Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Voir aussi sur le site de l’ANR Einsa

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite 

A propos des pollutions: la réglementation en matière de poursuites dans le Sud

La réglementation en matière de poursuites dans le Sud : les litiges civils de l’environnement par les procureurs en Chine par rapport au Brésil

Par  Yifan Shi & Benjamin van Rooij

Regulation & Governance

Volume 10,  Issue 1pages 44–57March 2016

Version of Record online: 15 MAR 2016 | DOI: 10.1111/rego.12112

REGO_left

 

L’action réussie de poursuite civile du Brésil contre les pollueurs pourrait être un exemple de réglementation pour les pays du Sud. Cet article analyse si une telle réglementation pourrait également se développer sans les grandes réformes politiques, institutionnelles et juridiques qui se sont développées au Brésil. Pour ce faire, il analyse la Chine, où des réformes similaires ont jusqu’à présent pas eu lieu, mais où les procureurs ont récemment commencé à initier un litige civil contre les pollueurs. Il constate que le litige civil de poursuites en Chine n’a qu’un effet ou potentiel réglementaire limité. Les procureurs en Chine sont influencés par contradictoires structures d’incitation qui récompensent un arrêt des cas de test de niveau inférieur avec un bonus d’innovation, tout en stimulant structurellement l’accent sur la lutte contre la criminalité générale. Ironie du sort, à la suite de ces incitations, la récente réforme juridique, vers la fourniture permanente des procureurs dans les litiges d’intérêt public, sera, contrairement au Brésil, diminuer plutôt que d’augmenter l’effet réglementaire de ces cas. Ces résultats ont des implications pour comprendre comment l’interaction entre l’indépendance réglementaire, la réforme juridique, et le type de régime façonne les possibilités d’innovation réglementaire dans le Sud.

Circulations incommodes

Circulations incommodes

Perspectives comparatives sur la production des hiérarchies, des limites et des règlements sociaux concernant le recyclage et la réutilisation des matériaux mis au rebut
Flyer_Circulaciones_Final_2
International Workshop

Salle 10, Département Economie et Gestion, de l’Université Nationale de Quilmes, Buenos Aires

Roque Saenz Pena 352, Bernal

Jeudi, 19 mai 2016
 
10h00 – 13h00: Matériaux rejetés et production de la valeur
Commentateurs: Maria Ines Fernandez Alvarez ( FFyL – UBA / CONICET ) et Mariana Luzzi ( UNGS / CONICET )
 
  • Le juste prix: évaluation des hommes et des objects sur les marchés informels de récupération à Paris – Virgine Millot. Maître de conférences à L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, et membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • La fabrication d’une valeur symbolique dans le recyclage de la fripe à Kinshasa – Sylvie Ayimpam. Chargée de cours à Aix-Marseille Université, et membre de l’Institut des Mondes Africans
  • Indétermination et valeur décriée des objets rejetés à Rio de Janeiro. – Maria Raquel Passos Lima, Professeur Département de Sociologie do IFVS/UFRJ
  • Valeur et importance dans les objets rejetés: cinq déplacements analytiques: Sébastien Carenzo. – chercheur associé au Conicet, Institut d’études sur la science et la technologie, Université nationale de Quilmes
14h30-17h30 :
Matériaux rejetés et production des hiérarchies

Commentateurs: Paul Schamber ( UNQ / CONICET ) et Debora Gorban ( UNGS / CONICET )

  • Bricolages hiérarchiques: récupération et recyclage à Cuba et en URSS – Elisabeth Anstett. Chargée de recherche au CNRS, et membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux.
  • Quelle hiérarchie sociale donne à lire la récupération des objets déchus lors des collectes de gros refus à Santa Clara (USA) – Nathalie Ortar. Chargée de recherche du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), et membre du Laboratoire Aménagement Economie Transports.
  • Trajectoires, ( re)production des hiérarchies et des formes de différenciation sociale entre cueilleurs Buenos Aires – Daniel Mariano Perelman . Vice- chercheur ( CONICET ), l’Université de Buenos Aires
  • «Je le fais, mais ils ne le font pas » sur les traces de l’amour filial dans les perceptions spatiotemporelles de travail avec les déchets, chez les femmes chargées de récupération – Gabriela Vergara Mattar. CONICET Research Associate, Coordinateur du Daily Living Area Research Center et Études Sociologiques (CIES ), membre du Groupe d’étude subjectivités et les conflits ( GEsSyCO ).
Entrée gratuite – places libres limitées – Information et inscription : sebastian.carenzo@unq.edu.ar
 

Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

Une exposition sur la vie urbaine au Congo

08.05 – 14.08.2016

Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

 

Commissaire de l’exposition : Devrim Bayar

L’exposition est organisée en collaboration avec et sera voyagée à  Galerias Municipais/EGEAC, Lisbon, et The Power Plant, Toronto.

Avec le soutien de fond de la recherche de KU Leuven.

En collaboration avec Kunstenfestivaldesarts & Summer of Photography 2016.

A lire aussi sur WIELS
À propos de cette exposition

Conçue par le photographe Sammy Baloji et l’anthropologue Filip De Boeck, cette exposition offre un aperçu photo- et vidéographique de différentes villes du Congo. Se concentrant sur le « présent urbain », tiraillé entre les rêves brisés du passé colonial et les promesses d’un avenir néolibéral, l’exposition propose une enquête artistique et ethnographique sur ce que la vie et le vivre ensemble dans les villes du Congo signifient.

Comme partout ailleurs sur le continent africain, les villes congolaises projettent de nouveaux futurs pour elles-mêmes. Ceux-ci se manifestent la plupart du temps sous la forme de panneaux d’affichage et de publicités pour la ville à venir, inspirée par les modèles urbains de Dubaï et autres « hot spots » des pays du Sud. Le modèle de la ville que ces images proposent donne invariablement lieu à de nouvelles géographies de l’exclusion qui se matérialisent sous la forme de communautés fermées et de villes satellites conçues pour une classe moyenne supérieure locale souvent encore hypothétique.

En contraste avec ces recodages néolibéraux, l’infrastructure actuelle des villes du Congo est d’une nature assez différente. L’héritage architectural colonial est souvent tombé en désuétude et la ville semble parsemée de fragments déconnectés, échos d’une modernité passée qui continue d’exister sous une forme brisée. Ces infrastructures matérielles défaillantes détériorent la qualité de la vie sociale, qui atteint souvent les limites du vivable. Pourtant, les habitants des villes du Congo réinventent constamment de nouveaux espaces sociaux dans lesquels l’exclusion, la pauvreté et la violence sont contournées et surmontées. En sondant ces lieux, l’exposition capture un monde urbain plus habitable et uni, où les possibilités d’action collective et les rêves d’un avenir commun continuent d’être explorés.

La faillite des réformes de la décentralisation au Congo

African Studies ReviewMisguided and Misdiagnosed: The Failure of Decentralization Reforms in the DR Congo

Pierre Englebert and Emmanuel Kasongo Mungongo

African Studies Review / Volume  59 / Issue 01 / avril 2016, pp 5 – 32

Abstract:

The DR Congo embarked upon decentralization reforms in 2006 to improve governance and accountability, undermine predation, corruption, and personal rule, bring government closer to the people, and promote local development. As of 2014, despite some regional variations, Congolese decentralization had instead increased the degree to which the state extracts the resources and incomes of its citizens. It had also fostered provincial centralization at the expense of local governments, produced largely unaccountable provinces governing with little transparency, and unleashed self-serving provincial elites. After providing original empirical evidence for these claims, this article suggests that decentralization was thwarted by the failure of formal reforms to affect informal ruling institutions and by an erroneous diagnosis of Congo’s governance failures that singled out the abuse of elites without identifying the generalized nature of the instrumentalization of sovereignty by officeholders at all levels of the state. The article concludes by using Congo’s experience to illustrate important flaws in decentralization reforms in Africa.

Résumé:

La RD Congo a entrepris des réformes de décentralisation en 2006 pour améliorer la gouvernance et la responsabilisation, déstabiliser la prédation, la corruption et le pouvoir personnel, rapprocher le gouvernement du peuple, et promouvoir le développement local. Dès 2014, en dépit de certaines variations régionales, la décentralisation congolaise avait plutôt accru la mesure dans laquelle l’état prélève les ressources et les revenus de ses citoyens. Cette décentralisation avait également favorisé la centralisation provinciale au détriment des collectivités locales, produit des provinces très peu responsabilisées gouvernant avec peu de transparence, et avait déchaîné des élites provinciales principalement motivées par leur propre intérêt. Après avoir justifié ces revendications à l’appui de preuves empiriques originales, cet article suggère que la décentralisation a été entravée par les réformes formelles qui n’ont pas réussi à influencer les institutions dirigeantes informelles et par un diagnostic erroné des échecs de la gouvernance du Congo qui a distingué l’abus des élites sans identifier la nature généralisée de l’instrumentalisation de la souveraineté par les fonctionnaires à tous les niveaux de l’Etat. L’article conclut en utilisant l’expérience du Congo pour illustrer les failles importantes dans les réformes de décentralisation en Afrique.

Keywords:

  • Democratic Republic of Congo;
  • decentralization;
  • provinces;
  • reforms;
  • taxation;
  • predation;
  • formal–informal dualism;
  • instrumentalization of state authority

Pierre Englebert is the H. Russell Smith Professor of International Relations and a professor of African politics at Pomona College, where he also directs the African Politics Lab. His most recent books are Africa: Unity, Sovereignty and Sorrow (Lynne Rienner, 2009) and, with Kevin Dunn, Inside African Politics (Lynne Rienner, 2013). Most of his research focuses on the formation, reproduction, and decay of African states, with a particular focus on Central and West Francophone Africa. E-mail: penglebert@pomona.edu

Emmanuel Kasongo Mungongo is a professor and vice-dean in the Faculty of Social, Political and Administrative Sciences at the University of Kinshasa. His teaching and research focus on public administration and local governance, with particular attention to issues of local public finance. He has consulted for the World Bank and other donor agencies. E-mail: emakasongo@yahoo.fr

« Mboka Mundele »: religious in Brazzaville and Kinshasa

MBOKA MUNDELE’: AFRICANITY, RELIGIOUS PLURALISM AND THE MILITARIZATION OF PROPHETS IN BRAZZAVILLE AND KINSHASA

Sarah Demart and Joseph Tonda

Africa

  • Africa / Volume 86 / Issue 02 / May 2016, pp 195-214

ABSTRACT

In recent decades, Kinshasa and Brazzaville have given rise to movements of prophecy, messianic fervour and revival (Pentecostalist in nature) in the field of religion. The patterns of liberation and deliverance that can be discerned here reflect forms of identity politics in which Africanity, in the ethnic and national sense, is not only a major issue, but a component that is increasingly associated with armed conflict. These processes express a radical paradigm shift that we place within the context of the relationship between Africanity and religious pluralism that has become evident in these two religious areas in recent years. The term ‘Mboka Mundele’ (the village or country of the Whites) points to an experience of ‘colonial modernity’, and allows us to describe in objective terms the current urban context in which these ‘businessmen of God’ emerge. Fernando Kutino, Ntoumi, Yaucat Guendi and Ne Muanda Nsemi are four major politico-religious figures who embody an ideology of Africanity related to complex types of ‘magic’ and processes of pluralization.

RÉSUMÉ

Depuis quelques décennies, les champs religieux kinois et brazzavillois donnent à voir des mouvements prophétiques, messianiques et de réveil (pentecôtistes) dont les schémas de libération et de délivrance traduisent des politiques identitaires pour lesquelles l’africanité, au sens ethnique et national, est non seulement un enjeu majeur, mais une composante de plus en plus associée à des conflits armés. Ces dynamiques expriment un changement de paradigme radical que l’on met en perspective au regard du rapport entre africanité et pluralisation religieuse qui se donne à voir, depuis quelques années, dans ces deux champs religieux. Significative de l’expérience de la « modernité coloniale », l’expression Mboka Mundele (le village ou pays des Blancs) nous permettra d’objectiver le contexte urbain actuel au sein duquel émergent ces « hommes d’affaires de Dieu ». Fernando Kutino, Ntoumi, Yaucat Guendi et Ne Muanda Nsemi sont quatre figures politico-religieuses majeures dont on verra qu’elles incarnent une idéologie de l’africanité liée à des « magies » et à des processus de pluralisation complexes.

Sarah Demart is a social scientist at the Centre d’Études de l’Ethnicité et des Migrations (CEDEM) at the University of Liège, Belgium and the Interculturalism, Migration and Minorities Research Centre at KU Leuven, Belgium. Her thesis on religious revival in Congo is the subject of a forthcoming work, ‘Les territoires de la délivrance: l’enchevêtrement spatio-temporel du Réveil congolais en RDC et diaspora’, being published by Karthala in 2016. She has also published a series of articles in the Revue Européenne des Migrations Internationales (2008; 2013), Cahiers d’Études Africaines (2013), Cahiers de la Méditerranée (2008), African Diaspora (2013), SociologieS (2014; 2016) and Brussels Studies (2013). Her current research focuses on postcolonial legacies in Belgium as the former colonial metropolis of the Democratic Republic of the Congo. Email: sarah.demart@ulg.ac.be

Joseph Tonda is a professor of sociology and anthropology, and a writer. He teaches at the University of Libreville, Gabon, having formerly held a position at the University of Brazzaville, Congo, where he headed the Department of Sociology between 1991 and 1997. His research focuses on the violence of the imaginaires of power in the fields of religion, politics and the body. He has published several articles in international journals, and his key work, Le Souverain modern: le Corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), was published by Karthala in Paris in 2005. This work was preceded by La Guérison divine en Afrique centrale (Congo, Gabon) (Paris: Karthala, 2002). He is also the co-editor, with Jean-Pierre Missié, of Les Églises et la société congolaise d’aujourd’hui (Paris: L’Harmattan, 2006). In December 2015, Karthala published his book L’Impérialisme postcolonial. His first novel, Chiens de foudre, was published in Libreville in 2013, by ODEM Editions. This translated article represents his first major publication in English. Email: josephtonda@yahoo.fr

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Par Dr Walter Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

Présentation de la conférence:

conférence Kra_4Dans le cadre des conférences de l’IMAF et de l’axe de recherche REVIN « régulation, violence, incertitude », le Dr Walter KRA de l’Université Alassane Ouattara de Côte-D’Ivoire présentera aux étudiants et aux chercheurs, une conférence qui portera sur ses recherches sur le phénomène de la violence dans les minibus et les taxis collectifs à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce secteur des transports qui échappe en partie au contrôle des pouvoirs publics est contrôlé par des groupes d’acteurs informels dont le mode de régulation n’exclut pas la violence criminelle. L’exposé montrera les différentes facettes de ce phénomène. Cet exposé s’adressera également aux étudiants du cours d’anthropologie politique.
La conférence se tiendra le mercredi 9 mars 2016 de 9h30 à 12H en salle 1 de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme MMSH à Aix-en-Provence.

Le Dr Walter Kra participe à un programme de recherche intitulé « Villes sûres et inclusives » soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International du Canada.

Conférence organisée par Jacky Bouju et Sylvie Ayimpam

Valeurs et modes de vie durables: zéro déchet, économie circulaire, nouveaux comportements et pratiques collaboratives, 04 avril 2016

USAGES, COMPORTEMENTS ET MODES DE VIE,
QUELLES ÉVOLUTIONS, QUELLES PISTES POUR L’ACTION PUBLIQUE ?
présentent

Valeurs & modes de vie durables, Zéro déchet, économie circulaire, nouveaux comportements & pratiques collaboratives 04

LE LIEU: PARIS, PALAIS D’IÉNA  | 04 | 04 | 2016
Troisième assemblée de la république, le CESE est composé de représentants des forces vives de la Nation. On ne peut donc pas concevoir de meilleur endroit pour inviter à dialoguer chercheurs et décideurs sur les évolutions de notre société et de nos modes de vie.

Inscription au colloque à l’adresse e-mail colloque@programme-movida.fr

PROGRAMME du Décideurs’Lab

10h00    Introduction au colloque I

Serge Bossini, Directeur de la Recherche et Innovation au MEDDE
IFrançois Moisan, Directeur exécutif de la Stratégie, Recherche, International, Directeur scientifique de l’ADEME

10h30
Regards croisés : modes de vie & action publique
Î Dominique Bourg, philosophe, Pourquoi l’étude des modes de vie est-elle essentielle ? (vidéo)
ÎDominique Desjeux, sociologue, Usages, comportements et modes de vie, quelles évolutions ?
ÎDamien Carême, maire de Grande Synthe, De l’usage de la recherche dans les politiques publiques des territoires.
ÎChristine Bargain, directrice RSE, Groupe la Poste, Les enjeux des nouveaux modes de vie et de travail.
Î Carine Dartiguepeyrou, prospectiviste, Vers de nouvelles expressions de valeurs?

12h00    Présentation du livre « Nouveaux modes de vie durables –
S’engager autrement »
Î Olivier Perrin et Nathalie Cecutti, pourquoi ce livre ? Comment ce livre a-t-il été produit ? A qui s’adresse-t-il ? Quels sont les enseignements ?

14h00 Ateliers 1re cession : Repenser nos rapports aux objets et au temps pour préserver la planète et vivre mieux :
L’obsolescence programmée, du plus macro au plus micro et vice-versa.

Précarité et sobriété ; comment les gens de peu s’organisent-ils ?

De nouveaux rapports au temps dans une société en accélération.

Les pratiques collaboratives de pair à pair sont-elles durables ?
Dynamiques des politiques publiques de prévention et traitement des déchets.
2e session : Accompagner les changements de pratiques et de représentation : Une seconde vie pour les objets ?
Comment les valeurs, représentations et les émotions se traduisent- elles en comportements ?
Quels sont les leviers de changement pour aller vers la soutenabilité ?
Projection du film Documentaire « Les nouveaux modernes ».

 

La semaine des Afriques à Bordeaux 25-31 janvier 2016 – Institut des Afriques

EVENEMENT
La Semaine des Afriques
Télécharger la newsletter

La Semaine des Afriques
1ere édition du 25 au 31 janvier…c’est parti !

A l’initiative de l’Institut des Afriques et de ses membres, la Semaine des Afriques se veut éclectique, plurielle et innovante, et espère ainsi contribuer à changer notre regard sur les mondes africains, au-delà des images parfois stéréotypées que nous pouvons en avoir, et surtout à porter notre attention sur leur diversité. « Afriques plurielles », « Afriques créatives », et « Afriques contemporaines » pourraient être les mots d’ordre de cet événement.

Laissez-vous surprendre par un programme riche en découvertes, au détour d’un ciné-débat, d’une conférence ou d’une exposition, durant ces quelques jours où les Afriques et les dynamiques afro-aquitaines sont mises à l’honneur.

Excellente Semaine des Afriques à toutes et à tous !

Prix honorifique Fonds Croix Rouge – Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN Paris le 2 décembre 2015

Prix honorifique : Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN
En 2015, un prix honorifique est décerné à Jean-Pierre Olivier de Sardan pour ses années d’engagement dans l’anthropologie du développement.

Lire aussi sur Fonds Croix rouge française

JPODS_13_Copie-J-P. Olivier de Sardan lors de la remise de son Prix Fonds Croix-Rouge à Paris le 2 décembre 2015

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, directeur d’étude à l’EHESS et directeur de recherches émérite au CNRS. Il est particulièrement reconnu pour sa contribution à la socio-anthropologie du développement, dont son livre «Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social» (1995) est un des ouvrages fondateurs. Ses recherches se sont progressivement élargies à l’étude de la délivrance et de la gestion des biens et services collectifs en Afrique, autrement dit les modes de gouvernance, ou l’action publique, que ce soit par l’État, les pouvoirs locaux, les services publics, les acteurs associatifs ou les institutions de développement. Il a également mené une réflexion méthodologique et épistémologique promouvant une recherche collective et rigoureuse, a contribué avec des chercheurs de nombreux pays et est auteur d’un grand nombre d’ouvrages reconnus. Il est enfin co-fondateur du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) au Niger, pays où il mène des recherches depuis les années 1960, et de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD).

Les prix de recherche Fonds Croix-Rouge française ont pour objectif de valoriser des travaux scientifiques à la croisée des disciplines dans un champ traditionnellement orienté vers les activités opérationnelles et pour lequel il existe peu de financements universitaires. Ouvert à toutes les disciplines et à toutes les nationalités, ils  sont décernés  à des travaux francophones de recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de l’action humanitaire, des politiques de développement ou de l’aide caritative internationale.

Deux prix d’une valeur chacun de 5 000 € sont décernés chaque année à deux jeunes chercheurs présentant une perspective innovante ou audacieuse sur l’humanitaire. Les candidats sont proposés sur recommandation du Conseil Scientifique International (CSI) et du Conseil d’administration (CA) du Fonds. Les deux lauréats sont sélectionnés par un jury composé de trois membres du CA et de deux membres du CSI.

Les critères d’évaluation porteront de manière générale sur l’impact des parcours et travaux des candidats dans le domaine humanitaire (passé ou présumés en fonction du type de recherche récompensée). A cela s’ajouteront plusieurs critères tels que la qualité des publications, le profil, la dimension novatrice des travaux, la relation des travaux avec les thèmes développés dans les appels à bourses et à projets et l’intérêt prospectif des travaux.

La participation aux Prix Fonds Croix-Rouge française est gratuite.

Remise du prix à JP. O. de Sardan par Dominique Kérouedan, membre du Conseil scientifique international du Fonds Croix-Rouge

 

 

2/12/2015 Forum à Paris: « Transition humanitaire : les États de la recherche »

Mercredi 2 décembre 2015: Forum à Paris: « Transition humanitaire : les États de la recherche » – Fonds de la Croix-Rouge Française & MONDE diplomatique

FondsCRF_Monde diplo_2déc15

 

 

 

Lire aussi sur les amis du Monde diplomatique

Le Fonds Croix-Rouge française a pour mission d’encourager la recherche francophone dans le champ humanitaire en attribuant des financements et prix de recherche à des projets portés soit par des chercheurs individuels, soit par des équipes. Le Fonds a lancé son premier appel à projets et à bourses postdoctorales « Transition humanitaire dans les pays bénéficiaires de l’aide internationale » en mars 2014 et a sélectionné 6 projets sur 3 continents.

A l’issue d’une année de recherche, le Fonds s’associe au Monde diplomatique pour présenter le résultat des travaux de la promotion 2014 et les mettre en perspective au sein d’un débat présidé par J.F. Mattei et J.P. Olivier de Sardan. Enfin, à l’occasion de cette journée, le Fonds remettra ses deux prix de recherche 2015.

TRANSITION HUMANITAIRE :
LES ETATS DE LA RECHERCHE »
suivie du débat
« Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »

en présence de :

M. Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue EHESS-CNRS, chercheur au LASDEL, Niamey, Niger
— M. Abdou Salam Fall, directeur de recherche IFAN-UCAD, coordinateur du LARTES, Dakar, Sénégal
— Pr Jean-François Mattei, président du Fonds Croix-Rouge française, ancien ministre
Programme et inscription : www.rencontresdiplo.fr
À l’auditorium du journal Le Monde, 80, bd Auguste-Blanqui, Paris 13e

PROGRAMME SCIENTIFIQUE DETAILLE

9 h 45 – 11 h 15 : Table Ronde 1 :
« Diversité des configurations / modèles humanitaires – Haïti, Laos, Sénégal »
Modération :

M. Yvan CONOIR, chercheur, Chaire Raoul Dandurand en études diplomatiques et stratégiques (UQAM – Montréal
Mme Anne-Cécile ROBERT, journaliste, directrice des éditions internationales du Monde diplomatique
Intervenants :

« Entre action humanitaire et action sociale en Haïti » par M. Odonel PIERRE-LOUIS, docteur en philosophie politique au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques (CNRS-Paris 7-Diderot) et professeur à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Port-au-Prince en Haïti ;

« L’aide internationale au Laos » par Mme Danielle TAN, docteure en science politique, chercheure associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO) de l’ENS Lyon et chercheure associée à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC) de Bangkok ;

« Enjeux organisationnels : réseaux et dynamiques au Sénégal » par M. Jose-Carlos SUAREZ Herrera, professeur en management des organisations et systèmes de santé au sein de la KEDGE Business School et professeur associé au Département d’administration de la santé à l’Université de Montréal (DASUM).

11 h 30 – 13 h 00 : Table Ronde 2 :
« Diversité des configurations / modèles humanitaires – Burkina Faso, Côte d’Ivoire »
Modération :

Mme Malika AIT MOHAMED PARENT, sous-secrétaire générale, division services aux organes statutaires et à la direction, FICR, et chercheur (Genève)
M. Jean-Pierre DOZON, anthropologue, directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH)
Intervenants :

« Le tissu humanitaire en Côte d’Ivoire : acteurs et dynamiques » par M. Djane ADOU, docteur en sociologie, chercheur au Centre Suisse de Recherches (CSRS) en Côte d’Ivoire ainsi qu’au Laboratoire de Sociologie Economique et d’Anthropologie des Appartenances Symboliques (LAASSE) de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan Cocody ;

« Redistribution des rôles opérationnels entre acteurs humanitaires, partenaires locaux et populations bénéficiaires au Burkina Faso » par Mme Sylvie  AYIMPAM, socio-économiste, spécialiste  du développement, chercheure associée à l’IMAf;

« Stratégies d’intervention humanitaires et cohésion sociale en Côte d’Ivoire » par M. Jérôme KOUAKOU, docteur en sciences sociales, sociologue et chercheur au Centre de Recherche pour le Développement (CRD) de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké (UAO) en Côte d’Ivoire.

14 h 00 – 14 h 30 : Cérémonie de remise des Prix de recherche 2015 du Fonds Croix-Rouge française
Les prix de recherche Fonds Croix-Rouge française ont pour objectif de valoriser des travaux scientifiques à la croisée des disciplines dans un champ traditionnellement orienté vers les activités opérationnelles et pour lequel il existe peu de financements universitaires. Ouvert à toutes les disciplines et à toutes les nationalités, ils sont décernés à des travaux francophones de recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de l’action humanitaire, des politiques de développement ou de l’aide caritative internationale.
Deux prix d’une valeur chacun de 5 000 € sont décernés chaque année à deux jeunes chercheurs présentant une perspective innovante ou audacieuse sur l’humanitaire.

14 h 30 – 17 h 00 : Conférence-débat :
« Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »
Débat introductif par :

M. Jean-François MATTEI, président du Fonds Croix-Rouge française
M. Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, anthropologue, EHESS-CNRS, chercheur au LASDEL, Niamey, Niger
Se joindront à eux ensuite dans une table ronde animée par Mme Anne-Cécile ROBERT :

M. Francis AKINDES, professeur de sociologie politique et économique, Université Alassane Ouattara de Bouaké en Côte d’Ivoire, président du Conseil scientifique international du Fonds Croix-Rouge française
Mme Julienne ANOKO, anthropologue, consultante pour l’OMS en Guinée
M. Abdou SALAM FALL, professeur à l’université Cheik Anta Diop (UCAD) de Dakar
M. Bernard HOURS, anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

09:15 – 09:45
Mots d’accueil
09:45 – 11:15
Table ronde n°1 (Haïti, Laos, Sénégal)
11:30 – 13:00
Table ronde n°2 (Côte d’Ivoire, Burkina Faso)
13:00 – 14:00
Déjeuner-buffet dans le hall du Monde
14:00 – 14:30
Cérémonie de remise des Prix de recherche du Fonds
14:30 – 17:00
Conférence-débat « Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »
17:00 – 18:00
Moment convivial dans le hall du Monde
20:00 – 22:00
Dîner avec les intervenants et l’équipe
Lieu à confirmer (proche de l’hôtel Ibis)

Le colloque international 2015 de l’APAD Cotonou (Bénin) du 17 au 20 novembre 2015

La fabrique de l’action publique dans les pays « sous régime d’aide ».
Acteurs, processus, négociations

Le colloque international 2015 de l’APAD Cotonou (Bénin) du 17 au 20 novembre 2015
Colloque_apad_2015-Affiche
La fabrique de l’action publique dans les pays « sous régime d’aide ».
Acteurs, processus, négociations

Le Colloque est co-organisé avec le LASDEL (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local, Niger et Bénin), le LADYD (Laboratoire d’analyse des dynamiques de développement, Faculté d’agronomie de l’Université d’Abomey Calavi, Bénin), en partenariat avec l’Université d’Abomey Calavi et avec l’appui du projet ANR APPI « Une action publique éclatée ? Production et institutionnalisation de l’action publique » et du Ministère béninois pour l’évaluation des politiques publiques. Il est financé grâce au soutien du Département de la recherche de l’Agence française de développement, de l’Ambassade royale des Pays-Bas à Cotonou, de l’Institut de recherche pour le développement.

Plus de 160 propositions de résumés ont été reçues, de 23 pays.

Le Colloque se déroule du 17 au 20 novembre 2015. Il sera ouvert par une conférence inaugurale donnée par Philippe Zittoun, professeur de science politique et secrétaire général de l’IPPA (International Public Policy Association). Cette conférence se déroulera sur le Campus de l’Université. Le reste des travaux du colloque se dérouleront à Cotonou, à l’Hôtel du Lac.

Sur la Transition humanitaire à Grenoble

Les Etats Généraux de l’Humanitaire: Table ronde « Transition humanitaire »

 Mardi 3 novembre 2015 – 9h30 à 11h00, Maison de l’International, Grenoble

Organisés pour la 2e fois cette année, les Etats Généraux de l’action humanitaire internationale ont pour objectifs de questionner les pratiques et impacts des projets humanitaires et de développement et de leurs acteurs, afin de contribuer aux réflexions en amont du WHS 2016 à Istanbul. Ils se dérouleront sous la forme de tables rondes et ateliers de travail autour du thème central cette année des partenariats « Nord/Sud », l’objectif étant d’aboutir à des propositions concrètes pouvant contribuer au WHS.

Interventions

Les interventions durent 15 min chacune et sont suivies par 30 min de questions avec la salle.

  • « Transition humanitaire : pourquoi parler d’autonomie ? »

par Virginie Troit, Déléguée Générale du Fonds Croix-Rouge française

 

Définition de la transition humanitaire (entre renforcement des souverainetés nationales, remise en cause de la frontière humanitaire/développement et questionnement des principes et valeurs au cœur de l’action humanitaire). Importance de la recherche pour l’étudier, la comprendre et porter la voix des pays bénéficiaires. Importance de l’éthique pour l’accompagner et remettre les victimes au cœur des actions qui les concernent. Présentation de la mission du Fonds et des boursiers, avec leur double casquette chercheurs et de praticiens de l’action humanitaire.

 

  • « Les principes humanitaires dans la transition : cas d’étude au Pakistan »

par Marion Pechayre, chercheuse à la FMSH

 

Questionnement des principes et enjeux de leur respect dans la transition humanitaire. Cas d’étude sur le principe d’impartialité dans les politiques de triage au Pakistan. Les principes sont-ils universels ? Comment se déclinent-ils aux différentes échelles et positions dans les ONG ? Comment se mettent-ils en place dans les partenariats avec le staff national ou les acteurs locaux (différences culturelles, catégories mobilisées, stratégies) ? Comment et par qui se fait leur application sur le terrain et le contrôle de leur respect ?

 

  • « Ethnocentrisme et normes bureaucratiques dans les partenariats locaux : cas d’étude au Burkina Faso »

par Jacky Bouju, chercheur à l’Institut des Mondes Africains

 

Transition passe par la prise en compte et le respect de l’autonomie des acteurs locaux. Mais ils sont victimes de la violence structurelle de normes bureaucratiques et d’exigences internationales qui se multiplient et leur rendent inaccessibles les financements. Leur relation avec les bailleurs et les ONG internationales prennent donc souvent la forme de partenariats-patronages marqués par un fort ethnocentrisme dans l’application des principes, qui les rendent inadaptés aux les contextes culturels et provoquent en retour une violence symbolique et une duplicité des locaux.

 

  • « Le dispositif humanitaire dans un contexte de développement : cas d’étude au Laos »

par Danielle Tan, chercheuse à l’Institut d’Asie Orientale de Lyon

 

Questionnement de la frontière entre humanitaire et développement. Frontière qui n’est pas réelle sur le terrain et pour les acteurs locaux. Remise en cause de cette catégorisation. Questionnement de ses racines politiques et de ses enjeux dans un pays comme le Laos où l’action n’est plus réellement du domaine de l’urgence mais où les financements sont toujours présents sous forme d’aide humanitaire (OCHA). Difficulté du retrait des acteurs hum

Forthcoming: Borders, Informality, International Trade and Customs

 

Guest editors: Thomas Cantens, Robert Ireland & Gaël Rabaland

untitledInformality is, first and foremost, a concept. There are neither « informal » individuals nor « informal » goods. Informal merely says what they are not (formal), not what they are. This nomenclature applied to the social sciences first appeared in the early 1970s to term the activities which escaped economic and statistical measurement. Its analytical usefulness has been recently questioned. When investigated in the field, informality unveils well rooted and organized rationales, which tends to represent it as a reorganization of forms rather than a simple obscure disorder. As such, informality has been focused on by intellectual streams that are theoretically different: neoliberalism recognizes the informal sector and its fluidity as confirmation of a free market without regulation, while the opposite view is more Keynesian – that the informal economy can be dealt with by more state intervention; Marxist approaches suggest that an informal economy obscures capitalist dominance and exploitation of these activities.

The international trade of goods reminds us of a sobering reality. On the one hand, informality has passed into common usage, particularly among Customs and Tax civil servants in emerging and developing countries, the traders themselves, and « international development experts ». On the other hand, in the past couple of decades, international transport, especially air transport, and the opening of Asian economies influenced many developing and emerging country entrepreneurs to gain access to long-distance international trade. This class of retailers who previously waited at home for the arrival of foreign peddlers or who were small cross-border smugglers have become long-distance and major traders. These importers form and lean on local, regional, linguistic networks, parts of which extended outside their nation of origin to set up as intermediaries in Asia, Americas and Europe. Further, at the individual level, formal and informal activities are increasingly overlapping, which weakens categorizations of actors and pleads for a focus on practices. These practices are generally not bureaucratized or standardized, in contrast with those of multinational companies historically implanted in the developing countries since colonial times. This reality limits de facto the ability of the State to regulate this kind of international trade.

Frontières, informel, commerce international et douanes

Dossier spécial coordonné par Thomas Cantens, Robert Ireland & Gaël Rabaland

Le commerce international des marchandises nous rappelle à une réalité spécifique. D’une part, le concept d’informel est d’ores et déjà passé dans l’usage courant, chez les fonctionnaires des administrations douanières et fiscales des pays dits en développement et émergents, les commerçants et les « experts internationaux ». D’autre part, depuis une vingtaine d’années, les transports internationaux, notamment aériens, et l’ouverture économique des pays asiatiques ont permis à une multitude d’entrepreneurs des pays en développement et émergents d’accéder au commerce international de longue distance. Cette classe de commerçants qui auparavant attendaient chez eux des démarcheurs de pays occidentaux ou qui pratiquaient la petite contrebande transfrontalière sont devenus des «grands commerçants» importateurs. Ils forment et s’appuient sur des réseaux locaux, régionaux, linguistiques dont une partie s’est étendue hors de leur pays d’origine pour faire fonction d’intermédiaire en Asie, Amérique et Europe. Par ailleurs, au niveau individuel, les activités formelles et informelles se chevauchent, ce qui affaiblit la pertinence des taxonomies d’acteurs et plaide pour qu’on s’intéresse plutôt aux pratiques. Celles-ci demeurent peu bureaucratisées ou standardisées, en contraste avec celles des entreprises multinationales historiquement implantées dans les pays en développement depuis l’époque coloniale. Les pratiques de ces commerçants au long cours offrent de facto peu de prise à l’État pour réguler ce type de commerce international.