Appel à contributions ECAS 7 Afrique urbaine – Africains urbains Basel 29 juin – 1er Juillet 2017

 

7ème conférence européenne des études africaines ECAS 7

Bâle-Basel, 29 juin-1er juillet 2017, Université de Basel

Afrique urbaine – Africains urbains :

Des nouvelles rencontres entre le rural et l’urbain

Site de la conférence: http://www.ecas2017.ch/cfp

Appel à contributions

Le Centre d’études africaines de Bâle et la Société suisse d’études africaines vous invitent, pour le compte de l’AEGIS (Groupe Afrique-Europe pour les études interdisciplinaires), à soumettre des propositions pour la 7e Conférence européenne ECAS 2017 sur le thème: Africains: Nouvelles rencontres des zones rurales et urbaines.

 Les tendances africaines de l’urbanisation soulèvent plusieurs questions qui intéressent les chercheurs. Ceux-ci vont de la politique, à travers l’économie, tout le chemin à des questions sociales et culturelles. La question clé, cependant, est de savoir comment les processus d’urbanisation en Afrique transforment les objets conventionnels des études africaines et comment les savants d’Afrique se préparent-ils à faire face à de tels changements? Telles sont les questions auxquelles nous avons invité les savants d’Afrique à s’engager de manière plus consciente et systématique.

Alors que parmi les 223 panels acceptés, l’urbain est important, beaucoup se penchent aussi sur les enchevêtrements du rural avec le urbain, en particulier pour aborder une hypothèse implicite qui sous-tend l’étude de l’Afrique et qui concerne la prétendue «nature» rurale du continent Ainsi que la nature constitutive de la tension entre la tradition et la modernité. Au cours des dernières décennies, une attitude autocritique au sein de nombreuses disciplines a conduit à un affaiblissement de ces hypothèses, l’urbain continue sans doute à être considéré comme l’exception ou, du moins, comme analytiquement moins conséquent que le rural. ECAS 2017 «Urban Africa – Urban Africans» sera donc l’occasion de repenser les études africaines, mais aussi d’explorer et d’approfondir les voies de recherche que de nombreux chercheurs travaillant sur les questions urbaines et rurales ont abordées ces dernières années. Il ya une masse critique à exploiter dans l’effort pour pousser les frontières de la production critique de connaissances européennes sur l’Afrique.

L’appel à communications est maintenant ouvert et se termine à minuit le 19 janvier 2017. Avant de proposer un article, lisez le thème de la conférence, parcourez la liste des panels.

 Les panels acceptés de l’ECAS2017 ont été divisés en champs thématiques: Economie et Développement (A); Politique et relations internationales (B); Anthropologie sociale (C); Sociologie (D); Histoire (E); Arts et culture (G); Langue et littérature (H); Philosophie (I); Religion (J); Santé (K); Environnement et géographie (L); Et droit (M).

 

Just Published: Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales

sous la direction d’Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti

Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences

Anthropologie & développement n°44 (2016/1)

Anthropologie & développement n°44(2016/1)

Défis et potentiels des recherches de terrain engagées en sciences sociales / Challenges and Potentials of Engaged Fieldwork Research in Social Sciences (dossier coordonné par/Editors : Emmanuelle Piccoli et Jacinthe Mazzocchetti)

Introduction. Dimensions méthodologiques, épistémologiques et politiques de l’engagement des chercheurs en sciences sociales / Methodological, Epistemological and Political Aspects of Engagement of Social Scientists (E. Piccoli et J. Mazzocchetti)

Ambiguities and Potentialities of Social Sciences in the Peruvian Mining Context (E. Piccoli et I. Yepez del Castillo)

The Ethics of Ethnographic Fieldwork in the Context of War against Migrants. Between Self-Censorship and Engagement (J. Mazzocchetti)

Knowing as Being, Knowing is Being. Doing a Political Ethnography of an Italian Right-Wing Party (E. Bellè)

Politicized Discourses. A Reflexive Approach to the Transnational Campaign on Women, Peace and Security and its Local Narratives (M. Martín de Almagro Iniesta)

Expérience de dialogue entre l’anthropologie et une situation de développement au Vietnam. De la position d’observateur à celle de médiateur (E. Pannier et C. Culas)

Dynamique des postures de chercheurs-engagés. Retours sur la participation dans les politiques de l’eau au Burkina Faso (W. Daré et J.-P. Venot)

Régulation réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Régulation Réactive dans les partenariats public-privé : Entre la dissuasion et la persuasion

Par Anne-Marie Reynaers1 and Salvador Parrado2,*

Revue Regulation & GovernanceLes contrats Design-Build-Finance-Maintain-Operate (DBFMO) sont un type particulier de partenariat public-privé par lequel les gouvernements transfèrent la responsabilité de la conception, la construction, le financement, l’entretien et l’exploitation d’un bâtiment de service de l’infrastructure publique ou de l’utilité d’un multi consortium privé à tête noire à travers un contrat de performance à long terme. Ces dispositions posent un problème principal-agent typique parce qu’ils intègrent une « carotte et du bâton » approche dans laquelle l’agent (consortium) doit répondre aux attentes du principal (souteneur). Cet article traite un aspect négligé dans la littérature relative à l’utilisation réelle des «bâtons ou sanctions» dans DBFMOs et évalue dans quelle mesure et dans quelles gestionnaires conditions contractuelles adoptent une approche d’application axé sur la dissuasion ou de passer à une approche fondée sur la persuasion, , en particulier lorsque les clauses contractuelles nécessitent l’utilisation de la dissuasion (automatique). Une analyse empirique des quatre DBFMOs aux Pays-Bas montre que la poursuite de la prestation de services, la nécessité de renforcer la confiance, et l’absence d’accord sur les spécifications de sortie jouent un rôle dans la volonté du souteneur d’appliquer un comportement plus réactif qui utilise la persuasion, même si la dissuasion doit être appliquée automatiquement. © 2016 John Wiley & Sons Australia, Ltd

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Colloque international « Face à la sorcellerie », Paris 13-15 juin

Voir aussi sur le site de l’ANR Einsa

En clôture du programme ANR « l’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine. Violence, justice et droits de l’Homme » (EInSA 2012-2016)

IMG_3851Dans certaines régions d’Afrique, les « affaires de sorcellerie » et la chaîne de violences qui conduit du soupçon, ou de la rumeur, à l’accusation publique jusqu’au passage à l’acte (meurtre, lynchage), prennent aujourd’hui une dimension alarmante. Les accusations peuvent cependant être portées devant les institutions légales car dans les systèmes judiciaires de ces pays africains, la « pratique de sorcellerie », associée à la « magie » et au « charlatanisme », est définie et sanctionnée en tant que délit ou crime par des articles des Codes pénaux introduits par l’autorité coloniale au milieu du XXe siècle et conservés, renforcés par les systèmes judiciaires postcoloniaux. Lire la suite 

Circulations incommodes

Circulations incommodes

Perspectives comparatives sur la production des hiérarchies, des limites et des règlements sociaux concernant le recyclage et la réutilisation des matériaux mis au rebut
Flyer_Circulaciones_Final_2
International Workshop

Salle 10, Département Economie et Gestion, de l’Université Nationale de Quilmes, Buenos Aires

Roque Saenz Pena 352, Bernal

Jeudi, 19 mai 2016
 
10h00 – 13h00: Matériaux rejetés et production de la valeur
Commentateurs: Maria Ines Fernandez Alvarez ( FFyL – UBA / CONICET ) et Mariana Luzzi ( UNGS / CONICET )
 
  • Le juste prix: évaluation des hommes et des objects sur les marchés informels de récupération à Paris – Virgine Millot. Maître de conférences à L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, et membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • La fabrication d’une valeur symbolique dans le recyclage de la fripe à Kinshasa – Sylvie Ayimpam. Chargée de cours à Aix-Marseille Université, et membre de l’Institut des Mondes Africans
  • Indétermination et valeur décriée des objets rejetés à Rio de Janeiro. – Maria Raquel Passos Lima, Professeur Département de Sociologie do IFVS/UFRJ
  • Valeur et importance dans les objets rejetés: cinq déplacements analytiques: Sébastien Carenzo. – chercheur associé au Conicet, Institut d’études sur la science et la technologie, Université nationale de Quilmes
14h30-17h30 :
Matériaux rejetés et production des hiérarchies

Commentateurs: Paul Schamber ( UNQ / CONICET ) et Debora Gorban ( UNGS / CONICET )

  • Bricolages hiérarchiques: récupération et recyclage à Cuba et en URSS – Elisabeth Anstett. Chargée de recherche au CNRS, et membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux.
  • Quelle hiérarchie sociale donne à lire la récupération des objets déchus lors des collectes de gros refus à Santa Clara (USA) – Nathalie Ortar. Chargée de recherche du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE), et membre du Laboratoire Aménagement Economie Transports.
  • Trajectoires, ( re)production des hiérarchies et des formes de différenciation sociale entre cueilleurs Buenos Aires – Daniel Mariano Perelman . Vice- chercheur ( CONICET ), l’Université de Buenos Aires
  • «Je le fais, mais ils ne le font pas » sur les traces de l’amour filial dans les perceptions spatiotemporelles de travail avec les déchets, chez les femmes chargées de récupération – Gabriela Vergara Mattar. CONICET Research Associate, Coordinateur du Daily Living Area Research Center et Études Sociologiques (CIES ), membre du Groupe d’étude subjectivités et les conflits ( GEsSyCO ).
Entrée gratuite – places libres limitées – Information et inscription : sebastian.carenzo@unq.edu.ar
 

Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

Une exposition sur la vie urbaine au Congo

08.05 – 14.08.2016

Sammy Baloji & Filip De Boeck — Urban Now: City Life in Congo

 

Commissaire de l’exposition : Devrim Bayar

L’exposition est organisée en collaboration avec et sera voyagée à  Galerias Municipais/EGEAC, Lisbon, et The Power Plant, Toronto.

Avec le soutien de fond de la recherche de KU Leuven.

En collaboration avec Kunstenfestivaldesarts & Summer of Photography 2016.

A lire aussi sur WIELS
À propos de cette exposition

Conçue par le photographe Sammy Baloji et l’anthropologue Filip De Boeck, cette exposition offre un aperçu photo- et vidéographique de différentes villes du Congo. Se concentrant sur le « présent urbain », tiraillé entre les rêves brisés du passé colonial et les promesses d’un avenir néolibéral, l’exposition propose une enquête artistique et ethnographique sur ce que la vie et le vivre ensemble dans les villes du Congo signifient.

Comme partout ailleurs sur le continent africain, les villes congolaises projettent de nouveaux futurs pour elles-mêmes. Ceux-ci se manifestent la plupart du temps sous la forme de panneaux d’affichage et de publicités pour la ville à venir, inspirée par les modèles urbains de Dubaï et autres « hot spots » des pays du Sud. Le modèle de la ville que ces images proposent donne invariablement lieu à de nouvelles géographies de l’exclusion qui se matérialisent sous la forme de communautés fermées et de villes satellites conçues pour une classe moyenne supérieure locale souvent encore hypothétique.

En contraste avec ces recodages néolibéraux, l’infrastructure actuelle des villes du Congo est d’une nature assez différente. L’héritage architectural colonial est souvent tombé en désuétude et la ville semble parsemée de fragments déconnectés, échos d’une modernité passée qui continue d’exister sous une forme brisée. Ces infrastructures matérielles défaillantes détériorent la qualité de la vie sociale, qui atteint souvent les limites du vivable. Pourtant, les habitants des villes du Congo réinventent constamment de nouveaux espaces sociaux dans lesquels l’exclusion, la pauvreté et la violence sont contournées et surmontées. En sondant ces lieux, l’exposition capture un monde urbain plus habitable et uni, où les possibilités d’action collective et les rêves d’un avenir commun continuent d’être explorés.

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Violence et régulation informelle dans les transports publics à Abidjan

Par Dr Walter Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire)

Présentation de la conférence:

conférence Kra_4Dans le cadre des conférences de l’IMAF et de l’axe de recherche REVIN « régulation, violence, incertitude », le Dr Walter KRA de l’Université Alassane Ouattara de Côte-D’Ivoire présentera aux étudiants et aux chercheurs, une conférence qui portera sur ses recherches sur le phénomène de la violence dans les minibus et les taxis collectifs à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce secteur des transports qui échappe en partie au contrôle des pouvoirs publics est contrôlé par des groupes d’acteurs informels dont le mode de régulation n’exclut pas la violence criminelle. L’exposé montrera les différentes facettes de ce phénomène. Cet exposé s’adressera également aux étudiants du cours d’anthropologie politique.
La conférence se tiendra le mercredi 9 mars 2016 de 9h30 à 12H en salle 1 de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme MMSH à Aix-en-Provence.

Le Dr Walter Kra participe à un programme de recherche intitulé « Villes sûres et inclusives » soutenu par le Centre de Recherche pour le Développement International du Canada.

Conférence organisée par Jacky Bouju et Sylvie Ayimpam

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Concurrence et commutation sur les marchés de service public: Peuvent-elles réduire les inégalités?

Par Marcos Fernández-Gutiérrez, Oliver James et Sebastian Jilke

Revue Régulation et et gouvernance
REGO_leftVersion préliminaire en ligne de la fiche publiée avant l’inclusion dans un numéro de la revue

Mots clés:
Service de l’infrastructure publique, les services d’intérêt économique général, la régulation; l’Etat providence régulé, la réforme de la libéralisation

Les réformes de la régulation des services publics dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) visaient à accroître le bien-être des consommateurs en introduisant la concurrence et le choix sur les marchés de services. Cependant, les évaluations empiriques se sont demandées si ces réformes ont bénéficié tous les consommateurs, ce qui suggère que les groupes vulnérables des usagers des services (en particulier ceux ayant un faible niveau d’éducation formelle), pourraient être enfermés dans des services peu performants. Nous évaluons la relation entre le niveau de la concurrence dans l’électricité et les marchés de la téléphonie fixe dans les pays de l’UE et d’évaluer l’accessibilité de ces services pour différentes couches socio-éducatifs. Nos résultats montrent que – bien que dans les pays où il y a une fréquence relativement élevée de commutation, les inégalités entre les groupes socio-éducatives sont plus petits et disparaissent par la suite – la concurrence en tant que telle ne joue pas un rôle. Ces résultats suggèrent que la régulation de la demande qui permet avec succès commutation du consommateur a le potentiel pour égaliser la protection sociale, ce qui reflète une convergence possible des instruments réglementaires et les objectifs centraux de l’Etat-providence dans ce contexte. © 2016 Wiley Publishing Asie Pty Ltd

 

Contestations monétaires. Une économie politique de la monnaie

logo-regulationContestations monétaires. Une économie politique de la monnaie
Monetary Contestations. A Political Economy of Money

Dossier spécial coordonné par PEPITA OULD AHMED ET JEAN-FRANÇOIS PONSOT

Lire aussi sur Revue de la régulation

La revue de la régulation vient de publier un excellent dossier thématique sur la contestation monétaire. Le dossier qui compose le cœur de ce numéro 18 constitue une nouvelle contribution à une économie politique qui s’ancre dans des terrains, des réalités, des objets et des méthodes variés, bien au-delà des approches en termes de régulation. En rassemblant des contributions sur les différentes formes, modalités et pratiques de Contestations monétaires, le dossier contribue à une économie politique de la monnaie qui est déjà solidement construite, comme le rappellent Pepita Ould-Ahmed et Jean-François Ponsot, coordonnateurs du dossier, dans leur introduction. L’entrée par les contestations donne au(x) programme(s) institutionnaliste(s) sur la monnaie un relief particulier, en ce qu’elle situe le débat sur la pluralité des monnaies (et des approches) et sur la contestation comme fait et enjeu de nature politique. La notion de contestation prend ainsi corps tant à l’échelle internationale (Benjamin J. Cohen sur le dollar, Frédéric Lordon sur l’Euro), entre monnaies dominantes, que de la part de nouveaux hégémons en puissance (y compris le bitcoin d’un certain point de vue : Ludovic Desmedt et Odile Lakomski-Laguerre, Alain Laurent et Virginie Monvoisin), mais aussi à l’échelle nationale (Pierre Alary à propos du Laos, Ramine Motamed-Nejad en Iran) ainsi que de la part de monnaies locales ou sociales (Georgina Gomez en Argentine, Jérôme Blanc sur les monnaies associatives, Guillaume Vallet sur le WIR, Celina Whitaker à partir du SOL et de son expérience de terrain). Le dossier s’intéresse donc à différents registres de contestation qui ne constituent pas nécessairement une lutte d’hégémonie. Il y a ainsi une ambivalence des monnaies complémentaires qui peuvent contribuer à contester l’ordre existant ou, au contraire, à le renforcer en contenant la contestation. On l’aura compris, ce dossier d’économie politique du fait monétaire s’inscrit dans une contestation de la pensée standard de la monnaie (André Orléan). Plusieurs notes de lecture très détaillées sur des ouvrages forts sont directement associées à ce dossier : David Cayla sur David Graber, Dette : 5000 ans d’histoire, Adrien Faudot sur Frédéric Lordon, La Malfaçon, Tristan Dissaux sur Jean-Michel Servet, La vraie révolution du microcrédit. La note sur Servet conclut sur l’intérêt d’un recours à Ostrom et aux communs qui permet une belle transition avec la note de Pascal Grouiez sur l’ouvrage dirigé par Benjamin Coriat, Le retour des communs la crise de l’idéologie propriétaire, laquelle note constitue un écho au dossier Autour d’Ostrom qu’il avait précédemment co-dirigé dans la Revue.

En complément du dossier, plusieurs débats déjà riches sont nourris par de nouvelles contributions.

À propos du concept de néo-surtravail qu’on trouvait dans la note de lecture de Benoît Giry sur Guillaume Tiffon, ce-dernier répond dans une note visant à défendre sa thèse du travail du client comme surtravail. Francisco Serranito, de son point de vue, montre que les politiques économiques de la Troïka n’ont pas tenu leur objectif. Un débat est lancé autour d’Imperium de Frédéric Lordon, à propos duquel Bruno Amable et Stefano Palombarini proposent une longue note, confrontant l’ouvrage et la question de la souveraineté à leur économie politique néoréaliste.

Lire la suite sur Revue de la régulation

Sommaire

Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot
Contestations monétaires : une économie politique de la monnaie
Introduction
Monetary Contestations: A Political Economy of Money
Contestación monetaria : una economía política de la moneda

Benjamin J. Cohen
The Demise of the Dollar?  Plus ça change, plus c’est pareil…
La mort du dollar ? Plus ça change, plus c’est pareil…
La muerte del dólar ? Cuanto mas cambia, mas se parece

Georgina M. Gómez et Joop de Wit
Contestations and Contradictions in the Argentine Redes de Trueque
Contestations et contradictions dans les réseaux de troc argentins

Jérôme Blanc
Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives
Contesting Through Projects. The Case of Associative Local Currencies
La contestación por medio de proyectos. El caso de las monedas locales asociativas

Guillaume Vallet
Le WIR en Suisse : la révolte du puissant ?
The WIR in Switzerland: the Revolt of the Powerful?
Suiza : la revuelta del poderoso ?

Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt
L’alternative monétaire Bitcoin : une perspective institutionnaliste
The Bitcoin Alternative: An Institutionalist Perspective
La alternativa monetaria Bitcom : una perspectiva institucionalista

Alain Laurent et Virginie Monvoisin
Les nouvelles monnaies numériques : au-delà de la dématérialisation de la monnaie et de la contestation des banques
New Digital Currencies: Beyond Monetary Dematerialisation and the Contestation of Banks

Pierre Alary
Un régime monétaire traditionnel contesté par la monnaie d’État : l’histoire du kip au Nord-Laos de 1975 à 2000
A Traditional Monetary Regime Challenged by the Currency State: kip History in North Laos from 1975 to 2000
Un régimen monetario tradicional contestado por la moneda de Estado : la historia del kip en el Norte de Laos, de 1975 a 2000

Ramine Motamed-Nejad
Monnaie et illégalismes. Genèse des protestations monétaires en Iran (1979-2013)
Money and Illegalism: Genesis of Monetary Protests in Iran (1979-2013)
Moneda e ilegalismos. Génesis de protestaciones monetarias en Irán (1979-2013)

André Orléan
La valeur économique comme fait social : la preuve par les évaluations boursières
Economic Value as A Social Fact: A Proof by Financial Markets Evaluations
El valor económico como hecho social : la prueba por medio de las evaluaciones bursátiles

Prix honorifique Fonds Croix Rouge – Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN Paris le 2 décembre 2015

Prix honorifique : Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN
En 2015, un prix honorifique est décerné à Jean-Pierre Olivier de Sardan pour ses années d’engagement dans l’anthropologie du développement.

Lire aussi sur Fonds Croix rouge française

JPODS_13_Copie-J-P. Olivier de Sardan lors de la remise de son Prix Fonds Croix-Rouge à Paris le 2 décembre 2015

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, directeur d’étude à l’EHESS et directeur de recherches émérite au CNRS. Il est particulièrement reconnu pour sa contribution à la socio-anthropologie du développement, dont son livre «Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social» (1995) est un des ouvrages fondateurs. Ses recherches se sont progressivement élargies à l’étude de la délivrance et de la gestion des biens et services collectifs en Afrique, autrement dit les modes de gouvernance, ou l’action publique, que ce soit par l’État, les pouvoirs locaux, les services publics, les acteurs associatifs ou les institutions de développement. Il a également mené une réflexion méthodologique et épistémologique promouvant une recherche collective et rigoureuse, a contribué avec des chercheurs de nombreux pays et est auteur d’un grand nombre d’ouvrages reconnus. Il est enfin co-fondateur du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) au Niger, pays où il mène des recherches depuis les années 1960, et de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD).

Les prix de recherche Fonds Croix-Rouge française ont pour objectif de valoriser des travaux scientifiques à la croisée des disciplines dans un champ traditionnellement orienté vers les activités opérationnelles et pour lequel il existe peu de financements universitaires. Ouvert à toutes les disciplines et à toutes les nationalités, ils  sont décernés  à des travaux francophones de recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de l’action humanitaire, des politiques de développement ou de l’aide caritative internationale.

Deux prix d’une valeur chacun de 5 000 € sont décernés chaque année à deux jeunes chercheurs présentant une perspective innovante ou audacieuse sur l’humanitaire. Les candidats sont proposés sur recommandation du Conseil Scientifique International (CSI) et du Conseil d’administration (CA) du Fonds. Les deux lauréats sont sélectionnés par un jury composé de trois membres du CA et de deux membres du CSI.

Les critères d’évaluation porteront de manière générale sur l’impact des parcours et travaux des candidats dans le domaine humanitaire (passé ou présumés en fonction du type de recherche récompensée). A cela s’ajouteront plusieurs critères tels que la qualité des publications, le profil, la dimension novatrice des travaux, la relation des travaux avec les thèmes développés dans les appels à bourses et à projets et l’intérêt prospectif des travaux.

La participation aux Prix Fonds Croix-Rouge française est gratuite.

Remise du prix à JP. O. de Sardan par Dominique Kérouedan, membre du Conseil scientifique international du Fonds Croix-Rouge

 

 

2/12/2015 Forum à Paris: « Transition humanitaire : les États de la recherche »

Mercredi 2 décembre 2015: Forum à Paris: « Transition humanitaire : les États de la recherche » – Fonds de la Croix-Rouge Française & MONDE diplomatique

FondsCRF_Monde diplo_2déc15

 

 

 

Lire aussi sur les amis du Monde diplomatique

Le Fonds Croix-Rouge française a pour mission d’encourager la recherche francophone dans le champ humanitaire en attribuant des financements et prix de recherche à des projets portés soit par des chercheurs individuels, soit par des équipes. Le Fonds a lancé son premier appel à projets et à bourses postdoctorales « Transition humanitaire dans les pays bénéficiaires de l’aide internationale » en mars 2014 et a sélectionné 6 projets sur 3 continents.

A l’issue d’une année de recherche, le Fonds s’associe au Monde diplomatique pour présenter le résultat des travaux de la promotion 2014 et les mettre en perspective au sein d’un débat présidé par J.F. Mattei et J.P. Olivier de Sardan. Enfin, à l’occasion de cette journée, le Fonds remettra ses deux prix de recherche 2015.

TRANSITION HUMANITAIRE :
LES ETATS DE LA RECHERCHE »
suivie du débat
« Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »

en présence de :

M. Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue EHESS-CNRS, chercheur au LASDEL, Niamey, Niger
— M. Abdou Salam Fall, directeur de recherche IFAN-UCAD, coordinateur du LARTES, Dakar, Sénégal
— Pr Jean-François Mattei, président du Fonds Croix-Rouge française, ancien ministre
Programme et inscription : www.rencontresdiplo.fr
À l’auditorium du journal Le Monde, 80, bd Auguste-Blanqui, Paris 13e

PROGRAMME SCIENTIFIQUE DETAILLE

9 h 45 – 11 h 15 : Table Ronde 1 :
« Diversité des configurations / modèles humanitaires – Haïti, Laos, Sénégal »
Modération :

M. Yvan CONOIR, chercheur, Chaire Raoul Dandurand en études diplomatiques et stratégiques (UQAM – Montréal
Mme Anne-Cécile ROBERT, journaliste, directrice des éditions internationales du Monde diplomatique
Intervenants :

« Entre action humanitaire et action sociale en Haïti » par M. Odonel PIERRE-LOUIS, docteur en philosophie politique au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques (CNRS-Paris 7-Diderot) et professeur à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Port-au-Prince en Haïti ;

« L’aide internationale au Laos » par Mme Danielle TAN, docteure en science politique, chercheure associée à l’Institut d’Asie orientale (IAO) de l’ENS Lyon et chercheure associée à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC) de Bangkok ;

« Enjeux organisationnels : réseaux et dynamiques au Sénégal » par M. Jose-Carlos SUAREZ Herrera, professeur en management des organisations et systèmes de santé au sein de la KEDGE Business School et professeur associé au Département d’administration de la santé à l’Université de Montréal (DASUM).

11 h 30 – 13 h 00 : Table Ronde 2 :
« Diversité des configurations / modèles humanitaires – Burkina Faso, Côte d’Ivoire »
Modération :

Mme Malika AIT MOHAMED PARENT, sous-secrétaire générale, division services aux organes statutaires et à la direction, FICR, et chercheur (Genève)
M. Jean-Pierre DOZON, anthropologue, directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH)
Intervenants :

« Le tissu humanitaire en Côte d’Ivoire : acteurs et dynamiques » par M. Djane ADOU, docteur en sociologie, chercheur au Centre Suisse de Recherches (CSRS) en Côte d’Ivoire ainsi qu’au Laboratoire de Sociologie Economique et d’Anthropologie des Appartenances Symboliques (LAASSE) de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan Cocody ;

« Redistribution des rôles opérationnels entre acteurs humanitaires, partenaires locaux et populations bénéficiaires au Burkina Faso » par Mme Sylvie  AYIMPAM, socio-économiste, spécialiste  du développement, chercheure associée à l’IMAf;

« Stratégies d’intervention humanitaires et cohésion sociale en Côte d’Ivoire » par M. Jérôme KOUAKOU, docteur en sciences sociales, sociologue et chercheur au Centre de Recherche pour le Développement (CRD) de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké (UAO) en Côte d’Ivoire.

14 h 00 – 14 h 30 : Cérémonie de remise des Prix de recherche 2015 du Fonds Croix-Rouge française
Les prix de recherche Fonds Croix-Rouge française ont pour objectif de valoriser des travaux scientifiques à la croisée des disciplines dans un champ traditionnellement orienté vers les activités opérationnelles et pour lequel il existe peu de financements universitaires. Ouvert à toutes les disciplines et à toutes les nationalités, ils sont décernés à des travaux francophones de recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de l’action humanitaire, des politiques de développement ou de l’aide caritative internationale.
Deux prix d’une valeur chacun de 5 000 € sont décernés chaque année à deux jeunes chercheurs présentant une perspective innovante ou audacieuse sur l’humanitaire.

14 h 30 – 17 h 00 : Conférence-débat :
« Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »
Débat introductif par :

M. Jean-François MATTEI, président du Fonds Croix-Rouge française
M. Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN, anthropologue, EHESS-CNRS, chercheur au LASDEL, Niamey, Niger
Se joindront à eux ensuite dans une table ronde animée par Mme Anne-Cécile ROBERT :

M. Francis AKINDES, professeur de sociologie politique et économique, Université Alassane Ouattara de Bouaké en Côte d’Ivoire, président du Conseil scientifique international du Fonds Croix-Rouge française
Mme Julienne ANOKO, anthropologue, consultante pour l’OMS en Guinée
M. Abdou SALAM FALL, professeur à l’université Cheik Anta Diop (UCAD) de Dakar
M. Bernard HOURS, anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

09:15 – 09:45
Mots d’accueil
09:45 – 11:15
Table ronde n°1 (Haïti, Laos, Sénégal)
11:30 – 13:00
Table ronde n°2 (Côte d’Ivoire, Burkina Faso)
13:00 – 14:00
Déjeuner-buffet dans le hall du Monde
14:00 – 14:30
Cérémonie de remise des Prix de recherche du Fonds
14:30 – 17:00
Conférence-débat « Action humanitaire et renouveau des rapports Nord-Sud »
17:00 – 18:00
Moment convivial dans le hall du Monde
20:00 – 22:00
Dîner avec les intervenants et l’équipe
Lieu à confirmer (proche de l’hôtel Ibis)

Vient de paraitre: Fashion Mix

Fashion Mix_1310 - copieN°1310  avril-juin 2015

Vient de paraître: Fashion Mix

Modes, codes vestimentaires, et pratiques corporelles

Dossier spécial de la Revue Hommes et Migrations N°1310  avril-juin 2015   Coordinateur: Anne Monjaret

Anne Monjaret, Ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC-équipe LAHIC (CNRS-EHESS)

Lire aussi le carnet de recherche Vêtement & Textile

 Ce dossier complète la problématique de l’exposition Fashion Mix, qui s’est tenue au Musée de l’histoire de l’immigration jusqu’à fin juin 2015, et fait un état des dernières recherches sur l’influence des migrations sur les manières de se vêtir, de se coiffer, et de traiter son corps dans l’espace. La revue a souhaité croiser le thème de la mode et celui des migrations en brassant les recherches en cours.   L’ouverture internationale explore les relations que la France entretient à travers le vêtement avec des continents comme l’Afrique et identifie des travaux qui seraient utilement transférables en France.

A l’occasion de l’exposition Fashion Mix tenue au Musée de l’histoire de l’immigration (novembre 2014 –juin 2015) et portant sur l’histoire des créateurs d’origine étrangère qui ont activement contribué au dynamisme et à la renommée mondiale de la haute couture parisienne, la revue Hommes et Migrations a souhaité enclencher un nouveau chantier sur le thème de la mode, des codes vestimentaires et des pratiques corporelles en relation avec les phénomènes migratoires. Ce dossier se situe en complémentarité avec la problématique de cette exposition pour faire l’état des recherches menées sur ces différents thèmes et montrer comment les migrations influencent les manières de se vêtir, de se coiffer et de traiter son corps.

Les études migratoires ont accordé à la mode un traitement encore limité, que ce soit sous l’angle des analyses du secteur économique ou celui plus anthropologique des études sur les pratiques culturelles. Les recherches sur l’histoire de la mode ont peu abordé également la question de la présence des créateurs étrangers et des influences plus générales des migrants sur les courants (type afro style). La connexion entre ces deux domaines scientifiques est un chantier à mener.

Pourtant, quand on considère la confection (mais aussi de la retouche et la braderie) la maroquinerie ou la cordonnerie, ces secteurs économiques ont depuis plusieurs décennies étaient portés par des migrants et ils révèlent de compétences professionnelles et de savoir-faire artisanaux ou plus techniques performants dans leurs capacités d’insertion dans l’économie des pays d’accueil. Dans ces secteurs, les migrants ont toujours été très entreprenants, tant et si bien que mode et migrations sont intimement mêlées. Par prolongation, les commerces qualifiés « d’ethniques » s’adressent à des clientèles d’origine étrangère pour leur vendre des produits cosmétiques ou des vêtements de leur pays d’origine, jouent un rôle social comme des lieux de ressources identitaires ou culturelles. Enfin si certains créateurs de mode d’origine étrangère ne franchissent pas les barrières pour accéder à la haute couture, leurs créations parviennent à influencer les styles et courants de la mode en ouvrant à des propositions nouvelles en matières de tissus, d’assemblages, et de coupes.

La migration affecte également les modes vestimentaires de ceux qui décident de vivre ailleurs. Certains vêtements ou codes vestimentaires sont abandonnés au profit de ceux de la société majoritaire, d’autres sont conservés, adaptés, dans l’espace privé de la famille ou réservés à des évènements familiaux ou festifs plus larges. Les modes vestimentaires ont des fonctions sociales et identitaires qui varient selon les migrations. Dans une certaine mesure et selon les périodes, les migrants ont introduit des éléments de leurs cultures dans les courant de la mode en France et plus largement.

En complément, la coiffure, le maquillage et les soins corporels représentent des marqueurs culturels que la migration bouscule et modifie au fur et à mesure que les personnes s’installent et vont vouloir se conformer à certains usages dominants.

Certains codes vestimentaires et corporels se transmettent d’une génération à l’autre, d’autres sont rejetés ou au contraire ritualisés et patrimonialisés en vertu d’une charge symbolique forte.

Ce dossier constitue un premier cadrage des différentes pistes de recherche qui sont comprises dans cette vaste thématique tout en identifiant des programmes scientifiques et des initiatives culturelles ou artistiques qui vont livrer leurs premiers résultats

De la fripe à la Sape : migrations congolaises et modes vestimentaires

Par Sylvie Ayimpam, université Aix-Marseille et Léon Tsambu, université de Kinshasa 

Article issu du N°1310,  avril-juin 2015 : Fashion Mix

Né au début du XXe siècle entre Kinshasa et Brazzaville, le mouvement de la Sape ou Société des ambianceurs et des personnes élégantes a peu à peu gagné les territoires des diasporas congolaises à Paris ou à Bruxelles. Entre mode et musique, les sapeurs font de leurs luxueux habits le symbole d’une identité en perpétuelle réinvention. Pour assouvir leur quête de vêtements aux griffes prestigieuses, des filières d’approvisionnement informel se sont mises en place entre l’Afrique et l’Europe.

Les violences ordinaires dans l’Afrique contemporaine

Les Violences ordinaires dans l’Afrique contemporaine:

la vie quotidienne, la sphère étatique, le monde humanitaire

 
Leiden Universiteit, 1-5 juillet 2015 Lipsius Bulding, Cleveringaplaats 1, Leiden
Projet « Connecting in Times of Duress »
Master’Class animée par Sylvie Ayimpam et Jacky Bouju

Cette Master Class sera consacrée aux violences ordinaires dans l’Afrique d’aujourd’hui.
L’étude des violences ordinaires — définies par Alain Marie et Pierre Janin (2003) comme celles qui prennent place dans le quotidien des rapports sociaux et qui sont banalisées par la société — suppose de porter l’attention sur des formes de violences qui seraient « admises » par la société et plus ou moins « tolérées » par  les personnes concernées. Ces violences tireraient leur légitimité du fait qu’elles se rattacheraient à des « traditions » ou à des formes de régulation sociale « anciennes ». Le principe totalitaire qui gouverne beaucoup de sociétés africaines, se décline en violences permanentes faites à l’individu. Les contextes contemporains en Afrique donnent à percevoir dans la longue durée une violence ordinairement silencieuse des relations sociales, parfois les plus ordinaires, entre citoyens ordinaires dans la vie quotidienne, entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés, entre ceux qui aident et ceux qui sont aidés.
Nous allons ainsi les aborder en trois principaux points :
1.     Les violences au quotidien : violences dans diverses relations sociales au quotidien
2.     Les violences dans le domaine étatique, entre gouvernants et gouvernés : coercitions étatiques, contestations politiques, oppositions informelles
3.     Les violences dans le champ de l’humanitaire : violences des normes, réactions violentes des populations
En effet, ces violences ordinaires on peut les retrouver autant dans l’espace domestique que dans les rapports de voisinage, dans les rapports professionnels que dans les rapports d’affinité, etc. Dans l’espace domestique et familiale, en milieu urbain ou en milieu rural, elle se manifeste souvent dans les relations entre les aînés et les cadets, entre les hommes et les femmes. En dehors de l’espace domestique, elles prennent souvent la forme d’affrontements ordinaires, de violences ordinaires des gens ordinaires : entre agriculteurs et pasteurs, élèves et enseignants, parents d’élèves et enseignants, etc. Une telle violence peut avoir son enracinement dans la longue durée historique. Elle peut produire des antagonismes et se banaliser au point que certaines de ses manifestations soient perçues par beaucoup, comme relevant du fonctionnement ordinaire de la société.
En ce qui concerne la sphère étatique et les relations entre gouvernants et gouvernés, on observe que la violence tend à devenir réciproque et à s’extérioriser, lorsque les individus réagissent par la violence à la violence réelle ou supposée de l’Etat. Cette forme d’autoritarisme étatique qui régule les relations entre l’Etat et les citoyens dans les sociétés africaines et l’exercice d’une violence coercitive – qui ne requiert pas l’adhésion explicite des dominés, mais au besoin les contraint par l’usage de la force brute– peuvent permettre de comprendre que les sociétés africaines soient des sociétés violentes, animées souvent par des rapports de force sous-jacents aux hiérarchies instituées. Ces hiérarchies dans les sociétés de type communautaire utilisent autant la force brute que les pouvoirs occultes fidèlement traduits par l’idiome de la sorcellerie. On observe ces dernières années que l’autoritarisme étatique soulève de plus en plus des mouvement d’oppositions et de contestations violents, comme cela a été le cas récememnt au Tchad, au Burkina Faso, ou encore actuellement au Burundi. Cependant les oppositions collectives en Afrique relèvent parfois de processus non explicitement politiques, et prennent des formes d’opposition et de contestation politique et sociale peu manifestes, plus insidieuses, informelles mais visibles. Oubliés des pouvoirs publics, nombre de citoyens s’opposent de multiples manières en pratiquant la subversion des normes, en opposant la récurrence de leurs actes aux représentations de l’ordre public qu’ils refusent de reconnaître.
Quant au champ de l’humanitaire, il devient l’un des lieux où s’articulent de plus en plus en Afrique la violence spectaculaire (celle des guerres, rébellions, conflits ethniques ou politiques, avec leurs conséquences multiples) et les violences ordinaires (celles qui prennent place dans le quotidien des relations sociales). Plusieurs événements ces dernières années ont jeté une lumière crue sur les conceptions négatives que les populations locales, bénéficiaires de l’aide, se faisaient du personnel humanitaire et des interventions humanitaires en général. Le personnel humanitaire se fait de plus en plus agressé dans les camps des réfugiés ou des personnes déplacées ou encore dans les zones de conflit, et cela pour diverses raisons ; il y a le fait que les populations locales ressentent comme violentes les normes qui sous-tendent l’intervention humanitaire et auxquelles elles doivent se conformer pour en bénéficier ; il y a également le fait que se développent de plus en plus des représentations sociales selon lesquelles les organisations humanitaires entretiendraient l’insécurité afin de se reproduire par le renouvellement de leurs financements. Dans ce domaine, il serait intéressant de passer de l’analyse que l’on fait en général de la vulnérabilité des personnes déplacées et prises en charge par des organisations humanitaires, à l’analyse de la propre vulnérabilité du personnel humanitaire sur le terrain. Il y a donc lieu d’étudier ici les cycles d’échanges de violences entre les deux catégories de protagonistes que l’intervention humanitaire met face à face, tout comme on peut étudier ces cycles d’échanges de violences dans entre gouvernants et gouvernés, et dans le cadre de la vie quotidienne.


 

Vient de paraitre: La deuxième vie des objets

Vient de paraître: La deuxième vie des objets

Sous la direction d’Elizabeth Anstett et Nathalie Ortar

La deuxième vie des objets, recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines,  Paris, Éditions Pétra, avril 2015

208 p.

22 €

cover DVOLes crises économiques qui touchent les sociétés de consommation, les conséquences de la surexploitation des ressources naturelles, tout autant que l’émergence d’un impératif de développement durable ont partout favorisé l’apparition de pratiques de récupération et de réutilisation d’objets ou de matériaux usagés. Malgré leur grand nombre et leur diversité, ces pratiques restent pourtant encore peu documentées et peu questionnées par les sciences sociales.
Or les logiques qui président au tri, à la collecte et au réemploi de rebuts ou de matériaux déqualifiés, mettent en lumière la modification de rapports économiques ou sociaux tout autant que des changements de systèmes de valeurs. Elles amènent à se demander comment, où et quand passe-t-on du déchet à l’objet ré-appropriable? Et selon quelles modalités notamment culturelles, sociales et sexuées s’effectue ces transformations ?
Prenant appui sur des situations de recyclage observées en France, en Europe et ailleurs dans le monde, cet ouvrage qui associe anthropologues, sociologues et géographes, propose de s’attacher à la « deuxième vie » des objets en montrant que ces pratiques de récupération et de réemploi sont révélatrices des transformations les plus récentes de nos sociétés.

Avec les contributions d’Élisabeth Anstett, Jérémie Cavé, Aurélie Dehling, Anne Gagnebien et Akila Nedjar-Guerre, Valérie Guillard, Cecilia Montero Mórtola, Nathalie Ortar, Stavroula Pipyrou et Manuel Valentin.

Le livre est en vente sur le site de l’éditeur ici

Visitez le carnet de recherche La deuxième vie des Objets

Just published – A new book about Witchcraft in Africa

Just published : Thinking Witchcraft in Africa

Paru Mars 2015: Penser la sorcellerie en Afrique

Edited by Sandra Fancello (Sous la direction de)  – Forewords by Peter Geschiere

Penserlasorcellerie

Witchcraft has taken new forms in contemporary Africa : child witches, ritual crimes, steals of sex, diabolical possessions, etc. It no longer refers to an organized system of beliefs and practices but rather polymorphic imaginary triggered by insecurity and injustice experienced daily. The facts of violence associated with witchcraft cases show a deep normative deregulation and require located surveys that ask chains of suspicion and accusation.

This book makes the choice of an ethnographic and comparative approach to health or religious diagnoses and judicial qualifications of witchcraft. Researchers are arraigned as judges and doctors by criminalization process, otherwise politicization of witchcraft cases. How in such a context in and be accepted as a researcher in the courts, churches, families, businesses? How to avoid biases entrance from the perspective of the victims? How to work on qualified business media of « blood libel »? Business, rumors, trial call to think by case, interviewing actors’ strategies and positioning of institutions to the witchcraft.
Edited by Sandra Fancello, with contributions from Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary-Maixant Mebiame Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello Bernard Coyault and Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello is an anthropologist, researcher at the CNRS and member of the African Worlds Institute. Coordinator of the research program « State and institutions facing witchcraft in contemporary Africa, » his works examine witchcraft representations and consultations ways in the religious field of healing in Africa.

Penser la sorcellerie en Afrique

La sorcellerie a pris dans l’Afrique contemporaine des formes inédites : enfants sorciers, crimes rituels, vols de sexe, possessions diaboliques. Elle ne renvoie plus à un système organisé de croyances et de pratiques mais plutôt à des imaginaires polymorphes suscités par l’insécurité et l’injustice vécues au quotidien. Les faits de violence associés aux affaires de sorcellerie témoignent d’une profonde dérégulation normative et exigent des enquêtes situées qui interrogent les chaînes du soupçon et de l’accusation. 

Cet ouvrage fait le choix d’une approche ethnographique et comparative des diagnostics sanitaires ou religieux et des qualifications judiciaires de la sorcellerie. Les chercheurs sont interpelés comme les juges et les médecins par les processus de pénalisation, sinon de politisation des affaires de sorcellerie. Comment dans un tel contexte entrer et se faire accepter en tant que chercheur dans les tribunaux, les églises, les familles, les entreprises ? Comment éviter les biais liés à une entrée par le point de vue des victimes ? Comment travailler sur des affaires qualifiées par les médias de « crimes rituels » ? Les affaires, les rumeurs, les procès appellent à penser par cas, en interrogeant les stratégies d’acteurs et le positionnement des institutions face à la sorcellerie.

Sous la direction de Sandra Fancello, avec les contributions de Peter Geschiere, Bruno Martinelli, Julien Bonhomme, André Mary, Maixant Mébiame-Zomo, Andrea Ceriana Mayneri, Jean-Bruno Ngouflo, Sandra Fancello, Bernard Coyault et Bénédicte Meiers.

Sandra Fancello est anthropologue, chargée de recherches au CNRS et membre de l’Institut des Mondes Africains. Coordinatrice du programme « L’État et les institutions face à la sorcellerie dans l’Afrique contemporaine », ses travaux interrogent les représentations sorcellaires et les itinéraires de consultations dans le champ religieux de la guérison en Afrique.