Au-delà de Weber: conceptualiser un idéal-type alternatif pour l’étude de la bureaucratie dans les pays en développement

Au-delà de Weber: conceptualiser un idéal-type alternatif pour l’étude de la bureaucratie dans les pays en développement

  •  Par Yuen Yuen Yang
  •  2 August 2016
  • Version en ligne de l’Article  avant son inclusion dans un numéro de la revue Regulation & Governance

REGO_leftL’étude de l’administration publique dans les pays en développement exige de regarder au-delà du modèle wébérien comme le seul type idéal de la bureaucratie. Quand on suppose qu’il existe un seul modèle de l’administration publique, toutes les autres formes d’organisation qui ne sont pas conformes à l’idéal wébérien sont rejetés comme corrompus ou échoués. Axé sur l’économie néo-institutionnelle, ce travail présente un type idéal alternatif de la bureaucratie tel qu’observé dans la Chine contemporaine. Ce modèle, qui est appelé ici bureaucratie-franchise, combine la structure hiérarchique de la bureaucratie avec les incitations à haute puissance de la franchise. Dans ce système, les organismes publics peuvent légitimement prétendre à une part du revenu gagné pour se financer et se récompenser eux-mêmes, comme les franchises entrepreneuriales. Pourtant, distincte de la corruption sans foi ni loi, dans ce type d’auto-financement (ou prébende) le comportement est accepté  et même délibérément incité par les règles de l’État. Bien qu’un tel modèle viole plusieurs principes weberien de la «bonne» bureaucratie, il exploite et réglemente les incitations à la prébende pour faire face aux contraintes budgétaires et aux capacités qui sont communes dans les pays en développement comme la Chine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *