Nordstrom & Robben 1995, Nilan 2002, Sriram et al. 2009). Indeed, all the papers gathered here deal with ‘moderately’ hazardous fieldworks.

Moderately hazardous fieldworks are interesting because they create a global atmosphere of faint insecurity. The researcher accepting to engage fieldwork in such context knows well that he (she) will find himself (or herself) caught in awkward and worrisome situations, some of them being more difficult to cope with than others. In this case, the right perception of risks is central and it depends of a fine and accurate understanding of what is at stakes for all parties interacting. In turn, this depends of the researcher s’ personal involvement in people’s problems and how he has negotiated the various identities assigned to him. It also depends of the previous roles he has played locally and of the new roles he is ready to take upon himself.

In moderately risky situations, hazards stem from research topics that may be politically ‘sensitive’, socially ‘illegitimate’ or religiously ‘taboo’. The specific difficulty of such topics is that they are characterized by conceptual clashes that make them ‘elusive’ and ‘soaked’ with antagonistic meanings that mistreat most of the basic methodology requirements (neutrality, cross control validation, etc.) This is made clear in Ramatou Ouedraogo and Hadiza Moussa’s papers. They describe lengthily how they have been involved into tensed local antagonisms, concerning on one side abortion in an hostile and stigmatizing community context and on the other side, excision in a social context religiously explosive. Hazards may also originate in the authoritarian context surrounding fieldwork as shown in Molly Sundberg and Mikaela Le Meur’s papers. In a situation filled with extreme political tension or religious hatred violence is likely to burst out at any moment. This has been Sylvain Batianga’s experience in Central African Republic where he found himself caught in a local situation undermined by rampant suspicion against all ‘humanitarian’ fieldworkers.

Then, well informed about a risky fieldwork situation, knowing how much access to the research site may be hazardous, the researcher may cancel is leaving to the field. This is what happened to Sten Hagberg and Gabriella Körling. With the burst out of the Malian civil war, access to their research site became impossible. To cope with the situation, they engaged in a kind of ‘distant survey’, a methodological adaptive option that tends to be more and more used to circumvent field access difficulties. Today, extended fieldwork is threatened in several ways. On one side because of the generalization of insecurity problems that may cause hazards to the researcher, his assistants or his informers, and on the other side because of a continuous shrinking of institutional funding of anthropological field research. As a result, field research practice is becoming more and more complicated to implement. Therefore, many anthropologists explore ways and means adapting the classical participant observation method to these pressures. Sten Hagberg and Gabriella Körling’s contribution gives a good idea of the many ways to take ‘notes and queries’ from afar that can be experimented nowadays.

Each paper in this issue illustrates a different way to question the ethical problems met when coping with risks on the field. They may be summed up in four main questions:

  • How is fieldwork method knocked up and tinkered in authoritarian contexts where investigation is not welcomed and interviewing kept under surveillance?
  • What particular ethical and methodological issues rise when fieldworking in sites becoming hazardous in pre or post-conflict situations?
  • Is it possible to investigate any research topic whatever its sensibility?
  • Finally, how much is direct fieldwork interaction necessary? What are the ethical and methodological limits of distant anthropological survey?

Un cadre normatif pour évaluer les effets de la distribution de la régulation

Regulatory capabilities: A normative framework for assessing the distributional effects of regulation

par Fabrizio Cafaggi et Katharina Pistor

screenshotThis paper develops the normative concept of “regulatory capabilities.” It asserts that nobody – individuals, groups, or entities – should be subjected to a regulatory regime without some freedom to determine its nature. Self-determination in this context means the ability to accept or reject a regulatory regime imposed by others or to develop viable alternative approaches. We use the term “regulatory capabilities” to capture the importance of enabling conditions for regulatory self-determination. This is particularly important in the transnational context where private, hybrid public–private, and public actors compete for influence, shape domestic regulation, and, in doing so, limit the scope for democratic self-governance. In short, this paper seeks to contribute to the general debate on the normative foundations of and the requisite conditions for transnational regulation and governance.

Keywords:

  • capabilities;
  • distributional effects;
  • private regulation;
  • self-determination;
  • transnational regulation

Lire la suite sur Regulation and Governance

 

par Fabrizio Cafaggi et Katharina Pistor

Régulation fragmentée ou régulation cohérente?

Régulation fragmentée ou régulation cohérente transnationale privée  des normes de durabilité? Une étude comparative

Par Luc Fransen et Thomas Conzelmann

Un article publié dans la revue Regulation and Governance

screenshot

 

La littérature sur la régulation privée reconnaît la prolifération des organismes de réglementation et des approches concurrentes dans diverses industries. Les études analysant pourquoi la fragmentation pose accent jusqu’ici sur des études de cas unique, l’exploration des variables simples, ou variation de types de fragmentation. Cet article analyse les raisons pour lesquelles dans certains secteurs et pour certaines questions organismes de réglementation prolifèrent, tandis que dans d’autres, un organisme de réglementation unique émerge qui couvre l’ensemble de l’industrie. Grâce à une étude de cas comparative de la régulation privée des normes de durabilité dans les industries forestières, vêtements, informatique-électronique, et les produits chimiques, les auteurs montrent  comment une combinaison de faible concentration industrielle, d’implication de la société civile dans la gouvernance, et des normes strictes d’un premier déplacement régulateur fournit l’explication la plus forte pour un domaine réglementaire fragmenté privé, alors que la concentration industrielle élevée, la gouvernance axée sur les entreprises, et les normes laxistes d’un premier mouvement régulateur conduit vers une régulation cohérente

Mots-clés:
responsabilité sociale des entreprises; régulation privée, la complexité de régime, la concurrence réglementaire, la viabilité

Lire la suite sur Regulation and Governance

 

L’économie politique de l’Asie

L’Economie politique de l’Asie

logo-regulation

La Revue de la régulation vient de publier un dossier spécial sur l’économie politique de l’Asie. La revue poursuit ainsi l’important travail mené à propos des capitalismes asiatiques. Après une première partie (n° 13, printemps 2013) plutôt centrée sur l’Asie du Sud-Est, la seconde partie de ce dossier thématique est dominée par l’analyse de l’Asie orientale et accorde une attention particulière à la Chine. Sur ce pays, sont abordées en particulier les questions relatives au travail et au rapport salarial (Muriel Périsse sur le rapport salarial et Clément Séhier sur la capacité de la responsabilité sociale de l’entreprise a recomposer la relation salariale), mais aussi à propos de l’innovation (approche comparée de quatre grands systèmes d’innovation parChristian Le Bas, William Latham, Dmitry Volodin), et enfin des relations avec un pays voisin dominé (la « précieuse relation » Chine-Malaisie analysée parElsa Lafaye de Micheaux).

Il ressort de ces contributions que le développement du salariat joue un rôle clé dans les dynamiques en cours. Pierre Alary, dansl’introduction au dossier propose dans ce sens une mise en perspective des lectures institutionnalistes et régulationnistes qui y sont développées pour ausculter la variété des capitalismes à l’œuvre, en insistant sur les formes de la mise au travail. La variété des modèles nationaux est au final conjointement illustrée par la situation du Japon confronté à la désindustrialisation (Hiroyasu Uemura et Shinji Tahara). L’ouvrage de Nathalie Fau, Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard propose de distinguer deux phénomènes, regionalism etregionalization, et François Bafoil montre bien que c’est tout leur mérite de traiter de cela en géographes (et en cela d’éclairer aussi les économistes ou des politistes). On le voit à nouveau, la domination chinoise est d’un coût très élevé pour les populations locales, et c’est dans ce sens qu’il est difficile de considérer que la croissance est synonyme de développement.

2La variété des trajectoires nationales et régionales se trouve également illustrée par un « tir groupé » d’articles sur l’industrie automobile qui ont été discutés au GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile) à propos du vent d’Est qui souffle sur la production européenne. Partant d’une comparaison France-Allemagne, Vincent Frigant se penche sur l’extension des chaînes de valeur à l’Est et au centre de l’Europe et interroge son caractère déstructurant. Nathalie Rodet-Kroichvili, Stéphane Heim et Raymond Woessner interrogent la dimension territoriale des recompositions en cours en prenant appui sur un travail cartographique et une étude de la diversité des stratégies, notamment en matière de R&D. Prenant appui sur plusieurs études de cas d’extension des chaînes de valeur à l’Est, Martin Krzywdzinski étudie les effets de ces transformations sur le compromis social allemand et montre qu’ils ne sont pas radicalement déstabilisants. Partant d’un secteur canonique en crise à l’Ouest, les thèmes de discussion qu’abordent ces trois contributions sont nombreux et nourrissent des approches territorialisées des modèles productifs.

Lire la suite de cet article sur le site de  la Revue de la Régulation

15 | 1er semestre / Spring 2014 : Économie politique de l’Asie (2)

La sociologie économique dans la revue Regulation and governance

Regulation and Governance_left

 

 

 

La sociologie économique dans la revue Regulation and governance

Par Tim Bartley
Co-rédacteur, de la revue  Régulation et Gouvernance

Les sociologues étudient depuis  longtemps l’activité économique. Mais dans les années 1980, un nouveau corps  de recherche a commencé à prendre forme sous la rubrique de «sociologie économique». Depuis ce temps, la sociologie économique est devenue l’une des parties  les plus animées de la discipline. Elle  a engendré  un ensemble d’arguments théoriques provocateurs sur les réseaux sociaux, la culture, les institutions et les inégalités. La sociologie économique a également eu de fortes bases interdisciplinaires, originaires de critiques de l’économie néo-classique, inspirées par les observations anthropologiques, et de plus en plus étroitement liées à la recherche sur la politique comparée, entre autres domaines.

Bien que la régulation est juste un des nombreux sujets étudiés par les sociologues économiques, un aperçu des pages de la revue Regulation and Governance  révèle un certain nombre d’articles ayant un fondement significatif avec – et des implications  à –  la sociologie économique. Ce dossier thématique de la revue regroupant des articles déjà publiés, revient et met en lumière ces différents articles. Ils couvrent une gamme de questions – de la valorisation culturelle et de la dévaluation de la vie aux conditions d’organisation pour la sécurité et la catastrophe à l’évolution de la gouvernance transnationale. En plus de leurs implications théoriques, ces articles ont un certain nombre d’implications  pratiques – des normes internationales du travail, la politique industrielle, et la réforme de la régulation financière, pour n’en nommer que quelques-uns. Ils sont regroupées dans ce dossier sous plusieurs rubriques de fond, mais ils pourraient facilement être remaniés pour révéler les lignes distinctives des arguments théoriques ou méthodologiques variées.

Voir ce dossier thématique et ces articles sur le site de la revue Regulation and Governance

 

Le retour d’une moralité politique?

 

A lire: Julius Nyerere, Ujamaa, and Political Morality in Contemporary Tanzania

Un article de Marie-Aude Fouéré

African Studies ReviewDepuis les années 2000, on observe le retour d’une version reconfigurée de l’Ujamaa dans la sphère publique en Tanzanie. Cet ensemble de principes moraux avait été incarnée par la personnalité du premier président de Tanzanie, Julius Kambarage Nyerere. Les traces persistantes de Nyerere et de l’Ujamaa ne sont pas tant évidentes dans les pratiques politiques réelles ou dans les politiques économiques, que dans les débats collectifs sur le politique et la moralité, bref, sur les imaginaires contemporains de la nation. Afin de contribuer à un débat de longue date sur la stature morale du “père de la nation” tanzanienne, l’article explore comment et pourquoi une mémoire historique commune de Nyerere est en train d’être construite ou contestée pour définir, négocier et construire les conceptions tanzaniennes de la moralité, du sentiment d’appartenance et de la citoyenneté dans l’espace citoyen d’aujourd’hui.

Cet article est publié dans la revue African Studies Review

Les espaces de trafic au centre de la vie sociale

 

ESP-small138

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke   nous livrent ici une note de lecture sur la dernière  livraison de la revue Espaces et sociétés

Ce dossier s’intéresse au paradoxe attaché aux « espaces notoires de trafic ». Ces espaces sont caractérisés par les pratiques illégales, ou à tout le moins immorales, qui s’y déroulent. La pérennité des trafics requiert en effet de ces lieux qu’ils soient à la fois « notoires » et discrets, voire « invisibles ». Ce dossier, coordonné par Thomas Sauvadet et Jérôme Monnet, propose de dépasser les représentations véhiculées par une part importante des médias et des enquêtes en sciences sociales qui, en stigmatisant certains espaces urbains et leurs populations, nourrissent un imaginaire collectif, celui des « bas-fonds », superposition de « peurs » et de « fantasmes » vis-à-vis de ces lieux de débauche. Les six contributions qui constituent ce dossier cherchent à mettre en avant la place occupée par les « espaces notoires de trafic » au centre de la vie sociale : que les illégalismes soient le fait d’individus appartenant aux classes populaires ou aux élites, il ne s’agit pas de phénomènes marginaux. Deux préoccupations transversales émergent des articles ainsi rassemblés. D’abord, une volonté d’identifier les formes prises par des espaces marqués par les contextes particuliers dans lesquels ils s’inscrivent. Ensuite, des interrogations et analyses essayant d’en dévoiler les logiques internes. Les auteurs ici réunis ont l’immense mérite de s’intéresser aux soubassements de phénomènes sociaux le plus souvent étiquetés négativement. De plus, plusieurs déplacent avec brio le regard porté sur certaines réalités sociales, ce qui fait émerger des logiques restées jusqu’alors peu visibles et intelligibles.

Lire la suite sur Lectures.revues.org